Navigation – Plan du site

Le projet des archives sonores de la Bibliothèque publique d’information – Paris

Nathalie Nosny

Texte intégral

  • 1  Projet d’établissement de la Bibliothèque publique d’information, programme A-4, p. 19.
  • 2  Projet d’établissement de la Bibliothèque publique d’information, programme B-7, p. 28.
  • 3  Projet d’établissement de la Bibliothèque publique d’information, programme D-1, p. 40.

1Dans le cadre de son projet d’établissement, la Bibliothèque publique d’information (Bpi) a inscrit dès 2003 la création d’une bibliothèque numérique du XXe siècle destinée à valoriser le patrimoine spécifique de la Bpi et du Centre Pompidou dans le champ documentaire français1. La constitution d’une collection des archives sonores s’inscrit également pleinement dans son projet de bibliothèque à distance2, grâce à une diffusion en ligne des enregistrements et parfois même au téléchargement de certaines ressources selon les autorisations détenues. Enfin, naturellement, ce projet correspond principalement à la mise en œuvre de la politique d’action culturelle de la Bpi 3qu’il contribue à faire connaître et pérennise, créant ainsi un nouveau rapport de fidélisation et d’élargissement de son public.

  • 4  Le premier volet concernait la réalisation d’une base des archives du festival international de fi (...)

2Second volet de la Bibliothèque numérique4, la numérisation et la diffusion des archives sonores de la Bpi ont donc été évoquées dès 2003 et mises en œuvre concrètement en 2006. Il s’agit, à travers la constitution d’une véritable collection, de rassembler les enregistrements analogiques (depuis l’ouverture) et numériques (depuis 2001) des manifestations orales organisées par la Bpi, de les inventorier et de les mettre à disposition du public avec un véritable souci documentaire de catalogage, d’indexation et d’enrichissement des documents diffusés.

3Ce projet s’inscrit dans le projet plus global de la bibliothèque numérique de la Bpi : à savoir, grâce aux nouvelles technologies de l’information et notamment aux technologies numériques, une valorisation, une pérennisation et une diffusion de la valeur ajoutée très particulière que représente l’action culturelle de l’établissement depuis son ouverture. En effet, la Bpi n’est pas une bibliothèque patrimoniale. Son volet numérique ne peut donc consister en une numérisation d’un fonds patrimonial, libre de droits ou non. Mais, paradoxalement, ce projet permet également à la Bpi de constituer un fonds patrimonial qui intègre désormais ses collections encyclopédiques d’actualité et de référence : le fonds des archives sonores.

4Destinée à évoluer, la collection des archives sonores doit bien sûr être encore complétée, notamment sur le plan documentaire, mais devrait également intégrer occasionnellement, puis peut-être plus régulièrement, des documents vidéo des manifestations orales.

Les choix techniques

  • 5  Chargée d’études documentaires, j’ai été affectée à ce poste après avoir travaillé de nombreuses a (...)

5Pour réaliser ce projet, la constitution d’une base de données et d’une interface de gestion et de diffusion était nécessaire. La direction a donc créé un poste de chargé de collection responsable de ce projet en mai 20065. Il s’agissait, dans un premier temps, de rédiger un cahier des charges précis de la constitution de la base de données et de ses fonctionnalités. C’est lors de cette étape que se sont posées les questions de standard et de formats de structuration des données. Il était important que la Bpi, établissement culturel national, reste au plus près des standards établis ou en cours d’élaboration afin de permettre une interopérabilité des données, à l’intérieur de l’établissement mais aussi vis-à-vis des autres institutions avec lesquelles elle serait amenée à collaborer.

6Les choix techniques ont été réalisés en harmonie avec les deux institutions référentes en France sur le sujet des archives sonores — la Bibliothèque nationale de France et l’Institut national de l’audiovisuel — et conformément aux directives du ministère de la Culture et de la Communication6. Pour la conservation, les fichiers sont donc numérisés au format WAV (16bits 44khz) et stockés sur un serveur informatique régulièrement sauvegardé, ainsi que sur des supports physiques DVD conservés en chambre froide avec les supports analogiques originaux.

7Pour la diffusion, le choix du mp3 (128 kb/s) a été fait pour sa simplicité d’utilisation, sa qualité, et sa légèreté essentielle pour une diffusion en réseau. Le player devait utiliser une application universelle et ouverte. Le prestataire a proposé un player Flash® qui s’intègre parfaitement aux postes publics internes à la Bibliothèque sous navigateur sécurisé. Une évolution vers un player audio et vidéo Quicktime® est prévue. Ce player fonctionne également sur toutes les plateformes et est actuellement utilisé par l’Ina.

8Un premier choix a dû être fait sur la structuration des données entre les normes EAD7 et Dublin Core8. La collection des Archives sonores, malgré son appellation, ne constitue pas des archives au sens strict du terme. La norme EAD était donc beaucoup trop lourde à mettre en œuvre et peu adaptée à la réalité du projet. Il n’y avait nécessité ni de traçabilité des archives, ni de prêt, etc. La logique de diffusion et de conservation de cette collection relevait plus d’une logique de bibliothéconomie que d’une logique archivistique. C’est donc la norme Dublin Core qui a finalement été retenue pour sa simplicité et son ouverture avec, notamment, la possibilité pour les données de la base d’être moissonnées selon le protocole OAI9.

9La base elle-même, pour des raisons de gestion interne et de nécessité d’évolution, devait utiliser des outils libres et multiplateformes. Elle est réalisée en langage Php Mysql et toutes les données sont exportables au format xml, format standard d’une grande souplesse dans les applications web. C’est ce format xml qui a également rendu possible l’échange entre la base et le catalogue de la bibliothèque, structuré en Unimarc (logiciel Portfolio). En effet, un export des données de la base des archives doit être réalisé vers le catalogue de la Bpi afin que des notices soient créées directement dans l’Opac10. Ainsi, le lecteur à la Bpi peut interroger le catalogue et découvrir des résultats à sa recherche parmi tous les supports existants, de manière transparente. Un lien dans la notice ainsi créée à l’Opac renvoie vers la notice plus complète de la base des archives sonores, et surtout vers le player et la possibilité d’écouter l’enregistrement.

La gestion des droits

10Comme pour toute diffusion en ligne de données, la diffusion des archives sonores de la Bpi nécessite l’obtention des autorisations des différents intervenants. Des contrats ont été systématiquement passés depuis 1996 avec les intervenants aux différentes manifestations organisées par la Bpi et la diffusion sur Internet a été prévue depuis 2005. Nous avons donc pu mettre à disposition du public distant l’ensemble des manifestations organisées en 2006 et 2007 et certaines manifestations de la fin 2005. Pour les manifestations les plus anciennes, leur diffusion est actuellement prévue en interne, à la Bpi, sur les postes multimédias de consultation offerts à notre public. Certaines d’entre elles pourront cependant être ultérieurement mises en ligne sur Internet lorsque nous aurons adressé des demandes d’autorisation aux participants et que ceux-ci nous les auront retournées avec leur accord.

11Mais la mise en ligne nécessite également un accord avec les sociétés d’auteurs dans la mesure où il s’agit ici d’une représentation multimédia d’une œuvre. Un accord avec le SESAM11, qui représente les différentes sociétés d’auteurs pour la diffusion multimédia, n’autorise malheureusement que la diffusion en streaming, c’est-à-dire en flux continu. Cela exclut donc la possibilité pour l’internaute de télécharger les fichiers afin de les écouter plus confortablement et surtout de manière mobile, selon ses usages. Pour obtenir la possibilité de télécharger ces enregistrements, il serait nécessaire de renégocier directement auprès des sociétés d’auteurs et suivant le nombre de chargements effectués. Ce calcul quasiment impossible à réaliser et la surcharge de travail des sociétés d’auteurs rendent peu probable l’aboutissement d’un tel accord. Nous nous sommes donc tournés vers l’utilisation des licences Creative Commons12 qui offrent un outil juridique intéressant et, en l’occurrence, très conforme à l’usage que la Bpi souhaite faire des manifestations qu’elle organise. En effet, ces licences ont pour objectif une large diffusion gratuite des savoirs et connaissances ce qui correspond parfaitement à nos missions. La Bpi propose donc depuis mars 2007 aux intervenants de certaines manifestations (il s’agit encore d’une phase de test) de mettre leur intervention sous licence Creative Commons (Paternité, Pas de modification, Pas d’usage commercial) sur le site de la Bpi. Quelques enregistrements sont donc désormais disponibles sous forme de fichiers à télécharger, ce qui autorise le podcasting (abonnement, via des outils spécifiques, à des fichiers sonores ou vidéo).

Le calendrier et la méthodologie de l’élaboration de la base

12La structuration des données et les principes essentiels de navigation ont été inscrits dans le cahier des charges de l’appel d’offre. Le travail avec le prestataire retenu a ensuite permis d’affiner ces principes et de vérifier leur faisabilité, notamment en ce qui concerne la lisibilité des informations. Le cahier des charges a été rédigé en été 2006 et mis en ligne en septembre 2006. Les réponses ont été dépouillées et le prestataire13 a été choisi fin octobre 2006.

13Début décembre 2006, le serveur qui accueille le logiciel, les ressources numériques et les données de la base a été réceptionné et installé avec une version basique du logiciel sur laquelle nous avons ensuite travaillé quotidiennement, tandis que des réunions de travail hebdomadaires avec le prestataire permettaient la mise au point des fonctionnalités spécifiques et le traitement des anomalies.

14La base, réceptionnée début mai 2007, a été mise en ligne14 le 21 juin 2007. Elle ne comporte pas encore l’ensemble des notices prévues (près de 3000) car celles-ci sont documentées au fur et à mesure de la numérisation des supports analogiques et de la mise en ligne du rétrospectif. Elle compte à ce jour (août 2007) 360 notices de manifestations (collections, cycles, séances et interventions) et environ 5250 notices de personnes.

Présentation de la base

15La page d’accueil présente les six dernières actualités (derniers enregistrements mis en ligne ou manifestations particulières mises en valeur de manière manuelle) associées à une image dynamique et cliquable de la couverture du programme pour chacune d’entre elles. Il est possible de revenir aux actualités précédentes et de remonter ainsi dans le temps. L’intitulé de la séance est interrogeable, mais si l’internaute désire immédiatement écouter l’enregistrement sans rentrer dans le détail de la notice, il peut aussi cliquer sur le petit haut-parleur qui apparaît à la suite du titre. Le player s’ouvre dans une fenêtre pop-up afin que la diffusion ne s’interrompe pas lors d’un changement de page. Un fil RSS et un lien Podcast sont également présents, avec un renvoi systématique sur l’aide dans un souci pédagogique, afin d’expliquer aux internautes ce que sont ces liens et comment les installer.

16La partie gauche de l’écran est consacrée à un message de présentation générale et fait place par la suite à la liste des derniers résultats lorsqu’une requête a été lancée. Cela permet à l’utilisateur de toujours suivre sa dernière démarche et de pouvoir recliquer directement dans la liste s’il n’a pas choisi le résultat qui lui convenait. Naturellement, un historique de recherche et un historique de navigation sont également accessibles. La recherche se fait par un onglet toujours accessible en bandeau supérieur. Elle peut être simple (recherche plein texte sur les titres, sous-titres, résumés, mots-clés, auteurs) ou avancée : recherche par mot du titre, auteurs avec une liste indexée, mots-clés avec une liste indexée, date, type de fonds (archives sonores, manifestations professionnelles). Elle peut également être associée à une recherche directe sur les mêmes termes dans le catalogue de la Bpi qui s’ouvrira dans une nouvelle fenêtre. La liste des résultats apparaît dans la fenêtre principale à droite avec possibilité d’imprimer ou de sélectionner pour une consultation ultérieure la notice de la manifestation. Lorsque l’on clique sur l’un des résultats, la notice choisie s’inscrit alors dans cette fenêtre principale et la liste des résultats s’affiche sur la gauche, comme expliqué précédemment.

17Les notices sont organisées en quatre niveaux : le niveau « cycle », qui comporte plusieurs manifestations et correspond au cycle prévu par le commissaire de la manifestation, le niveau « séance », qui correspond à une entité d’une journée ou d’une soirée suivant l’organisation du cycle, le niveau « intervention » qui reprend les différentes parties (introduction, interventions, débats, conclusion, questions du public). Un niveau supérieur « collection » a été créé dans une optique éditoriale : il s’agit d’un outil destiné à permettre à l’internaute une navigation thématique présélectionnée dans le fonds des archives de manière pluridisciplinaire. Huit collections sont actuellement en projet, deux sont déjà présentes mais doivent être alimentées par des archives en cours de numérisation : « Grandes figures du XXe siècle » et « Villes et Territoires ».

18Chaque notice comporte des champs obligatoires ou facultatifs : titre, sous-titre, date, durée, lieu, type de manifestation, fonds, commissaire(s), conseiller(s) scientifique(s), intervenant(s), langue(s), résumé, note, mot(s)-clé(s), partenariat(s). A ces champs sont ajoutés la liste des notices liées (interventions et cycle pour une séance, par exemple), les documents numériques joints (programmes, images, diaporamas, sites internet, fichiers pdf, jpeg, etc.). Les noms de personnes sont cliquables et renvoient à une notice biographique et à la liste des participations de cette personne aux manifestations de la Bpi. Des documents numériques peuvent également être joints à ces notices personnes : sites institutionnels ou personnels, images, etc.

19Outre les champs textuels, chaque notice comporte une vignette correspondant à l’image du programme de la manifestation, la liste des documents d’accompagnement ou liens, la liste de notices liées et, surtout, le mode de diffusion de l’enregistrement selon les droits de chaque fichier : en ligne, à télécharger éventuellement, à la Bpi, non disponible (lorsque le support analogique ou numérique fait défaut), non autorisé (lorsque nous avons un refus de diffusion d’un auteur), non numérisé (lorsque le support analogique existe mais n’est pas encore numérisé). Dans ce dernier cas, une fenêtre de dialogue s’ouvre et, si l’utilisateur le souhaite, il peut demander la numérisation « à la carte » de la manifestation concernée. La présence d’une icône cliquable (un petit haut-parleur) permet d’ouvrir le player et d’écouter les enregistrements, avec les fonctions principales d’un outil de ce genre : défilement du titre, réglage du volume, pause, lecture, remise à zéro. Ce player doit évoluer avec la mise en ligne de vidéos, mais il doit rester à la fois simple dans son fonctionnement et le plus universel possible, compte tenu des différentes plates-formes d’utilisation existantes.

Premières impressions et perspectives d’avenir

20Le public de la Bpi pouvait déjà, depuis fin 2005, accéder aux fichiers son des dernières manifestations sous forme de simple liste de liens sur le site web. La base de données lui donne aujourd’hui la possibilité d’utiliser un véritable outil documentaire. Son interrogation sur de multiples critères et l’enrichissement des notices par des documents numériques de sources diverses en font une ressource riche et très évolutive. Nous espérons que les utilisateurs de la Bpi et les internautes utiliseront toutes ces fonctionnalités et ces informations mises à leur disposition pour enrichir leurs recherches et développer leurs pratiques multimédias.

21Nous recevons régulièrement via le webmestre ou directement, par la boite de dialogue de l’interface des archives sonores, des messages électroniques d’internautes de tous univers : qu’il s’agisse de particuliers en province ou à l’étranger, ou de certains intervenants qui (re)découvrent leurs participations, ou enfin de collègues à la recherche d’informations précises. Leurs réactions sont pour la plupart positives, même si la doléance récurrente reste l’absence de téléchargement pour la majorité des fichiers… mais nous espérons pouvoir peu à peu augmenter la part des fichiers sous licences Creative Commons afin de remédier à ce souci.

22Début 2008, nous souhaitons mettre en ligne quelques manifestations enregistrées au format vidéo, qui nous serviront de test pour le futur dans l’optique du développement d’une politique régulière de diffusion vidéo. D’autres améliorations sont également prévues, dont certaines ne seront pas immédiatement visibles par le public mais contribueront à nous faciliter la gestion de la base en interne et à en faire un véritable outil de travail pour certains de nos collègues notamment. Enfin, cet outil, très souple, très ouvert, devrait pouvoir s’articuler dans l’avenir à d’autres outils de la Bpi afin d’offrir à nos lecteurs un service encore plus cohérent et performant.

Haut de page

Notes

1  Projet d’établissement de la Bibliothèque publique d’information, programme A-4, p. 19.

2  Projet d’établissement de la Bibliothèque publique d’information, programme B-7, p. 28.

3  Projet d’établissement de la Bibliothèque publique d’information, programme D-1, p. 40.

4  Le premier volet concernait la réalisation d’une base des archives du festival international de films ethnographiques et sociologiques Cinéma du réel. Il a été présenté aux professionnels des bibliothèques et mis en ligne dans une première version de travail en mai 2006.

5  Chargée d’études documentaires, j’ai été affectée à ce poste après avoir travaillé de nombreuses années pour les éditions de la Bibliothèque publique d’information – Centre Pompidou.

6  http://www.culture.gouv.fr/culture/mrt/numerisation/

7  http://www.loc.gov/ead/index.html

8  http://dublincore.org/

9  http://www.openarchives.org/

10  http://sfed2.ck.bpi.fr/Fede/Site/Typo3.asp ?lang =FR

11  http://www.sesam.org/

12  http://fr.creativecommons.org/

13  http://www.opsomai.com/

14  http://archives-sonores.bpi.fr/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Nosmy “Le projet des archives sonores de la Bibliothèque publique d’information – Paris”, Bulletin de liaison des adhérents de l’AFAS n° 32, hiver-printemps 2008, p. 2-7.

Référence électronique

Nathalie Nosny, « Le projet des archives sonores de la Bibliothèque publique d’information – Paris », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 32 | hiver 2007 - printemps 2008, mis en ligne le 01 décembre 2007, consulté le 25 mai 2017. URL : http://afas.revues.org/1646 ; DOI : 10.4000/afas.1646

Haut de page

Auteur

Nathalie Nosny

Chargée de collection Archives sonores,
Bibliothèque publique d’information,
Centre Pompidou (septembre 2007).

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page