Navigation – Plan du site
Lu et écouté pour vous

"Guide d’analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de banques de données" par Bénédicte Bonnemason,Véronique Ginouvès, Véronique Pérennou

Dominique Saur

Texte intégral

1Parthenay, AFAS, FAMDT, collection Modal, 2001, 186p.

2En 1994, la Fédération des Associations de Musiques et Danses traditionnelles (FAMDT) publiait un premier « Guide d’analyse documentaire pour la mise en place de banques de données pour le son inédit et le son édité ». Cette publication pionnière, posant les jalons essentiels dans un domaine où rien, ou presque, ne nous venait en aide en matière de traitement des documents sonores, nous livrait ainsi un outil de travail fondamental et indispensable. Avec la mise à jour concernant le son inédit, publiée à l’automne 2001, nous disposons désormais d’un outil encore mieux « ficelé », plus facile d’accès, plus clair (en particulier en ce qui concerne la table récapitulative des différents champs figurant en annexe 8) et plus complet avec l’adjonction d’une table de transcodage entre les champs FAMDT et les zones Unimarc.

  • 1 Introduction du Guide, p. 16
  • 2 Ibidem

3Soulignons d’abord le côté pratique. Le petit format du guide nous permet de mieux « l’oublier » sur un coin du bureau afin de pouvoir s’y référer à la moindre incertitude. Sa manipulation est grandement facilitée par une spirale métallique en guise de reliure. Détails matériels vous me direz… ils ont toutefois toute leur importance pour un instrument de travail que toute personne amenée (à divers titres) à gérer du son inédit devrait détenir. Les auteurs du guide (B. Bonnemason, V. Ginouvès et V. Pérennou) sont très claires à ce sujet : « Le manuel ne veut pas s’adresser seulement à des documentalistes mais à tous ceux qui, s’intéressant à la musique traditionnelle et au patrimoine ethnologique, pratiquent ou exploitent collectages et enquêtes orales avec des objectifs très divers […] (diffusion, conservation, recherche) »1. Il s’agit bien d’élargir le cercle des utilisateurs, guidés dans leur pratique par des façons de faire communes en vue d’une harmonisation minimale des systèmes de description du son inédit. « Les règles de graphie, même accompagnées d’explications et d’exemples, paraîtront sans doute fastidieuses au néophyte tandis que le spécialiste de la documentation pourra les trouver superflues »2. Problème incontournable pour ce type de publication. Mais le néophyte en question pourra toujours s’adresser à un spécialiste justement, capable de l’aider à rentrer dans la logique du manuel.

4Unifier pour mieux échanger, telle pourrait être la devise du guide, l’enjeu étant d’unifier la gestion informatisée des fonds sonores. Faciliter l’échange des données, établir des passerelles entre les différents centres documentaires (centres de documentation d’associations ou d’institutions, mais aussi services d’Archives départementales ou communales se tournant de plus en plus vers la conservation et la mise en communication d’enquêtes orales) passe nécessairement par une harmonisation minimale de la description et de l’analyse d’enregistrements uniques, fixés sur des supports variés, renfermant des contenus d’une extrême richesse. Les conditions de production d’un document sonore en font toute sa valeur. Or qui est mieux placé que le collecteur ou l’enquêteur pour fournir ces précieux renseignements qui doivent accompagner l’enregistrement pour mieux l’éclairer.

5Faire accéder le document sonore inédit à un véritable statut de source implique évidemment de le rendre réellement accessible. Notre mission réside alors en l’établissement de multiples chemins d’accès à cette masse documentaire sonore profuse, et parfois hétéroclite. Il s’agit d’analyser chaque enregistrement à la fois dans sa globalité (caractériser l’unité intellectuelle considérée dans son ensemble) et dans le détail de son contenu, en identifiant les divers éléments signifiants qui le composent. Ces différents niveaux de description préconisés permettent ainsi à une base documentaire d’être interrogée de manière plurielle au gré des demandes très diverses émanant des différents publics (interrogation allant du très général à la question très fine d’un chercheur). Il est toutefois possible de rester à un niveau général de description, tout en fournissant une analyse détaillée du contenu de l’enregistrement. Il est en effet important de noter que le guide constitue un outil suffisamment souple et adaptable pour que tout un chacun puisse s’y référer tout en respectant la « philosophie » de l’organisme dont il dépend. Je travaille par exemple avec un logiciel archivistique et respecte les règles d’établissement d’un inventaire analytique de documents d’archives. Ce qui ne m’empêche pas d’adhérer au fameux tronc commun minimal.

  • 3 Op.cit. p. 59

6Pour finir, je voudrais juste souligner une mise en garde émise dans l’introduction, relative à la classification des domaines de la littérature orale : « Attention ! se baser sur un motif ou un titre est souvent trompeur. En l’absence d’une connaissance précise du conte-type correspondant, il est préférable de ne pas attribuer de numéro et de fournir les informations relatives au contenu du récit »3. Autant il apparaît en effet nécessaire de se référer au catalogue du conte populaire français de P. Delarue et M.-L.Tenèze et au répertoire des chants traditionnels de P. Coirault, autant l’usage et la manipulation de ce type de « pavés » me semble relever d’une connaissance si fine de ces « mondes » aurais-je envie de dire, qu’il vaut mieux rester sage en cette matière, et ne pas classifier à la va vite, mais au contraire, noter tous les éléments qui permettront un jour d’attribuer le bon numéro à un tel conte.

7Voici donc un manuel absolument indispensable, vous l’aurez compris. Que cela ne nous empêche pas de continuer à travailler dans le cadre des commissions régionales ; il nous reste de quoi faire, notamment en matière de chants et de danses. Nous avons de beaux jours devant nous avec les possibilités que l’outil informatique nous ouvre à présent : lier des notices biographiques, des photographies, etc., à des passages sonores. Mais n’oublions pas que le fameux « penser/classer », s’il représente toujours un casse-tête tout aussi phénoménal qu’incontournable, est aussi une gageure passionnante que nous ne pouvons laisser de côté. Penser seul dans son coin n’a jamais été une bonne chose, mais classer seul dans son pré relèverait plus que jamais de la pure folie. A bon entendeur…

8Cet article est également paru dans Pastel, n° 49

9L’ouvrage peut être commandé directement à l’AFAS (30€)

Haut de page

Notes

1 Introduction du Guide, p. 16

2 Ibidem

3 Op.cit. p. 59

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Saur, « "Guide d’analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de banques de données" par Bénédicte Bonnemason,Véronique Ginouvès, Véronique Pérennou », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 22 | printemps-été 2002, mis en ligne le 16 août 2010, consulté le 23 août 2017. URL : http://afas.revues.org/1847

Haut de page

Auteur

Dominique Saur

Secteur ethnologique des Archives départementales du Lot

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page