Navigation – Plan du site
L'oral et les institutions culturelles

La sonothèque des archives départementales de la Dordogne

Sylvain Roux
p. 93-95

Texte intégral

La sonothèque

1Créée en 1986, la sonothèque est un service public dépendant des Archives départementales de la Dordogne ; sa mission essentielle est de collecter, répertorier, et conserver les documents sonores réalisés par des particuliers, des associations ou par divers services départementaux. Ces enregistrements doivent avoir un intérêt pour l’histoire du département (ex. : la musique populaire, l’artisanat).

2La sonothèque peut également créer ses propres archives en faisant elle-même du collectage ; elle mène aussi des projets d’animation liés aux recherches engagées (exposition, publication, etc.).

3Chaque enquête (ou émission) fait l’objet d’une étude détaillée consultable grâce à un fichier manuel ; ces renseignements portent sur le lieu de l’enregistrement, la nature et le contenu de l’enquête, les personnes interrogées… suivant les fiches utilisées par la Phonothèque nationale et les Archives nationales.

4Enfin la phonothèque gère une partithèque constituée de nombreuses partitions émanant de divers versements et dons.

Les réalisations de la sonothèque (à travers un exemple de recherches)

L’édition musicale en Ribéracois

5Il y avait dans cette région du Périgord, entre 1870 et 1930, cinq maisons d’édition musicale spécialisées dans la musique de bal ; à cette époque, le Ribéracois faisait partie des principaux centres d’édition musicale français avec Paris, Marseille, Nice et Lyon. Il nous a paru important de mener un travail d’enquêtes sur le terrain (collectage auprès de vieux musiciens, de membres de la famille des éditeurs, compositeurs...) mais également dans les archives privées (lecture du courrier d’affaires du principal éditeur) et publiques (recherches sur l’histoire locale).

6Cette opération, intitulée « Impression de Quadrilles », a été menée avec la collaboration de plusieurs services culturels départementaux et avec le concours du Conseil Général ; elle a permis de faire découvrir au public l’histoire de ces éditeurs qui étaient également musiciens de bal, professeurs de musique, compositeurs, imprimeurs, marchands et réparateurs d’instruments de musique.

7Le résultat des recherches a été communiqué au public par le biais de diverses actions : exposition, concert, bal, émission à Radio-France Périgord, réalisation d’une cassette vidéo, publication d’une brochure.

Une autre action de la sonothèque : la collecte de documents sonores

8En ce qui concerne cette collecte, il est indispensable et urgent que chacun comprenne que ces documents, souvent irremplaçables, doivent être conservés dans de bonnes conditions (température, taux d’hygrométrie...). Souvent, les associations n’ont pas les moyens techniques et financiers pour réaliser une bonne conservation et la sonothèque peut intervenir à ce niveau afin de proposer ses services.

9C’est ainsi qu’une convention a été signée avec une radio locale de Périgueux ; cette radio dépose régulièrement les archives sonores qui paraissent intéressantes à garder pour l’histoire du département (les débuts de l’automobile en Périgord, le carnaval, les fouilles gallo-romaines...).

10La sonothèque entretient des relations avec diverses associations, notamment avec l’AFAS, et plus récemment avec la FAMT qui a souhaité que la sonothèque devienne un relais pour l’organisation de stages consacrés aux problèmes des archives sonores : prise de son, méthodologie d’enquête, duplication, conservation des bandes, nouveaux supports, problèmes juridiques... Ces stages s’adresseront aux associations et institutions des régions Aquitaine, Midi-Pyrénées et Limousin.

11Quelques actions diverses en bref, afin de donner un aperçu des investigations de la sonothèque :

  • Celle-ci a participé à la 3ème Session des Musiques du Monde, organisée par l’association UVPCA en Dordogne en 1988 ; l’intervention axée sur l’histoire de l’édition musicale en Ribéracois (cf. supra « Impressions de Quadrilles ») a été présentée sous la forme d’une vidéo-conférence suivie d’un débat.

  • La sonothèque a collaboré à l’exposition « Les Métiers de la Musique », organisée par le CENAM (Centre national d’action musicale) et l’ADAM 24 (Délégation départementale à la musique en Dordogne). Cette exposition, qui s’est déroulée en mars 1991, a été l’occasion de redécouvrir en partie le travail présenté en 1987 lors de l’opération « Impressions de Quadrilles » : exposition de vieux instruments de musique, matériel d’imprimerie, outils de lutherie, partitions, etc. Une cassette vidéo retraçant l’histoire de l’édition musicale était présentée aux élèves de diverses écoles du département.

  • Lors de la réalisation d’une cassette audio présentant des musiques et des chants du Périgord, la sonothèque a été sollicitée afin de « donner » un morceau de musique traditionnelle collecté au cours d’enquêtes de terrain.

  • Actuellement, la sonothèque fait des recherches sur la batellerie ; elle travaille en relation avec le musée de la batellerie de Bergerac. Lorsque les enquêtes seront terminées, un diaporama sera réalisé et circulera dans le département afin que le public redécouvre cette activité révolue.

  • Lors de la préparation de l’émission Thalassa consacrée à l’histoire du port de Bordeaux, la sonothèque a aiguillé les journalistes de FR3 dans leur travail de recherche sur la navigation en Dordogne ; cette émission a été diffusée le 20 juillet 1990 dans le cadre de l’opération « Les Grands Voiliers de Bordeaux ».

La partithèque

12À la suite de l’opération « Impressions de Quadrilles », les héritiers du principal éditeur de la région ribéracoise ont accepté de faire don aux Archives départementales du fonds de partitions éditées entre 1870 et 1930 ; ce fonds très important (3000 morceaux de musique environ) a favorisé la création d’une partithèque. Depuis, deux fonds supplémentaires sont venus enrichir les collections existantes ; la partithèque comprend actuellement 5000 morceaux de musique et va recevoir prochainement un nouveau fonds.

13Afin de diffuser ces partitions (lorsque la reproduction n’est pas interdite), un inventaire dactylographié a été réalisé permettant de retrouver rapidement le genre de musique, le titre du morceau, le nom du compositeur et de l’éditeur, l’orchestration éventuelle.

Conclusion

14Depuis quatre ans, la sonothèque a donc développé diverses actions et rencontre de nombreux partenaires impliquant ainsi une sollicitation de plus en plus importante ; une seule personne travaille dans ce service ( ! ) et la multiplicité des tâches détermine les priorités et retarde le processus de recherches et de collectages.

15Pour l’instant, les thèmes de recherches axés sur l’histoire du département font appel à la mémoire de témoins très âgés ; il est clair que nous travaillons sur un tissu fragile et que nous sommes confrontés à une certaine urgence.

16C’est pourquoi nous allons demander la création d’un poste supplémentaire afin que la sonothèque puisse prendre une nouvelle dimension et jouer pleinement son rôle départemental. De nombreux sujets de recherches sont intéressants à traiter, par exemple, l’histoire des chemins de fer, la période de la Résistance, l’histoire des forges et des papeteries, etc. Vous le savez tous, plus le temps passe, et plus les difficultés de retrouver des témoignages oraux s’accroissent inévitablement.

17Tout ceci demande des moyens financiers considérables, le Conseil général de la Dordogne investit dans ce domaine, puisque dans le futur bâtiment des Archives Départementales, qui sera terminé en 1992, la sonothèque aura des locaux adaptés à la conservation des documents sonores (climatisation, salle de lecture, etc.).

18En guise de conclusion, j’insisterai sur l’importance de la restitution des recherches auprès du public ; s’il est vrai qu’il est urgent de collecter et de bien conserver cette mémoire orale, je pense qu’il est indispensable de diffuser cet héritage culturel afin que les gens redécouvrent leur propre histoire et continuent ainsi de transmettre ce patrimoine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Roux, « La sonothèque des archives départementales de la Dordogne », Bulletin de l'AFAS [En ligne], Les phonothèques entre recherche et culture, L'oral et les institutions culturelles, mis en ligne le 13 janvier 2012, consulté le 26 mai 2017. URL : http://afas.revues.org/2665

Haut de page

Auteur

Sylvain Roux

Conservateur-adjoint aux Archives départementales de la Dordogne, Périgueux

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page