Navigation – Plan du site
La conservation de l'oral : mémorisation et réseaux

Une phonothèque : pour quoi faire ?

Marie-France Calas
p. 105-108

Texte intégral

La phonothèque en constitution

1Dans les années 1880, la possibilité enfin réalisée de fixer les sons et de les reproduire à l’infini fait de l’homme un démiurge. Les linguistes et les folkloristes sont les premiers à utiliser l’enregistrement.

2Le phonogramme devient l’auxiliaire idéal de l’apprentissage des langues, de la musique. Les collections ethnographiques se constituent au gré des progrès techniques et ils sont prodigieux : en un peu plus d’un siècle on passe du cylindre à la cassette numérique audio R-DAT.

3En France, les Archives de la parole sont créées en 1911 au sein de l’Université de Paris. Elles sont relayées en 1928 par le Musée de la Parole et du Geste qui développe également des collections linguistiques et anthropologiques. En 1938, la première phonothèque nationale à caractère encyclopédique est constituée. À partir de 1945 les archives radio commencent à être conservées de façon systématique. C’est dire que très vite nombre de professionnels, de collectionneurs se sont préoccupés de la conservation, du catalogage, de la diffusion des phonogrammes. Pourtant l’Association internationale d’archives sonores n’est créée qu’en 1969 à la suite de la FIP (Fédération internationale des phonothèques).

4Il faut attendre dix ans de plus, 1979, pour que se constitue une association des archives françaises définie au départ comme une branche nationale de l’IASA (International association of Sound archive, créée en 1969, dont le Président est actuellement Gerald Gibson, Division de l’Audiovisuel de la Library of Congress), puis à partir de 1984, comme une association plus autonome, affiliée à l’Association internationale.

5L’AFAS, pour la première fois, réunit collecteurs et chercheurs institutionnels, collectionneurs et représentants des producteurs et des sociétés d’auteurs. Le but : faire reconnaître la valeur patrimoniale de tous les documents sonores et audiovisuels et affirmer le principe d’une Phonothèque comme lieu spécifique de mémoire et de diffusion.

Des phonothèques régionales

6Jean-Claude Bouvier, en 1980, alors président de l’AFAS, a présenté au Ministère de la Culture un rapport afin d’obtenir la création d’un réseau de phonothèques régionales coopérant dans les domaines de la normalisation, des catalogues facilitant ainsi l’échange, la conservation partagée et la complémentarité des collections.

7Dix ans plus tard, le bilan est sévère. Il y a peu de phonothèques régionales et il n’est pas sûr que la notion même de patrimoine sonore et audiovisuel soit aussi bien comprise que nous l’espérions alors.

Une phonothèque pour quoi faire ?

8Face à la surabondance du son et de l’image collectés, produits, diffusés par la radio et la télévision, le chercheur éprouve une certaine méfiance et fuit une réalité bruyante pour retrouver ses valeurs sûres : l’écrit. Le document oral jaillit, multiforme, il fait peur. Le document oral est une source fragile, trop chargé d’humain. Il demeure subjectif et présente trop de facettes multiples, résiste à l’analyse. Le chercheur qui réalise des enregistrements pour ses propres enquêtes ne l’avoue pas tant il redoute d’être assimilé à un journaliste.

9Pourtant, les documents sonores et audiovisuels sont une part grandissante de notre mémoire. Ils ont plus (ou près) d’un siècle d’existence ; comment pourrait-on leur refuser un statut culturel ?

10Si le chercheur est réservé, les associations de collecte ont acquis dans le même temps une belle maturité. « Du militantisme au professionnalisme archivistiques », ainsi pourrait se décrire le parcours de l’AVAS (Association valdôtaine d’archives sonores), de DASTUM (association bretonne de collectage) pour ne citer qu’elles. Les associations comme les institutions sont une part du réseau : elles ne peuvent pas sauver seules le patrimoine sans coopérer avec d’autres, notamment avec des institutions nationales dont les missions naturelles sont la normalisation, la conservation et la coopération nationale et internationale.

Spécificités d’une Phonothèque Nationale

11La Phonothèque Nationale est un centre national de conservation, de recherche sur le fond et la forme des collections qu’elle préserve. Elle témoigne des sources et permet leurs comparaisons.

12La mission des associations est de faire vivre le patrimoine qu’elles collectent et qu’elles créent, de le « revivifier » à la manière des Africains. La phonothèque d’association est davantage un lieu de dialogue et d’évolution. Le rôle d’une phonothèque universitaire sera de permettre au chercheur d’avoir accès rapidement à des fonds spécialisés concernant son domaine.

13Une phonothèque nationale peut répondre à toutes les questions d’aspect juridique, technique que les autres se posent à un moindre niveau. C’est ainsi le rôle joué par la Phonothèque Nationale de Paris, par la Library of Congress de Washington, les Archives Nationales du Canada, etc. Elle est souvent la seule à investir dans la recherche en matière de conservation car la pérennité physique des collections est une de ses missions essentielles.

14Tout document, au contact d’autres collections, évolue. Le collecteur croit souvent avoir épuisé le contenu de l’enregistrement qu’il a réalisé pour ses propres travaux. Pourtant, ce dernier témoignera demain pour bien d’autres choses. Il est donc indispensable que le document dispose de « sa carte d’identité originelle » qui permettra de connaître les conditions objectives et matérielles de sa production : pour une interview, ce sera savoir qui étaient les intervenants, mais surtout, quelles ont été les conditions réelles de l’enregistrement. Pour un enregistrement musical ce sera, en plus, la conservation des diapasons lors des séances. C’est ainsi que les enregistrements de la Mission Brunot témoignent plus sur la forme des enquêtes en 1913 que sur leur contenu.

15Au résultat, ce qui est essentiel dans une phonothèque, ce n’est pas tant les accès sophistiqués, autorisés par une base de données très performante, que le recours au document d’origine et à sa fiche d’identification qui permet de retrouver les conditions de production.

16Le rôle essentiel de la phonothèque et qu’aucune institution ne pourra faire, c’est de sauvegarder l’authenticité du document, sauvegarde physique (une vitesse mal utilisée peut transformer une voix d’homme en voix de femme) et intellectuelle en permettant tous les accès possibles. Souvenons-nous de ces chercheurs classificateurs qui ont passé leur vie à emprisonner dans des cases logiques des documents qui devenaient inaccessibles par une démarche autre que la leur. C’est pourquoi le meilleur classement restera toujours celui réalisé à partir des éléments objectifs d’une identification : topographie, chronologie, noms de témoins, identification des incipits. Ensuite, l’analyse même des documents appartient à chaque chercheur.

17La phonothèque veillera à la cohérence de ses fonds et à leur développement. Trois enregistrements sur la pêche en Bretagne n’ont aucun sens. Il convient de veiller à la constitution de véritables corpus significatifs enrichis au fur et à mesure des années. Il est utile de privilégier, comme cela s’est fait dès l’origine à la Phonothèque Nationale de Paris, la réunion des documents édités et collectés (ou les documents collectés et radio-télévisés, selon le principe des Archives Nationales du Canada).

18La Phonothèque Nationale, conservant alors dans un même lieu les collections inédites et les documents édités, témoigne de l’intégrité originelle des collectes lorsqu’elles font l’objet d’édition partielle. Par exemple, l’album de trois disques « Musique corse de tradition orale » (AFN 88/0-10) publié par la Phonothèque Nationale en 1980 n’est qu’une sélection destinée à un public large. Mais le recours à la source – c’est-à-dire aux 150 heures d’enregistrements documentés réalisés par Félix Quilici – est à tout moment possible. De même que l’album de deux disques compact « Congrès du Caire 1932 » (AFN 88/0-10, publiés dans la collection « Archives sonores de la Phonothèque Nationale » ne prend son sens que par rapport à la totalité de la collection de 176 disques 78 T conservée par la Phonothèque Nationale.

19Le prix de la conservation et de l’élaboration des systèmes documentaires est très élevé. Une phonothèque, comme tous les lieux de préservation de la mémoire, ne peut pas être économiquement viable sans subvention. Mais la mémoire n’a pas de prix. Les peuples privés de leur histoire recherchent partout leurs racines pour les reconstituer. La phonothèque, en tant que lieu de mémoire de collections étrangères, est bien souvent sollicitée.

20La complémentarité entre une phonothèque nationale, des phonothèques universitaires, des phonothèques régionales, d’instituts, d’associations, est évidente. La Phonothèque Nationale est encyclopédique et patrimoniale, une phonothèque universitaire sera généralement thématique, une phonothèque associative peut être, dans son domaine, encyclopédique mais sa préoccupation sera la restitution et le lien avec les utilisateurs.

21On est en droit de se demander s’il peut y avoir, en France, un réseau pour le patrimoine sonore et audiovisuel ; une conservation en région, une autre plus nationale. S’il faut conserver un lieu d’intégrité pour des collections sensibles à la commercialisation abusive. La phonothèque est à la croisée des chemins : la demande des chercheurs est encore faible, celle des marchands, des éditeurs, des radios est très forte. Cette demande commerciale encourage les responsables politiques à ne considérer le son et l’image que sous leur aspect mercantile et presque jamais comme document patrimonial. Pourtant, qu’elles appartiennent à des centres d’archives, à des bibliothèques, collections privées ou à des associations, les phonothèques sont le garant des collections qu’elles acquièrent. Face à la surabondance de documents, il appartient aux phonothèques de faire le tri et de garder aussi la mémoire d’un patrimoine en constitution. Il est urgent d’abolir les différences méthodologiques, notamment en matière de catalogage, entre les centres d’archives et les bibliothèques. Un phonogramme ou un vidéogramme doivent être décrits de la même façon.

22Plus que jamais, le patrimoine sonore et audiovisuel a besoin de lieux spécifiques, hors des médiatisations et des sélections abusives peu respectueuses des sources, c’est pourquoi nous nous inquiétons de voir réunies dans le projet de la Bibliothèque de France, au sein d’un même département, deux fonctions antinomiques : acquisition d’une sélection de documents d’illustration dont les sources existent ailleurs et gestion du patrimoine hérité de la Phonothèque Nationale et de la tradition des Archives de la Parole dans une perspective d’encyclopédie notamment en ce qui concerne le dépôt légal de phonogrammes et de vidéogrammes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-France Calas, « Une phonothèque : pour quoi faire ? », Bulletin de l'AFAS [En ligne], Les phonothèques entre recherche et culture, La conservation de l'oral : mémorisation et réseaux, mis en ligne le 27 février 2012, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://afas.revues.org/2644

Haut de page

Auteur

Marie-France Calas

Présidente de l’AFAS, Conservateur de la Phonothèque Nationale, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page