Navigation – Plan du site
L'oral et la recherche en sciences humaines et sociales

Y a-t-il une linguistique de l’oral ?

Nicole Gueunier
p. 37-48

Entrées d’index

Géographie :

France
Haut de page

Texte intégral

1Le linguiste qui jette un regard circulaire sur les nombreux courants de recherche contemporains relatifs à l’oral ne peut manquer d’être séduit, sinon fasciné, par trois directions qui, pour ne pas recouper les siennes, enrichissent beaucoup sa réflexion :

  • 1 P. JOUTARD, Ces voix qui nous viennent du passé, Hachette, 1983.

L’histoire orale dont les documents, loin d’être conçus comme une sorte de complément plus ou moins facultatif et superfétatoire aux archives écrites, constituent un apport original, moyennant que le traitement et l’analyse des données satisfasse aux mêmes exigences de rigueur. Sur ce point, le beau livre de Ph. Joutard1 me semble toujours aussi précieux depuis que je le recommande à ceux de mes étudiants qui entreprennent des travaux sur les histoires de vie, témoignages et ethnotextes.

  • 2 P. ZUMTHOR, Introduction à la poésie orale, Seuil, 1983 et La lettre et la voix. De la littérature (...)
  • 3 S. LUSIGNAN, Parler vulgairement. Les intellectuels et la langue française au Moyen Age, Paris, Vri (...)
  • 4 M. ZlNK, La prédication en langue romane avant 1300, Champion, 1976.
  • 5 B. GERHARDSON, Préhistoire des évangiles, Cerf, 1978.
  • 6 R. MEYNET, Rhétorique biblique, Cerf, 1989.

2Les recherches des médiévistes, ainsi P. Zumthor2 ou S. Lusignan3. Bien que travaillant à partir de traces écrites, ils n’en fournissent pas moins un apport irremplaçable sur l’oralité. Certes, pour P. Zumthor, l’oraI relève de la « chevauchée » nomade des baladins et des conteurs et l’écrit de la « demeure », citadine ou installée dans cette cité en miniature qu’est le monastère. Mais il montre surtout comment ces deux canaux de pensée, d’expression et de communication viennent à s’interpénétrer, ainsi que l’illustre l’exemple du sermon : écrit en latin, plus tardivement et partiellement en langues vulgaires, nourri de citations d’Écriture Sainte, il l’est aussi d’exempla « baladeurs », compiles certes en recueils, mais au terme de longues chaînes de tradition orale (cf. Lusignan et Zink4). Mutatis mutandis, cette expérience d’interpénétration profonde entre écrit et oral est à rapprocher de la transmission et de la tradition bibliques, dont les traces orales sont depuis longtemps repérées par les exégètes historico-critiques (Gerhardsson5...), plus récemment par le courant dit de « rhétorique biblique » (R. Meynet)6.

3Les recherches de la nouvelle dialectologie (cf. notamment celles du CREHOP, l’œuvre de J.-C. Bouvier, C. Martel, G. Tuaillon et je n’énumère pas tout ce qui se fait ailleurs !), largement représentée dans notre réunion, dans la mesure où elles s’efforcent au recueil et à l’analyse d’ethnotextes pertinents, aidées sans doute par les spécialistes du conversationnel et de l’ethnographie de la communication et à condition, certainement, de ne jamais perdre de vue que la composante rituelle de la production/réception des « littératures orales » diffère de celle des conversations. Si les analystes de celle-ci (qu’on pourrait classer dans le genre « parlé ») démontrent que les contraintes y sont plus opératoires que ne le laissait supposer le terme commun de conversation « libre », la différence me semble se situer dans le niveau de conscience rituelle qu’en ont les participants : sachant qu’ils appliquent des règles et respectent des contraintes, conteurs et récitants accordent à celles-ci de la valeur, alors que les simples conversants les appliquent sans le savoir et les transgressent plus allégrement. C’est pourquoi l’œuvre des premiers me semble relever de l’oral et la production des seconds du parlé, même s’il existe des cas d’interférences de l’un sur l’autre dans certaines enquêtes de terrain oùu les deux coexistent et se succèdent, parfois imperceptiblement.

4Quoi qu’il en soit de mon intérêt pour ces trois directions, c’est un regard sur les recherches de linguistique proprement dite, réduite aux formes de la langue, qui pourra sans doute rendre le meilleur service à notre assemblée. Vu l’étendue actuelle de la matière, j’en réduirai encore la perspective au domaine de la syntaxe, excluant celui de la phonie, non par manque d’intérêt, mais parce qu’il est peut-être mieux connu par ceux d’entre vous qui s’intéressent aux rythmes, aux variations de débit et de mélodie, et surtout parce qu’il ne me semble pas avoir donné lieu à autant de controverses. Deux tendances successives me paraissent avoir marqué la recherche sur la syntaxe de l’oral depuis les années 1960. En un premier temps, une phase « séparatrice » a découvert ce qu’on a appelé les spécificités de l’oral, que je rappelle très brièvement :

  • dans son mode d’acquisition : priorité par rapport à celle de l’écrit, apprentissage « informel », opposé à l’enseignement scolaire « formel ».

    • 7 F. AKINNASO NIYI, “On the differences between spoken and written language”, Language and Speech, n° (...)

    dans ses modes de production : l’oral est contextualité par rapport à la communication et aux différentes situations que celle-ci institue : dépendance par rapport au temps, à l’espace et aux participants en présence. Sa production est plus rapide : on écrit 5 à 10 fois moins vite qu’on ne parle (Akinnaso7), rapidité compensée par la vitesse de lecture, bien supérieure à celle de la réécoute.

  • 8 C. HAGÈGE, L’homme de paroles, Fayard, 1985.
  • 9 C. BLANCHE-BENVÉNISTE et C. JEANJEAN, Le français parlé. Transcription et édition, INALF-Didier-Éru (...)

5Il en résulte, même dans les milieux scientifiques ou apparentés, une perception relativement idéologisée de ces différences, marquée par des notions d’authenticité, de liberté, de spontanéité et en un mot de nature, toutes portées au crédit de l’oral, alors que l’écrit est censé artificiel, contraint, fabriqué... Pareilles représentations fleurissent au lendemain des années 1968 dans le monde scolaire, en relation avec maints espoirs de démocratisation de l’enseignement. « Il semble aujourd’hui acquis, de la maternelle à l’Université, que ne s’opère plus de confusion entre les deux ordres de réalisation de la parole : l’oral et l’écrit (...). Chaque enseignant, éclairé par les travaux des linguistes, psycholinguistes, sociolinguistes… sait désormais que le code oral et le code écrit sont distincts et particuliers, que la langue écrite fonctionne aujourd’hui de façon indépendante de l’oral », écrivait en 1976 un auteur de la revue Pratiques, énumérant un peu en vrac et en les mettant sur le même plan tous les niveaux de réalisation linguistique où s’illustrent ces distinctions radicales : rapport phonie/graphie, formes grammaticales (ex. de la « disparition » du passé simple à l’oral), syntaxe (où il met à juste titre en question l’usage du terme « phrase » pour l’oral), lexique. L’hypothèse de « discontinuité linguistique » qui fonde les thèses de B. Bernstein donne dès lors lieu à des pratiques de réhabilitation de l’oral (de « priorité » d’apprentissage, on passe à « primauté » dans les programmes d’enseignement), dans l’espoir de combler le fossé entre la langue de l’enfant et celle de l’adulte et, en même temps, entre celles de l’école et des milieux défavorisés. Théoriquement, ces positions correspondent à une phase de surestimation et de réification des différences entre l’oral et l’écrit d’une même langue, suivie, après des recherches plus approfondies, d’un moment de déception lorsque l’on s’aperçoit que les structures de base de ladite langue restent en gros constantes et que les différences de fréquence de certains morphèmes ou structures relèvent plus de la situation et des genres que du canal de performance. Ainsi Cl. Hagège8 oppose-t-il « verbophiles » et « scriptophiles », à la manière de combattants rabelaisiens et Cl. Blanche-Benveniste et C. Jeanjean9 condamnent-elles « les grands mythes séparateurs ». Sur cette question des différences syntaxiques entre écrit et oral, j’examinerai maintenant, en les comparant, les résultats de deux grands courants de recherche : celles des expérimentalistes anglo-saxons et, en France, celles du Groupe Aixois de Recherche en Syntaxe, qui a diffusé ses premiers résultats à partir des années 1975.

Expériences anglo-saxonnes

  • 10 W. CHAFE, “Linguistic differences produced by differences between speaking and writing”, in Olson, (...)

6Ces travaux ont pour caractéristiques de porter sur un nombre important de variables linguistiques, de se vouloir dégagés de tous préjugés et de prendre effectivement de sérieuses précautions méthodologiques pour éviter de comparer des genres écrits et oraux par trop hétérogènes. Voici par exemple les résultats d’une enquête qui s’inspire de celle de Chafe10, portant sur la description écrite et orale, la narration écrite et orale. Les deux exercices ont été proposés à des sujets adultes en milieu universitaire. Élaborée pour l’anglais, l’enquête a été reprise pour le français par des chercheurs belges, avec la même théorisation et la même méthodologie, ce qui m’autorise, sauf erreur, à la classer dans la catégorie des recherches « anglo-saxonnes »... Je vais présenter un extrait de ces résultats, reformulés quant aux chiffres, d’abord pour les condenser, ensuite pour effacer les effets pervers de certains regroupements de variables, enfin pour mieux faire apparaître les questions auxquelles donnent lieu ces expériences. Le tableau ci-dessous présente par ordre de différences décroissantes les résultats obtenus pour les différentes variables : ainsi, la différence de fréquence entre les nominalisations à l’écrit et à l’oral, exprimée par le chiffre « 43 », est la plus forte, alors que le nombre de « coordinations par mais » ou celui des « complétives » est presque comparable dans les deux cas, puisque la différence se réduit à « 2 ».

Variable

Différence de fréquence écrit/oral

Exemple

Normalisation

43

« La démission du gouvernement » Usage d’« appuis de discours »

Usage d’« appuis de discours »

38

Relatives

17

Références à l’émetteur

15,4

Coordination par « et »

8

Pronoms sans référent

7,5

« ce qu’il faut, c’est guérir le patient, parfois, elle ( = la guérison) est impossible. »

Vocabulaire familier

7,3

Modalisation par adverbiaux

6

Fautes contre norme grammaticale

5

Détachement

5

« Mon ami il est étudiant »

Référence au destinataire

4,5

Mots soutenus

4,3

Passif

2,5

Coordination par « mais »

2

Complétives

2

  • 11 J.-P. BRONCKART, Le fonctionnement des discours, Delachaux et Niestlé, 1985.

7L’examen de la répartition des différences entre ces variables à l’oral et à l’écrit montre qu’elle reste bien aléatoire par rapport à l’ensemble des hypothèses courantes. Ainsi, l’ensemble de variables relevant de la « subordination » donne lieu à des résultats hétérogènes selon qu’il s’agit des relatives (plus nombreuses à l’oral) ou des « complétives » pour lesquelles la différence est peu pertinente. De même, pour la « coordination », la différence, importante pour « et », plus fréquent à l’oral, est insignifiante pour « mais ». On peut cependant incriminer sur ce point le choix des variables non plus linguistiques mais discursives : narration et description incluent normalement moins d’argumentation que la discussion – orale ou écrite – d’un thème donné. Le recours à un troisième genre oral, celui de l’argumentation, inspiré par exemple d’une typologie discursive comme celle de Bronckart11, aurait certainement permis d’affiner l’analyse.

8Les variables relevant de ce que Chafe appelle « flux de l’information » (usage d’« appuis de discours » comme « ben bon », perturbations (faux départs et reprises), fautes), donnent également lieu à des résultats hétérogènes, mais la variable « fautes » demande à être repensée : d’abord à partir de genres plus variés, notamment de vraies conversations, ensuite sur des populations moins sensibilisées à la notion de faute grammaticale que celle d’universitaires. La même remarque s’applique aux résultats relatifs à la faible différence entre écrit et oral dans l’emploi de mots « soutenus » (par exemple abstraits en -té empruntés au latin) ou du passif.

  • 12 M.-L. MOREAU ET B. MEEUS, « Oral et écrit : quelles différences ? Une approche expérimentale », Enj (...)

9Si les « références à l’émetteur » sont plus nombreuses que celles qui s’adressent au destinataire, n’est-ce pas parce que les conditions de l’expérience, qui comportaient l’isolement des locuteurs aussi bien que des scripteurs rendaient tout à fait invraisemblable l’occurrence d’adresses à l’interlocuteur (Moreau et Meeus12) ? Les résultats seraient certainement beaucoup plus différenciés dans le cas d’une conversation ordinaire (communication « ritualisée ») ou de la récitation publique d’un conte (communication « rituelle »).

  • 13 AKINNASO, op. cit. et “On the similarities between spoken and written language”, Language and Speec (...)

10Dans ses deux articles, l’un sur les différences, l’autre sur les similitudes entre écrit et oral, Akinnaso13 récuse avec force l’assimilation de l’oral au conversationnel « naturel », informel et de l’écrit à la formalité, s’appuyant pour cette critique d’une part sur les rituels oraux de sociétés sans écriture, d’autre part sur la communication ritualisée à l’œuvre dans les discours des sociétés développées. Il résulte de ses analyses, largement inspirées par celles de Chafe (entre autres), que le trait de « fragmentation », généralement considéré comme spécifique de l’oral, peut parfaitement se trouver dans certains écrits formels (endosser un chèque) ou informels (mots qu’on se passe pendant un cours, une conférence ou une réunion) ; que le trait d’« implication » par rapport à la situation de discours opère aussi bien, sinon encore plus, dans la lettre d’amour ou le testament littéraire que dans la conversation...

  • 14 F. AKINNASO, op. cit., 1985, p. 325.

11Un second couple de paramètres censés spécifiques de l’écrit peut être soumis au même type de mise en question : il s’agit de la paire conceptuelle « intégration / détachement ». L’« intégration » (qui s’oppose par ailleurs à la « fragmentation ») a trait aux marques de cohésion que l’écrit prodigue et que l’oral réprime (ex. : « il en résulte que », « quoi qu’il en soit »...) ; quant au « détachement », opposé à l’« implication », il caractériserait l’écrit en inhibant les références aux participants (embrayeurs personnels) et au « cadre » situationnel, le « setting » du modèle speaking de Dell Hymes, (déictiques spatiaux et temporels). De plus, si l’on regroupe autrement ces critères en opposant « fragmentation/intégration » d’une part à « implication » / « détachement » de l’autre, on soulignera, après la juste remarque d’Akinnaso14 que le premier couple relève de « structures de surface » et le second de « structures profondes ». Ce n’est pas en effet l’abondance, en surface, de marques de subordination qui rend un texte en soi plus cohérent :

12« Tu le prends comme ça, je m’en vais » n’est pas moins cohérent que « Si tu le prends comme ça, je m’en vais », alors que l’inscription pragmatico-énonciative me semble toujours reposer sur une structure profonde. Ainsi, « Elle se dit heureuse en ménage » renvoie au moins à deux énoncés sous-jacents :

  • « Elle ; dit qu’elle ; est heureuse »

  • « X dit qu’elle n’est (peut-être) pas heureuse »

13C’est pourquoi Akinnaso me semble avoir tout à fait raison de formuler cette mise en garde :

  • 15 Ibidem, p. 352, trad. N.G.

« Si les méthodes classiques de mise en paire de données orales et écrites ne peuvent rendre compte de tous les aspects de la relation entre genres de discours écrits et oraux, c’est parce que les intersections et interférences entre ceux-ci ne se présentent pas sous forme systématique et ne sont pas tous traitables en termes quantitatifs15 »

14Le même auteur approfondit cette mise en question en s’appuyant d’une part sur l’étude des rituels oraux des sociétés sans écriture, d’autre part sur ce qu’il appelle la « communication ritualisée » dans les sociétés développées (p. 333). Ainsi, dans la divination yoruba, le discours du devin, locuteur principal, comporte les traits d’élaboration du code, de cohérence, de dépersonnalisation et de prédictibilité qu’on attribue généralement à l’écrit formalisé. De même, dans la communication ritualisée, par exemple dans les rituels de prise de contact et de séparation, l’oral et l’écrit ne diffèrent guère que sur des modalités superficielles : le « à plus tard » de la séparation orale ne ressemble-t-il pas de près au « à bientôt » et à ses équivalents, employés comme formules de clôture épistolaire ?

  • 16 D. LAURENT, « Les procédés mnémotechniques d’un conteur breton », Cahiers de Fontenay, n° 23, 1981, (...)

15Un autre trait de formalité, repérable, lui, dans un genre « rituel » et non pas seulement « ritualisé », se réfère non plus aux différences entre énoncés réalisés mais à celles qui sont censées opposer l’enseignement formel des règles d’écriture (orthographe, ponctuation, etc.) et l’apprentissage par cœur de textes traditionnels de littérature orale. D. Laurent16 a demandé à un conteur breton, J.-L. Le Rolland, comment il parvenait à mémoriser de longs récits. Réponse : la plupart du temps après une seule audition, mais retravaillée par de longues révisions mentales nocturnes, elles-mêmes contrôlées après coup par le premier récitant ; surtout, en utilisant des moyens mnémotechniques, qui me semblent relever à la fois d’une analyse structurale plus ou moins sauvage et de procédures séculaires et universelles d’élaboration :

« Je te l’ai dit, rappelle-toi : tu dois te le rappeler en 13 strophes ; tu prends 13 vers, tu en extrais 13 mots et ensuite tu passes de l’un à l’autre dans le bon ordre : il passa par ici, puis par là ; il fit ceci et ensuite cela... C’est ainsi qu’il faut que tu fasses rimer ton récit ».

  • 17 M. JOUSSE, L’anthropologie du geste , Gallimard, 1974-1978.
  • 18 D. NOYÉ, Un cas d'apprentissage linguistique : l’acquisition de la langue par les jeunes Peul du Di (...)

16Voila qui rappelle les procédures de mémorisation verbale qu’a recensées M. Jousse17, étudiant, dans les années 1920 de ce siècle, les textes bibliques et rabbiniques et y repérant les inclusions, mots-agrafes, parallélismes et balancements rythmiques. De même, les recherches ethnographiques sur l’apprentissage de la langue dans les sociétés dites « orales » ont bien établi que la formalité caractérise aussi bien l’oral que l’écrit, ainsi D. Noye18 a montré comment les jeunes Peuls du Nord-Cameroun apprenaient leur langue par la répétition (entre autres moyens) de textes représentant des genres formulaires très contraints : devinettes, énigmes, etc.

  • 19 P. ZUMTHOR, « Entre l’oral et l'écrit », Cahiers de Fontenay, n° 23, 1981.

17Une société comme la nôtre mêle inextricablement, et parfois en dépit des apparences, le recours à l’écrit et à l’oral. Les présentateurs de télévision ont les yeux rivés sur leur prompteur ; maint homme politique apprend par cœur un discours écrit, avant de le « donner » à l’oral. Même dans les débats télévisés interviennent de longs morceaux mémorisés, que les journalistes interviewers flairent d’ailleurs de loin et s’ingénient férocement à couper... Les enseignants et conférenciers « jouent » souvent leur texte en y rajoutant des marques d’oral, soigneusement indiquées sur leur texte écrit. Parce que l’enseignement est fondamentalement oral, mais que la fonction principale de l’école est d’ouvrir au monde de l’écrit, celle-ci se trouve, dit P. Zumthor19 « déchirée » : elle est « sans doute dans le monde occidental actuel, l’un des derniers refuges de l’oralité primitive – mais une oralité atrophiée et bien souvent stérile, dans la mesure où elle tient un discours inapte à admettre, encore plus à susciter la réponse ».

  • 20 P. NÈGRE et P. ROUSSEAU, Action éducative et changements. Elaboration d’un outil d’évaluation de me (...)

18Un bon exemple de changement de structure dans un cas de passage institutionnel (mais non scolaire) de l’oral à l’écrit m’a été fourni par une recherche actuellement en cours à l’Institut de Travail Social de Tours, où je travaille comme intervenante. Il s’agit de comparer des enregistrements de réunions entre travailleurs sociaux discutant de l’opportunité de mesures d’AEMO (Assistance Éducative en Milieu Ouvert) et les rapports écrits qui, résultant de ces réunions, sont adressés aux juges des enfants. Une des variables intéressantes que nous avons examinée pourrait se formuler ainsi : « sujet syntaxique et agent sémantique dans l’auto-désignation des travailleurs sociaux à l’écrit et à l’oral ». Á l’oral, le TS se désigne assez librement comme sujet syntaxique : « j’ai taché, tenté, essayé », « j’ai réussi, échoué » (termes hyperonymes). Á l’écrit, il ne se désigne comme sujet syntaxique que quand le « je » ou le « nous » sont corrélés à des prédicats positivement connotés du point de vue sémantique : « nous avons essayé, proposé, incité, stimulé, pu organiser, décidé, réussi... ». Mais quand l’action verbale est perçue négativement, son agent sémantique n’est plus représenté à l’écrit par un sujet syntaxique : « le placement s’est révélé nécessaire » (c-à-d : « nous avons dû proposer un placement », mesure considérée comme un échec relatif) ; « il est délicat de pouvoir envisager... » ; dans certains cas, il y a bien un sujet syntaxique en surface, mais il ne désigne qu’indirectement le TS : « notre action éducative n’a pas permis… », « nos essais se sont révélés inutiles » (P. Nègre et P. Rousseau20). Voila, me semble-t-il, un bon exemple de traitement, partiellement quantitatif et en toute hypothèse qualitatif, d’une comparaison entre écrit et oral.

19Je passerai maintenant en revue les recherches du Groupe Aixois de Recherche en Syntaxe (GARS), rapidement dans la mesure où elles sont beaucoup plus connues en France, notamment à Aix-en-Provence ! Cette équipe n’est naturellement pas la seule en France à travailler sur l’oral mais j’ai choisi de présenter ses travaux dans la mesure où ils me paraissent représentatifs d’une certaine originalité de la recherche française (voir aussi par exemple ceux de l’Université Paris III, qui ont fait l’objet d’un numéro spécial de la revue Le Français Moderne : « L’oral en situation » (1982)).

Les recherches du GARS

  • 21 S. BRANCA, « Présentation du numéro », RSFP, n° 1, 1977.

20On peut approximativement dater de 1977 la publication des premiers résultats dans la revue annuelle Recherches sur le français parlé, puisque telle est la date de son premier numéro. Á la différence de la plupart des recherches anglo-saxonnes, la méthodologie du GARS se fonde systématiquement sur des corpus enregistrés en situations naturelles, l’expérimentation par tests en Laboratoire n’intervenant qu’à titre de vérification ou d’enquête complémentaire ayant trait à tel ou tel point découvert sur le terrain. C’est là un principe ferme, exprimé dès le premier numéro par S. Branca21 (pp. 10-11).

21Du point de vue théorique, les linguistes de ce groupe n’ont jamais « donné » dans l’idéologie séparatrice évoquée plus haut. En 1983 par exemple, Cl. Blanche-Benveniste d’une part et A. Culioli dans un autre article subordonnent nettement l’étude du « français parlé » à celle du « français tout court ». La même conviction se manifeste dans l’ouvrage de 1987 Le français parlé, synthèse théorique, méthodologique et documentaire, où Cl. Blanche-Benveniste et C. Jeanjean dénoncent vigoureusement les « mythes séparateurs ». Les résultats des travaux témoignent de la solidité de cette position. Même quand il s’agit de constructions particulièrement fréquentés en français parlé, c’est toujours en fonction d’une grammaire générale du français qu’elles sont interprétées. Je n’en prendrai que deux exemples, l’un situé au début du parcours du GARS, l’autre en 1988. En 1977 donc, une étude d’A. Valli sur certaines inversions observables à l’oral dans des constructions verbales complexes comme « Le livre je lui ai dit d’acheter »montre que leur possibilité est soumise à diverses contraintes qui, relatives à la hiérarchie entre les deux verbes, opèrent en langue, aussi bien à l’écrit qu’à l’oral. La même remarque vaut, en 1988, pour l’étude de Chu sur la structure des enchaînements de verbes modaux comme « il va devoir », « il doit pouvoir », etc.

  • 22 A. VALLI, « Un exemple d’approche du problème des variantes en linguistique diachronique », RSFP, n (...)

22Cette conception intégrée du français parlé s’illustre aussi par plusieurs études relatives à l’histoire de certaines constructions. Ainsi trois articles d’A. Valli traitent du changement dans le système du relatif en moyen français. Cet ensemble de recherches participe enfin, à la fois dans le temps et dans l’espace, d’une réflexion qui relève de la linguistique générale : dans le temps, plusieurs études, dont celles d’A. Valli et A. Chervel portent sur l’histoire de la norme ; dans l’espace, certaines d’entre elles témoignent d’une préoccupation typologique : ainsi, A. Valli22 situe certains emplois dialectaux ou régionaux, non par rapport au seul français mais à l’ensemble des langues romanes, tandis qu’un troisième groupe de travaux informe sur l’élaboration des parallèles du français fondamental : québécois (l’équipe a d’ailleurs toujours travaillé en collaboration avec l’Université de Montréal), espagnol, portugais...

  • 23 Op. cit.
  • 24 C. JEANJEAN, « ‘ll y a’ dans la syntaxe verbale », RSFP, n° 2, 1979.
  • 25 C. JEANJEAN, « ‘Toi, quand tu souris’, analyse sémantique et syntaxique d’une structure du français (...)
  • 26 C. BLANCHE-BENVÉNISTE, « Une chose dans la syntaxe verbale », RSFP, n° 7, 1985.
  • 27 M. BILGER, « Les réalisations en ‘et tout ça’ à l’oral », RSFP, n° 9, 1988.

23Cela dit, beaucoup de résultats ont trait aux constructions dont la fréquence sinon la spécificité à l’oral est depuis longtemps reconnue : le domaine de la subordination (de quelque variable qu’il s’agisse) est pratiquement traité dans tous les numéros ; dans celui que les Américains appellent « flux de l’information », sont souvent évoquées les reprises-hésitations, dont Cl. Blanche-Benveniste conteste en 1984 le caractère de « ratés » appelés aussi « bourres » dans la terminologie de la recherche belge (M.-L. Moreau et C. Meeus23) ; la construction « il y a » (C. Jeanjean24) ; l’usage de « ça », dont le même auteur montre pertinemment en 1982 qu’on ne peut plus considérer ce morphème comme une variante familière de « cela ». Certains résultats ont éclairé des traits moins bien ou pas du tout connus par les descriptions antérieures : ainsi la fonction pratiquement complétive de certaines QUAND P, dans des énoncés comme « toi quand tu souris » (C. Jeanjean25), l’emploi de « Une chose » comme « proforme verbale » dans « J’ai fait une chose, c’est que je l’ai sorti » (C. Blanche-Benveniste26), l’usage de « (et) tout ça » et de « ni rien » (« on a mangé, discuté et tout ça, à ce moment-là il n’était pas de mauvaise humeur ni rien »), dont M. Bilger27 conteste la réduction à de simples phatiques.

  • 28 F. GADET et F. MAZIÈRE, « L'oral : une voie spécifique pour faire sens », in Normand Cl. La quadrat (...)

24Je ne sais si F. Gadet et F. Mazière28 ont raison de considérer comme traits fondamentalement constitutifs de l’oral la mise en paradigmes d’une part, l’hétérogénéité sémantique d’autre part. Par mise en paradigmes, elles entendent le fait (par exemple) que les ratures-reprises

« le
le
le budget »

ou les ruptures de construction :

« cette force a un caractère très…
qui tient en deux parties »

exhibent la structure des énoncés : Dét + N dans le premier cas, N + Adj ou P Relative dans le second.

  • 29 C. GOODWIN, Conversational organization, N. Y., Academic Press, 1981.
  • 30 C. KERBRAT-ORECCHIONI, « L’approche interactionnelle en linguistique », in L'Interaction, Associati (...)

25Par hétérogénéité, il faut entendre le fait que « seule la présence d’un commentaire clair peut permettre de décider de l’interprétation » (F. Gadet et F. Mazière, 1990, p. 141). Ainsi dans cet exemple au demeurant fort intéressant :

« Il a fait un film avec des copains, que ça s’appelle Méli-Mélo
énoncé interprétable de trois façons :

- qui s’appelle Méli-Mélo
- même que ça s’appelle
- et ça s’appelle ...

sans que le recours à l’auteur ait d’ailleurs permis de lever l’ambiguïté ! Dans l’un et l’autre cas, la possibilité de mise en paradigme et le trait d’hétérogénéité, je me demande s’il ne s’agit pas de paramètres plus généralement linguistiques que spécifiquement oraux. Le premier, exploité en littérature et notamment en poésie moderne (H. Michaux...), le second tout aussi caractéristique d’une phrase de Proust ou de Chateaubriand que du français parlé. Á moins que je n’aie pas exactement compris ce que veulent dire F. Gadet et F. Mazière. Je serais plus volontiers convaincue par les remarques de Goodwin29, cité par C. Kerbrat-Orecchioni30. Pour cet auteur, l’observation minutieuse du « désordre apparent du discours naturel » (tel est le titre d’un de ses chapitres) « fait apparaître que très souvent l’inachèvement syntaxique ou les diverses formes d’allongement (...) coïncident avec une baisse d’attention de l’auditeur, marquée par un détournement prolongé du regard, et que ces divers procédés ont pour fonction de rétablir ce regard, donc de rétablir le contact ».

26Quoi qu’il en soit, il n’en demeure pas moins fondamental que cette idée de paradigme rejoint l’affirmation centrale de la théorisation du GARS relative à l’oral : même si les deux relèvent d’une même « langue », au sens ordinaire du terme (le français, l’anglais, le franco-provençal...), il faut distinguer la « phrase » écrite de l’« énoncé » oral, ou « parlé », si l’on définit l’oral comme du parlé ritualisé (1987, p. 167 s.), et il en résulte que la méthodologie de représentation des énoncés adopte une formulation spatiale appelée « configuration », seule capable, précisément parce qu’elle exhibe les paradigmes, de rendre compte de la délimitation et des éventuels enchevêtrements de syntagmes. Il me semble qu’il y a là une intuition d’apparence simple, mais de cette sorte de simplicité dont est fait le génie ! Il ne s’agit pas de notations formalisées (en arbres géométriques ou en algorithmes) mais bien de « configurations » au sens plein du terme : figures du concret de la langue, mais qui en illustrent bien la possibilité abstraite.

  • 31 Op. cit., 1987.

27Pour essayer en conclusion de caractériser, par rapport à celles du domaine anglo-saxon, ce type de recherches, on peut en souligner, me semble-t-il, le caractère résolument qualitatif, la méthodologie solidement fondée sur le « terrain » observable, mais non réduite à la description, la théorisation syntaxique inscrite dans la tradition française (Guillaume, Wagner, Stefanini...) ; enfin, s’il faut chercher quelque apparentement interdisciplinaire, on le trouverait peut-être plutôt dans l’histoire, notamment celle des mentalités et idéologies par rapport à la norme, que dans la psychologie cognitive ou l’ethnographie de la communication, auxquelles se référent plus volontiers les recherches américaines. Je terminerai en remarquant que ces deux directions s’ignorent radicalement : la bibliographie de C. Blanche-Benveniste31 ne cite pas plus les travaux de Chafe, Redeker ou Akinnaso que ceux-ci n’accordent la moindre place aux travaux du GARS !

  • 32 M. BLOCH, Political language and oratory in traditional societv, London, 1975.

28La réification des différences entre l’écrit et l’oral a contribué, pendant un certain temps à leur perception comme des entités séparées, ayant chacune ses spécialistes, partisans et fans, perception contre laquelle réagissait déjà M.-L. Moreau en 1971 ! De même que beaucoup d’enseignants occidentaux valorisent l’écrit comme modèle des langues standard (« prototype » si l’on veut être à la mode !), et le voient plus riche que l’oral, certains ethnologues (non moins occidentaux), fascinés par leur découverte de l’oral dans les sociétés traditionnelles, se représentent l’écrit comme un appauvrissement des infinies, fraîches et authentiques potentialités de l’oral. Inversement, l’ethnologue britannique M. Bloch32 se demande si les discours rituels des sociétés orales, ou les discours ritualisés des sociétés lettrées, ne représentent pas, en raison de la rigidité de leurs règles d’exclusion, une réduction de compétence, observable dans les diverses « langues de bois » politiques ou religieuses. Il y a là une invite à la réflexion sur la valeur des « codes » dont parle Bernstein : les plus « élaborés » seraient en somme les plus « restreints » … Mais si l’on va au bout de la pensée de M. Bloch, n’en viendra-t-on pas a déplorer comme un signe de « pauvreté » qu’on ne trouve jamais « ouille » ou « ben bon » dans un sonnet ? Ces comparaisons en termes de richesse ou de pauvreté sont donc certainement à repenser.

29Dernière réflexion : ce n’est pas parce que les linguistes ont dû déchanter par rapport aux grands enthousiasmes « séparateurs » liés à la découverte de l’oral qu’il faut que les historiens, folkloristes et nouveaux dialectologues de l’identité abandonnent, dans leurs domaines respectifs, les recherches sur les spécificités de l’oral. Mais elles auront peut-être plus à se concentrer sur les modes de production et d’apprentissage, et sur les grands genres mixtes qu’engendrent les nouveaux médias, que sur les différences de structure entre énoncés réalisés.

Haut de page

Bibliographie

BLANCHE-BENVENISTE C., 1983, « L’importance du français parlé pour la description du français tout court », RSFP, n° 5.

1984 « La dénomination dans le français parlé : une interprétation pour les répétitions et hésitations », RSFP, n° 6.

BOUVIER J.-C., 198o, « La mémoire partagée. Lus-La-Croix-Haute », Le Monde Amin et Rhodanien, Grenoble.

CHAFE W., “Integration and involvement in speaking, writing and oral literature”, in Tannen D. (ed.), Spoken and written language : exploring orality and literacy, Norwood, N.J.

CHU XIAO-QUAN, 1988, « Examen de la structure des enchaînements des verbes modaux », RSFP, n° 9.

CULIOLI A., 1983, « Pourquoi le français parlé est-il si peu étudié ? », RSFP, n° 5.

GOODYJ., 1978, La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage. Minuit. (éd. angl. 1977).

MOREAU M.-L., 1977, « Français oral et français écrit ; deux langues différentes ? », Le Français Moderne , n° 45.

ONG W., 1982, Orality and Literacy. The technologizing of the world, London.

REDEKER G., 1984, “On differences between spoken and written language”, Discourse Processes , n° 7.

TUAILLON G., 1976, Comportements de recherche en dialectologie française, CNRS.

VANOYE F., 1976, « Écrit / Oral : l’enjeu de leur enseignement », Pratiques,

Haut de page

Notes

1 P. JOUTARD, Ces voix qui nous viennent du passé, Hachette, 1983.

2 P. ZUMTHOR, Introduction à la poésie orale, Seuil, 1983 et La lettre et la voix. De la littérature médiévale, Seuil, 1987.

3 S. LUSIGNAN, Parler vulgairement. Les intellectuels et la langue française au Moyen Age, Paris, Vrin - P.U. Montréal, 1986.

4 M. ZlNK, La prédication en langue romane avant 1300, Champion, 1976.

5 B. GERHARDSON, Préhistoire des évangiles, Cerf, 1978.

6 R. MEYNET, Rhétorique biblique, Cerf, 1989.

7 F. AKINNASO NIYI, “On the differences between spoken and written language”, Language and Speech, n° 25, 1982.

8 C. HAGÈGE, L’homme de paroles, Fayard, 1985.

9 C. BLANCHE-BENVÉNISTE et C. JEANJEAN, Le français parlé. Transcription et édition, INALF-Didier-Érudition, 1987.

10 W. CHAFE, “Linguistic differences produced by differences between speaking and writing”, in Olson, Torance, Hildyard (eds.), Literacy, Language and learning, Cambridge U.P., 1985.

11 J.-P. BRONCKART, Le fonctionnement des discours, Delachaux et Niestlé, 1985.

12 M.-L. MOREAU ET B. MEEUS, « Oral et écrit : quelles différences ? Une approche expérimentale », Enjeux, n 17 (Namur), 1989.

13 AKINNASO, op. cit. et “On the similarities between spoken and written language”, Language and Speech, n° 28, 1985.

14 F. AKINNASO, op. cit., 1985, p. 325.

15 Ibidem, p. 352, trad. N.G.

16 D. LAURENT, « Les procédés mnémotechniques d’un conteur breton », Cahiers de Fontenay, n° 23, 1981, p. 39.

17 M. JOUSSE, L’anthropologie du geste , Gallimard, 1974-1978.

18 D. NOYÉ, Un cas d'apprentissage linguistique : l’acquisition de la langue par les jeunes Peul du Diamaré (Nord-Cameroun), Thèse de 3e cycle, Paris, INALCO, 1971.

19 P. ZUMTHOR, « Entre l’oral et l'écrit », Cahiers de Fontenay, n° 23, 1981.

20 P. NÈGRE et P. ROUSSEAU, Action éducative et changements. Elaboration d’un outil d’évaluation de mesures d’AEMO, Institut de Travail Social, Tours, 1989.

21 S. BRANCA, « Présentation du numéro », RSFP, n° 1, 1977.

22 A. VALLI, « Un exemple d’approche du problème des variantes en linguistique diachronique », RSFP, n’5, 1983.

23 Op. cit.

24 C. JEANJEAN, « ‘ll y a’ dans la syntaxe verbale », RSFP, n° 2, 1979.

25 C. JEANJEAN, « ‘Toi, quand tu souris’, analyse sémantique et syntaxique d’une structure du français peu étudiée », RSFP, n° 6, 1984.

26 C. BLANCHE-BENVÉNISTE, « Une chose dans la syntaxe verbale », RSFP, n° 7, 1985.

27 M. BILGER, « Les réalisations en ‘et tout ça’ à l’oral », RSFP, n° 9, 1988.

28 F. GADET et F. MAZIÈRE, « L'oral : une voie spécifique pour faire sens », in Normand Cl. La quadrature du sens, PUF, 1990.

29 C. GOODWIN, Conversational organization, N. Y., Academic Press, 1981.

30 C. KERBRAT-ORECCHIONI, « L’approche interactionnelle en linguistique », in L'Interaction, Association des Sciences du langage, BUSCILA, 1989, p. 11.

31 Op. cit., 1987.

32 M. BLOCH, Political language and oratory in traditional societv, London, 1975.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicole Gueunier, « Y a-t-il une linguistique de l’oral ? », Bulletin de l'AFAS [En ligne], Les phonothèques entre recherche et culture, L'oral et la recherche en sciences humaines et sociales, mis en ligne le 27 février 2012, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://afas.revues.org/2685

Haut de page

Auteur

Nicole Gueunier

Professeur à l’Université François Rabelais, Tours

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page