Navigation – Plan du site

La part du sensible dans l’écoute et ses conséquences sur le traitement documentaire d’archives sonores en anthropologie

Laetitia Nicolas

Texte intégral

L’oreille de l’archiviste

1La part du sensible sur un terrain anthropologique coule de source, et son impact a déjà été largement étudié par ailleurs. Mais qu’en est-il de son rôle dans l’autre volet scientifique qui le complète, celui du traitement documentaire des enregistrements sonores ? Ecouter les enquêtes des autres, et en assurer la description en vue d’une diffusion, est une expérience singulière qui relève autant du sensoriel que du scientifique. « Entrer dans l’enquête » revient à se glisser dans une intimité non partagée et stimule par conséquent l’imagination.

2En effet, lors de l’archivage et du traitement d’enregistrements sonores, un certain nombre d’éléments font bien généralement défaut : le contexte de réalisation de l’enquête ou du corpus, le guide d’entretien, les notes de terrain, la façon dont les données ont été interprétées, la date, etc. Il s’agit alors de s’approcher sur la pointe des pieds… casque sur les oreilles.

3On peut donc se surprendre à jouer aux devinettes et à laisser aller ses impressions, autant sur ce qui se dit que sur le non verbal : où les protagonistes se sont-ils posés pour discuter ? Confortablement dans un salon, à l’extérieur sur une terrasse, sur un lieu de travail ? Pendant combien de temps ? Combien sont-ils ? Interviennent-ils tous, sur quels sujets et quel est leur rapport entre eux (lien de parenté, de subordination) ? Quelle est la nature de la relation enquêteur-enquêté ? Les interlocuteurs se disent « tu », ils se connaissent donc. A contrario ils se rencontrent pour la première fois, la relation est plus froide, plus lente à démarrer. Le collecteur a-t-il de l’expérience ? Il semble mal à l’aise, peu concentré, l’informateur décroche et s’impatiente ; à l’inverse l’enquêteur est trop bien installé dans son rôle et ne laisse pas son interlocuteur s’exprimer. Tout comme l’avant et l’après d’un entretien peuvent être imaginés, la situation présente peut donc se deviner, apportant par là des éléments d’informations supplémentaires. Les changements de timbre dans la voix et « le second son », au même titre que le second plan au cinéma (bruits de sirènes de voitures, entrechocs de tasses ou de verres lors de collations partagées, un téléphone qui sonne, le vent s’engouffrant dans la bonnette) sont également très suggestifs, et ajoutent des informations au discours des protagonistes.

  • 1  Deux enquêtes ayant exactement la même durée peuvent avoir une profondeur et une richesse très dif (...)

4De plus, chaque entretien a une densité1, une ambiance et un rythme propres. L’oral n’est pas linéaire, on passe d’une chose à l’autre, on revient en arrière, on repart plus loin voire complètement ailleurs. Ce mouvement de ressac fait partie de toutes ces données sensibles, moissonnées lors de l’écoute. Ainsi, un enregistrement ne fait pas seulement vibrer les cordes de l’intellect, mais bien celles de l’émotion. Sinon, pourquoi tant d’extraits sonores seraient-ils dorénavant utilisés dans les muséographies (au risque parfois de reléguer les entretiens au contenu plus fourni) ?

Conséquences sur le traitement documentaire

5Cependant, que faire de toutes ces données ressenties ? Il semble important, particulièrement dans le cas de traitement d’archives sonores en sciences humaines, d’assumer cette part de l’écoute. Cela en lui laissant une place, sans la survaloriser ni la mépriser, exactement au même titre qu’elle l’est dorénavant sur le terrain anthropologique. Elle peut donc figurer dans l’indexation (par le choix de mots-clés évocateurs et adaptés), sous forme de notes ajoutées et clairement séparées afin de ne pas brouiller les pistes, ou encore de résumés « critiques » intégrant directement un avis subjectif (tant sur le contenu que sur l’ambiance ou la qualité). Ce ressenti mis en œuvre lors du traitement documentaire n’entre pas en contradiction avec le travail scientifique mené au moment de l’entretien. L’écoute des enquêtes des autres participe de deux mondes qui se nourrissent mutuellement. Cette part subjective permet de s’immerger, et les données objectives (dates, noms, circonstances) donnent un cadre. C’est la mise en rapport de ce cadre et du ressenti qui permettront ensuite à d’autres de s’immerger à leur tour, et d’y trouver une multiplicité de données.

6Il est possible pourtant que cette faculté soit davantage développée chez les personnes possédant une double compétence, à la fois de collectage et d’archivage. Personnes dont l’oreille a la fâcheuse tendance à se tendre différemment, en particulier sur la situation même de l’entretien. En effet, il arrive que le collecteur creuse un sillon dont il n’est pas toujours possible (de l’extérieur) de percevoir la pertinence. L’archiviste s’impatiente alors : « mais enfin, ça ne sert à rien de s’appesantir sur telle ou telle chose ! ». A contrario, il s’agace lorsqu’il entend le collecteur passer à côté d’une information essentielle (de son point de vue) donnée par l’informateur, s’exclamant alors « mais non voyons, c’est plutôt cette question qu’il fallait poser ! ». Tout ethnologue qui enregistre ses entretiens et les réécoute est amené à se retrouver dans la même situation de critique. A la différence près que l’enquêteur dispose d’éléments de contextualisation de l’enregistrement, souvent inaccessibles à l’archiviste et pourtant indispensables, puisque même une écoute attentive où le sensible n’est pas bridé ne peut tout inventer.

  • 2  Corpus de 150 h, réalisé sur 4 mois à l’occasion de l’Année de l’Arménie, par 7 enquêtrices ayant (...)
  • 3  Par exemple, le corpus d’enquêtes sur la mémoire arménienne des Bouches-du-Rhône parle autant de l (...)

7Ainsi, un terrain où le traitement documentaire des futures enquêtes est pris en compte dès le départ, comme celui réalisé par l’association Paroles Vives sur les « Mémoires orales arméniennes des Bouches-du-Rhône » (2006-2007)2, présente l’intérêt de mettre simultanément en action ce double travail scientifique, et donne à la sensibilité un autre rôle. La rédaction de notes de terrain (le ressenti de l’ethnologue) et l’immédiate interaction avec le collecteur, sont une aide précieuse pour l’archiviste qui aborde alors autrement l’écoute. Cela permet par exemple de conforter, ou non, les premières impressions ressenties (l’entretien a été arraché difficilement, il s’est très bien déroulé, il a été refait car perdu une première fois, etc.), de relativiser les propos énoncés par les informateurs (on apprend qu’il n’était pas seul même s’il est le seul à parler, on connaît son métier, ses engagements), et de porter son attention sur quelques points intéressants à analyser. Toutes ces remarques apparaissant, en terme documentaire, sous la forme d’une indexation large3, des notes et un avis plus ou moins critique, qui seront les clés d’accessibilité aux documents, voire l’occasion d’un débat avec le collecteur…

L’oreille de l’ethnologue

8Pour un ethnologue, l’écoute des enquêtes de terrain des autres est une expérience stimulante et constructive qui mériterait d’être davantage utilisée lors de la formation. Premièrement, elle est riche en terme méthodologique. Faire cet effort d’écoute permet de se nourrir de l’expérience des autres, de mettre en place son propre guide d’entretien et de l’adapter à une situation spécifique, de développer une certaine vigilance au moment des enquêtes et donc à prendre du recul sur sa pratique. Cet « autre » entendu dont on a immédiatement perçu les défaillances de positionnement face à l’informateur (allant de l’écoute trop passive à la relance agressive), dont on a pris garde à la façon de poser les questions, observé les relances ou reformulations, peut facilement être soi-même.

9Il s’agirait, dans une sorte de dédoublement, d’écouter son propre entretien au moment où il se fait, en tentant de retrouver la distance du simple consultant d’une enquête. De plus, dans le cas d’un corpus comportant une grille d’entretien identique, appliquée par différents enquêteurs, une écoute comparative permet de toucher du doigt une autre notion subjective : celle du style de l’enquêteur.

10Il apparaît vite que chaque collecteur aborde un même sujet de façon personnelle, avec des méthodes qui lui sont propres, amenant alors l’archiviste à s’interroger sur l’interprétation des données. Si l’on veut que l’écoute soit réellement profitable dans le cadre de formations, il faut nécessairement la mettre en relation avec le travail fini et ne pas couper le matériau brut de son analyse. Deuxièmement, cette écoute présente bien entendu un intérêt scientifique en termes de contenu, mais pas toujours là où l’on s’y attend. Elle permet de comparer des données si l’on travaille sur un sujet similaire, mais peut également être instructive « dans les marges ». En effet, le génie de l’informateur est parfois d’aller dans des recoins très perturbants sur le moment pour le collecteur, l’attirant dans le hors sujet. Pourtant ces biais, qui ne sont pas toujours pris en compte au moment de l’entretien, sont potentiellement intéressants. Ce sont eux qui, s’ils ont été correctement repérés et indexés, pourront peut-être lors d’une réécoute, offrir de nouvelles perspectives d’analyse (pour des personnes issues d’un autre domaine des sciences humaines) et de nouveaux terrains (pour les ethnologues). Ainsi, lors du traitement documentaire d’archives sonores anthropologiques, différents niveaux d’écoute scientifiques sont à maintenir en permanence. Ils mettent en jeu des aspects aussi objectifs que subjectifs, obligeant à laisser traîner son oreille sur toute l’épaisseur de l’enquête. Même si l’écoute s’organise différemment selon la nature du corpus à traiter (s’il est correctement renseigné ou non, s’il est le fait d’un ou de plusieurs collecteurs), elle doit se faire en gardant à l’esprit la diffusion envers un public d’ethnologue (notamment comme méthode d’apprentissage) ou de chercheurs issus d’autres domaines scientifiques.

Haut de page

Notes

1  Deux enquêtes ayant exactement la même durée peuvent avoir une profondeur et une richesse très différente, imposant alors, contre toute attente, une durée de traitement allant du simple au double.

2  Corpus de 150 h, réalisé sur 4 mois à l’occasion de l’Année de l’Arménie, par 7 enquêtrices ayant la même grille d’enquête, auprès d’une centaine d’informateurs étalés sur trois générations. Corpus traité et déposé à la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence (http://phonotheque.mmsh.univ-aix.fr/Record.htm ?idlist =3&record =19109831124919270139)

3  Par exemple, le corpus d’enquêtes sur la mémoire arménienne des Bouches-du-Rhône parle autant de la transmission et des représentations de la culture arménienne que de l’identité marseillaise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laetitia Nicolas “La part du sensible dans l’écoute et ses conséquences sur le traitement documentaire d’archives sonores en anthropologie”, Bulletin de liaison des adhérents de l’AFAS n° 32, hiver-printemps 2008, p. 8-11.

Référence électronique

Laetitia Nicolas, « La part du sensible dans l’écoute et ses conséquences sur le traitement documentaire d’archives sonores en anthropologie », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 32 | hiver 2007 - printemps 2008, mis en ligne le 01 décembre 2007, consulté le 23 août 2017. URL : http://afas.revues.org/1538 ; DOI : 10.4000/afas.1538

Haut de page

Auteur

Laetitia Nicolas

nicolas.laetitia@voila.fr
Laetitia Nicolas a publié son MASTER 2 d’anthropologie sur Les bouquets sciences humaines. Les sources de son mémoire (entretiens et photographies) sont accessibles en lien avec le texte : http://www.imageson.org/document860.html

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page