Navigation – Plan du site
Introduction aux journées d'études

Dix ans après : l’oral

Avant-propos
Claude Martel
p. 9-10

Texte intégral

1Ni la date de septembre 1990, ni même sans doute le lieu de la Baume-les-Aix choisis pour ces journées de réflexion sur les phonothèques n’ont été le fruit du hasard. Comme nous l’avions dit dans le texte d’appel et comme l’ont rappelé plusieurs intervenants, il s’agissait bien d’une forme « d’anniversaire ».

  • 1 Actes parus en 1984, aux éditions du CNRS, Paris, La recherche sur les ethnotextes, réflexions pour (...)

2Dix années en effet, presque jour pour jour, séparaient cette session de la Table ronde « Recherche sur les Ethnotextes »1 tenue en 1980, au moment où s’élaborait entre disciplines des sciences de l’homme (histoire, ethnologie, dialectologie en particulier) et institutions de communication culturelle (musées, associations régionales...) une réflexion sur le document oral comme source et objet d’étude à part entière pour les recherches et comme richesse irremplaçable pour notre patrimoine.

3En nous retrouvant avec certains de ceux qui avaient été à l’origine de ces préoccupations et avec de nouveaux venus riches d’expériences plus récentes, nous souhaitions à la fois dresser un bilan et ouvrir quelques perspectives d’avenir. Après l’élan des années 1975-1980 où l’on parlait beaucoup de « patrimoine immatériel » et de « mémoire vivante » à recueillir religieusement et à conserver précieusement dans ces temples de l’archive orale que devaient devenir nos « sonothèques » ou « phonothèques régionales », chaque institution, pour ne pas dire chaque collecteur et/ou conservateur, a connu une évolution singulière, enregistré des succès et des échecs, abandonné certaines illusions et ouvert des pistes nouvelles dans cette quête de l’oral. Il nous semblait utile de mettre à plat quelques-unes de ces expériences pour y réfléchir ensemble avec toutefois la préoccupation qui avait déjà marqué la table ronde de 1980, à savoir celle d’un croisement de regards et d’un dialogue entre le chercheur-collecteur d’une part, qui puise son savoir à la source orale vivante et le conservateur-communicateur qui, d’autre part, met en œuvre et restitue dans sa richesse le document sonore.

4Tel était donc notre propos et sans doute n’y avons-nous répondu que partiellement. Cela tient peut-être, il est vrai, à l’organisation même de ces journées, qui invitaient d’abord des universitaires et des chercheurs à traiter, chacun dans leur discipline, de « l’oral comme objet de recherche ». Ainsi, chacun à leur manière, ont-ils illustré ou rappelé comment et pourquoi le document oral tenait une place centrale dans leur champ disciplinaire propre, que ce soit en dialectologie corse (M.-J. Dalbera), en linguistique française (N. Gueunier) ou en ethnologie bretonne (D. Laurent). Quant aux « acteurs culturels » conviés à parler de « l’oral comme objet de culture », ils ont choisi de retracer l’histoire des fonds sonores qu’ils conservaient, utilisaient, valorisaient auprès de leurs publics respectifs, qu’il s’agisse d’associations régionales (comme l’AVAS au Val d’Aoste, DASTUM en Bretagne ou l’ODAC dans l’Hérault), de musées (Musée Dauphinois de Grenoble), d’archives départementales (celles de la Dordogne à Périgueux) ou de la Maison de la Villette à Paris.

5Dans cet effort de vision rétrospective, chacun a tenté de décrire un itinéraire sans sous-estimer les difficultés. Tels sont par exemple du côté de la recherche la légitimation, jamais vraiment acquise, de la source orale en histoire, le statut du document enregistré comme objet d’étude en ethnologie ; ou, du côté de la culture, le coût élevé de la (bonne) conservation de l’oral, la précarité de son attrait médiatique, la difficulté de son accès... À tous les sens du terme, ceux qui engrangent de l’oral dans une phonothèque comme ceux qui l’analysent en une recherche semblent accomplir dans l’ombre un lent et long travail de fourmi, peu visible et peu reconnu d’où un certain « désenchantement » si l’on compare ces exposés à ceux des Actes de 1980 !

6Cependant, à la lecture de ce qui a pu et su peu à peu s’élaborer autour des témoignages enregistrés en dialectologie, en histoire, en littérature orale ou en grammaire du français parlé – et qui n’aurait pu sans doute s’élaborer ailleurs et autrement –, on se rend compte que les propositions faites dix ans en arrière par quelques pionniers des « ethnotextes » n’étaient pas vaines. Comme n’étaient pas utopiques les entreprises des musées, archives et autres associations de « pays » qui ont patiemment engrangé, décrit, catalogué les richesses orales de leurs régions. Envers et contre tout, les uns et les autres ont constitué de riches réserves de savoir et de réflexion sur ces savoirs. La mémoire, les dires et les façons de dire, de chanter, de jouer, de conter, sont conservés ici et là en réseaux de phonothèques qui harmonisent leurs modes description et donc de recherche et de consultation.

7Ce que nous livre la réflexion de ces journées, c’est, au fil des années, la conviction que la parole vivante recueillie aujourd’hui reste pour demain à interroger inépuisablement…

Haut de page

Notes

1 Actes parus en 1984, aux éditions du CNRS, Paris, La recherche sur les ethnotextes, réflexions pour un programme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Martel, « Dix ans après : l’oral », Bulletin de l'AFAS [En ligne], Les phonothèques entre recherche et culture, Introduction aux journées d'études, mis en ligne le 27 février 2012, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://afas.revues.org/2688

Haut de page

Auteur

Claude Martel

CREHOP, Aix-en-Provence

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page