Navigation – Plan du site
L'oral et les institutions culturelles

Institutions culturelles régionales et archives sonores : l’exemple de l’ODAC de l’Hérault et de Dastum en Bretagne

Frédérique Nègre-Fontanel et Robert Boutillhier
p. 97-101

Texte intégral

1Comme cela avait été fait en 1980 avec Alpes de Lumière et l’UPCP nous avions invité deux organismes culturels régionaux à se présenter et à situer leur politique à l’égard des documents sonores. On lira donc ci-après les textes de Frédérique Nègre-Fontanel pour l’ODAC de l’Hérault et la présentation de Dastum restituée par Claude Martel d’après l’exposé oral de Robert Boutillhier.

L’Office Départemental d’Action Culturelle (ODAC)

2L’ODAC del’Hérault, association de type loi de 1901, est un organisme extérieur du Conseil Général de l’Hérault. Il a été créé en 1979 pour participer à la mise en place d’une politique culturelle départementale. Quinze permanents travaillent à la réalisation d’une vocation culturelle multidisciplinaire pour laquelle ils sont repartis en deux services :

  • Le Service Culture et Développement Local

  • Le Service Patrimoine

Le Service Culture et Développement Local

3Le Service Culture et Développement Local intervient comme soutien financier et technique à des initiatives culturelles locales émanant de particuliers ou de collectivités. Il coordonne des animations représentatives de la vie culturelle du département (les Rencontres Méditerranéennes, la Fête de la Jeunesse...) et travaille à la promotion des Arts Plastiques.

Le Service Patrimoine

4Le Service Patrimoine a été créé il y a cinq ans avec pour finalité de sauvegarder et de mettre en valeur le patrimoine ethnologique local. Son intervention se situe à plusieurs niveaux :

La recherche

5L’ODAC mène ses propres études mais intervient aussi par des actions de soutien technique (prêt de matériel, fourniture de bandes magnétiques, reproduction de documents) ou de conseil (montage de dossiers, définition d’objectifs de recherche, suivi de recherches) généralement régies par des conventions multipartites.

La formation

6Par l’organisation de séminaires coproduits avec la Mission du Patrimoine Ethnologique du Ministère de la Culture, l’Office propose chaque année à un public d’horizons différents un lieu de débat sur des thèmes relevant du patrimoine ethnologique toujours centrés sur le monde urbain contemporain : Autour des voies de communication, Langages des pratiques rituelles contemporaines, À la recherche de la ville, et La société en vitrine.

La conservation et la diffusion de documents

7Depuis sa formation, l’ODAC avait collecté au cours de ses actions sur le terrain de nombreux matériaux primaires : photographies, cartes postales, enregistrements sonores, documents imprimés.

Une médiathèque informatisée

8La mise en place d’une médiathèque informatisée est apparue comme une réponse à la volonté de mettre en valeur et de diffuser ces documents aux supports divers.

9Plus largement, cette médiathèque visait à proposer au département un lieu ayant pour mission de regrouper et conserver dans de bonnes conditions des documents concernant le patrimoine culturel local. Outre la mise à disposition sous forme de « base de données », la médiathèque représente un outil de sensibilisation du grand public à la richesse de ce type de patrimoine et contribue à en favoriser l’intégration dans des actions culturelles contemporaines.

La photothèque

10Elle comporte aujourd’hui environ 15000 documents dont une partie seulement a une fiche d’identification. Leur classement n’est que partiel et l’informatisation de cette partie du fonds n’a pas pu commencer à ce jour. La photothèque publie une revue thématique (un n° 3 est en préparation) et réalise des expositions, à partir des documents iconographiques collectés. À l’heure actuelle, une des priorités est de se donner les moyens d’en réaliser l’informatisation, de façon à pouvoir développer l’exploitation documentaire de ce service.

Le fonds écrit

11Il atteint les 1000 documents (ouvrages, travaux universitaires, brochures), 60 abonnements sont en cours et des collections plus anciennes de périodiques sont en attente de dépouillement et d’intégration au fichier. Une documentaliste assure la gestion et la mise à disposition de ces ouvrages regroupés au sein d’une bibliothèque ouverte au public.

La phonothèque

12Elle compte actuellement 300 heures d’enregistrement, dans leur majorité sous forme d’enquêtes ethnographiques. Une partie de ces enquêtes concerne la musique traditionnelle. Le fonds sonore est sous la responsabilité d’une personne qui en assure la conservation dans un local spécialisé, la gestion et qui participe à son informatisation en collaboration avec la documentaliste et un objecteur qui travaille à la description et à l’analyse des documents.

L’informatisation de la base

13Le projet d’informatisation qui a été adopté tient compte des éléments d’entrée : tous les types de documents sont prévus. L’informatisation est structurée de telle manière que la base puisse permettre l’interrogation simultanée de l’ensemble des supports ou d’un seul support à la fois de la façon la plus conviviale possible. Chaque document possède des données confidentielles (nom des personnes dont il est question au cours des entretiens, adresses personnelles, etc.) et des données publiques. Les éléments de sortie devaient être suffisamment souples pour s’adapter à la fois aux besoins internes de l’ODAC et aux utilisateurs potentiels.

14L’objectif du service patrimoine était avant tout de pouvoir échanger, non seulement des informations mais aussi une méthodologie avec les différents organismes qui suivent les mêmes orientations. L’hétérogénéité informatique est un obstacle qu’il faudrait pouvoir dépasser.

15Répondant à toutes ces exigences, c’est le logiciel Texto qui a été acheté au printemps 1989 et, parallèlement à la mise en place de la base, un travail d’élaboration de thesaurus a été entamé à partir de thesauri préexistants. De la même façon, la grille analytique est largement inspirée de certaines grilles utilisées dans des organismes voisins et des normes AFNOR.

Dastum

Les origines

16Association loi 1901 créée en 1972, Dastum est une émanation de musiciens issus et participants du mouvement musical breton qui souhaitaient sortir de l’aspect quelque peu stéréotypé du « folklore » et retrouver les racines de la culture locale et la mémoire de ces musiques. Les documents recueillis par collecte directe auprès des anciens ont permis de constituer d’importants répertoires d’airs et de chants qui ont nourri la pratique musicale de ces nouveaux collecteurs. La mise en commun de ces enregistrements sonores a donné naissance à Dastum (« recueillir » en breton).

De la collecte à la diffusion

17L’une des premières préoccupations de Dastum a été d’ouvrir cette documentation aux musiciens qui voulaient s’imprégner d’une stylistique et d’une approche plus enracinée dans le terroir breton. C’est ce qui a conduit à la mise en place d’une phonothèque qui s’est progressivement agrandie et qui comprend aujourd’hui prés de 30 000 documents sonores traités provenant aussi bien de Haute que de Basse Bretagne (plusieurs milliers de documents sont également en attente de traitement).

L’organisation du fonds sonore

18L’accès à cette documentation de plus en plus imposante impliquait son organisation, sa description, son classement par terroir (notion très importante en Bretagne) et par genre (airs de danse, autres types d’airs...). Ce sont les besoins du milieu et des utilisateurs qui ont conduit à l’élaboration du mode de classification utilisé par Dastum et que Véronique Pérennou évoquera dans le cadre de son exposé sur la Commission Documentation de la FAMT.

Le son, l’écrit, l’image

19À partir de 1975, s’ajoute à la collecte de l’oral une recherche de documents écrits (sources publiées par les folkloristes du XIXe et XXe siècles, cahiers manuscrits, etc.), qu’on a appelé « la bibliothèque de versions » (aujourd’hui informatisée). En 1986, cette opération s’étend à la presse avec le dépouillement des articles sur la culture bretonne qui atteignent 55 000 coupures en 1990. En 1980, on commence à rassembler les documents iconographiques qui constituent actuellement une photothèque d’environ 20 000 clichés (dont les deux-tiers des références sont consultables sur Minitel par le 36 15 Dastum).

Dastum comme médiateur : des médiathèques locales en réseau

20Dès le début, les objectifs et les orientations de l’association sont clairs : Dastum se définit comme médiateur entre les producteurs d’oralité (les « anciens »), les collecteurs d’oralité et les utilisateurs : musiciens, chercheurs, animateurs, enseignants, étudiants et collégiens, etc. L’information rassemblée et traitée n’a d’intérêt que dans la mesure où il existe des modes d’accès aux fonds et de restitution des documents vers les utilisateurs. C’est dans la logique de cette large diffusion que s’est développé, le « réseau Dastum », initialement structuré autour d’une « magnétothèque » conservée chez un bénévole en lien avec quelques équipes locales, et dorénavant constitué d’un ensemble de médiathèques – dont la plupart sont gérées par des bénévoles – réparties sur l’ensemble de la région: St-Vincent-sur-Oust (1978), Loudéac (1983), Rennes (1986), Ploemeur (1990), Lannion (1991), Carhaix (1991) et Nantes (1992).

Des publications

21On ne saurait parler de diffusion de l’information sans publications. En 1973, paraissent les premiers Cahiers Dastum, monographies descriptives de manifestations culturelles observées et collectées dans différents terroirs bretons et illustrées par un disque de répertoire sonné et chanté. Suivront diverses autres publications, le plus souvent multimédias et comportant à la fois un document sonore (disque, cassette, compact) accompagné d’un livret présentant la tradition locale et les interprètes, l’évolution des structures et des pratiques musicales, etc. Près de 40 titres sont parus depuis 1973.

Une documentation ouverte et dynamique

22La spécificité de la phonothèque de Dastum tient peut-être à cet aller-retour permanent entre collecte et pratique, recherche et action culturelle privilégiant le retour vers les musiciens et le public. Le fait que les collecteurs bénévoles, qui sont souvent des jeunes, utilisent eux-mêmes le produit de leur recherche en jouant ou chantant dans les veillées et les fest-noz, entraîne une dynamique culturelle assez particulière qui fait, par exemple, que beaucoup d’anciens voient leur savoir valorisé et se remettent souvent à chanter dans les fêtes locales ou à l’occasion d’événements à portée régionale, voire nationale ou internationale.

Conclusion

23Constituée en association autonome, la phonothèque Dastum s’est donné pour mission essentielle non seulement de conserver, mais aussi – et surtout – de faire vivre les documents, de les réactualiser et de les remettre en circulation. Grâce sans doute à son implantation dans une région très attachée à son identité et à sa culture, grâce aussi à sa politique de grande ouverture – à un grand nombre de collaborateurs bénévoles, à toutes sortes de documents, sonores et autres, à de multiples modes de consultation et de diffusion –, Dastum échappe sans doute au sentiment d’échec relatif que ressentent peut-être d’autres organismes de conservation d’archives sonores. L’oral y est bien vivant et l’on s’ingénie à maintenir son dynamisme culturellement mobilisateur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Nègre-Fontanel et Robert Boutillhier, « Institutions culturelles régionales et archives sonores : l’exemple de l’ODAC de l’Hérault et de Dastum en Bretagne », Bulletin de l'AFAS [En ligne], Les phonothèques entre recherche et culture, L'oral et les institutions culturelles, mis en ligne le 27 février 2012, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://afas.revues.org/2660

Haut de page

Auteurs

Frédérique Nègre-Fontanel

Office Départemental d'Action Culturelle de l'Hérault, Montpellier

Articles du même auteur

Robert Boutillhier

Association Dastum, Rennes

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page