Navigation – Plan du site

Le disque à saphir dans l’édition phonographique – Première partie

Bruno Sébald

Notes de la rédaction

Nous publions la première partie d’un article consacré à la place occupée par le disque à saphir dans l’édition phonographique, du début du XXe siècle au début des années 1930. La fin de cet article sera publiée dans la prochaine livraison du Bulletin.

Dans la prochaine livraison du Bulletin, nous présenterons un recensement argumenté de 35 marques françaises, une belge et deux américaines, ayant édité des disques à saphir, dont au moins un exemplaire figure dans les collections du Département de l’Audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France ; ainsi qu’une présentation documentée de 42 marques américaines y ayant eu recours. Ces dernières n’ont pu être relevées à la source, le Département de l’Audiovisuel n’en possédant pas de références.

Texte intégral

  • 1 Pour les aspects techniques de la gravure verticale, on se reportera avec intérêt à l’ouvrage pub (...)

1L’expression « disque à saphir » que nous emploierons dans cet article recouvre un terme générique utilisé pour décrire des disques plats lus, à l’origine, par le truchement d’un saphir de forme sphérique. Cette technique relève d’un procédé de gravure verticale et se démarque ainsi du disque à aiguille, dont la pointe de lecture diffère et dont le mode de gravure est latéral1. Elle s’en distingue également physiquement par la texture perlée qui couvre la surface du disque. Historiquement, le disque à saphir apparaît dans les toutes premières années du XXe siècle. Il s’avère donc postérieur au disque à aiguille inventé par Emile Berliner, qui en avait déposé le brevet en 1887.

  • 2 Allan Sutton dénombre quarante-six labels américains ayant eu recours à la gravure verticale
  • 3 Denver, Mainspring Press, 2000

2Notre étude se base sur le recensement de trente huit marques discographiques, ayant adopté cette technique pour leurs publications phonographiques, repérées dans les collections du Département de l’Audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France. Pour l’édition américaine, qui n’est pas négligeable dans ce domaine, seuls deux labels figurent dans les collections du Département de l’Audiovisuel : Edison et Aeolian-Vocalion. Aussi, pour ce domaine nord-américain, avons-nous étoffé notre liste en relevant l’ensemble des labels américains ayant eu recours à la gravure verticale, mentionnés par Allan Sutton2 dans son ouvrage American record labels and companies : 1891-19433. De cet échantillonnage, qui ne prétend pas à l’exhaustivité pour l’édition française, se dégagent quelques observations :

Les débuts : (vers) 1906-1914

  • 4 En anglais, ce matériau se nomme shellac, mot composé de deux termes hindis, shell et lac. Ce suf (...)

3L’adoption du disque à saphir s’est essentiellement concentrée dans deux pays, la France et les Etats Unis, tous deux impliqués dans l’invention du procédé d’enregistrement et de reproduction du son, avec le dépôt simultané en 1877, des brevets du Français Charles Cros et de l’Américain Thomas Alva Edison. Or, le disque à saphir est directement issu du procédé de gravure verticale des cylindres, support mis au point par Edison. Il apparaît ainsi en 1905 lorsque les frères Pathé le diffusent à titre expérimental avec la production de disques mono-faces, constitués d’une couche de cire coulée sur une armature en ciment. Ils abandonnent rapidement ce matériau composite pour adopter la gomme laque4, dès 1906, année où ils le commercialisent. Ils poursuivent une édition parallèle d’un même enregistrement sur disque plat et sur cylindre jusqu’en 1910. Vingt marques françaises et six américaines optent pour ce procédé avant 1914, dont Edison qui attend 1912 pour l’adopter. Cinq éditeurs avaient préalablement publié sur cylindre (la Bonne presse, Dutreih, Edison, Pathé et Phrynis), les autres produisent directement des enregistrements sur disques. Sans vouloir lui attribuer un monopole, la maison Pathé est le représentant le plus affirmé du disque à saphir. D’ailleurs, un certain nombre de labels français présentent des liens, sur le plan technique (pressage) voire éditorial, avec cet empire phonographique : citons les marques Aspir ou Idéal…

4Ce « phénomène » du disque à saphir se révèle avant tout un choix économique. Le désir de se démarquer de la gravure latérale, apanage de groupes éditoriaux influents et florissants tel Gramophone, guide cette option.En exergue de son catalogue, pour l’année 1912, Pathé le présente comme un véhicule de progrès. Cette affirmation est étayée par l’argument suivant : « … l’industrie phonographique s’est trouvée profondément révolutionnée par la substitution du saphir à l’aiguille… ». Il poursuit cette apologie en garantissant la pérennité du support, assurant que le saphir ne génère aucune usure à la lecture, contrairement à l’effet produit par l’aiguille qui s’use et érode le support à chaque passage.

Un regain d’activité : 1914-1925

En France

5Un profond remaniement de sa ligne éditoriale intervient chez Pathé, en 1916. Matériellement parlant, cette évolution se traduit notamment par l’apparition d’une étiquette centrale en papier collée sur le disque, remplaçant l’étiquette gravée directement sur le support qui avait cours jusque là ; et par l’adoption d’une mention normalisée d’une référence unique pour chaque disque (au lieu d’une référence par face). D’un point de vue technique, si cet éditeur reste fidèle au saphir, néanmoins deux modifications importantes surviennent : la lecture s’effectue dorénavant du bord du disque vers le centre (et non plus l’inverse) et la vitesse de rotation, jusqu’alors variable de 90 à 100 tours, se stabilise à 80 tours.

6Au delà de la firme Pathé, d’autres marques vont, en France, adopter le procédé du disque à saphir. C’est le cas de l’éditeur parisien Etienne Chanoit qui lance notamment les labels Corona et Opéra. Perfectaphone, fondé par Constantin Furn offre un catalogue qui s’étoffe durant la décennie 1920-30. Enfin, les fabricants de piano belges, Albert et Julien Moeremans, adhèrent à ce parti pris technique en créant, vers 1920, la marque Chantal qui disparaît en 1931.

Aux Etats Unis

7Durant la première guerre mondiale, trente-huit labels américains vont éclore, usant de ce procédé au tout début de leur activité. La majorité de ces labels connaît une durée de vie éphémère, néanmoins, quelques marques émergent, qui auront une notoriété certaine et poursuivront leur activité durant la décennie suivante ; c’est le cas d’Aeolian-Vocalion, de Brunswick, ou encore d’Okeh. Une des raisons de ce regain de publications discographiques utilisant le procédé de la gravure verticale, résulte de l’influence de Pathé qui pénètre le marché américain en 1914, en y créant une filiale. L’entrée tardive de Pathé aux Etats-Unis s’explique par sa longue hésitation à s’infiltrer Outre Atlantique. En 1915, il installe une usine de pressage à Belleville dans le New Jersey, et plusieurs labels américains (Crystal, Sapphire…) y font réaliser le pressage de leurs disques. Mais, à partir de 1920, l’adoption de la gravure latérale se généralise aux Etats Unis, marquant la fin de l’utilisation de la gravure verticale sur le continent nord-américain, à l’exception notable d’Edison.

Ultimes sursauts et déclin : 1925-1930

8A partir de 1925, le paysage éditorial se modifie profondément. La révolution technologique des années 1925-27 se caractérise par le passage de l’enregistrement acoustique, devant un cornet, à l’enregistrement électrique, c’est à dire devant un microphone. Aux alentours de 1920-1925, la branche française de la firme Odéon adopte temporairement la technique verticale pour produire des disques à saphir. Ils sont repérables par leur étiquette rouge et surtout le préfixe SP qui initialise la référence. Cette singularité reste éphémère. Trois nouvelles marques françaises choisissent encore ce procédé : Excelsior en 1925, le Soleil créé par le folkloriste cantalien Martin Cayla vers 1926-27, et Inovat en 1928. Mais son usage disparaît vers 1930. Ses deux grands défenseurs : Pathé et Edison se retirent de la scène éditoriale, respectivement en 1928 pour le premier et 1929 concernant Edison.

9Pathé ne parvient pas à s’adapter aux nouvelles conditions du marché discographique. Certes, à partir de 1927, il publie simultanément sous les deux modes de gravure, verticale et latérale. Un même enregistrement est ainsi vendu sous une référence différenciée par l’ajout du préfixe X pour les pressages à aiguille, alors que les saphirs conservent une référence purement numérique. On notera par ailleurs que cette époque est marquée par le remarquable design illustrant les étiquettes du au graveur suisse François-Louis Schmied, dans la ligne Art déco. Ces disques sont restés célèbres sous le vocable Pathé Art. En janvier 1931, Pathé publie encore un catalogue recensant un répertoire des disques à saphir, mais il semble bien que cette édition soit la dernière.

10Edison, lui, peine à suivre la courbe ascendante du « progrès ». Jusqu’en 1929, il poursuit parallèlement une politique de commercialisation de disques à saphir et de cylindres, certes techniquement élaborés (Blue Amberol), mais où les cylindres restent majoritaires. Ce n’est qu’en 1929, peu avant de fermer son entreprise, qu’il publie quelques disques à aiguille. Thomas Edison, alors octogénaire, abandonne toute activité cette année-là et il n’a pas de successeur.

  • 5 On signalera toutefois qu’à la fin des années 1930, on a utilisé la gravure verticale aux Etats-U (...)

11A l’orée des années 1930, le disque à saphir a perdu son auditoire et disparaît quasiment du circuit commercial. Les progrès technologiques intervenus à partir de 1925, ainsi que la crise économique qui suit le krach boursier de 1929, influent sur l’évolution du marché discographique. La généralisation du mode de lecture s’effectue en faveur de la gravure latérale qui offre une qualité supérieure de restitution du son et vient conforter les grandes améliorations qu’apporte l’enregistrement électrique5. Un exemple probant est le rachat, en 1928-30, du fonds Pathé par la Columbia anglaise qui impose ses propres critères techniques, dont la gravure latérale.

Haut de page

Notes

1 Pour les aspects techniques de la gravure verticale, on se reportera avec intérêt à l’ouvrage publié sous la direction de Marie-France Calas et Jean-Marc Fontaine : La conservation des documents sonores, Paris, CNRS éditions, 1996

2 Allan Sutton dénombre quarante-six labels américains ayant eu recours à la gravure verticale

3 Denver, Mainspring Press, 2000

4 En anglais, ce matériau se nomme shellac, mot composé de deux termes hindis, shell et lac. Ce suffixe désigne un insecte qui infeste certains arbres. Il en tire une sève qu’il transforme puis secrète pour s’en recouvrir en guise de protection, formant une écaille minuscule. Cette matière était recueillie parmi les branches et les brindilles de ces arbres. Pour la confection des disques on y ajoutait des matériaux de remplissage d’origine fort diverses : calcaire, ardoise, carbone, stéréate de zinc ou copal du Congo…

5 On signalera toutefois qu’à la fin des années 1930, on a utilisé la gravure verticale aux Etats-Unis pour la production de disques enregistrés pour la radio

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Sébald, « Le disque à saphir dans l’édition phonographique – Première partie », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 22 | printemps-été 2002, mis en ligne le 25 mai 2010, consulté le 25 mars 2017. URL : http://afas.revues.org/1462 ; DOI : 10.4000/afas.1462

Haut de page

Auteur

Bruno Sébald

Responsable des phonogrammes anciens -
Département de l’Audiovisuel -
Bibliothèque nationale de France -
bruno.sebald@bnf.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page