Navigation – Plan du site
Introduction aux journées d'études

Accueil des participants

Jean-Claude Bouvier
p. 13-14

Texte intégral

1Je regrette beaucoup de n’avoir pu vous accueillir, comme cela était logique, au début même de ces journées de réflexion sur l’oral et les phonothèques, c’est-à-dire hier après-midi. J’ai été malheureusement retenu à Marseille par une réunion d’une très grande importance à laquelle je ne pouvais pas me dérober : il s’agissait d’une rencontre avec les responsables des autres universités et des différentes collectivités territoriales de la région qui engageait fortement l’avenir, puisqu’elle avait pour objet de préparer le Schéma d’aménagement et de développement de l’enseignement supérieur d’ici l’an 2000...

2Je vous prie donc de bien vouloir excuser cette prise de parole décalée, qui peut paraître maintenant incongrue et risque de perturber un peu le déroulement de vos travaux. Mais je tiens à vous dire que c’est avec un très grand plaisir que je me trouve ici parmi vous, pour vous souhaiter, même à retardement, la bienvenue dans ces locaux de La Baume-Lès-Aix où j’oserais dire que l’Université de Provence se sent un peu chez elle en raison du grand nombre de colloques ou de journées d’étude qu’elle y organise chaque année. Je souhaite que dans ce cadre agréable, paisible, propice à la réflexion vous fassiez un excellent séjour et ayez des débats fructueux.

3Si je suis heureux d’être ici, c’est aussi et, je pense, surtout, pour des raisons à la fois plus personnelles et, pour ainsi dire, plus professionnelles. Car je ne peux pas oublier que, avant d’être président d’université, j’ai assumé deux responsabilités qui ont un lien direct avec les activités de ces deux jours : j’ai eu le privilège de présider aux destinées des deux organismes qui sont associés dans l’organisation de cette rencontre : l’AFAS et le CREHOP. C’est donc avec beaucoup d’émotion que je reprends contact avec des préoccupations qui s’étaient nécessairement un peu éloignées ces dernières années et que je retrouve ici beaucoup d’amis avec qui j’ai eu le plaisir de travailler.

4Je suis particulièrement sensible au choix que vous avez fait d’Aix-en-Provence pour y tenir à la fois cette réunion sur l’oral et l’assemblée générale de l’AFAS – à laquelle bien sûr je participerai demain. J’y vois la mémoire consciente de deux rassemblements antérieurs qui ont eu lieu dans cette ville, au début de la décennie qui vient de s’écouler, et dont nous avons la faiblesse de croire qu’ils ont joué un rôle décisif dans les recherches sur l’oral et sur la conservation et la mise en valeur des documents sonores. Dans l’ordre chronologique ce fut d’abord en 1980, il y a dix ans, à un mois prés, dans ces mêmes lieux de La Baume, une Table ronde sur les ethnotextes, qui était située dans le prolongement des premiers travaux du CREHOP et qui était consacrée à une réflexion sur les problèmes de l’oral, dans une perspective véritablement pluridisciplinaire : la théorie et la méthodologie des ethnotextes, mais aussi les questions liées à la diffusion et à la publication des documents recueillis. L’année suivante, en 1981, se tenait, dans les locaux de l’Université de Provence, à Aix, une journée d’études de l’AFAS qui avait pour thème l’une des questions sur lesquelles s’était précisément construite l’association : « Quelles phonothèques pour demain ? » C’était le résultat d’une réflexion déjà largement engagée au sein de l’AFAS sur les moyens de mieux faire connaître la diversité foisonnante des documents sonores recueillis par des individus, des associations ou des institutions et d’en assurer à la fois la conservation et la diffusion ; et c’était aussi le début d’un combat difficile pour faire émerger de véritables phonothèques régionales.

5Qu’en est-il de tout cela aujourd’hui ? Vos travaux contribueront certainement à répondre à cette question, c’est-à-dire à ouvrir de nouvelles voies, à partir d’un bilan des années passées. Sans doute bien des espoirs que nous avions alors ont-ils été déçus. Les contraintes disciplinaires sont certainement plus lourdes que nous ne l’imaginions et la recherche pluridisciplinaire malaisée à mettre en place, malgré tous les discours et les efforts méritoires ; l’éclosion des phonothèques régionales ou « en région » s’est heurtée aussi à de sérieuses difficultés, etc. Mais l’existence même de cette rencontre, la composition de votre assemblée, où se rencontrent des chercheurs de toute provenance, la présence, très encourageante parmi vous de beaucoup de jeunes, passionnés par le travail sur l’oral, tout cela montre que la semence qui a été lancée dans ces années-là a porté quelques fruits et doit donc nous inciter à l’espoir.

6Je vous renouvelle mes vœux de travail fructueux et, pour vous permettre de passer aux actes, je vais, sans plus tarder donner la parole à notre ami Alexis Bétemps, dont on sait tout ce qu’il a fait pour recueillir, conserver et diffuser la mémoire orale de son pays, le Val d’Aoste. Après les interventions d’hier qui ont dressé un bilan des recherches dans différentes disciplines, Alexis Bétemps va ouvrir la séance d’aujourd’hui consacrée à L’oral et les institutions culturelles, en nous donnant un aperçu de l’immense travail qui a été réalisé par l’Association Valdôtaine d’Archives Sonores (AVAS), dont il est le fondateur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Bouvier, « Accueil des participants », Bulletin de l'AFAS [En ligne], Les phonothèques entre recherche et culture, Introduction aux journées d'études, mis en ligne le 12 avril 2012, consulté le 26 mai 2017. URL : http://afas.revues.org/2692

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Bouvier

Président de l’Université de Provence

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page