Navigation – Plan du site
2008

Journées d’étude de l’AIBM-AFAS : Les musiciens et le disque,

26 et 27 mai 2008 : Bibliothèque nationale de France, Petit Auditorium le 26 mai ; Cité de la musique, Salle des colloques le 27 mai
Elizabeth Giuliani

Lundi 26 mai

10h

The Dream of Gerontius : live et enregistrement de studio, dix ans d’une interprétation

par Olivier Mabille*

 

Il s'agit d'étudier les rapports entre le musicien et le disque, en comparant une interprétation en direct et un enregistrement en studio.

En effet, la société Elgar vient de publier des enregistrements réalisés à partir de la radio par un certain M. Leech, et conservés à la British Library : on dispose ainsi d'extraits de l'oratorio, The Dream of Gerontius, captés en 1935. Heddle Nash, dans le rôle principal, et sir Malcolm Sargent, qui dirige, venaient tous deux de travailler l’œuvre avec le compositeur. Or, en 1945, ils ont aussi participé au premier enregistrement intégral de l’œuvre produit par Walter Legge. La similitude des interprètes, même à dix ans d'écart, autorise la comparaison.

* conservateur des bibliothèques

 

10h 45

 

Témoignage autour des paradoxes des relations entre enregistrement, création électroacoustique et édition phonographique

par Christian Clozier*

 

L’électroacoustique est née via le microphone du téléphone. L’enregistrement sonore dans sa fonction exponentielle de reproduction commerciale fit de sa cire première, berceau du temps, celle-là même d’Ulysse qui occultait des sirènes. Les sirènes seraient-elles celles qui jouent à la création sonore libre et de son répertoire d’expressions multiples ?

Commercialo-sociologiquement c’est évident. Mais simultanément c’est cette même capacité à mémoriser le son dans son espace/temps qui permit aux découvreurs l’abordage des nouveaux continents sonores qui bouleversèrent toute la musique du siècle précédent. L’enregistrement reproducteur du passé y devenait producteur de l’avenir. Ce qui se fit et se poursuit dans un environnement mercantile très silencieux, où le son primordial est celui de la monnaie. Ce glissement, logique puisque l’objectif premier était bureautique, vers l’appellation galette, s’exprime avec évidence dans l’évolution des appellations qui commençant par la référence au phone (le son électroacoustique) dans les noms des instruments passa rapidement à celle du support, disque-78 tours - microsillon - LP - vinyle même et maintenant cd ou, pire encore, MP3. Car si l’on passe du support au codage, les rares 16 bits du cd déjà bien incapables de transcrire les richesses analogiques (le 24 bits d’aujourd’hui, quasi) mais qui ont colonisé 26 années durant nos territoires d’écoute, sont prolixes en regard des exsangues compressés. Tout cela pour, sans ici traiter des considérations plus substantielles qui le seront dans l’exposé oral, rappeler cette autre évidence, que l’écoute d’un enregistrement de musique électroacoustique sur cd dans l’espace et le lieu privatifs n’entretient pas un rapport analogique avec la diffusion du même dans l’espace collectif du concert où le choc des espaces sonne la fête des oreilles (et du cerveau qui y est relié).

 

** Compositeur et directeur de l'Institut International de Musique Electroacoustique de Bourges (IMEB) fondé en 1970. Directeur artistique de "Synthèse", Festival International des Musiques et Créations Electroniques de Bourges, des Concours Internationaux de Musique et d'Art Sonore Electroacoustiques de Bourges. Président de la Mnémothèque Internationale des Sciences et Arts en Musique Electroacoustique(MISAME). Initiateur de l'Académie Internationale de Musique Electroacoustique de Bourges.

 

Lundi 26 mai

14h 30

Quelques pistes problématiques suscitées par les collections du département de l’Audiovisuel 

l’enregistrement collecté comme « source » privilégiée de l’ethnomusicologie ; l’édition phonographique des compositeurs interprétant leur œuvre ; les discothèques de musicien

 

par Pascal Cordereix, Bruno Sébald, Elizabeth Giuliani*

* du département de l’Audiovisuel de la BnF

 

 

Lundi 26 mai

15h15

 

Nadia Boulanger et la création d’une norme interprétative de Cortège de Lili Boulanger

par Cédric Second*

 

Les archives témoignant de l'activité de Nadia Boulanger en tant que pianiste, chef de choeur et chef d'orchestre sont nombreuses et d'une grande diversité, mais restent pourtant peu exploitées : comptes-rendus de presse, correspondance, disques et bandes magnétiques (versions éditées, prises de studio, enregistrements de répétitions ou de concerts privés), partitions annotées (éditions du commerce ou matériel manuscrit), analyses d'oeuvres rédigées pour ou par ses élèves, etc.
La confrontation de ces différents documents permet de suivre les étapes successives du travail interprétatif mené par la musicienne, d'en cerner les mécanismes et les impératifs, voire d'en déterminer certains systématismes. L'étude du cas précis de
Cortège, de la pièce pour piano et violon de Lili Boulanger Cortège, nous permettra d'éclairer ces questions et de proposer quelques éléments de réponse.

* Allocataire-moniteur UFR Musique et musicologie Université Paris 4 - Sorbonne / Chercheur associé à la BnF

 

 

Lundi 26 mai

16h15

 

De la menace au star system : les musiciens et le disque au début de l’ère discographique

par Marina Cañardo*

 

Chaque nouvelle technologie entraîne éloges et critiques, espoirs et craintes. Le surgissement de la technique d’enregistrement sonore et l’industrie du disque qui en résulte ne font pas exception. Parmi les pessimistes il y eut aussi des musiciens. Le chef de fanfare John Philip Sousa (1854-1932) fut l’un des premiers à condamner la « musique mécanique ». Beaucoup des critiques de ce musicien américain nommé « The March King », en raison de ses nombreuses marches militaires, ont été réunies dans un article assez célèbre de 1906. Sous le titre « La menace de la musique mécanique », Sousa se permet d’imaginer les conséquences d’un monde dominé par le disque dans lequel le musicien serait une espèce en voie d'extinction.

En contrepoint, nous nous proposons alors de réfléchir sur l’importance de la figure du musicien dans la publicité de la première industrie discographique. L’analyse d’une sélection de publicités de la maison de disques Victor (HMV) apparues dans la presse argentine des années vingt, sera l’occasion de démontrer qu’au-delà des questions pratiques, comme la nécessité d’avoir un musicien jouant de la musique pour l’enregistrer, un nouveau système se met en place dont le musicien est le centre.

 

* Diplômée (Maîtrise en Arts, orientation Musique) de l´Université de Buenos Aires, Argentine. Elle a suivi des études de flûte traversière et de composition.  Elle prépare actuellement un Doctorat en cotutelle avec l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et l´Université de Buenos Aires (UBA). Elle est enseignante universitaire et boursière du Conseil National d´Investigations Scientifiques et Technologiques (CONICET, Argentine). Sa recherche est consacrée au rapport entre la musique populaire argentine et l'industrie discographique des années vingt.

 

Lundi 26 mai 17h 15-18h00

 

Projection de documents audiovisuels sur le disque

 

Lundi 26 mai 18h15-19h45

Cocktail

 

Mardi 27 mai

9h30

Alfred Cortot et l’enregistrement

par Frédéric Gaussin*

 

Nous nous emploierons à décrire et analyser la relation féconde, quasi-unique dans l’histoire de l’interprétation musicale, qui lia pendant plus d’un demi-siècle le célèbre pianiste, pédagogue et chef d’orchestre français Alfred Cortot (1877-1962) au support de musique enregistrée – qu’il se matérialisât sous la forme de rouleaux pour le piano mécanique (Pleyela, Duo-Art et Welte-Mignon), sous la forme de disques 78 tours (acoustiques / électriques), de bandes magnétiques ou de microsillons.

Cette démarche individuelle nous apparaît comme peu commune dans le sens où ce n’est qu’une fois la technologie devenue véritablement fiable et opérationnelle que les pianistes nés suffisamment tard pour pouvoir en bénéficier s’engagèrent pleinement dans la voie de l’enregistrement. Avant la généralisation de la bande magnétique, et celle des micros dans les salles de concerts, laisser une trace enregistrée de son art procédait d’une démarche et d’arbitrages personnels. Dans ces conditions, nombre d’interprètes contemporains de Cortot auraient pu se maintenir à l’écart de la révolution technologique, en partie ou en totalité, d’autant qu’ils vivaient dans le glorieux souvenir d’Anton Rubinstein. Leur modèle était celui du soliste sillonnant le monde à la manière de Liszt : le disque ne s’imposait pas encore à eux comme il s’imposerait avec évidence aux générations promises à leur succéder.

 

* Ancien élève de Sciences-Po, maître en Histoire contemporaine à l’Université Marc Bloch (Strasbourg II), doctorant à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (CRAL-CNRS UMR 8566). Diplômé du Conservatoire (DFE, piano), a travaillé sous la direction d’Agnelle Bundervoët (disciple de Lazare-Lévy) et bénéficié des conseils de Vlado Perlemuter, Otto Delfino et Carlo Levi-Minzi. Formé par Reinhard von Nagel à l’accord du clavecin.

 

Mardi 27 mai

10h30

Témoignage sur la place à donner dans la pédagogie,  à  l’écoute d’enregistrements et d’interprétations diverses

Entretien avec Georges Pludermacher*

 

* Professeur de piano au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris.

Entré à 11 ans au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, il y suit l’enseignement de Lucette Descaves, Jacques Février puis Geneviève Joy et Henriette Puig. Aux nombreux Premiers Prix qu’il obtient, vont se succéder des récompenses internationales, comme en 1979, le prix du Concours Geza Anda.
Comme soliste il travaille sous la direction de chefs prestigieux tels Sir Georg Solti, Christophe von Dohnannyi ou Pierre Boulez. D’autre part, il affectionne la musique de chambre, notamment au contact des violonistes Christian Ferras, Ivry Gitlis, Nathan Milstein et, aujourd’hui, David Grimal.

 

Mardi 27 mai

12h-13h

Visite de la médiathèque de la Cité de la musique et démonstration de son portail

Par Marie-Hélène Serra

Directrice du Département Pédagogie et Médiathèque