Navigation – Plan du site

Le théâtre dans les collections du département de l’Audiovisuel

Elizabeth Giuliani

Texte intégral

1L’histoire des ressources sur le théâtre dans les collections du département de l’Audiovisuel suit le développement de l’institution qui prit en charge en France, dès 1911, le patrimoine sonore puis audiovisuel et qui lui-même est conforme à la chronologie des médias de la fixation des sons.

Brève histoire du département de l’Audiovisuel

2Les archives de la parole (1911-1928) sont établies à la Sorbonne par l’effort du linguiste Ferdinand Brunot, avec le soutien technique de la firme Pathé. L’objectif est, sur le modèle des établissements fondés déjà à Vienne en 1899 et à Berlin en 1901, de collecter et recueillir les témoignages de l’expression orale. Celle de grands acteurs est ainsi concernée.

3Le Musée de la parole et du geste (1928-1938) qui leur succède affirme une orientation essentiellement folklorique. Dans les enregistrements réalisés à l’occasion de l’Exposition coloniale internationale qui se tint à Paris en 1931, on trouve des enregistrements de musique de théâtre (Bali et Laos).

4La Phonothèque nationale (1938-1977) est créée avec la mise en œuvre du dépôt légal  de l’édition phonographique qui prend désormais une place prééminente dans la constitution des fonds (le premier dépôt effectif en janvier 1940), et le théâtre y tient la place que lui accordent les usages ou, du moins, ceux que perçoit l’industrie culturelle.

5Le département de l’Audiovisuel intégré à la BN puis la BnF (en 1993), rejoint le site de Tolbiac.

Brève histoire des médias de l’enregistrement et de la place qui occupe le théâtre

6Si la mise au point d’un système de fixation et restitution audible des sons date de la fin des années 1870, il faut attendre près de vingt ans pour qu’apparaisse une édition phonographique à proprement parler : mise à disposition d’enregistrements en nombre auprès d’un public.

7De 1895 à 1925 environ, la technique de l’enregistrement est acoustique et privilégie les voix.

8Le théâtre apparaît relativement tôt (vers 1900) dans la période de commercialisation du média, majoritairement consacrée à la chanson et à l’opéra diffusé sous forme d’extraits. Il semble que le théâtre observe une ligne éditoriale sensiblement semblable, ascendante, à celle du répertoire lyrique, mais à une échelle nettement moindre.

9Très tôt les éditeurs phonographiques ont souci d’enregistrer des personnalités de renom à la scène. En France, ce sont en particulier des sociétaires de la Comédie française : les frères Coquelin (chez Gramophone et Pathé), Albert Lambert, Paul Mounet et Jean Mounet-Sully, Eugène Silvain (Pathé, 1918), Jules Leitner (forte production chez Gramophone, 1907), et enfin Maurice de Féraudy (1859-1932) dont la carrière à la scène et au disque fut longue et très active.

10On profite de cet instrument de mémoire exceptionnel qu’est le phonogramme pour témoigner des ouvrages d’auteurs contemporains, parfois oubliés aujourd’hui : Henry de Bornant ou Paul Hervieu et sa Théroigne de Méricourt (Zonophone X 2129 interprétée par Sarah Bernhardt). On entend ainsi les créateurs de rôles qu’ils enregistrent à une époque quasi contemporaine de leur première interprétation : Constant Coquelin, dit Coquelin aîné, enregistre une page de Cyrano de Bergerac, créé en décembre 1897, la Tirade du duel, sur cylindre Pathé format inter en 1902. Son fils Jean, créateur du rôle de Ragueneau en grave un fragment pour Zonophone, l’année suivante.

11L’édition phonographique a le souci également de conserver le témoignage vocal d’auteurs lisant leurs œuvres. Un des pionniers est Victorien Sardou qui laisse trois enregistrements réalisés à Paris, en 1905, pour la marque Fonotipia. Il dit des extraits de Patrie, La Haine et La famille Benoîton.

12Les comédiens appliquent aussi leur art de la déclamation à d’autres genres proches du théâtre, comme Coquelin Cadet qui grave, pour la Gramophone en 1903, quelques monologues, notamment de Nina de Villars ou ceux de Charles Cros (Le hareng saur et L’Obsession). Une interprétation qui trace la collaboration de Charles Cros, l’un des inventeurs de l’enregistrement sonore, avec Ernest Coquelin, sociétaire de la Comédie française, qui disait ses monologues au cabaret Le Chat noir, à partir de 1876. Nombre d’acteurs fixent également leur lecture de fables de La Fontaine, notamment Georges Berr (1867-1942).

  • 1  Un exemplaire de tous les enregistrements cités existe dans les collections du département de l’Au (...)

13On emprunte bien sûr au répertoire du théâtre classique (Corneille, Molière, Shakespeare…) que l’on déclame dans sa langue nationale, comme il est de coutume aussi pour l’opéra. Ainsi Firmin Gémier enregistre-t-il des extraits du Marchand de Venise de Shakespeare dans une traduction de Népoty (Gramophone, 1923)1. En Autriche, le grand tragédien Joseph, Kainz, déjà âgé, enregistre en 1902 pour la Grammophon, un monologue d’Hamlet en allemand. L’idée apparaît assez vite de constituer un véritable corpus d’intégrales d’œuvres dramatiques comme il en est d’œuvres lyriques. L’initiative en revient à la firme Pathé qui publie en 1912, sur disques d’un format de 35 cm, deux intégrales Le Cid et Le Malade imaginaire, interprétés majoritairement par des comédiens du Français. Dans le même mouvement elle publie des intégrales d’opéras dont celle de Carmen enregistrée avec les dialogues parlés.

  • 2   La marque apparaît en 1936 dans Le Répertoire phonographique : liste générale alphabétique de tou (...)
  • 3  Il diffuse aussi les marques : Le Disque d’enseignement, Le Disque à l’école

14L’usage de l’électricité pour amplifier et réguler la technologie de l’enregistrement des sons, à partir de 1925, permet une croissance et une diversification considérable des répertoires dont profite le théâtre. Au début des années 1930, apparaissent des éditeurs discographiques spécialisés dans la musique, la littérature, la vie politique… Sont créées des marques à connotation pédagogique où le théâtre tient sa place. Les Ecrivains français2 agit sous les auspices du Comité du phonographe dans l’enseignement. Elle est déposée le 19 juin 1936 par Pierre Marius Coumat3. Florilège est, elle, créée en 1935 et déposée le 27 janvier 1936 par la Société L’Anthologie sonore. Cette dernière est le fruit d’une initiative de musicologues qui souhaitaient créer un label restituant des répertoires de musiques anciennes et baroques.

15On y trouve par exemple des extraits de L’Avare (Acte I sc. 5 ; Acte IV sc. 7) de Molière par Charles Dullin (Florilège HP1207). Les comédiens Georges Berr (1867-1942), André Brunot (1879-1973) enregistrent durant cette époque, ainsi que Ludmilla Pitoëff (Le Procès de Jeanne,) chez Odéon, vers 1930. Berthe Bovy, la créatrice du rôle, enregistre La Voix humaine de Jean Cocteau en mai 1930 pour la Columbia (réf. DFX 40DFX 41).

  • 4  Premier DL en 1951

16L’ère du microsillon (commercialisé en France en 1949) qui commence avec la fin du second conflit mondial et s’achève avec le numérique (commercialisé en 1982), est l’âge d’or de l’enregistrement sonore. C’est une apogée pour l’enregistrement parlé et notamment pour le théâtre. Au lendemain de guerre, deux éditeurs publient ce répertoire sous les marques Pléiade et Simul singularis.Parmi les vingt-quatre références déposées au titre du dépôt légal4,  apparaît Mony Dalmès dans Horace.

17Sous la marque Véga, créée en novembre 1955, se développe un intéressant catalogue théâtral, moins important par sa quantité, que précieux par sa qualité. Il décline plusieurs collections : Théâtre de France,en collaboration avec le Théâtre de l’Odéon dont il présente les grandes créations (Tête d’or de Claudel) ; Théâtre national populaire, sous la direction artistique de Jean Vilar (Henri IV de Luidgi Pirandello, Ubu d’Alfred Jarry...), avec les musiques originales de Maurice Jarre qui les accompagnent.

18C’est aussi chez Véga qu’est publiée, en 1962, la bande sonore de la version télévisée du Cyrano de Bergerac, réalisée par Claude Barma avec Bernard Noël et Daniel Sorano (diffusée en décembre 1960).

19Une autre initiative, riche et intéressante, à vocation pédagogique, est celle de L’Encyclopédie sonore créée vers 1954 par Georges Hacquart, le directeur de l’Ecole alsacienne. Le théâtre y est très présent, avec le choix d’acteurs inattendus à l’époque (Michel Galabru en Argan, Guy Bedos, Diafoirus et Sophie Daumier, Toinette dans le Malade Imaginaire, vers 1967). A l’origine, éditée par Ducretet-Thomson, sa publication fut reprise par Hachette.

  • 5  Caedmon TRS316
  • 6  Caedmon TC1002

20Le même mouvement se retrouve ailleurs dans le monde. Aux Etats-Unis, avec la marque Caedmon, créée en 1953 par Barbara Holdridge et Marianne Roney et aujourd'hui propriété de Harper Collin, qui se spécialise dans la littérature et le théâtre. On y trouve par exemple, The Balcony de Jean Genet, interprété par Pamela Brown, Patrick Magee, Cyril Cusack, Eileen Atkins…5  ou Dylan Thomas reading6

21Une collection, Les Chef-d’œuvre du théâtre, est publiée entre 1960 et 1962, sous la marque La Voix de l’auteur, par un éditeur de Lausanne. Ces disques étaient d’ailleurs distribués en France par Véga. Elle était consacrée à la lecture d'œuvres littéraires par leur auteur "devant un groupe d'amis intimes". Le premier disque est Antigone lu par Jean Anouilh (LVA 1). Parmi les auteurs ainsi publiés figurent : Marcel Achard (3), Jean Anouilh et Eugène Ionesco.

22Cependant, les éditeurs discographiques généralistes développent également un catalogue théâtral intéressant. C’est le cas de Pathé Marconi, de Philips (Les Perses, version télévisée, 1961, musique de Jean Prodromidès) ou de Decca...

  • 7  Dont le dépôt légal est institué en 1975 et effectif à compter de 1977.

23Puis, l’édition vidéo7 se substitue progressivement à l’enregistrement sonore dans les années 1980, particulièrement pour les captations théâtrales.

  • 8  L’ensemble des documents parlés représente environ 6% des dépôts annuels effectués auprès du dépar (...)

24Aujourd’hui le théâtre, au même titre que les répertoires spécialisés (jazz, classique…) survit par une édition restreinte8 qui s’emploie avant tout à exploiter les éditions anciennes (Frémeaux & associés, notamment)  et constitue un marché de « niche ».

Haut de page

Notes

1  Un exemplaire de tous les enregistrements cités existe dans les collections du département de l’Audiovisuel.

2   La marque apparaît en 1936 dans Le Répertoire phonographique : liste générale alphabétique de tous les disques vendus en France au 1er janvier 1932 suivie d’un index alphabétique des interprètes et d’un index alphabétiques des compositeurs. – Paris : Office de la musique, publié en 1932, suivi de 6 suppléments jusqu’en 1937. Il recense l’ensemble des titres édités sur le territoire français pour l’année qui précède sa parution.

3  Il diffuse aussi les marques : Le Disque d’enseignement, Le Disque à l’école

4  Premier DL en 1951

5  Caedmon TRS316

6  Caedmon TC1002

7  Dont le dépôt légal est institué en 1975 et effectif à compter de 1977.

8  L’ensemble des documents parlés représente environ 6% des dépôts annuels effectués auprès du département de l’Audiovisuel (mois de 100 unités donc).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elizabeth Giuliani, « Le théâtre dans les collections du département de l’Audiovisuel », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 36 | printemps 2011, mis en ligne le 11 mars 2011, consulté le 29 mars 2017. URL : http://afas.revues.org/2554 ; DOI : 10.4000/afas.2554

Haut de page

Auteur

Elizabeth Giuliani

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page