Navigation – Plan du site

Conclusion

Marie-France Calas
p. 121-125

Texte intégral

  • 1 Intervention orale restituée d’après l’enregistrement et revue par l’auteur.

1Il ne nous reste plus que peu de temps et je vais être obligée de condenser cette conclusion1 : j’oublierai donc certainement bien des choses.

2Ce qui me paraît le plus frappant et qui était au fond très positif, c’est que ces journées ont été ouvertes avec un ton qui a été qualifié de « désenchanté », tant de la part de Jean-Noël Pelen (qui s’est expliqué sur ce ton volontairement provocateur pour susciter le débat) que de Jean-Claude Duclos. Mais, plutôt que de parler d’un bilan négatif, il faut parler de bilan critique et toute critique est quand même intéressante.

3Depuis dix ans, on a effectivement l’impression que rien n’a avancé et on a même l’impression d’avoir régressé. En fait, ce n’est peut-être que parce qu’on ose dire maintenant (alors qu’on ne l’osait peut-être pas il y a dix ans) que les universitaires, les conservateurs et les archivistes ont peur du document oral, peur de l’image animée, peur de ce document immatériel, qu’ils ne maîtrisent pas et peur à la fois d’être pris pour des journalistes. Le monde envahissant du showbiz, de la radio et de la télévision fait qu’ils ont une attitude extrêmement frileuse et malsaine à l’égard de l’oral. Mais on ose le dire et on ose en parler ; je trouve que, simplement de ce point de vue-là, il y a peut-être quelque chose de positif dans notre débat.

4En tout cas, je pense que les universitaires et les conservateurs – dont je fais partie, bien évidemment – n’ont pas joué pleinement leur rôle, c’est-à-dire que les chercheurs n’ont pas suffisamment utilisé les documents oraux et l’image animée dans leurs recherches, alors que cela fait partie de notre patrimoine depuis plus d’un siècle. Les conservateurs de leur côté ont mis une certaine mauvaise volonté à collecter ces sources, à les conserver, ou à les mettre en communication. Je pense que nous portons une très lourde responsabilité et, en même temps, j’ai envie de dire que cela justifie le rôle d’une institution spécialisée : le rôle d’une médiathèque ou d’une phonothèque (qu’elle soit d’ailleurs régionale ou nationale) comme lieu à la fois de préservation de la spécificité de ces documents et aussi comme rôle de préservation de l’intégrité de ces documents.

5On a surtout parlé ici de documents sonores et oraux ; on a dit que le document oral est une source fragile chargée d’humain, fixée sur un support qui est lui-même fragile (que ce soit un support d’image animée ou de son, il a la même fragilité) et c’est un document qui a besoin de s’accompagner de tout son environnement informatif et en particulier de porter avec lui, ce qui n’est pas inscrit sur sa bande, à savoir toutes les conditions de sa production pour témoigner plus tard de son authenticité. Ce document a donc besoin à la fois d’être préservé dans son intégrité intellectuelle : il doit être décrit avec des normes extrêmement précises, le plus objectivement possible ; il a besoin que ce lieu de protection soit une phonothèque encyclopédique ou simplement une phonothèque d’association ; d’être préservé également dans son intégrité physique et je voudrais donner là quelques détails.

6Pour la plupart des chercheurs, l’intégrité physique paraît être une simple conservation matérielle, affaire d’ingénieurs et de techniciens. Cela est vrai : il s’agit de conserver des bandes, des images animées et il y a des règles pour cela. Mais encore faut-il savoir que les gens qui financent ces travaux sont assez peu nombreux dans le monde et que les fabricants de bandes ne sont pas forcément intéressés par la conservation à long terme. Les phonothèques et les institutions qui peuvent mener des recherches lourdes dans ce domaine sont également rares. Peu d’organismes dans le monde travaillent sur ce sujet : il y a des groupes américains, et en France, la Phonothèque Nationale a lancé depuis 1980 une recherche dans ce domaine-là. Il est certain que ce type de recherche ne peut se mener qu’au niveau national parce que cela coûte cher, parce qu’il faut une volonté politique qui ne peut s’installer que dans la durée, en dépassant les clivages politiques pour perdurer au-delà des gouvernements. Cet aspect de la conservation n’est pas négligeable et doit faire partie de la réflexion.

7Il y a une autre intégrité physique : c’est celle qui concerne les travaux de copie : nous avons tous été frappés – et nous avons même pu rire – d’entendre ce qui arrive parfois à des voix de femmes devenant des voix d’hommes. Je pense notamment à un exemple très actuel qui est le projet de la Bibliothèque de France : du fait d’une volonté de communiquer à un public beaucoup plus large que celui que nous connaissons tous actuellement (volonté extrêmement louable) et pour multiplier ce type de consultations, on va bien sûr utiliser des bandes numériques ou analogiques. Or, nous sommes peu nombreux à attirer l’attention sur les problèmes que pose cette opération de copie de documents sonores. Le transfert sur une bande est l’équivalent pour le chercheur d’une transcription, c’est-à-dire que cela va produire une version qui est la version du technicien et c’est cette version qui servira ensuite de source. C’est dire qu’il faut faire preuve d’une très grande prudence quand on parle d’un simple transfert.

8On nous demande actuellement de calculer combien coûterait la copie d’un million de documents. On peut le faire, pourquoi pas ? Mais ce qui me semble le plus coûteux c’est de trouver des gens compétents pour faire ces copies. Car il ne s’agit pas de faire de la copie industrielle comme on nous le propose. Il s’agit, même sur des collectes faites par des chercheurs sur bande magnétique, d’observer la plus grande prudence et ce plus encore lorsqu’il s’agit d’éditions phonographiques où l’on peut changer complètement la source. En observant simplement l’édition phonographique actuelle, si l’on écoute une interprétation faite en 78 tours et la même qui a été trafiquée pour être plus agréable à l’oreille en disque compact, on s’aperçoit qu’on a changé le timbre, on a changé la voix et parfois même qu’on a carrément coupé dans l’enregistrement lui-même. Les discographes connaissent bien ce problème pour lequel il faut être très vigilant. La phonothèque est responsable non seulement de l’intégrité intellectuelle car c’est elle qui détient toutes les conditions dans lesquelles le document a été produit mais elle est aussi responsable de cette intégrité physique.

9La phonothèque est donc un lieu de référence des documents originaux et elle ne peut en aucun cas devenir ce qu’on aurait tendance à vouloir qu’elle soit : un lieu de diffusion avec sélection des documents, avec choix. Il faut bien faire le partage entre une phonothèque qui conserve des documents originaux avec la plus grande exhaustivité et un lieu qui destine à la diffusion de ces documents. Diffuser n’est pas la même chose que conserver et communiquer à des fins de recherche. Ce n’est pas du tout par élitisme que l’on affirme cela, c’est au contraire par respect du patrimoine que l’on conserve et par respect surtout des générations qui vont nous suivre.

10De plus, il y a aussi une responsabilité non seulement vis-à-vis de ce qu’a réalisé le chercheur mais aussi des témoins qui ont été enregistrés et on est comptable de tout ce qui a pu être dit et de la façon dont ces témoignages vont pouvoir être utilisés.

11Cela est vrai, surtout à un moment où les documents sonores et audiovisuels ont avant tout une valeur marchande. Michel Valière nous a rappelé ce matin (peut-être par provocation...) qu’il fallait prévoir que, dans les phonothèques et surtout dans les phonothèques régionales, il y ait une valorisation qui soit faite avec des éditions et des émissions de radio et de télévision. Cela ne va pas sans un certain danger et l’équilibre est parfois extrêmement précaire entre une commercialisation abusive et une commercialisation qui serait simplement fondée sur une volonté de diffusion.

12Il est un autre problème dont Philippe Joutard a parlé et qui me frappe beaucoup : pour quelles raisons ne discute-t-on pas de la validité des sources écrites alors que l’on conteste toujours les sources orales, les sources d’images animées, les sources radiophoniques (d’ailleurs à juste titre parfois) ? À cet égard, la responsabilité du chercheur me paraît importante : je suis désolée de vous mettre en cause mais, si le chercheurs avaient développé un appareil critique depuis un certain nombre d’années, je pense que les générations actuelles aborderaient les documents sonores et les documents audiovisuels avec beaucoup plus d’esprit critique et seraient capables de les replacer dans leur contexte. J’espère en tout cas qu’on verra avec les jeunes générations ce qu’on devrait voir depuis longtemps, c’est-à-dire qu’ils traitent le patrimoine écrit et le patrimoine oral ou le patrimoine d’images animées exactement de la même façon. C’est là un vœu que l’on peut faire.

13Je voudrais aussi insister sur le fait qu’en France, me semble-t-il, il n’y a pas de collections suffisamment importantes (en tout cas celles qui sont créées par l’oralité) pour qu’on puisse avoir tout un réseau de phonothèques de conservation tel que nous l’avions imaginé. Nous le croyions il y a dix ans mais je pense que, pour le moment, il n’y a pas suffisamment de collections et d’utilisateurs (comme l’a parfaitement dit Michel Valière) pour justifier à la fois un centre national et des centres régionaux de conservation disposant de moyens extrêmement performants tant dans le domaine de la conservation proprement dite, que dans celui du traitement documentaire ou au niveau, très sophistiqué, de la consultation. Il faut être réaliste : peut-être les choses évolueront-elles mais actuellement la demande et les collections ne sont pas de taille suffisante.

14Vous savez que j’ai défendu une idée perdue qui était celle d’une médiathèque nationale ; c’était parce que je pense réellement que le chercheur de demain, quel que soit le mode de production des documents sonores ou audiovisuels, doit absolument trouver dans un même lieu et avec la même exigence de description et de conservation les documents collectés, les documents édités, et les documents produits par la radio et la télévision. Comme c’est là  une cause perdue et qu’un autre choix a été fait, l’avenir sera certainement très différent de ce que je souhaitais, je pense quand même que les chercheurs et en particulier les ethnologues ou les gens qui s’intéressent à la tradition musicale, ne peuvent pas séparer le son et l’image animée. C’est une donnée qui me paraît tout à fait fondamentale.

15Tout ce que je viens de rappeler là, très rapidement et très maladroitement parce qu’il faut contracter, a bien sûr été dit depuis hier.

16Au début du siècle, si l’on en juge par les propos quelque peu naïfs d’un Ferdinand Brunot par exemple, il est vrai qu’il y avait un enthousiasme extraordinaire à fixer la voix et à fixer aussi le geste. Cet enthousiasme a disparu parce qu’il y a surabondance de sources orales et de sources d’images animées, et que nous sommes absolument submergés par des réseaux de radio et de télévision ou par des réseaux câbles. Il est de la compétence du chercheur et du conservateur de faire le tri dans tous ces documents et je pense que, si beaucoup de temps a été perdu et si les chercheurs français ont pris un grand retard dans ce domaine, la France doit absolument rattraper ce retard. Ce n’est en effet que par la collaboration entre d’une part des chercheurs qui développeront des outils critiques, qui feront des collectes et expliqueront le pourquoi de ces collectes, et d’autre part des institutions qui seront enfin capables de traiter ces documents avec leur spécificité et capables de les restaurer, que l’on pourra, demain, constituer un véritable patrimoine à la fois de l’oral, des documents sonores et de l’image animée.

17En dépit de tout, malgré cet aspect négatif et malgré ce bilan critique qu’a fait Philippe Joutard en constatant le retard des universitaires en particulier, je crois que l’on va quand même garder de ces journées quelque chose de positif. Elles constituent une sorte de remise à zéro dans la mesure où il faut à un moment donné faire son examen de conscience et qu’un examen critique est quelque chose de positif pour l’avenir.

18Je ne crois plus (et je crois qu’on l’a prouvé ici) à un réseau de phonothèques régionales tel qu’on l’avait imaginé. En revanche, je crois que les documents qui seront produits par les chercheurs de demain seront conservés avec beaucoup plus de conscience pour ce qu’ils représentent, par des institutions aussi variées que des archives, des associations ou des phonothèques.

19Je ne partage pas cependant l’optimisme de Philippe Joutard sur les institutions. Car, effectivement tous ceux qui avaient une volonté de créer une collection et qui ont répondu à notre appel figurent dans le répertoire L’oral en collection. Cependant, je ne crois pas que le niveau de conscience aussi bien que celui des moyens soient encore suffisants pour qu’on dise vraiment que des institutions prennent les documents sonores et les documents audiovisuels non pas comme des documents d’appoint mais comme des documents à part entière. Il est vrai qu’il y a une volonté et qu’il faut l’encourager mais je crois que rien n’est gagné.

20Pour terminer sur les projets en cours, en ce qui concerne les responsables de la Bibliothèque de France et même dans le choix qu’a fait le Président de la République de dire que cette bibliothèque serait une bibliothèque de livres (choix par ailleurs tout à fait respectable), il me semble qu’il y a quelque chose de fort gênant : c’est de dire que l’audiovisuel y sera présent mais comme document d’appoint, c’est-à-dire sous forme de copies. Il y aura des sélections d’émissions de radio, de films, de documents oraux et de documents sonores. Je trouve que c’est là un choix quelque peu négatif et si je le dis, c’est pour qu’on en discute ensemble et qu’on aille au-delà.

21Il est tout de même assez triste de voir qu’on va arriver au XXIe siècle en possession d’un patrimoine sonore et audiovisuel aussi important que le patrimoine écrit – en particulier pour les jeunes générations – et que l’on va faire pour le XXIe siècle une bibliothèque qui considère le document audiovisuel comme un document secondaire. C’est, certes, un point de vue personnel et vous pouvez ne pas le partager mais je pense que nous sommes vraiment à la croisée des chemins. Ce qui signifie que soit les phonothèques et les médiathèques jouent leur rôle et présentent ce patrimoine comme les bibliothèques ont préservé le livre et les manuscrits ; soit au contraire, on laisse basculer l’audiovisuel vers une appropriation uniquement marchande (ce que certains veulent), et on sera à ce moment-là passé à côté d’une partie de ce patrimoine et peut-être aussi d’une partie de notre mémoire...

Haut de page

Notes

1 Intervention orale restituée d’après l’enregistrement et revue par l’auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-France Calas, « Conclusion », Bulletin de l'AFAS [En ligne], Les phonothèques entre recherche et culture, mis en ligne le 27 février 2012, consulté le 26 mai 2017. URL : http://afas.revues.org/2658

Haut de page

Auteur

Marie-France Calas

Présidente de l’AFAS, Conservateur de la Phonothèque Nationale, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page