Navigation – Plan du site

Bruits et silences - Réflexion sur l’interprétation des données de terrain et sur leur archivage

Laetitia Nicolas
p. 2-10

Notes de la rédaction

Le texte du Master2 de Laetitia Nicolas est en ligne dans son intégralité sur le site d’Imageson.Org : http://imageson.org/document860.html

Texte intégral

1Étrange renversement que prendre le détour du silence pour parler d’archives sonores et d’enquêtes orales. Et pourtant. Le silence, prenant divers visages, se glisse plus ou moins dans toutes les enquêtes. Il y a le silence des informateurs qui se taisent (par choix ou par impossibilité), il y a les paroles dites qui informent peu, il y a ce dont il n’est fait mention nulle part, il y a enfin ce qui se fait sans bruit. Le bruit et le silence. Ces deux termes, utilisés en documentation, décrivent soit des informations pertinentes non affichées lors d’une recherche, soit l’accumulation d’une quantité d’informations non pertinentes. Ils illustrent aussi parfaitement l’enquête de terrain que j’ai réalisé sur les « bornes de mémoire »1 (dans le département des Alpes-de-Haute-Provence), ces bouquets et aménagements posés en bords de routes, sur les lieux d’accidents mortels.

2En effet, j’y ai tout à la fois été confrontée à la présence du bruit de la route, mais également au silence de l’absence et à la non-verbalisation ; je me suis retrouvée face à un manque de sources scientifiques, ainsi qu’à une pléthore d’idées reçues ; j’ai dû enfin, lors de l’indexation de mon propre corpus d’enquêtes orales, réfléchir longuement au choix des descripteurs, afin d’éviter ces fameux bruits et silences. Ce sont ces deux pôles vont me permettre ici de jeter un pont entre le terrain et l’archivage des données qui en sont issues.

Bruits et silences du terrain

3Le terrain sur lequel j’ai travaillé, lors d’un Master 1 et Master 2 d’Anthropologie, a été un terrain complexe que l’on peut qualifier de miné. D’une part, parce que l’objet d’étude choisi, lié à la mort violente, est tabou, touche au chagrin et à l’intime. D’autre part, parce que cet objet d’étude contemporain présente des particularités imposant une réflexion sur la méthodologie à adopter pour le cerner au mieux : il prend diverses formes, il est à la fois universel et singulier, il est imprévisible, il est en mouvement irrégulier, il est éclaté géographiquement, il réclame une intrusion dans la sphère privée des individus et non l’intégration dans un groupe, il touche à toutes les classes tant d’âges que sociales.

  • 2 Analyse interne et externe d’un même phénomène.
  • 3 Il s’agit uniquement de parents ayant perdu un enfant dans un accident de la route (âge des défunts (...)

4Ainsi, la recherche d’informateurs, l’obtention du discours et son analyse ont été une source permanente de questionnements. Il est vite apparu qu’il était impossible de faire l’économie du discours des poseurs de bouquets, et que seule la confrontation des discours emic et etic2 permettrait de dépasser les lieux communs généralement répandus sur cette pratique commémorative en fort développement. Je ne m’étendrai pas ici sur les nombreuses difficultés rencontrées pour enquêter (suspicion de « voyeurisme », « d’utiliser le malheur des gens », et jugements moraux divers du type « manque de respect envers les morts »), et pour trouver des informateurs, mais davantage sur ces moments clefs qu’ont été les entretiens. Parmi tous les informateurs potentiels contactés, 8 parents de défunts3 ont acceptés de témoigner. Les autres entretiens ont été réalisés avec des informateurs institutionnels (Préfecture, Direction Départementale de l’Equipement), des personnes impliqués dans le militantisme associatif (Prévention Routière, Association Marilou), ou encore des proches de défunts, une photographe professionnelle travaillant sur cette thématique et une fleuriste.

  • 4 Les gens semblent là préférer la verbalisation écrite. J’ai ainsi réalisé un entretien par écrit av (...)

5Les entretiens avec les personnes directement concernées (quasiment tous réalisés à leur domicile) ont été des moments très forts, souvent juste au bord des larmes et aux limites de la décence. Ils ont nécessité beaucoup de courage de la part des informateurs, et de distanciation de la part de l’enquêteur. Il a ainsi été non seulement complexe d’obtenir de la parole orale4 sur ce thème, mais une fois la possibilité de cette parole entrouverte, il a ensuite été très difficile - voire impossible - de pousser les informateurs très loin dans les questionnements, tant il était déjà très douloureux pour eux d’évoquer la disparition de leur proche.

6Une autre façon d’activer la parole fut de contourner ce silence, et de faire parler les personnes soit sur la pratique commémorative mise en place à leur domicile (par le biais d’autels domestiques), soit sur une démarche préventive institutionnelle : celle de pose de silhouettes noires. Ainsi, l’avis déployé plus aisément sur ce dernier objet, dénué d’affectivité personnelle, a permis de récolter, en « négatif », plusieurs informations intéressantes. Il a fallu, également, prendre à garde au discours remâché de certains informateurs plus habitués à s’exprimer dans les médias.

7La prise de conscience, et l’écoute de ce silence (d’un côté l’impossibilité à verbaliser, de l’autre la difficulté à relancer l’autre en permanence, frôlant l’autocensure) a eu des conséquences importantes sur mon étude. Lors du travail d’analyse des données récoltées, la question permanente de la valeur à leur attribuer s’est donc posée. Comment travailler sur l’indicible et l’interpréter ? Que peut-on lui faire dire ? Comment le transcrire et le restituer ? Comment sortir du pathos et des lieux-communs ?

  • 5 Marqué par beaucoup d’informations qui finalement parlent peu : une accumulation de bouquets sur le (...)

8C’est la confrontation entre le bruit de mes observations de terrain5, et ces « blancs » des entretiens qui a fait évoluer ma réflexion, faisant surgir des hypothèses d’analyses. Il s’agit là d’une pratique « silencieuse », pas/peu commentée par ceux qui la mettent en œuvre, tellement elle fait figure d’évidence pour eux (elle est décrite comme « spontanée », « naturelle »). Elle attire en revanche des commentaires faciles et récurrents de la part d’observateurs, et aucune remise en question (il est « normal d’honorer les morts », « c’est pour alerter les autres conducteurs des dangers de la route »). Nous sommes là encore sous le signe d’une évidence sociale partagée, significative d’un mode de rapport contemporain à la mort. Bruits et silences du terrain sont donc des éléments vecteurs de renseignements.

Bruits et silences du traitement documentaire

  • 6 Par l’intermédiaire de logiciels tels que WaveLab ou Audacity.

9Sur un plan technique, les interlocuteurs ont tous acceptés d’être enregistrés. J’ai, pour ce faire, utilisé un enregistreur numérique (un Iriver IHP120). Ce type d’appareil présente l’intérêt d’être discret, maniable et offre la possibilité de créer soi-même6 un découpage de l’entretien. Cela facilite l’écoute par séquences, la transcription, mais également le dépôt des enquêtes dans une structure adaptée. De plus, il offre la possibilité d’enregistrer en divers formats (MP3, Wave, OggVorbis). Deux inconvénients cependant : le bruit du disque dur en arrière-plan et sa capacité d’enregistrement limitée à 1h 30min (en Wave), obligeant à une certaine vigilance lors des entretiens. Les entretiens ont tous été transcris, en portant attention à la matérialisation des temps de silence et des hésitations du discours.

10J’ai pris la décision de déposer mon corpus d’enquêtes (avec l’ensemble des documents de recherche - photographies, transcriptions, mémoires - qui l’accompagnent) à la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme7. Cela pour plusieurs raisons : d’une part pour des raisons de conservation, d’autre part pour des raisons de diffusion, et donc d’utilisation postérieure par d’autres chercheurs. En effet, ces entretiens, comme nous l’avons vu, ont été difficiles à obtenir, à réaliser et à interpréter. Il m’a donc semblé que les intégrer dans un fonds préexistant8, et les mettre à disposition dans une structure axée sur l’anthropologie, et qui contribue à réfléchir sur la place de l’oralité dans la discipline, était plus judicieux que d’en faire des « paroles mortes, oubliées ».

11Mon parcours professionnel me permettant de mettre en oeuvre la totalité de la chaîne du son, j’ai donc réalisé les aspects administratifs et techniques (copies des enregistrements, cotation, établissement de contrats avec les informateurs), mais également documentaires (création de notices sur Alexandrie, référencement dans des catalogues collectifs9) de ce dépôt. En termes d’analyse de contenu, le fait d’indexer soi-même ses propres enquêtes est une opération étrange et instructive. En effet, elle requiert une distanciation (là encore), mais une distanciation d’une autre nature qui touche au rapport avec son propre travail. La connaissance du contenu, du contexte et des personnes perturbe et enrichit l’analyse documentaire. Cette dernière demande de prendre beaucoup de recul, voire de s’extraire complètement de l’analyse produite à partir de ces données. Ainsi, faire le traitement documentaire de ses enquêtes incite, comme dans un mouvement de recul, à revenir à la source brute et primaire, encore vierge de toute interprétation10.

12La connaissance du contenu semble permettre une indexation plus « juste », un choix de descripteurs particulièrement adapté, du moins au regard de l’enquêteur. Cela est partiellement exact, mais il faut cependant rester vigilant. Est-ce bien l’entretien que j’indexe, ou n’est-ce pas plutôt l’interprétation que j’en ai faite ? Un lecteur qui consulte ces enquêtes y entendra-t-il les mêmes choses ? Le bruit et le silence n’étant jamais très loin, une réflexion sur le thésaurus, menée en collaboration avec la phonothécaire V. Ginouvès, s’est avérée nécessaire. Elle a permis de trouver un juste milieu entre une trop grande fidélité à ce corpus singulier, et une intégration dans un langage trop généraliste et universel. L’indexation d’enquêtes orales s’attache à ce qui est dit. Or le non-dit est présent dans les terrains de sciences humaines et il peut être tout aussi porteur d’informations. Cette impuissance à traduire l’indicible implique donc l’archivage d’autres données que les entretiens oraux, sous peine de donner une image faussée de la recherche. Ainsi, travail documentaire et enquête de terrain se rejoignent là, en bruit et en silence.

Haut de page

Bibliographie

Nicolas, Laetitia. Les Bouquets funéraires des bords de route : un nouveau code de la route. Document dactylogr., 2006. Master2 : Université de Provence : Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme : Aix-en-Provence. Sous la dir. de Danièle Musset

1. Monographies et contributions éditées

BARRERA, Alberto. 1991. Mexican-American roadside crosses in starr county. In GRAHAM, Joe.S. : Hecho en Tejas : Texas-American folk arts and crafts. Denton : University of North Texas Press, 50 p.

BERTRAND, Régis. 2003. Les fleurs dans les pratiques funèbres et funéraires contemporaines. In LIEUTAGHI, Pierre ; MUSSET, Danièle (dir.) : Plantes, sociétés, savoirs, symboles : matériaux pour une ethnobotanique européenne. Actes du séminaire d’ethnobotanique de Salagon vol. 1, année 2001. Mane : Les Alpes de lumière, p. 169-176. (Coll. Cahiers de Salagon).

BONNET-CARBONEL, Jocelyne (dir.). 2006. Malmorts, revenants et vampires en Europe. Paris : L’Harmattan (Coll. Ethnologie de l’Europe), 322p.

CASH Marie Romero ; HALUS, Siegfried. 1998. Living shrines : home altars of New Mexico. USA : Museum of New Mexico Press, 124p.

EVERETT, Holly. 2002. Roadside crosses in contemporary memorial culture. Denton : University of North Texas Press. 145 p.

FRAENKEL, Béatrice. 2002. Les écrits de septembre : New York 2001. Paris : Textuel. 160 p.

GOODY, Jack. 1994. La culture des fleurs. Paris : Seuil. 628 p. (Coll. Librairie du XXe siècle).

MAIDA, Owens. 2001. Louisiana roadside memorials : negotiating an emerging tradition. In SANTINO, Jack : Spontaneous shrines and the public memorialization of death. New York : Palgrave Macmillan.

SIMON, Jean-François. 2004. Tous les oiseaux ne se cachent pas pour mourir… L’intolérable idée de la mort sur la route. In PENNEC, Simone (dir.) : Des vivants et des morts. Des constructions de la bonne mort. Brest : Université de Brest, p. 349-356.

2. Documents inédits 

CAILLOUET, Jeffrey, Wayne. 2005. Roadside memorials : a cultural response to sudden death along Pearl River county roadways. Master’s thesis of anthropology, University of Southern Mississipi.

ISNART, Cyril. 19 mars 2004. La route, les jeunes et la mort : pratiques thanatologiques dans les Alpes. Intervention pour la journée d’étude du laboratoire de l’IDEMEC sur « Les rituels de la mort », Aix-en-Provence.

NICOLAS, Laetitia. 2005. Les bouquets funéraires de bords de routes : une approche ethnologique d’un nouveau code de la route. Mémoire de Master 1 d’anthropologie, Université d’Aix-en-Provence (dir. D. Musset).

NICOLAS, Laetitia. 2006. Les bouquets funéraires de bords de routes : un nouveau code de la route ? Mémoire de Master 2 d’anthropologie, Université d’Aix-en-Provence (dir. D. Musset).

WEISSER, Jennifer. 2004. Micro-sacred sites : the spatial pattern of roadside memorials in Warren County, Ohio. Master’s thesis of anthropology, Wright State University.

ZIMMERMAN, Thomas. 1995. Roadside memorials in five south central Kentucky counties. Master’s thesis of anthropology, Western Kentucky University.

3. Articles

ARNAUD, Didier. 12 février 2003. Le bord des routes porte le deuil, Libération. 

BUREAU, Eric. 6 janvier 2005. Ces stèles qui fleurissent au bord des routes, Le Parisien.

CLARK, Jennifer, CHESHIRE, Ashley. 2004. RIP by the roadside : a comparative study of roadside memorials in New South Whales, Australia and Texas, United-States, Omega, vol. 48-3, p. 202-222.

COLLINS, Charles, RHINE, Charles. 2003. Roadside memorials, Omega, vol. 47-3, p. 221-244.

DUMAS, Brigitte. 1 novembre 2006. Ces lieux de mémoire au bord des routes, Le Dauphiné libéré, p. 3.

DRURY, Susan. 1994. Funeral plants and flowers in England : some examples, Folklore, n° 105, p. 101-103.

EVERETT, Holly. 2000. Roadside crosses and memorial complexes in Texas, Folklore, n° 111, p. 91-103.

HARTIG, Kate V., DUNN, Kevin M. 1998. Roadside memorials : interpreting new deathscapes in Newcastle, New South Wales, Australian geographical studies, n° 36, p. 5-20.

HENZEL, Cynthia. 1991. Cruces in the roadside landscape of North-eastern Mexico, Journal of cultural geography, n° 11-2, p. 93-106.

MONGER, George. 1997. Modern wayside shrines, Folklore, n° 108, p. 113-114.

PARDINI, Sèverine. Mai 2005. Ces rues que l’on fleurit en mémoire des disparitions tragiques, La Provence.

s.n. 2 mai 2005.Quand l’incivisme se joue de la douleur, La Provence.

SMITH, Robert James. 1999. Roadside memorials, some australian examples : critical essay, Folklore, n° 110, p. 103-105.

TISSIER, Jean-Pierre. 22 février 2006. Les bouquets du souvenir sur le bord de la route, La Provence, p. 7.

Haut de page

Notes

1 Je renvoie à mon blog http://bornes-de-memoire.over-blog.com

2 Analyse interne et externe d’un même phénomène.

3 Il s’agit uniquement de parents ayant perdu un enfant dans un accident de la route (âge des défunts allant de 9 à 29 ans), et dont 7 ont marqué ce lieu par un bouquet ou un aménagement.

4 Les gens semblent là préférer la verbalisation écrite. J’ai ainsi réalisé un entretien par écrit avec une des informatrices, une autre personne a dialogué avec moi par SMS, j’ai fait un entretien avec MSN et enfin j’ai utilisé les quelques commentaires écrits laissés sur mon blog.

5 Marqué par beaucoup d’informations qui finalement parlent peu : une accumulation de bouquets sur les routes, une accumulation de fleurs (fraîches et artificielles), un anonymat des bornes, etc.

6 Par l’intermédiaire de logiciels tels que WaveLab ou Audacity.

7 http://phonotheque.mmsh.univ-aix.fr/Record.htm?idlist=3&record=19100106124919283889

8 Où ils peuvent côtoyer des corpus traitant déjà de rites funéraires dans les Alpes par exemple.

9 Site des collections numérisées http://www.numerique.culture.fr/mpf/pub-fr/document.html?id=FR-DC-X0001_fc928d87&base=dcollection&hppage=10&totaldocs=1&pagename=resultats.html&qid=miKl-q&from1=rechsimple) et du Catalogue Collectif de France.

10 Offrant peut-être la possibilité d’une écoute neuve ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laetitia Nicolas, « Bruits et silences - Réflexion sur l’interprétation des données de terrain et sur leur archivage », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 30 | hiver 2006-printemps 2007, mis en ligne le 02 novembre 2010, consulté le 25 mai 2017. URL : http://afas.revues.org/1531 ; DOI : 10.4000/afas.1531

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page