Navigation – Plan du site

La fabuleuse odyssée des cylindres du Berliner Phonogramm-Archiv : un exemple de sauvegarde, de conservation et de restitution

Danièle Branger

Notes de la rédaction

Dans la prochaine livraison du Bulletin, nous présenterons un recensement argumenté de 35 marques françaises, une belge et deux américaines, ayant édité des disques à saphir, dont au moins un exemplaire figure dans les collections du Département de l’Audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France ; ainsi qu’une présentation documentée de 42 marques américaines y ayant eu recours. Ces dernières n’ont pu être relevées à la source, le Département de l’Audiovisuel n’en possédant pas de références.

Texte intégral

1Le Berliner Phonogramm-Archiv fait partie de la section de Musicologie du Musée ethnographique de Berlin. Il détient une des plus grandes collections de cylindres de musique traditionnelle du monde entier, réalisés entre 1893 et 1943. Plus de 145.000 enregistrements musicaux, qui représentent le patrimoine de nombreuses cultures du monde, à l’exception de l’art occidental et de la musique pop, sont conservés sur des supports sonores les plus variés : phonogrammes d’Edison, bandes analogiques et numériques, et tous types de disques (du 78 tours en gomme-laque au disque compact, en passant par le disque microsillon). Il s’agit d’une collection mondiale d’enregistrements exceptionnels aux dimensions interculturelles et dont l’intérêt est universel.

  • 1 C. Stumpf 1901-1922

2Ces archives ethnomusicologiques furent constituées en 1900 par le psychologue Carl Stumpf qui leur donna le nom de Berliner Phonogramm-Archiv [Archives du phonogramme de Berlin]. Leur création a pour origine des enregistrements de musiciens thaïlandais. En septembre 1900, une troupe de théâtre (musiciens et danseurs) du Siam se produit à Berlin. Carl Stumpf, psychologue à l’Université de Berlin, et Otto Abraham, physicien berlinois (qui publia de nombreux ouvrages sur la psychologie musicale), enregistrent ces musiciens avec un appareil à cylindre d’Edison. C. Stumpf transcrit la musique et il en publie les résultats dans son célèbre Tonsystem & Musik der Siamsen [Le système tonal et la musique du Siam]1. Ces enregistrements de musique siamoise sur cylindre de cire, sont à l’origine de ce qui va suivre. D’autres enregistrements de musiciens se produisant à Berlin furent réalisés par la suite, et le fonds s’est constitué petit à petit, enrichi par les premiers enregistrements de terrain réalisés en 1902 par Félix von Luschan (à l’époque directeur du Musée ethnographique de Berlin), pendant une expédition en Turquie, et par le linguiste et africaniste Carl Meinhof en Afrique de l’Est (en Tanzanie). Les Archives reçoivent des cylindres enregistrés même avant 1900, ceux provenant des collections de Franz Boas chez les Indiens d’Amériques du Nord (les Kwakiult), datent de 1893, ceux de Charles Myers effectués dans le Détroit de Torres datent de 1898. L’accroissement sinon l’enrichissement de la collection se fait grâce à des prêts de matériels. On confie à des voyageurs venus d’horizons professionnels très divers (géographes, linguistes, ethnographes, physiciens participants à des expéditions, missionnaires, fonctionnaires coloniaux, et autres), des phonographes et des cylindres d’Edison, pour qu’ils fassent des enregistrements. Grâce à ces enregistrements et à l’analyse et l’interprétation musicologiques qui en sont faites, les Archives, dirigées à l’époque par Erich Moritz von Hornbostel, deviennent le Centre de Musicologie comparée de l’Europe centrale (aujourd’hui Institut de Musicologie comparée de l’Université libre de Berlin).

3Des contacts internationaux intenses reposant principalement sur la correspondance de von Hornbostel et sur l’échange de copies de cylindres, donnent aux Archives leur réputation mondiale. Berlin occupe alors la première place pour la production de multiples copies de cylindres en cire, selon le processus : [cylindre] original (en cire légère) - matrice en cuivre (négatif) obtenue par galvanoplastie - copie (en cire noire). Des collectionneurs et des institutions d’autres régions, voir même d’autres pays, tels les Etats-Unis, la Russie, le Danemark, les Pays-Bas, la Grande Bretagne ou la Pologne envoient leurs collections à Berlin afin d’en obtenir des copies plus durables. Ce qui donne lieu à des échanges nombreux avec les Archives du phonogramme de Vienne (Wiener Phonogramm-Archiv) ou le Musée ethnographique de Budapest, qui conserve les enregistrements de Bela Bartok, et bien d’autres établissements encore.

  • 1 Sa dénomination actuelle est : Département d’Ethnologie musicale du Musée ethnographique

4En 1933, l’Archive compte déjà 10.000 enregistrements originaux. Marius Schneider en est le directeur. Cette année-là, un décret stipule son rattachement au Musée d’ethnographie de Berlin [Museum für Völkerkunde] en tant que département spécialisé1, à compter du 1er janvier 1934. Mais, peu de temps avant la deuxième guerre mondiale, toute la collection (enregistrements originaux, galvanos, copies de cylindres en cire et disques en gomme-laque) est évacuée pour des raisons de sécurité et répartie dans des “ lieux sûrs ”, environ 1250 cylindres dans différents endroits à l’Ouest et le reste, y compris les disques, vers l’Est du pays, la Silésie puis l’Union soviétique où ils sont transférés aux Archives de Leningrad (aujourd’hui Saint-Pétersbourg). Toute la documentation concernant les collections reste dans les archives de Berlin, mais les recherches sur les enregistrements sont interrompues.

5En 1959, la plus part des collections qui se trouvaient à Leningrad, mais pas toutes, sont renvoyées aux Allemands, non pas aux Archives de Berlin-Ouest, mais aux autorités de Berlin-Est, et transférées à l’Université Humboldt de Berlin-Est.

  • 2 Actuel directeur du Département d’Ethnologie musicale (ex Berliner Phonogramm-Archiv)

6Erich Stockmann veillera à ce que les cylindres, ainsi que 1383 disques en gomme-laque, venant de cet ancien fonds soient conservés dans les meilleures conditions possibles. Grâce à une coopération harmonieuse entre les deux Allemagnes, entre d’une part Erich Stockmann à l’Est et, d’autre part, Kurt Reinhard et Dieter Christensen, à l’Ouest, un programme d’échange particulièrement efficace est mis en place avec pour objectif de copier les cylindres de cire. Entre 1966 et 1970, plus de 4000 cylindres venus de l’Est vont être copiés à l’Ouest, puis repassent le mur. Malheureusement, les autorités est-allemandes vont mettre un terme à ces activités, et le fonds dans son intégralité sera placé sous scellés dans une pièce spéciale pendant deux décennies. Le 31 mai 1990, une pièce scellée de Unter den Linden à Berlin Est est ouverte en présence d’Erich Stockmann et d’Artur Simon2, les enregistrements sont vérifiés et comptabilisés dans le but d’être retournés à l’Archive. Dès l’année suivante, le 16 janvier 1991, date historique, 27 347 cylindres et 1283 disques 78 tours, sont ramenés au Berliner Phonogramm-Archiv après une odyssée qui aura duré 47 ans.

7Ces enregistrements musicaux sur cylindres de cire, constituent une source documentaire d’une valeur inestimable pour l’histoire de la musique du monde. Cette collection comprend environ 30.000 cylindres (2.747 cylindres en cire originaux, 14.000 galvanos en cuivre (négatifs) et 13.667 copies). Elle est unique au monde. Outre la partie documentaire listée sur une base de données, l’objectif principal est de numériser l’ensemble de ces enregistrements. Le projet Sauvegarde des documents sonores les plus anciens de la musique traditionnelle [Rettung der ältesten Klandokumente traditioneller Musik], consacré aux cylindres de cire menacés de désintégration, débute en 1992. Il se poursuit encore actuellement sous la direction de Susanne Ziegler, musicologue et Albrecht Weidmann, ingénieur du son. Les cylindres sont copiés et traités numériquement sur cassettes audionumériques et disques compacts. La conférence internationale Les 100 ans du Berliner Phonogramm-Archiv : rétrospective, perspective et approches interdisciplinaires des archives sonores du monde organisée à l’occasion de la célébration du centenaire de son existence (du 27 septembre au 1er octobre 2000), a réuni des archivistes et ethnomusicologues venus du monde entier (plus de 30 pays différents étaient représentés). Lors de cet événement mémorable, les participants, ont eu le plaisir d’entendre grâce aux progrès techniques et au système de sonorisation de l’auditorium, le premier cylindre d’Edison enregistré par Karl Stumpf en 1900. Ils ont pu écouter d’autres enregistrements anciens et dans certain cas fournir des informations utiles. Il est à souhaiter que les copies de cylindres réalisées sur cassettes DAT puissent être partagées avec les groupes culturels enregistrés et avec les archives du monde entier (en 1999, l’UNESCO a donné à cet ancien fonds sonore le statut de “ Mémoire du Monde ”).

8Pour les années à venir, les Archives se sont fixé comme tâches principales, la restauration, la conservation et la reproduction de la collection originale des cylindres de cire, afin de mettre à la disposition des spécialistes et du grand public les premières sources ethnomusicologiques qui datent d’avant 1933. Un catalogue complet, ainsi que l’édition des enregistrements historiques les plus précieux sur disques compacts devrait ainsi permettre d’approfondir notre connaissance ethnomusicologique de cultures musicales les plus diverses, au moins dans certaines régions, sur près d’un siècle.

Haut de page

Notes

1 C. Stumpf 1901-1922

1 Sa dénomination actuelle est : Département d’Ethnologie musicale du Musée ethnographique

2 Actuel directeur du Département d’Ethnologie musicale (ex Berliner Phonogramm-Archiv)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniele Branger, "La fabuleuse odyssée des cylindres du Berliner Phonogramm-Archiv : un exemple de sauvegarde, de conservation et de restitution", Bulletin de liaison des adhérents de l'AFAS, n° 22, p. 9-11.

Référence électronique

Danièle Branger, « La fabuleuse odyssée des cylindres du Berliner Phonogramm-Archiv : un exemple de sauvegarde, de conservation et de restitution », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 22 | printemps-été 2002, mis en ligne le 23 août 2010, consulté le 23 août 2017. URL : http://afas.revues.org/1460 ; DOI : 10.4000/afas.1460

Haut de page

Auteur

Danièle Branger

Département de l’Audiovisuel,
Bibliothèque nationale de France
daniele.branger@bnf.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page