Navigation – Plan du site
L'oral et les institutions culturelles

L’histoire sur la route

Elisabeth Philipp
p. 85-92

Entrées d’index

Géographie :

France
Haut de page

Texte intégral

1Le Centre d’histoire des mentalités (Maison de la Villette) a été réalisé en préfiguration publique dés 1985 sur le principe d’une restitution réelle des témoignages oraux et visuels. Il prit place définitivement en 1987 dans l’ancienne rotonde des vétérinaires (vestige des anciens abattoirs de La Villette). Mais l’écriture du projet en 1982 soulevait l’urgence de travailler en direct avec les témoins du passé et du présent. Il s’agissait de montrer que l’histoire a depuis toujours un rôle important à jouer, à partir du moment où les esprits s’ouvrent à sa découverte. Il n’y a qu’à observer d’ailleurs l’actualité culturelle pour comprendre comment l’histoire s’articule avec la vie des populations, et comment chacun d’entre nous vit en parallèle avec l’histoire officielle.

2Le beau roman d’Elsa Morante, La Storia (Gallimard, éd. française 1977), fait bien comprendre qu’en histoire les temps sont divers. Il y a l’histoire du monde qui se déroule en parallèle à l’histoire d’une femme vivant en Italie. Ces histoires ne se recoupent pas, mais se rejoignent dans l’absolu, la première faisant subir à la seconde une histoire qu’elle n’a pas désirée.

3Bienvenue au paradis, (Come see the paradise, USA 1990), le film récent d’Alan Parker mêle sur fond d’histoire américaine une histoire d’amour qui révèle l’histoire dramatique du monde pendant la dernière guerre, notamment le sort des immigrés japonais aux USA après Pearl Harbour.

4Je ne ferai pas l’inventaire des œuvres qui ont été construites autour de cette idée liée à un essai de compréhension de l’histoire mettant en scène et énonçant une vérité parmi d’autres, celle que les auteurs ont comprise et écrite. Ces œuvres racontent une histoire avec un début et une fin. Elles tournent autour d’une seule intrigue (celle des héros) dont la trame trouve son épaisseur dans une histoire qui équilibre l’ensemble pour une lecture émotionnelle.

L’oral, un concept de base

5Plutôt que de faire des livres ou des films pour les seuls familiers de ce genre de supports médiatiques, il m’a semblé nécessaire de construire des expositions évolutives dans le sens où chaque thème permettrait à chacun d’apporter un complément ou une orientation différente. Ainsi de témoignage en témoignage, l’histoire se raconterait et l’exposition partie d’un thème s’enrichirait d’autres thèmes qu’on développerait par la suite.

6De là est née l’idée de proposer une nouvelle forme muséologique pour mettre en valeur les témoignages, faire l’histoire en multipliant les sources pour l’exposer, faire ressortir les émotions et les tournants historiques comme les différents temps qui jalonnent l’histoire des hommes.

7Mon travail en tant que chercheur et muséologue est allé dans le sens des écrivains et des réalisateurs, mais avec les nuances dictées par la demande sociale existante, par le terrain étudié, par mon souci de restituer la vérité énoncée par les témoins, pour que l’histoire exposée soit un prétexte à la continuer, à mettre l’histoire sur la route, à la recherche d’elle-même.

8C’est ainsi que l’oral a été dans tous les cas le point de départ de toute histoire, comme point de départ de la constitution de ressources. Mais aussi et surtout il fut à l’origine de l’idée d’expositions. Sans les témoins, il était inimaginable de raconter des histoires qui n’auraient pas incité les gens à faire l’histoire avec nous. Eux seuls savaient donner l’atmosphère et le ton juste.

L’oral, dictée de l’histoire

9Quand on cite la littérature ou le cinéma, les acteurs en scène sont les interprètes de personnages de fiction ou de faits réels.

10Dans le cas du centre d’histoire Maison de la Villette, ce sont les témoins mêmes qui étaient mis en scène et jouaient leur propre rôle de témoin. Ils n’étaient pas seuls, mais à chaque fois trente, cinquante ou trois cents pour compléter le puzzle des connaissances restituées. La préfiguration du centre (place dans un « Studio » de la Grande Halle de la Villette) a obtenu un succès certain : de quelques-uns, le nombre des témoins a augmenté jusqu’à former un véritable réseau de connivence, puisque les uns reconnaissaient les autres (de visu), chacun apportant à son tour ses propres impressions, expressions et métaphores, histoires et références à l’Histoire.

11Ces premiers utilisateurs découvraient qu’il y avait plusieurs façons de faire l’histoire et commençaient à réfléchir sur l’ensemble exposé : ils s’y retrouvaient tels qu’ils s’étaient décrits et la confiance s’est installée dans la convivialité et la bonne humeur, dans le rêve et l’imaginaire.

12Peu à peu, les objectifs de départ se confirmaient et par la matière orale et les archives familiales recueillies, l’histoire prenait l’allure de l’histoire des mentalités urbaines et parisiennes. Tous les thèmes développés par la suite étaient déjà amorcés. Il suffisait de continuer dans le même sens. Mais pour augmenter les connaissances des gens qui au fur et à mesure du travail s’enrichissaient, la dynamique devait entraîner la réflexion en insérant l’histoire locale recueillie dans une histoire plus largement parisienne, nationale et internationale, tout en conservant celle qui justifiait de l’existence du centre à la Villette : l’histoire du site depuis le début de son existence en tant que lieu d’abattoirs et de marché jusqu’à sa transformation et son évolution actuelle (tout en respectant la façon évolutive de faire l’histoire, c’est-à-dire garder les sujets mais les enrichir de nouveaux thèmes et sous différentes formes de présentation).

13En effet, l’objectif n’étant pas de faire un centre d’histoire locale, il a fallu travailler à organiser les espaces d’accueil comme des espaces de réflexion qui permettraient à un large public d’y prendre part, quelque soit son niveau ou centre d’intérêt. Si bien que toutes les fonctions qui se trouvaient dans la Maison devaient être perçues comme des espaces et non comme des services dissociés de l’ensemble car alors la cohérence du projet s’annulait.

14De même que le réseau de témoins se construisait sur le principe de la ramification, de même les thèmes exposés prenaient un chemin identique. Un sujet en entraînait un autre : le site générait lui-même des propos sur les industries qui l’entouraient autrefois, des propos sur la restructuration des quartiers face aux changements récents, d’autres sur l’arrivée des populations, les loisirs anciens et nouveaux, et au-delà, l’histoire générale dans laquelle tout prenait place.

15Le concept d’« histoire sur la route » résidait tout entier dans la diversité des messages que chacun apportait. Et le nombre important des témoins pour chaque thème se justifiait d’autant qu’il évitait de banaliser le thème général, évitait la caricature pour rechercher l’essentiel des émotions mais aussi la façon dont il fallait traiter le sujet. En fait, c’était de la recherche pure, de la vraie création de documents, de sources à dépouiller pour que se mette en place une problématique qui elle-même avait donné jour à une conception multimédia, vivante, émotionnelle tout en étant traitée très scientifiquement.

16On arrivait non pas à faire des portraits, mais à croiser une multiplicité d’optiques, à retracer des contextes de vie, donc à créer des situations historiques dynamiques par le fait même qu’elles laissaient la place à d’autres témoignages, d’autres pistes à suivre puisque la mémoire est sélective et ne retiendra que les éléments qui frappent l’imaginaire.

17Car donner la parole dans le cadre de la Maison de Villette, ne participait pas du tout de la même démarche que celle en usage, c’est-a-dire engranger l’oral pour constituer un fonds archivistique. Il s’agissait de capter un certain nombre d’» avis » pour constituer une matière de réflexion et non pas des histoires de vie ou des tranches de vie liées au seul travail ou à la seule vie intime. Tout devait être exprimé comme une sorte de réflexion globale et pourtant particulière à chacun de ce que les gens appellent leur histoire.

18Par exemple, en ce qui concerne les histoires d’un passé révolu, je faisais appel aux restes de ce qui avait été retenu et vécus comme tel. Quand on parle de l’histoire des abattoirs de La Villette, on ne fait référence qu’au scandale qui a fait cesser les activités. Mais comment se faisait-il que ces professions si fortement constituées depuis un siècle avaient pu se faire « avoir » ? D’après ce que j’entendais autour de moi, dans les cafés, la fermeture avait tué l’esprit, l’âme et la solidarité de ces quartiers qui vivaient autrefois aux rythmes de cette activité. C’est vrai qu’interroger les gens ranimait les débats. Ils avaient aussi envie de comprendre ce qui leur était arrivé. Je me suis vite aperçue que le ressentiment était grand, et l’insatisfaction était générale. Il s’agissait de capter en vitesse ces attitudes, ces avis, car je l’ai remarqué, quelques années plus tard, la mémoire s’imprégnait d’autres histoires et celles-ci prenaient le relais de la précédente. Donc, capter les blessures du vieux monde, et du vieux Paris, prenait des allures de rallye, d’autant que les témoins disparaissaient les uns après les autres.

19Tout le monde ne prenait pas la parole. Par ailleurs, les hommes l’avaient kidnappée et rejetaient les femmes qui ne faisaient pas partie de cet univers viril. Les femmes quand il leur arrivait de parler disaient leur malheur de vivre (mariages arrangés, travaux subalternes...), une autre forme de ressentiment, de douleur. Elles n’ont pas regretté la fermeture. Seules les comptables, les caissières disaient qu’il y avait une ambiance de confiance et de générosité. Les autres faisaient ressortir la pénibilité, la grossièreté des hommes. Et leurs façons de parler reflétaient l’univers pauvre et peu instruit, authentique et grossier des gens qui n’ont pas eu l’occasion dans leur vie d’être écoutés et pris en compte.

20En tout cas, prendre la parole, c’était dicter la façon de faire l’histoire, c’était aussi avoir quelque chose à exprimer comme cette fameuse phrase que tout un chacun à La Villette répétait comme une litanie : « la parole est d’or, les écrits sont nuls » : ce qui reportait à un passé lointain, à des traditions soigneusement oubliées, à la culture paysanne française.

21De même pour les autres thèmes qui ont été traités : le peuplement des quartiers, les histoires de jeunes rockers qui avaient réussi à détourner les lieux de leurs fonctions initiales, celle des gens avec leurs animaux de compagnie, il s’est toujours agi de capter l’histoire éphémère, celle qui n’est inscrite nulle part, l’histoire des mentalités, celle qui regarde les populations au fond d’elles-mêmes, une histoire donc assez simple pour se dynamiser en parlant en son nom, pour être à son tour sur la scène de l’histoire.

22Pour mettre en forme un concept et user de ses matériaux de base, des stratégies étaient à mettre au point tant au niveau du recueil que de la restitution. Entre ces deux temps, la phase d’études épuisait les sources traditionnelles des thèmes en cours. Mais il ne s’agissait pas un instant de faire une thèse ni d’être exhaustif dans la mesure où, comme le disait à juste titre Philippe Joutard, il faut savoir prendre la décision d’arrêter et de faire le point. Pour moi, c’était dater l’événement, simplement. Il y avait l’urgence de rendre des comptes, d’ouvrir l’exposition.

La stratégie du recueil

23Elle consistait à saisir dans l’urgence la mémoire émotion : celle d’aujourd’hui, et la mémoire souvenir : celle d’hier. Et quelle que soit la date des événements à aborder, la mémoire des gens laissait en route beaucoup de faits qui auraient permis, s’ils avaient été évoqués, l’articulation rapide avec l’histoire officielle (le recours à l’écrit et à l’image a été nécessaire pour comprendre). Ces souvenirs décrivaient les sentiments, les ambiances, les réactions. Ces précieuses mémoires comprenaient des métaphores, des images qu’il fallait montrer pour que les gens aient l’idée d’utiliser leurs propres archives. Là aussi, le principe de la ramification s’établissait.

24J’ai très vite compris qu’il allait jouer un rôle fondamental : il interdisait l’établissement d’un échantillon de témoins comme d’une grille de questions construite d’avance. Car donner la parole aux porteurs de messages, c’était partir à l’aventure d’une histoire dont les protagonistes se déterminaient à la seule condition de mener le jeu eux-mêmes. Ce que j’ai fait. C’était de leur histoire qu’il s’agissait, après tout.

25Or, de l’histoire personnelle des gens, on ne sait jamais rien. La difficulté de l’oral réside dans le fait que chaque entretien est une aventure à vivre avec le témoin, et que le suivant en apportera une autre. La capacité à effectuer ce type d’écoute n’est pas donnée à tout le monde. Il faut savoir aller vers ce je-ne-sais-où, vers une histoire sans fin qui donne d’ailleurs à l’histoire orale toute son épaisseur et sa légitimité. De plus, il faut savoir que les gens, quels qu’ils soient, parlent du passé avec le langage de leur temps additionné de celui du temps présent, que celui des jeunes, en particulier à Paris, utilise un langage extrêmement contemporain mêlant anglicismes, verlan, argots, mots à la mode, expressions véhiculées par les paroles des chansons... En somme, faire de l’histoire orale, c’est se cultiver éternellement.

26L’oral recueilli donnait une orientation à l’exposition. Il y a eu toujours plus d’hommes que de femmes qui voulaient parler. Il est vrai que la pêche aux témoins se faisait souvent dans les bistrots d’où démarrait tout le reste. C’était un parti pris dans la mesure ou l’histoire devait prendre une allure « légère » en abordant des sujets compliqués et longs. Je recherchais les mots de tous les jours d’un langage ordinaire sans fioriture. D’ailleurs lorsque la vie dans les anciens abattoirs était évoquée, c’était à celui qui emploierait le plus de mots « étonnants ». Les entretiens enregistrés se faisaient au calme, à l’arrière du café, mais malgré tout devant un ou deux de leurs amis pour ne pas briser l’entrain. Quelquefois, je rencontrais des femmes mais elles ne prenaient pas la parole, la laissant ainsi aux hommes même si elles n’étaient pas d’accord avec ce qui se disait. De tradition, elles n’avaient jamais eu la parole en public, et donc elles ne s’aventuraient pas, sauf à vouloir me parler chez elles : ce qui les flattait d’être écoutée. Cependant, malgré ces quelques exemples, c’étaient les hommes qui dominaient. Je pensais que le thème lui-même s’y prêtait. J’ai donc fait une exposition qui montrait une forte dominance masculine. Ce qui a fait réagir les femmes ensuite, bien longtemps après : « et nous alors on était nombreuses pourtant ? ». « Quand vous voulez, je vous écouterai », mais je n’ai rien vu venir. Pourquoi ? C’était du passé, et on ne pouvait rien y changer. Par contre les gens se rendaient compte de la situation au moment de la fermeture des abattoirs, et le mot scandale n’avait plus la force qu’il suscitait autrefois sans la connaissance de tous les faits, sans l’histoire.

27Pour un thème comme « histoires de rockers », ces gens qui ont succédé aux bouchers et marchands de bestiaux : même réactions. « Nous, les mecs... ». C’est vrai aussi que de tradition, ils étaient les rois des lieux de l’underground et que les filles étaient souvent là pour les soutenir. Quelques-unes ont bien réussi à percer, mais ce ne fut que deux ou trois, sur les 300 témoignages recueillis. Parce que c’était, et cela demeure, une musique jouée aux marges de la ville, j’avais le sentiment qu’il ne fallait pas à tout prix chercher les filles. Ainsi, les garçons ont donné le sens : c’étaient eux les rockers, pas moi, à l’évidence. Cependant, les revendications clairement affichées, les réactions des ambitieux de la culture ont été positives pour eux-mêmes certes, mais aussi pour ceux parmi les plus déterminés des rockers : ils ont réussi à passer sur le devant de la scène, à faire reconnaître leurs capacités. Ainsi a été reconnu le rock français tant décrié par ceux-là mêmes qui aujourd’hui n’arrêtent pas d’en faire leur affaire... d’argent.

28Je donne les deux cas extrêmes pour montrer que dans les métiers détenus par les hommes, aucune femme n’a vraiment de place. Et cela peut se déplacer d’un métier à un autre, ce sont toujours les mêmes discours qui sont affichés, avec d’autres ambitions, dans d’autres lieux, d’autres temps. Mais ce qui était intéressant, c’était de faire réagir les femmes et les autres genres de « rockers » : il n’avait pas été possible de parler de tous les genres musicaux, de toutes les tendances ; cela évoluait d’un mois à l’autre, d’un lieu à un autre. Bref, la mobilité était la règle des groupes.

29Cependant, au fur et à mesure que les enregistrements s’accumulaient, la façon de les conduire évoluait avec les faits évoqués. Sur des thèmes assez neufs pour l’interviewer, commencer était toujours découvrir. Puis venait le temps du discernement, la connaissance de certaines idées étant acquise, je poussais plus loin les investigations. De sorte que cela me permettait de balayer le thème sous des aspects nouveaux et d’y mêler de nombreux documents en provenance des témoins. Je ne connaissais pas tout, mais au moins l’essentiel qui permettait de faire réagir le public.

30Tous les témoins parlaient en leur nom. Aucune bande n’était enregistrée sans un engagement clair : la transcription littérale des bandes était automatiquement faite et était envoyée aux témoins avec une lettre/contrat qu’ils devaient retourner au centre d’histoire pour accord d’utilisation dans le cadre des expositions (tous supports).

31Des fiches tant sur le contenu que sur les conditions des entretiens étaient remplies seulement à partir de 1986, selon un modèle que nous avions élaboré : il n’a pas été trop différent de celui que nous avons connu plus tard, le modèle de la Phonothèque nationale. Pour les précédents enregistrements, sauf pour quelques-uns, je me souvenais parfaitement des conditions d’entretien. Le contenu étant transcrit (tel qu’il nous apparaissait indispensable de le transcrire, c’est-à-dire un déchiffrage d’ensemble qui permettait les repères, les expressions : tout ce qui était capable, y compris les faits, de donner des ambiances du genre confidences ou discours public), il ne restait plus qu’à sortir les idées sur fiche et en faire un résumé pour connaître d’emblée le contenu.

32Le témoignage oral donne l’état des connaissances des gens et de leurs sources qu’ils puisent souvent dans les médias ou à travers ce qui se dit en famille. Ils renouent souvent avec la tradition orale du savoir transmis. Mais on a aussi un inventaire de ce qui les préoccupe dans leur vie, à un moment donné. C’est ainsi que l’actualité est toujours présente dans les discours, preuve que les gens perçoivent bien l’histoire qui les entoure sans toutefois en connaître les tenants et les aboutissants. S’ils ont été intéresses par la démarche « maison », c’est que le contact avec des professionnels les rassurait.

La stratégie de restitution

33N’ayant ni le statut de centre de recherche, ni celui de centre d’archives, la seule façon de mettre à disposition les sources brutes qui arrivaient, était de les exposer pour que tout le monde en profite. Certes, il y avait des choix à faire, car tout n’avait pas la même consistance et tout ne permettait pas de construire ne serait-ce qu’un îlot de présentation. Malgré tout, les sources se côtoyaient. Il y avait aussi bien des témoignages oraux montés en boucle que l’on pouvait entendre dans ce qu’on a appelé des murs chuchotants garnis d’images assez petites pour que les gens se rapprochent et écoutent les histoires intimes : on ne devait pas confondre les espaces qui dans un petit lieu n’avaient guère de place pour un dégagement important. Ainsi, on trouvait plus loin des vidéos devant lesquelles les témoins mêmes du film reprenaient la parole et théâtralisaient leur vie ; plus loin encore, des diaporamas, des livres de mémoires disposés sur des lutrins qui montraient comment grâce à certains types de documents l’histoire s’écrivait, etc. Dans toutes les expositions qui se sont succédées au cours des années, les présentations étaient bien entendu variées, sans pour autant aller au-delà de ce que la technique pouvait offrir. C’était la créativité à la fois du concepteur et du scénographe qui donnait le cachet exceptionnel, faisant d’une simple exposition, un événement.

34À partir des données et des sources de base, un contenu était défini et conceptualisé pour une meilleure approche par le public. Il fallait tout mettre en scène et respecter les tons donnés (confidences, discours déclamés, métier difficile à montrer – abattre un animal –, musiques...). Les décors incluaient textes, images fixes, vidéos, diaporamas, formés des coins, des recoins, des allées de dégagement, avec utilisation maximum de l’espace dans toutes ses dimensions.

35L’essentiel était situé dans le mouvement des corps et des sens pour les entraîner vers tous les espaces. La cohérence des présentations montrait bien que l’histoire était en projet et que ce qui était exposé laissait la porte ouverte à l’imagination. L’histoire officielle arrivait par touches et illustrait les discours oraux.

36L’intérêt pour chacun était de se reconnaître dans l’espace, d’y venir avec ses amis, de briser le carcan de la timidité, de dépasser la nostalgie générale liée à d’anciens souvenirs et le pessimisme qu’ils contenaient, d’aller au-delà, plus loin, vers d’autres histoires qui enrichissaient et introduisaient à d’autres références.

37Cependant, en rendant compte d’un travail collectif à une date donnée, c’était aussi faire l’état des lieux de la question et en ce sens faire histoire revêtait deux significations :

38faire date : actualiser le thème ;

39provoquer l’histoire : aller chercher des réponses.

40Sous couvert du thème historique, il fallait faire réagir les responsables de l’histoire officielle pour donner une réponse aux questions posées.

41Il y eut des réactions, des actions, des prises de conscience loin du centre d’histoire mais la réussite avait bien eu lieu par la stimulation et la reconnaissance des vraies personnalités qui ont donné leur témoignage à l’histoire et ont agi sous couvert de leur propre éveil.

42À part les expositions, quelques catalogues, brochures, journaux ont été faits. Mais une politique d’édition n’a jamais été amorcée : les budgets ne permettaient pas la communication. Ce qui d’ailleurs a été un grave préjudice pour le centre. A contrario, la presse nationale nous était acquise. Mais qu’on ne s’y trompe pas : cela n’était pas suffisant surtout lorsqu’on se trouve dans un lieu immense, à côté de grands équipements qui ont en matière de communication des budgets énormes.

43D’autre part, il est évident que si une conclusion des travaux effectués pendant des années ne peut se faire, il y a découragement, puisque la récompense du chercheur se situe tout de même là. Or la rotation que l’on nous demandait d’assurer, c’est-à-dire un rythme de programmation soutenu, interdisait toute rédaction supplémentaire (qui était déjà énorme dans les expositions mêmes).

44Il existait aussi des animations qui découlaient de ce que les gens racontaient. Elles mettaient en valeur sous une autre forme ce que l’oral suscitait. Par exemple, lors de l’exposition sur le rock, des défilés de mannequins présentant la jeune création de mode étaient accompagnés de la musique adaptée au genre : ainsi le public comprenait mieux ce qu’il voyait autour de lui dans la rue. Toutes les expositions n’étaient pas animées de la même manière. Ainsi l’histoire de la relation de l’homme à l’animal de compagnie – Pense-Bêtes – avait une animation plus scientifique et des séminaires bimensuels se déroulaient dans la salle de projection : la science « descendait » vers le public et chacun pouvait venir écouter un grand nom du moment.

De la culture à la recherche

45Le patrimoine oral constitué représente plus de 800 heures d’écoute. Il a été exploité entièrement pour la restitution en termes d’expositions qui comprenaient à la fois des montages sons, des vidéos utilisant les voix off, des parties de transcriptions insérées dans les textes pour nuancer les données historiques. Mais il n’y a jamais eu d’endroit pour écouter les bandes telles qu’elles étaient enregistrées. L’espace de ressources n’a jamais été pensé pour accueillir ce patrimoine. La tradition a mis en avant les sources habituelles en délaissant le côté expérimental qui demandait un effort intellectuel et créatif d’un personnel compétent et formé aux techniques du son d’une part, et une volonté politique accompagnée d’une mise de fonds incluant un budget de communication, d’autre part.

46Si bien qu’aucun chercheur n’a écouté de bande, et aucun centre analogue ne connaissait l’existence du fonds si ce n’est par ma seule volonté de communication lors des colloques. Aujourd’hui, plus que jamais, c’est un patrimoine qui dort, qui n’est plus d’actualité mais qui pourrait servir.

47Seul un endroit comme la Phonothèque nationale a la capacité d’accueil de ce fonds puisque son rôle patrimonial et sa fonction de diffuseur auprès des chercheurs permet l’utilisation à d’autres fins. En outre, son rôle de conservation garantit pour des institutions telles que celle que j’ai décrite, les conditions d’utilisation optimum et le respect des conventions et des règles déontologiques. Les centres de culture ont un rôle. Il n’est pas à confondre avec celui de la Phonothèque nationale, carrefour des connaissances et des réseaux, qui conserve et permet l’élargissement de la recherche grâce à des sources de première main.

48Je souhaiterais finir par un vœu : il faudrait que se constitue un centre de valorisation de la mémoire orale du temps présent : de nouvelles sources pour l’histoire de demain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Philipp, « L’histoire sur la route », Bulletin de l'AFAS [En ligne], Les phonothèques entre recherche et culture, L'oral et les institutions culturelles, mis en ligne le 20 janvier 2012, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://afas.revues.org/2671

Haut de page

Auteur

Elisabeth Philipp

Chargée de Mission, Maison de la Villette, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page