Navigation – Plan du site

Les archives orales comme outil de transmission du savoir : l’exemple du traitement d’une collection sonore en juba-arabic

Aline Dang

Entrées d’index

Géographie :

Soudan
Haut de page

Texte intégral

1Actuellement étudiante en licence professionnelle sur le patrimoine numérique, j’ai suivi un stage à la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme entre mars et juin 2009. J’ai compris au cours de mes études que le métier du documentaliste se diversifiait sans cesse et que le domaine des archives venait à prendre de plus en plus de place. Ainsi les archives sonores, me semblaient être exemplaires. Spécialiste de la sauvegarde des documents sonores, le phonothécaire se doit aujourd’hui de répondre à des exigences ciblées sur la conservation pérenne, la valorisation de documents sonores et la mutualisation des connaissances. La gestion de projet qui incombe à l’archiviste suppose des compétences multiples qu’il s’agit de mettre à profit dans un souci de transmission du savoir. C’est à lui que revient la charge des choix documentaires qui vont alimenter les sources auxquelles feront appel les historiens, linguistes, sociologues et autres chercheurs de demain. Sa responsabilité est stratégique au sein des centres de ressources documentaires et son rôle ne se cantonne plus désormais à celui de conservateur. En l’occurrence, la dématérialisation du support sonore et l’importance de la convergence des contenus ont bouleversé le domaine de l’archivage et, le rôle patrimonial qu’endossent désormais les archives, démontre leur impact indéniable dans le domaine de l’information et de la documentation.

2Dans le contexte actuel, les objectifs de la numérisation des sources sonores sont multiples : la conservation pérenne des documents, la mise en forme des documents des chercheurs en vue d’une édition et la possibilité pour le grand public d’accéder à ces sources. Sa vocation à moyen terme est de valoriser ce patrimoine immatériel. Les enjeux de cette numérisation sont donc pluriels et justifiés dans un contexte de conservation du patrimoine oral. La démarche d’accompagnement de la sauvegarde des archives sonores par leur valorisation est donc centrale.

Traitement d’un corpus sonore en langue rare

3Lors de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de 2003, l’UNESCO a souligné le rôle essentiel que jouent les langues dans l’humanité : outil de communication par excellence et principaux véhicules des expressions culturelles et du patrimoine culturel immatériel, les langues définissent l’identité des individus et des groupes. On comprendra donc l’importance de sauvegarder ce patrimoine culturel.

4En 2008, Catherine Miller, chercheur en ethnolinguistique de L’IREMAM, a déposé à la phonothèque de la MMSH plus de vingt-six heures d’enquêtes réalisées au sud du Soudan au début des années 80 (1981 et 1984). Afin d’étudier le phénomène de l’arabisation dans cette région du monde, Catherine Miller a enquêté des populations de milieux sociaux divers en juba-arabic. Ce pidgin (langue de communication utilisée entre deux ou plusieurs communautés ne parlant pas la même langue) qui emprunte ses origines à la langue arabe et auquel ont été injecté des éléments de dialectes sud soudanais, a peu à peu évolué vers une langue véhiculaire. Pouvoir aujourd’hui accéder à ces sources orales constitue une richesse inestimable : le traitement documentaire proposé par la phonothèque apporte une dimension nouvelle aux publications déjà parues, mais il donne également l’occasion de découvrir une langue rare qui a très peu de chances d’arriver jusqu’à nous. L’enquête de terrain appliquée à l’ethnolinguistique prend tout son sens dans l’oralité car elle offre l’opportunité d’écouter des langues rares qui évoluent constamment et qui sont même parfois vouées à disparaître.

5Comme le souligne Corinne Cassé dans son article : « Exemple de traitement documentaire de l’archive orale à la phonothèque de la MMSH », publié dans le Bulletin de l’AFAS N° 22, la numérisation et le traitement documentaire d’enquêtes orales supposent une réflexion poussée au niveau de la méthodologie et des choix documentaires retenus. Le premier objectif du traitement consistant dans le passage d’un fonds manuel en fonds numérique, il s’agit pour le phonothécaire de « penser » son travail de façon globale. D’un point de vue pragmatique, il faut aujourd’hui considérer que l’aspect scientifique des sources documentaires ne s’oppose pas, contrairement à ce que l’on a tendance à penser, à l’aspect humain. Tout au long du traitement du corpus sonore de Catherine Miller, je me suis efforcée de respecter le ton donné aux enquêtes par le chercheur même si cela s’avère illusoire. Laetitia Nicolas a ressenti cette difficulté lorsque, en tant qu’ethnologue documentaliste, elle a traité une collection qu’elle n’avait pas elle-même enregistré. Elle l’a fort bien exprimée dans son article paru dans le Bulletin de l’AFAS N° 32 : la part sensible de l’écoute de l’archiviste a des conséquences considérables dans le traitement documentaire d’archives sonores. Pour ma part, la documentation du corpus a été l’occasion de développer à proprement parler, une véritable collaboration avec Catherine Miller : ses conseils et explications m’ont permis d’avancer efficacement dans mon travail et mes questions lui ont permis de redécouvrir ses enquêtes sous un angle nouveau. Cette relation d’échange s’est avérée indispensable pour le traitement des enquêtes alors même que je ne connaissais pas la langue des enregistrements. Or, rien n’est plus difficile qu’interpréter que traiter une langue inconnue. Pour cela, il m’a fallu me concentrer sur le contenu en faisant sans cesse des liens entre les informations léguées par le chercheur et les informations récoltées au cours de l’écoute et l’analyse des enquêtes (environnement sonore, intonation des voix, rires, silences).

Les enquêtes de terrain : un des outils essentiels de la recherche en ethnolinguistique

6Le fonds en juba-arabic proposé par Catherine Miller constitue pour la phonothèque un fonds unique d’autant que les enquêtes ont été collectées avant la guerre dévastatrice qui a ravagé le Soudan dans les années 80. Depuis la fin de la guerre civile (1983-2004), cette langue véhiculaire, développée dans la région de Juba dans le sud Soudan, a subi des transformations que seules ces enquêtes peuvent révéler : témoins d’une époque révolue, elles incarnent la mémoire des hommes, femmes et enfants qui ont participé aux enregistrements.

7Afin d’étudier l’évolution du juba-arabic et les enjeux de l’arabisation dans le contexte économique, politique et culturel de cette région du monde, Catherine Miller a enquêté un large panel de la population sud soudanaise : personnes âgées et jeunes, villageois et citadins, hommes et femmes ainsi que personnes éduquées et personnes peu éduquées, Catherine Miller n’a oublié aucune catégorie sociale et sa démarche lui a permis de mieux appréhender les conflits linguistiques liés à l’opposition langue orale/langue écrite, langues vernaculaires/juba-arabic et anglais/arabe. Si la plupart ont été enregistrées lors de procès dans des tribunaux coutumiers de Juba, on trouve également dans son corpus sonore des extraits de musique de rue ou encore des témoignages thématiques ou des prêches à l’église. Comme le prouvent ses nombreux travaux ou publications, ses enquêtes ont été menées dans un cadre d’étude ethnolinguistique. Pourtant, on pourrait très bien envisager d’exploiter ces documents à d’autres fins et c’est justement cela qui intéresse le phonothécaire. En effet, traiter, valoriser et diffuser un fonds sonore aussi rare, est le meilleur moyen de sauvegarder un patrimoine culturel mondial considérable.

8Bien que tous les enregistrements soient spontanés, l’une des enquêtes était le résultat d’une certaine mise en scène imaginée par Catherine Miller : à sa demande, deux adolescents, Lado et Nyekesi ont accepté de discuter librement au sujet des filles, de la sexualité et de la violence autour d’une bouteille d’alcool local. J’ai trouvé cette démarche audacieuse, et les rires parfois gênés, ou les silences prolongés ainsi que les quelques mots d’arabe que j’ai pu saisir de leur conversation, ont largement facilité mon travail documentaire. Cela prouve bien la portée des enregistrements sonores : les enquêtes ne constituent pas une fin en soi. Elles suscitent un ressenti propre à chaque personne qui les écoute, et c’est en ce sens qu’elles constituent une véritable mine d’informations en ethnolinguistique. En effet, la façon dont une enquête est perçue par un auditeur peut dégager des axes d’études variés : à partir de ses enquêtes, Catherine Miller a par exemple choisi d’étudier l’argot des jeunes de Juba ou encore le langage utilisé par les femmes en ville. Comme elle l’avoue elle-même, avec le recul des années, elle aurait pu développer d’autres axes d’études à partir de ces mêmes enquêtes. En ce sens, le dépôt de ses enquêtes de terrain à la phonothèque s’inscrit parfaitement dans une logique de mutualisation des informations.

9Par ailleurs, le travail d’intellectualisation que suscite l’écoute de ces enregistrements ne porte pas uniquement sur le sens de ce que l’on écoute. La contextualisation et l’intention de l’auditeur va de surcroit enrichir le corpus. Plus concrètement, le linguiste qui comprend le juba-arabic ne recherchera pas les mêmes informations qu’un novice. Si le premier peut par exemple se pencher sur les aspects grammaticaux, les accents ou les niveaux de vocabulaire utilisés par les différents locuteurs, le second va plutôt faire travailler sa logique, son intuition, son imagination ou satisfaire un besoin de curiosité. Et c’est bien là que se trouve l’intérêt des enquêtes orales car la parole a été matérialisée sur des laps de temps plus ou moins longs, que seuls les documents sonores sont capables d’éterniser. Sauvegarder ces documents revient en quelque sorte à protéger certaines langues rares de l’oubli et à faire un travail de mémoire collective précieux pour les générations à venir. Avec la mondialisation qui suppose une large diffusion des informations, la simple conservation n’a plus de sens. Nous sommes loin de l’approche fonctionnaliste et le principal défi de la société d’information est de surmonter sa propre complexité. L’auditeur est désormais un acteur conscient du système qu’il étudie c’est à dire qu’il ne s’agit pas pour les linguistes par exemple, d’étudier un langage sous l’angle de la structure mais sous l’angle de ses effets au niveau de la communication.

10C’est la raison pour laquelle la diffusion de ce type d’archives à un large public est nécessaire car elle permet, grâce à des écoutes successives (celles du documentaliste et celle des usagers de la phonothèque), d’apporter des interprétations diverses qui vont valoriser les informations et donner un sens nouveau aux intentions retenues au départ par les enquêteurs.

11Ainsi, à l’instar des documents iconographiques, les archives orales ont su se faire entendre dans la société de l’information : alors que les images immortalisent un instant bref et précis, les documents sonores fixent des instants où la vie transparaît soudain sur la durée, devient palpable. La sauvegarde des archives orales est un phénomène assez récent, l’espoir est grand, au vu de leur utilité publique, qu’elle se démocratise en vue de préserver un patrimoine immatériel unique en son genre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aline Dang, “Les archives orales comme outil de transmission du savoir : l’exemple du traitement d’une collection sonore en juba-arabic”, Bulletin de liaison de l’AFAS, n° 34, 2009, p. 14-17

Référence électronique

Aline Dang, « Les archives orales comme outil de transmission du savoir : l’exemple du traitement d’une collection sonore en juba-arabic », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 34 | été-automne 2009, mis en ligne le 01 juin 2009, consulté le 26 février 2017. URL : http://afas.revues.org/2130 ; DOI : 10.4000/afas.2130

Haut de page

Auteur

Aline Dang

Etudiante en documentation
Université de Béziers
Contact : aline.dang@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page