Navigation – Plan du site
La conservation de l'oral : mémorisation et réseaux

La Fédération des associations de musique traditionnelle (FAMT)

Véronique Pérennou et Frédérique Nègre-Fontanel
p. 109-120

Entrées d’index

Géographie :

France
Haut de page

Texte intégral

Création et composition de la FAMT

1La Fédération des Associations de Musique Traditionnelle ou FAMT a été créée en 1985 à l’initiative de quelques associations dans le but de « promouvoir, coordonner et diffuser les actions de recherche, expression, création, formation et éducation permanente ou populaire menées dans le domaine des musiques traditionnelles et de représenter, à leur demande, les associations membres auprès des pouvoirs publics et de l’opinion ».

2La Fédération regroupe actuellement une trentaine d’adhérents dans toute la France. Ce sont des associations dont les objectifs sont assez différents : cela peut aller de l’animation presque exclusivement jusqu’aux activités centrées autour de la documentation, la formation ou la recherche. Certaines associations travaillent uniquement dans le domaine des musiques traditionnelles, comme l’Agence des Musiques Traditionnelles en Auvergne (AMTA), le Centre International de Musique Populaire de Ceret en Catalogne (CIMP) ; d’autres ont un rayon d’activités plus large, comme Dastum en Bretagne ou l’Union pour la culture Populaire en Poitou-Charentes (UPCP). Toutefois, ces associations ont toutes un dénominateur commun : des fonds sonores importants provenant de collectes locales. Malheureusement, la plupart des enregistrements sonores recueillis étaient jusqu’à présent difficilement accessibles au public car ils n’étaient pas inventoriés. L’utilisation de ces documents se bornait en général à celle faite par les collecteurs eux-mêmes.

3Parmi ces associations, certaines toutefois avaient déjà réalisé un travail important sur leurs archives sonores. C’est le cas en particulier de l’association Dastum dont l’un des objectifs fondamentaux est de mettre à la disposition du public un fonds documentaire sur la musique traditionnelle et sur les traditions orales, avec un accent particulier sur la chanson (c’est ainsi qu’environ 25000 chansons et morceaux instrumentaux sont traités et accessibles à la médiathèque de Dastum à Rennes ou dans ses antennes locales en Bretagne, ainsi que d’autres fonds documentaires iconographiques et écrits). C’est donc à Dastum que la FAMT a demandé d’animer une commission sur la documentation lors des Assises nationales des Musiques Traditionnelles qui se sont tenues à Paris en novembre 1989. Lors de ces assises est née l’idée de créer un groupe de travail regroupant les associations réellement motivées pour traiter leurs fonds sonores dans le but de les rendre accessibles au public.

4Ce groupe de travail dont l’association Dastum assure la coordination générale, s’est fixé les objectifs suivants :

  • proposer une harmonisation des systèmes de description et mettre en place un service de conseil et de coordination pour la mise en route de systèmes de gestion informatisés des fonds documentaires à l’intention des structures qui en font la demande ;

  • dans un deuxième temps, élaborer un programme de formation aux techniques documentaires au niveau de la France ;

  • enfin, organiser ou coorganiser avec d’autres structures des séminaires de formation et/ou de réflexion sur les problèmes liés à la documentation et à la diffusion de ces fonds (collecte, techniques de conservation, problèmes juridiques et éthiques de l’accessibilité des fonds au public...).

5Outre un travail concret sur la documentation, le groupe souhaite également mener une réflexion et une action en faveur de la promotion des phonothèques et médiathèques. C’est-à-dire, faire prendre en compte par les pouvoirs publics et les partenaires financiers l’importance de la mise à disposition des archives sonores à un large public. En d’autres termes, en recherchant des financements pour le traitement des archives sonores et des fonds documentaires en général, leur accès au public et leur diffusion ainsi que pour la formation aux techniques de conservation et de traitement documentaire. Outre la Phonothèque Nationale et l’AFAS qui sont également associées à ce travail, ce groupe de travail, qui s’est réuni plusieurs fois depuis sa création, regroupe actuellement dix structures que nous présentons ici brièvement :

  • Agence des Musiques Traditionnelles Auvergne : créée en 1986, cette association a un fonds important de disques, documents iconographiques et sonores non encore traités ;

  • Centre des Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes : association loi 1901 de création récente disposant d’un fonds potentiel important (évalué à 4000 heures d’écoute) non encore entièrement déposé ;

  • Conservatoire occitan : c’est une association de type Loi 1901, créée à l’initiative de la ville de Toulouse. Le fonds rassemble tous types de documents : 1400 ouvrages, 5000 partitions, documents sonores, vidéo, iconographiques. Ce conservatoire a actuellement le projet d’informatiser ses collections avec le logiciel Texto ;

  • Dastum : cette association a déjà été présentée plus haut, chap. II de ces Actes (pp. 99-100) ;

  • Institut de Musique Populaire d’Europe Méditerranéenne : l’IMPEM est membre de la Fédération Sardaniste du Roussillon. Ses missions ont pour objectif l’animation, la formation, et également la recherche et la documentation. La gestion de la documentation sera, à terme, assurée par une association autonome : le Centre International de Musique populaire. Le fonds de l’IMPEM comprend entre 8000 et 10000 partitions, dont la gestion est en cours avec un logiciel spécialement conçu. En outre, il possède des ouvrages imprimés, une discothèque, une phonothèque, une iconothèque et une collection d’instruments de musique d’Europe méditerranéenne ;

  • Phonothèque Régionale Languedoc-Roussillon : c’est une association de type Loi 1901, créée en 1979. Le fonds est composé de textes oraux, ethnomusicologie, enquêtes ethnomusicologiques et d’une partie contemporaine enregistrés sur supports magnétiques (300 bandes). Ce fonds est informatisé ;

  • ODAC de l’Hérault : présenté au chapitre II, conjointement à Dastum (pp. 97-99) ;

  • Sonothèque des Archives départementales de la Dordogne : créée en 1986, elle a pour objet de collecter et traiter tout ce qui a trait à l’histoire du département (voir intervention de Sylvain Roux) ;

  • Sonothèque de Cordes : c’est un service des Archives Départementales du Tarn, qui existe depuis le début de l’année 1990. Le fonds sonore comprend des enquêtes ethnographiques et ethnomusicologiques provenant essentiellement de l’association La Talvera, des émissions de radio locales. L’informatisation en est commencée avec le logiciel Texto ;

  • Union pour la Culture Populaire Poitou-Charentes : l’UPCP, déjà présentée à la table ronde sur les ethnotextes de 1980, est une fédération d’associations, créée en 1968. Le fonds réunissant toute la documentation des associations de l’UPCP est estimé à 10000 heures d’écoute. Ces enregistrements ont été partiellement dépouillés.

La mémorisation : de la collecte à la diffusion

6Les réflexions qui vont suivre se limitent au domaine des documents sonores puisque le thème de ces rencontres concerne principalement les phonothèques.

La collecte

7La mémorisation commence bien sûr dès la collecte. Celle-ci peut être effectuée de multiples façons et être le fruit de diverses démarches. Mais si certains chercheurs ou organismes établissent une hiérarchie entre les différentes démarches, la commission documentation de la FAMT entend se situer clairement à un autre niveau par rapport à ces débats. Voici quelques extraits du rapport de la commission des Assises des Musiques traditionnelles (rédigé par Robert Bouthillier de Dastum) :

« En amont, la documentation est le produit de différentes démarches de recherche de type ethnographique ou de type inventaire de sources. Elle est essentiellement l’œuvre de chercheurs dans le sens de personnes en quête d’informations dont les motivations peuvent être multiples mais qui sont toutes légitimes…
Ces chercheurs donnent une existence publique à leurs documents en les confiant à des centres spécialisés.
En aval, il y a de nombreux demandeurs, utilisateurs potentiels de la documentation accumulée par les collecteurs. Ces demandeurs sont eux-mêmes disparates (chercheurs, étudiants, animateurs, musiciens, etc.) et leurs objectifs et leurs besoins sont aussi très variables.
Entre les deux, les centres documentaires, donc les documentalistes qui y travaillent, jouent un rôle de médiateurs. Ils doivent faciliter l’accès des utilisateurs aux documents rassemblés et conservés sans préjuger de la validité des démarches des uns et des autres pour toutes les finalités qui respectent les normes éthiques relatives à la propriété des documents, à leur communication, à leur publication. [...] Toutefois, sans préjuger de la validité des démarches, on peut avoir un œil critique sur la qualité documentaire des documents à traiter. L’environnement descriptif des enregistrements sonores est essentiel pour l’efficacité de la documentation ; [...] La qualité de la documentation générée dépend de la qualité de la collecte elle-même. Cela est techniquement vérifiable pour les documents sonores mais reste également vrai pour tout ce qui concerne l’organisation des collections : systèmes de référence des supports et des documents annexes, existence de fiches d’inventaire description minimale des contenus, etc. Par expérience, on constate que, si la plupart des chercheurs, aussi bien les institutionnels que les associatifs, ont une bonne pratique de la collecte, leur formation est insuffisante au niveau de l’organisation de base des matériaux qu’ils accumulent. Si leur démarche constitue le premier maillon de la chaîne de préservation, elle remplit très imparfaitement les fonctions de conservation et de mise à disposition des documents ethnographiques qui représentent pourtant l`essentiel de la responsabilité patrimoniale que nous devons collectivement assumer. »

L’accessibilité des collections

8Si la mémorisation est en tout premier lieu la collecte, elle est donc également la conservation et le traitement documentaire de ces collectes. Et tout d’abord cela.

9Les remarques qui précédent impliquent des dépôts des collections dans des lieux accessibles au public : c’est là que les phonothèques ont un rôle très important à jouer en incitant les collecteurs à déposer leurs fonds. Il y a un énorme travail à faire en direction des personnes, chercheurs ou non, détentrices d’archives qui ne sont pas disponibles tant qu’elles ne sont pas déposées dans des phonothèques publiques. La publication d’articles dans la presse, les émissions de radio et de télévision peuvent contribuer à inciter le dépôt de collectes. Si les collecteurs savent que leurs documents peuvent être utiles à d’autres, ils les déposeront d’autant plus facilement. On doit également attirer l’attention sur les dangers de détérioration des bandes magnétiques et de la nécessité de les recopier par sécurité. On peut poser ici une question de déontologie : les témoignages enregistrés en matière de culture traditionnelle (répertoires de chansons, musiques, contes ou savoir-faire pratiques) qui relèvent du domaine du patrimoine collectif d’une société ne devraient-ils pas être considérés comme propriété de tous et non comme propriété du seul collecteur ? À ce sujet, la FAMT pourrait engager une réflexion et un débat.

La sélection des documents

La conservation des archives sonores

10Pour ce qui concerne les conditions matérielles de conservation du son, on pourra lire L’Oral en boîte édité par l’AFAS. Un constat toutefois s’impose : les coûts de stockage des enregistrements sonores dans des conditions idéales sont assez lourds. Actuellement, aucune structure de la FAMT n’a les moyens d’assurer un stockage idéal des archives.

11Trois autres points importants sont à souligner en matière de conservation :

  • problème du traitement d’urgence des bandes en mauvais état lors du dépôt (bandes détériorées, présentant des champignons, des moisissures...). Il faut attirer l’attention des collecteurs sur ce point délicat ;

  • problème de la pérennité des supports magnétiques : on préconise actuellement de faire une recopie systématique de bandes tous les quinze ans environ. Chaque copie diminue légèrement la qualité du signal sonore, inconvénient qui devrait disparaître avec la conservation sur support numérique. Mais les avis sont encore partagés sur l’utilisation du numérique pour la conservation d’archives sonores. De toutes façons, cette question de la nécessité de copie de bandes pour la préservation à long terme est souvent problématique car lourde financièrement ;

  • problème des copies de consultation : on sait qu’elles sont souhaitables, l’original ne devant en aucun cas servir à la consultation. Si la phonothèque possède les originaux, une copie sur cassette doit être faite, servant à la fois de copie de sécurité et de consultation. Si la phonothèque restitue les originaux aux collecteurs, une copie sera réalisée sur bande magnétique (ou cassette DAT le cas échéant), une autre sur cassette pour la consultation. Ce travail systématique nous semble fondamental pour améliorer l’accès aux documents et leur utilisation effective par le public. En effet, dans certaines phonothèques, où il n’y a pas de copie pour consultation, il faut agir en deux temps pour pouvoir écouter des enregistrements : venir consulter les fichiers, puis revenir ensuite pour avoir la possibilité d’écouter ce que l’on a sélectionné. Si cette démarche est relativement bien acceptée par les chercheurs, elle ne convient absolument pas au grand public ou aux personnes qui doivent se déplacer de loin.

12La commission documentaire de la FAMT a souhaité que soient mis en place des stages de formation aux techniques de conservation et de traitement de bandes magnétiques (de nombreuses questions techniques, que nous n’avons pas le temps d’aborder ici, se posent : choix des bandes, des matériels, utilisation de filtres... et nécessitent des connaissances très précises).

Le traitement documentaire

13Le projet de la FAMT se présente comme un lieu de réflexion commune sur le traitement des documents concernant la musique et par extension, des enregistrements de type sonore non édité.

14Lorsqu’on sait l’investissement que représente la conduite d’un projet de base de données, non seulement au niveau de son élaboration mais ensuite pour le mener à l’état de produit fini, il y a tout lieu de croire que le travail en réseau peut éviter bien des échecs. La confrontation des compétences, le regroupement de moyens techniques et financiers, influent sensiblement sur la rapidité des phases de mise en place et de développements ultérieurs. La résolution d’une problématique commune répond en partie aux problèmes d’harmonisation et par là-même à ce besoin de contact entre les phonothèques associatives ou institutionnelles.

15Le groupe travaille à la définition d’une grille d’analyse commune. Certaines des propositions qui sont présentées ici n’en sont qu’à l’état de projet et nécessitent d’être expérimentées avant d’être validées. C’est pourquoi cet exposé se limitera aux traits généraux sans rentrer dans les détails techniques.

Proposition de structure pour une application-type (logiciel Texto) de fichier documentaire

Les fichiers

16Un fichier « général » regroupe les notices descriptives des documents, tous types de supports confondus, ce qui offre la possibilité, sur un thème de recherche donné, de proposer une sélection de documents iconographiques, écrits ou encore sonores. Chaque notice est constituée d’un certain nombre de « champs » ou rubriques, au nombre de 50 dans l’état actuel du projet et dans lesquels sont consignées les données propres à un document : auteur, titre, cote, etc. Ce nombre peut paraître élevé mais il tente justement de faire le tour des critères nécessaires à une description complète des différents types de documents. Libre à chaque organisme de sélectionner ceux qu’il juge adaptés à ses propres besoins.

17À partir de ce fichier « général », il est possible de créer des sous-fichiers en sélectionnant par le critère du type de support et de permettre ainsi la recherche au sein des documents écrits uniquement, ou oraux ou encore iconographiques.

18La description des enquêtes de type ethnographique posait plus particulièrement le problème de la définition de l’unité documentaire. En effet, à l’intérieur d’un enregistrement d’entretien, peuvent figurer une chanson, un morceau instrumental, ou simplement une portion de conversation dont le contenu est différent du thème général de l’entretien et cependant significatif. Ils constituent eux-mêmes une unité qu’il faut pouvoir identifier et retrouver rapidement sans avoir à parcourir l’ensemble de l’enregistrement. Un fichier regroupe les notices de ces « morceaux » de documents, considérés eux-mêmes comme des unités documentaires et baptisés « items ». Ce choix de découpage permet également de solutionner le problème de la grande quantité de « descripteurs » ou mots-clés nécessaires à l’indexation fine de ce type de document : beaucoup de descripteurs, cela veut dire des index chargés, des délais de réponse plus longs.

19Leur description fait ressortir une spécificité par rapport à la description générale de l’enquête – ou plus largement du document – dans lequel ils sont inclus. En effet, cette notion d’item peut être appliquée aux documents écrits dans les cas où il est utile de faire ressortir un chapitre d’un ouvrage, un passage d’un article de périodique. Pour les documents iconographiques, par contre l’unité documentaire reste le document lui-même, et c’est au niveau de l’indexation que s’affine la description : les éléments significatifs sont traduits par des « descripteurs primaires », ceux qui figurent de manière moins évidente mais qui peuvent néanmoins présenter un intérêt dans une recherche, sont traduits par des « descripteurs secondaires ».

Les liens entre les fichiers

20Les deux fichiers – « f. général » et « f. item » – sont reliés par une opération Texto dite de « chaînage », ce qui permet lors de l’interrogation d’avoir accès à des informations présélectionnées contenues dans les deux fichiers. Plus précisément, cela offre la possibilité de ressortir rapidement lors d’une interrogation des informations qui auraient été perdues dans la masse des données propres à un document. Cette organisation de l’information a l’avantage de pouvoir s’adapter au type de demande qui est traité (informations très précises sur un thème déjà familier à l’utilisateur ou, au contraire, première approche d’un sujet par un étudiant).

Remarques sur la structure proposée

21Le traitement documentaire choisi par chaque phonothèque est fonction de nombreux facteurs : l’histoire du centre et de ses collections, le contexte et l’environnement culturel, les besoins (volume des fonds, questions des consultants), les moyens (financiers, en personnel compétent, en matériel...), la volonté politique (mise à disposition publique, public visé...). Toutefois, les principes généraux restent les mêmes pour toutes les phonothèques. En gardant les mêmes principes de description, le fonds peut être organisé ou spécialisé autour de recherches particulières. Ceci n’est nullement incompatible avec l’accessibilité aux informations. Cet aspect de possibilités de différents niveaux d’analyse est un des points importants développés par le groupe de travail « documentation » de la FAMT. Un traitement par étape peut être réalisé, la première étape indispensable réalisable rapidement étant la description « de base » qui permet de ne pas retarder l’accès au document par une analyse pointue et longue.

22Un autre point important à souligner est que, d’une part, une documentation, si bien indexée soit elle, ne pourra jamais de manière directe répondre à la totalité des demandes de tel ou tel consultant à problématique originale ; d’autre part, l’organisation documentaire ne pourra jamais remplacer le travail du chercheur. Elle doit seulement lui faciliter l’accès aux documents.

La diffusion et la restitution

23Dernière question liée à la notion de mémorisation, et sans doute la plus importante : la mémorisation, pourquoi faire ? Si engranger des enregistrements dans le but de la constitution et de la préservation d’un patrimoine sonore est fondamental, cela ne saurait être suffisant. La vocation des phonothèques est d’assurer la diffusion de ces éléments de mémoire et leur accès au public : diffusion par le biais d’éditions – permettant d’atteindre un public qui ne se déplacerait pas dans les phonothèques –, d’émissions de radio, de télévision, mais aussi diffusion par le biais de la consultation du public. En ce qui concerne la consultation des documents, je présenterai quelques réflexions de Dastum à ce sujet (ces problèmes n’ont pas encore fait l’objet de discussions précises à la FAMT). Au cours de ces rencontres, certaines phonothèques se sont plaintes de ne pas avoir beaucoup de consultations, remettant en cause par la même la justification de leur existence et cherchant comment inciter le public à venir consulter leurs archives. Le taux de consultation dépend de la politique d’une phonothèque : plus elle est ancrée dans une démarche d’action culturelle, plus elle agira de manière à ouvrir ses fonds au public. Il est probable cependant que la consultation de documents sonores est quelque chose de peu habituel pour le public (sans parler de l’acte de se déplacer dans une phonothèque ou une médiathèque). Il faut donc mettre en œuvre des actions de promotion des archives pour « attirer le client » – qu’il soit chercheur, étudiant ou grand public – et faciliter les accès aux documents, en particulier par :

  • l’accès immédiat à l’écoute de copies de consultation ;

  • une indexation très bien faite : il est moins facile de rechercher un passage sur une bande magnétique de 90 mn que dans un livre. Le répertoire doit donc être réalisé de manière assez pointue, et ceci de façon beaucoup plus impérative que pour l’écrit ou l’image. Les gens se lassent vite et ne sont pas prêts à écouter pendant des heures des enregistrements pour trouver ce qu’ils cherchent ;

  • des temps et des lieux de consultation idoines (par exemple, à Dastum où l’accès à la consultation est une des priorités, le centre principal est ouvert du lundi au vendredi jusqu’à 19 heures, le week-end sur rendez-vous et il se trouve en plein centre-ville ; les documents sonores sont par ailleurs dupliqués en plusieurs exemplaires et dispatchés dans des antennes Dastum locales où des permanences de consultation sont assurées par des bénévoles). En outre, il nous semble important de pouvoir assurer un service de conseil et la consultation, servir d’intermédiaire entre le public et les enregistrements, expliquer les précautions qu’il faut prendre pour l’utilisation des documents... Un enregistrement de collecte ne se consulte pas comme une simple livre ;

  • l’autorisation de copier les documents : s’il est vrai que le problème de la copie des enregistrements est moindre en ce qui concerne le répertoire musical, les chansons ou les contes, il faut insister sur le fait que la possibilité de faire des copies est un facteur déterminant pour la consultation. Nombre de personnes font 50, 100 voire plusieurs centaines de kilomètres pour consulter les archives sonores de Dastum. Ils écoutent pendant une ou deux journées, sélectionnent ce qui les intéresse et font des copies pour pouvoir ensuite travailler chez eux : on aurait dix fois moins de consultants, si l’on n’autorisait pas la copie. Il nous semble donc du devoir des phonothèques de favoriser cette démarche en incitant collecteurs et informateurs à autoriser cette copie. À noter toutefois qu’il est possible de réaliser des copies de consultation différentes des originaux si certains passages sont confidentiels.

24Nous n’avons par le temps d’aborder les problèmes juridiques et éthiques que posent la consultation de documents sonores. Ils sont nombreux et n’ont pas encore fait l’objet de discussions au sein du groupe de travail de la FAMT : propriété des documents, confidentialité des informations, contrat (interprète ou informateur), autorisation pour utilisation commerciale ou plus publique du document... Nous souhaitons organiser un séminaire de réflexion sur ces aspects.

Mémorisation et réseaux

25En matière de documentation, la notion de réseau a tendance à se développer actuellement. Face à la prolifération de l’information, des centres se regroupent pour travailler selon les mêmes critères afin de se partager le travail de traitement et de gestion de cette information. Un des exemples les plus connus est le réseau des bibliothèques aux États-Unis, toutes reliées au système informatique de la Bibliothèque du Congrès, chacune bénéficiant des informations de la base de données pour traiter ses livres ou apportant sa contribution à l’enrichissement des données. En France, jusqu’à très récemment, chaque bibliothèque faisait elle-même le travail de catalogage des livres (mise en fiches). Une majorité des fonds de bibliothèques étant le même partout, le même travail était donc réalisé des centaines de fois.

26Dans le domaine du patrimoine sonore, peu d’échanges existaient jusqu’à présent sur les aspects strictement documentaires. Des séminaires, des publications ont commencé à voir le jour depuis une dizaine d’années. Les phonothèques ont jusqu’à présent adopté des méthodes de traitement plus ou moins « maison », beaucoup d’entre elles suivent, de prés ou de loin, les recommandations de l’AFAS qui avait publié une grille d’analyse.

27À la FAMT, nous avons vraiment commencé à parler de réseau documentaire pour les musiques traditionnelles, au moment où le Ministère de la Culture commençait à envisager le financement d’un grand centre de musiques traditionnelles, plutôt que de continuer à financer les centres établis dans les régions ou aires culturelles un peu partout dans l’Hexagone. Il était urgent d’opposer à cette notion centralisatrice une idée de réseau de centres, travaillant en commun sur des bases harmonisées, répondant aux besoins du public là où il se trouve, c’est-à-dire localement, et ancrés dans une démarche d’action culturelle locale. Mais il fallait se poser un certain nombre de questions avant de s’engager dans la mise en place de ce réseau.

  • Pourquoi un réseau (au-delà du souci d’apporter une réponse politique à un projet), quels sont les besoins ?

  • Quelles sont les capacités humaines, financières, techniques existantes ?

  • Quel type de réseau mettre en place ?

28Pour illustrer différents types de réseaux, je peux vous présenter rapidement l’expérience de Dastum en la matière d’une part et d’autre part les choix qui ont été adoptés pour le moment à la FAMT.

L’exemple de Dastum

29À Dastum, la notion de réseau documentaire n’a pas été inventée mais imposée par la structure même de l’association : un centre principal avec des permanents salariés travaillant en collaboration avec des équipes locales, en général strictement bénévoles. Le traitement documentaire était centralisé et les archives étaient dupliquées et accessibles en plusieurs lieux de consultation. Certaines de ces équipes ont souhaité avoir un fonds local organisé et assurer le traitement des collectes elles-mêmes. L’organisation adoptée a été la suivante :

  • traitement et analyse des collectes localisés suivant des procédures définies en commun ;

  • centralisation des copies de conservation ;

  • réalisation de deux copies de consultation sur cassettes, l’une pour l’antenne locale, l’autre pour le centre principal Dastum de Rennes (avec photocopies des fiches) ;

  • informatisation des fiches d’analyse réalisée localement pour certaines antennes ;

  • gestion informatique des données concernant chaque antenne, copie de ces données sur disquettes transférées au centre de Rennes pour alimenter une banque de données centrale ;

  • transcription intégrale des enregistrements sonores ;

  • de même, les collectes traitées à Rennes sont ventilées à nouveau vers les antennes concernées le cas échéant.

Avantages d’un tel système

30Multiplication des énergies pour des travaux qui prennent du temps : transcription, copie et description des bandes, saisie informatique, cela suivant les compétences et les intérêts de chacun.

31En ce qui concerne les compétences, certains aspects des tâches documentaires sont mieux faits sur place qu’en un lieu central, par exemple les transcriptions. Quand les descriptions accompagnant les collectes sont incomplètes, on peut plus facilement retourner voir les collecteurs ou les informateurs.

32Dans un contexte de bénévolat, une telle organisation a un caractère formateur très important. Elle permet à chacun (et en particulier aux collecteurs) de prendre conscience des problèmes de description documentaire (par exemple de la difficulté d’utilisation des enregistrements si on n’a pas tous les éléments). Elle fait prendre conscience du travail de long terme. Le fait de responsabiliser les équipes de bénévoles implique une amélioration des actions. La notion de préservation du patrimoine prend une forme beaucoup plus concrète, qui va au-delà de la collecte. Du point de vue du fonctionnement interne, cela multiplie aussi les occasions de rencontre et de travail concerté, dynamise les partenaires.

Contraintes et inconvénients

33Au-delà des problèmes d’organisation matérielle, la principale limite de cette organisation est de trouver des bénévoles qui assurent ces fonctions sur le long terme et/ou du personnel permanent localement. Cette structure implique également une organisation beaucoup plus lourde pour le centre principal avec la mise en place des formations, un suivi et un contrôle permanent de l’homogénéité des traitements. La difficulté est donc de savoir assurer la liberté dans la cohérence.

34Malgré ces limites, nous souhaitons, à Dastum, privilégier ces orientations. En effet, au-delà des avantages pour le traitement documentaire, c’est surtout un réseau qui permet de décupler la consultation et la restitution des documents à un niveau local et favorise ainsi l’échange, le contact avec les consultants, les utilisateurs. Cela privilégie la « consultation-échange » et non pas la « consultation-consommation ». Le réseau en est un outil.

L’exemple de la FAMT

35Dans le cas de la FAMT, les choix en matière de réseau se limitent pour le moment à une volonté de traiter les fonds suivant les mêmes principes de description et améliorer la connaissance mutuelle de nos archives. En effet, autant l’adoption d’un système documentaire commun est nécessaire pour faciliter l’établissement de passerelles et d’échanges entre ces fonds, autant la constitution d’une banque centralisant toutes les données des différents centres ne s’avère pas primordiale. Le nombre de chercheurs ou de musiciens voulant avoir accès à telle ou telle chanson ou information provenant d’ailleurs est minime par rapport à la demande locale des gens qui souhaitent connaître et interpréter, étudier la musique ou la chanson de leur pays. Il est bien évident que ces échanges et la consultation mutuelle des fonds dans les différentes phonothèques se développera, mais elle ne constitue pas une priorité pour l’organisation du réseau. Le travail de catalogage des fonds localement va déjà représenter un tel travail – car bon nombre de centres n’ont pas encore commencé ces opérations de description documentaire – qu’il serait impossible de l’alourdir encore par la mise en place d’une banque de données commune. Toutefois, l’harmonisation des descriptions, si elle est respectée, permettra effectivement d’envisager un développement en ce sens dans le futur, en tous cas pour certaines parties des fonds.

Conclusion

36En fait, on le voit bien, les phonothèques de musique traditionnelle sont amenées à gérer des paradoxes :

  • une des composantes principales de la musique traditionnelle d’un terroir donné tient à son caractère évolutif, à sa capacité à intégrer et repenser des influences diverses extérieures en s’appuyant sur un fonds transmis et une culture partagée par un groupe humain et donc une pratique ;

  • si les phonothèques veulent prétendre à une quelconque pertinence, elles doivent intégrer cette dimension dynamique de leur sujet et ne peuvent se contenter d’un document, figé et fixé à tout jamais. L’enregistrement n’est que le témoignage - mais cela est déjà beaucoup - d’une pièce « p » chantée à un instant « t » par un interprète « i » dans un contexte « c ». Mais s’en tenir à cela serait aussi réducteur que de prétendre présenter un film en se contentant d’en extraire une image.

37En fait, la mémorisation en matière d’oralité ne peut être traitée avec les mêmes méthodes que celles employées pour les documents écrits ou matériels.

38Aujourd’hui, on constate que les musées éprouvent le besoin de mieux coller à une réalité vécue au lieu de se contenter d’exposer et d’expliquer les objets. Ils deviennent « musées vivants », « centre d’interprétation », on y pratique des stages de telle ou telle technique. Ceci devrait être encore plus vrai pour les phonothèques de musique traditionnelle qui ont, par définition, à gérer un fonds encore plus impalpable et évanescent. Dans leur cas, tout l’arsenal documentaire est une nécessité impérative mais ne peut surtout pas être considérée comme une finalité. Il leur faut donc inventer des solutions, sans doute différentes selon les régions, les milieux, les contextes, pour prendre en compte et favoriser tous les autres aspects qui participent en fait à leur objet : la convivialité autour d’un répertoire partagé, la pratique, l’évolutivité de cette pratique avec ce que cela suppose d’emprunts et de créations, etc. Mais la véritable mémoire en matière de musique traditionnelle reste la pratique conviviale.

39Tout cela pose effectivement le problème de l’organisation des phonothèques, de leur implantation, de leur intégration dans un corps social, de leur alimentation et, en dernier ressort, de leur justification et de leur utilisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Pérennou et Frédérique Nègre-Fontanel, « La Fédération des associations de musique traditionnelle (FAMT) », Bulletin de l'AFAS [En ligne], Les phonothèques entre recherche et culture, La conservation de l'oral : mémorisation et réseaux, mis en ligne le 27 février 2012, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://afas.revues.org/2651

Haut de page

Auteurs

Véronique Pérennou

Association Dastum, Rennes

Frédérique Nègre-Fontanel

Office Départemental d’Action Culturelle de l’Hérault, Montpellier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page