Navigation – Plan du site
L'oral et la recherche en sciences humaines et sociales

L’oral et la recherche dialectologique

Marie-José Dalbera-Stefanggi
p. 27-35

Entrées d’index

Géographie :

France
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 F. de SAUSSURE, Cours de Linguistique générale, Édition critique T. de Mauro, Paris, Payot, 1972, p (...)
  • 2 SAUSSURE, op. cit., p. 44.

1Dire l’importance de l’oral dans les études linguistiques et plus spécifiquement dialectologiques revient forcément à énoncer bon nombre de vérités qui semblent aujourd’hui communément admises, voire banales. En effet, en exagérant fort peu, on pourrait dire que la linguistique, au sens moderne du terme, a fortiori la dialectologie, est née de la prise de conscience de la distorsion entre l’écrit et l’oral et de la primauté de ce dernier sur le premier. Ainsi, pour nous référer tout simplement à Saussure, rappelons comment il met en garde contre la confusion de la langue avec sa représentation : « langue et écriture sont deux systèmes de signes distincts ; l’unique raison d’être du second est de représenter le premier ; l’objet linguistique n’est pas défini par la combinaison du mot écrit et du mot parlé ; ce dernier constitue à lui seul cet objet. Mais le mot écrit se mêle si intimement au mot parlé dont il est l’image qu’il finit par usurper le rôle principal ; on en vient à donner autant et plus d’importance à la représentation du signe vocal qu’à ce signe lui-même. C’est comme si l’on croyait que, pour connaître quelqu’un, il vaut mieux regarder sa photographie que son visage »1. Et Saussure de citer quelques erreurs célèbres de grands linguistes (Bopp, Grimm...) qui sont tombés dans le piège de la graphie et d’ajouter que « pour disposer dans tous les cas de documents directs, il faudrait que l’on eût fait, de tout temps, ce qui se fait actuellement à Vienne et à Paris : une collection d’échantillons phonographiques de toutes les langues »2.

  • 3 Pour un éclairage récent sur oralité et comparatisme à la charnière entre XIXe et XXe siècles, on s (...)

2Quant à la dialectologie à proprement parler, son histoire épistémologique est intimement liée à cette prise de conscience de la primauté, pour le chercheur, de l’oral sur l’écrit et à la mise au point de divers systèmes, de plus en plus fins, de représentation ou de conservation de l’oral, destinés à éviter le piège de la confusion. Pour faire vite, on dira simplement que la linguistique, qui est alors (on est à la fin du XIXe siècle) historique et comparée, repose sur le concept fondamental de loi phonétique, qui est censé régir l’évolution des langues, ne connaissant que les exceptions relatives à l’emprunt et à l’analogie. Or les langues nationales, – écrites – sur lesquelles on travaille alors, se présentent comme des constructions très largement artificielles, et comprennent notamment une multitude d’emprunts, d’origines diverses, ou de règles établies par décret, et par la même irrégulières, etc... : on avance alors l’idée que c’est à partir des dialectes locaux, et de leur forme parlée (indépendamment du fait qu’ils connaissent ou non une écriture) qu’il convient de tenter la démonstration de la régularité des lois phonétiques. S’opposent ainsi, dans une série de dichotomies évidemment corrélées au climat philosophique de cette époque, le dialectal au national, le naturel au conventionnel, le géographique à l’historique, l’oral à l’écrit3.

3Ceci pour rappeler très brièvement, si besoin en était, que l’oral, c’est la source quasi exclusive du dialectologue. Mais attention : les sources écrites n’en sont pas moins, pour ceux qui ont la chance de travailler sur des domaines où elles existent, également du plus haut intérêt. Simplement, il faut être conscient du fait qu’elles ne valent que par référence à l’oral dont elles sont la projection : l’activité du dialectologue consiste précisément à restituer l’oral à travers l’écrit. Certes le philologue (et j’oppose à dessein, en schématisant un peu, les deux statuts) soumet aussi le texte à une critique impitoyable, mais il me semble juste de dire que le dialectologue de terrain est peut être rendu plus sensible, par sa pratique quotidienne, au danger de distorsion écrit/oral, et soumet en permanence le texte écrit à sa connaissance aiguë de l’oral.

Le statut de l’oral dans la recherche dialectologique aujourd’hui

L’oral : une matière

4C’est sur la base de recueils oraux réalisés lors d’enquêtes de terrain que se constituent les travaux dont peut s’enorgueillir à juste titre la dialectologie aujourd’hui. Ces travaux, ce sont évidemment, au premier chef, les 63 volumes publiés à ce jour d’Atlas linguistiques de la France par régions, qui offrent des matériaux d’une extrême richesse et d’une grande diversité, contrebalancée par la cohérence de la démarche. Les faits linguistiques présentés et cartographiés, tout en procédant d’une perception globale de la langue et d’un souci permanent d’insertion de celle-ci dans la culture, mettent de manière plus ou moins exclusive l’accent sur tel ou tel aspect de la réalité linguistique orale appréhendée par le chercheur. Qu’il me suffise de mentionner pour exemple, et sans souci d’exhaustivité, des volumes, anciens ou récents, dans lesquels l’intérêt se porte sur la phonétique, sur la morphologie, sur le lexique, sur la sémantique. Les travaux issus de ces Atlas, qu’ils soient le fait de l’auteur lui-même, ou celui d’autres chercheurs, témoignent de l’étendue de ces centres d’intérêt : ce sont tous les aspects de la langue orale qui sont concernés.

  • 4 M. CONTINI, « Études des intonations régionales du français », L’ethnotexte du GRECO 9, n 7, 1986, (...)

5La possibilité, aujourd’hui, de disposer de documents sonores de bonne qualité permet de développer l’étude de cette « matière » orale et donne lieu à un certain nombre d’avancées. Que l’on songe, par exemple, à la manière dont on progressera dans la connaissance des dialectes et la définition de leur identité lorsque l’on aura pu appréhender de manière claire et explicite ce que l’on appelle les « accents » régionaux : on a sans doute beaucoup à attendre, aujourd’hui, des études de phonétique et phonologie suprasegmentales, relatives à la microprosodie et à l’intonation. Mais l’exigence de qualité est ici très forte : « l’exigence première dans la constitution du corpus servant de base pour une recherche instrumentale sera l’obtention d’énoncés les plus spontanés, les plus naturels possible [...] L’idéal serait d’utiliser des enregistrements libres, réalisés dans la rue par exemple ». Mais, par ailleurs, « le travail d’analyse sera réalisé sur des traces obtenus à partir des enregistrements [...]. Cela exige une qualité excellente des enregistrements qui ne peut être obtenue qu’avec l’utilisation de matériel performant, professionnel, et après une bonne préparation des enquêteurs travaillant sur le terrain »4.

  • 5 Cf. notamment sur ce point R. BAUER et H. GOEBL, « Presentazione di ALD I, Atlante linguistico del (...)

6Le progrès en matière d’oral, c’est aussi, à un niveau sans doute plus anecdotique, mais néanmoins prometteur et significatif, la mise au point de l’Atlas sonore, par des chercheurs de l’université de Salzbourg : à partir d’un choix opéré sur la carte linguistique, il est possible d’interroger une banque de données sonores, de telle sorte que se trouve associée, à une ou plusieurs localités, ou à une question, la ou les formes sonores recueillies lors de l’enquête de terrain et stockées sur un support5. Le GdR 09 s’est d’ailleurs montré intéressé par ce qui pourrait être non pas, bien sûr, une solution de remplacement de la transcription (nous reviendrons d’ailleurs sur cette question du statut de la transcription) et de la présentation des faits linguistiques par le dialectologue, mais à coup sûr un enrichissement de nos travaux. La « matière » orale apparaît donc plus que jamais au premier plan des préoccupations des dialectologues.

L’oral : un donné culturel

7Mais je crois qu’il y a plus : l’oral n’est pas seulement, pour le dialectologue, la matière sur laquelle s’exerce son analyse. C’est aussi, très généralement, un donné culturel fondamental, dans les communautés dans lesquelles nous enquêtons :

  • soit que celles-ci ne connaissent pas l’écrit, en raison d’un statut strictement vernaculaire de l’idiome (c’est le cas de la Corse, et j’y reviendrai) ;

  • soit que l’écrit existe mais que tout un pan du discours lui échappe, pour des raisons socio-culturelles : c’est par exemple le cas du français régional en Corse. Dans un domaine comme la Corse, en effet, l’enquête sur les français régionaux ne peut se faire qu’à partir de l’oral : la conscience de la différence linguistique est encore trop importante pour que le régionalisme filtre à l’écrit. De plus, il faut même « détourner » l’enquête pour l’obtenir : la sanction dont il fait l’objet entraîne la nécessité d’une enquête orale quasi clandestine ;

    • 6 J.-C. BOUVIER, H.-P. BREMONDY, P. JOUTARD, G. MATHIEU, J.-N. PELEN, Tradition orale et identité cul (...)

    soit encore que la forme privilégiée de littérature de la communauté étudiée soit ce que l’on appelle la « littérature orale » ; je me réfère à cet inventaire fait grosso modo6 des différents genres qui en font partie : le conte, sous ses formes variées, la chanson, et les divers secteurs qu’elle recouvre, la complainte chantée ou parlée, les formulettes enfantines et jeux verbaux divers, les proverbes et dictons.

8Le dialectologue doit forcement tenir compte de ce donné de civilisation, non seulement parce que c’est le passage obligé pour la constitution de son corpus, mais aussi, et peut-être surtout, parce que cela induit une certaine attitude de la communauté à l’égard de son discours, à l’égard d’elle-même, à l’égard du temps. On sait en effet que les sociétés à tradition orale fonctionnent de manière spécifique.

L’oral : une attitude, une relation, un événement

9Cet objectif d’une quête de l’oral comme une matière corrélée à un certain type ou un certain état d’une société, qui est le programme minimum de départ des enquêteurs, tel qu’il est défini par exemple dans le petit ouvrage que je viens de citer, s’avère très vite bien en-deçà de ce qu’il est possible d’obtenir, et de ce qui est recueilli, de fait, par tout enquêteur opérant sur le terrain dans ce que j’appellerais très grossièrement de bonnes conditions. C’est beaucoup plus qu’une matière que l’on recueille : c’est une relation que l’on crée, un événement que l’on provoque. Le magnétophone, réceptacle de cet événement, s’avère alors particulièrement précieux.

  • 7 M.-R. SIMONI-AUREMBOU, « Quelques tendances de la géolinguistique romane », Conférence plénière au (...)

10Au congrès international de dialectologie de Bamberg, en juillet 1980, au cours duquel une séance plénière était consacrée aux grandes orientations de la dialectologie romane, M.-R. Simoni, dans le cadre de son exposé, intitulé « Quelques tendances actuelles de la géolinguistique romane », a présenté, au nombre de celles-ci, les recherches sur la conscience linguistique et les ethnotextes, les qualifiant d’« avancée de la méthodologie de l’enquête », et en attribuant l’émergence à l’usage généralisé du magnétophone dans les enquêtes de terrain : « le magnétophone, qui permet des enregistrements de longue durée, a été le support d’un autre type de recherche visant à élargir l’enquête dialectale, et à mieux situer les parlers recueillis dans leur environnement culturel »7.

  • 8 J.-C. BOUVIER et alii, La recherche sur les ethnotextes. Réflexions pour un programme, Paris, CNRS, (...)

11Je ne me permettrai pas, à Aix, berceau de ces nouveaux développements de la dialectologie (conscience linguistique, ethnotextes), de revenir sur ce qu’a été la gestation de cette entreprise, les concepts qui ont été développés, la méthodologie qui a été induite, les résultats qui ont déjà été obtenus : d’autres en parleront bien mieux que je ne pourrais le faire. Tout ceci est désormais bien connu, pour avoir fait l’objet de nombreuses réunions de travail ou publications, d’ouvrages et de colloques importants et je me bornerai à y renvoyer, ainsi qu’aux actes d’un colloque auquel beaucoup d’entre nous participaient, ici-même, il y a déjà dix ans8.

12Je m’en tiendrai pour ma part à évoquer ma propre expérience de l’élargissement du champ de la dialectologie, sur le terrain corse. J’ai été, au départ, tentée de prendre essentiellement, comme tout le monde je pense, la « réponse » à ma « question », considérant toute digression comme parasite et peu économique, sur le plan scientifique comme sur le plan matériel. J’ai heureusement assez vite compris mon erreur, guidée justement en cela par les chercheurs qui avaient déjà franchi ce stade, et je me suis résolue à tout enregistrer, y compris les silences, les tissus de conjonction, les hésitations, les corrections, les commentaires... Je dois dire que, bien loin de l’avoir regretté, j’y ai trouvé par la suite plus de matière enrichissante, pour l’analyse proprement linguistique, que dans la réponse « normale » ou « normalisée », l’écart entre cette dernière et la ou les réponse(s) déviante(s) éventuellement corrigée par l’informateur s’avérant bien souvent très révélateur.

  • 9 Mot à mot : Grand-mère disait : prends ceci, prends cela... on parlait ainsi, avant, à Zevacu... ma (...)
  • 10 J.-C. BOUVIER et alii, op. cit., p. 31.

13Mais l’intérêt linguistique de ce type d’enregistrement, dépasse souvent le message lui-même et relève du référent de ce dernier, de son « contexte » au sens linguistique du terme. Je pense par exemple à un témoignage que j’ai recueilli au sud d’Ajaccio, au cours d’un entretien libre qui surgit comme une digression, pendant une enquête à visée strictement phonétique, au cours de laquelle j’essaie de mettre à jour le traitement, fluctuant dans cette région, de -LL- et -LI- latins. Spontanément – mais je dois à la vérité de dire qu’un climat de parfaite connivence s’était installé entre nous – mon informatrice commence à m’expliquer que sa grand-mère ne parlait pas comme elle-même. « minnana dicia : pidda qui, pidda quà... si partaia cusi, innanzu, in Zevacu... ma avà nimu un parla più cusi. Ed eiu dicia a mamma : parchi minnana parla cusi ? E mamma mi dicia : minnana parla à l’antica... Dicia a mudderi... a tuadda... parlaia à l’antica...9 ». Et mon informatrice de poursuivre en m’apprenant que cette grand-mère, morte il y a une soixantaine d’années, était née nd’a stoppia, sur le chaume, lors d’une transhumance piaghja/muntagna ; elle me décrit la scène telle qu’elle l’imagine, ayant elle-même participé, dans les premières années de ce siècle, aux dernières transhumances, avant la fixation à la plaine. Elle évoque le transport des plans de légumes, des ruches... Elle revient au problème linguistique qui nous occupait, le mettant en relation avec ce qu’elle vient d’évoquer... Ma présence en face d’elle, à ce moment là, mon écoute, mes interventions, font partie intégrante de cet événement : c’est cette relation enquêteur-enquêté qui a permis l’émergence de cet objet ethnotexte, que J.C. Bouvier a défini comme « un texte oral qui dépasse un aspect trop particulier, trop individuel, pour refléter d’une manière ou d’une autre la culture d’une communauté »10.

14Au-delà – ou plutôt en deçà – de la valeur quasi littéraire de certains de ces documents et de leur valeur tout simplement humaine, quel est l’intérêt de cet événement oral pour le chercheur ? Si je reviens au document que j’ai évoqué, je peux, en tant que dialectologue, l’exploiter dans diverses directions, au nombre desquelles :

  • l’observation linguistique du message, bien entendu, particulièrement intéressant en l’occurrence en raison de certains archaïsmes phonétiques et morphologiques et de la distorsion entre ce que mon informatrice dit et ce qu’elle prétend dire, précisément au niveau de ces articulations cacuminales ;

  • l’analyse ethnohistorique : la transhumance, ses conditions, les souvenirs fortement émotionnels que suscite son évocation, l’abandon de cette pratique vécu par le témoin et les commentaires qui y sont associés... Sur ces aspects, du reste, il est clair que l’historien et l’ethnologue seront plus concernés et plus aptes à conduire une étude ;

  • la linguistique diachronique : je viens en effet d’obtenir une information objective sur l’attestation datée d’un phénomène, à savoir la décacuminalisation sur le versant nord-ouest du massif montagneux du sud de la Corse. Dans un domaine ou l’on ne dispose pas de sources écrites pour la datation des changements linguistiques, on imagine le prix que cela peut avoir ;

  • la réflexion sur la causalité du changement linguistique, point sur lequel l’ethnotexte que je viens de recueillir contient une hypothèse plus ou moins explicite : mon informatrice fait en effet la mise en rapport d’un fait linguistique (abandon des consonnes cacuminales) et d’un fait historique (scission des communautés villageoises) à répercussion géographique (création de communes sur le littoral). Les historiens ont en effet montré comment aux XVIIIe et XIXe siècles le processus alternatif de descente à l’automne (impiaghjera) et de montée en juin (muntagnera), avec étape-relais au village, a pris fin et comment certaines de ces migrations saisonnières ont engendré des changements définitifs par fixation de groupe de montagnards à la plage et émergence de nouvelles communautés : c’est le cas de la communauté à laquelle appartient mon informatrice ;

  • l’analyse de la conscience linguistique (parlà à l’antica), enfin – mais la liste des centres d’intérêt linguistiques n’est sans doute pas close – et des jugements de valeur plus ou moins implicites relatifs à cette situation linguistique complexe, les commentaires métalinguistiques déjà évoqués...

15Il est clair que ces pratiques de transhumance, qui constituent un des donnés fondamentaux du terrain sur lequel j’enquête, relèvent de l’un des thèmes qui donnent lieu à des événements oraux dans lesquels le dialectologue peut embrasser la totalité des dimensions de son objet : la dimension culturelle, bien sûr, la dimension spatiale et temporelle (dans quelle mesure les parcours de transhumance et leur abandon sont liés, géographiquement et historiquement, aux phénomènes de partition dialectale), la dimension sociale, les phénomènes évoqués étant explicitement corrélés au statut social des sujets... On a manifestement là un élargissement, une globalisation des directions d’investigation de la dialectologie, rendue possible par le statut de l’enquête orale et sa méthodologie, ce qui ne signifie pas, notons-le bien, que l’analyse doit amalgamer tous ces aspects mais au contraire qu’elle doit s’affiner de plus en plus dans diverses directions, avant de tenter une synthèse.

L’analyse dialectologique épuise-t-elle l’oral ?

  • 11 M.-R. SIMONI-AUREMBOU, op. cit.

16Je reviens à l’exposé de M.-R. Simoni à Bamberg11 ayant évoqué les avancées en matière d’enquête orale et d’analyse dialectologique dont il vient d’être question, elle conclut ainsi : « on aura compris que, dans ces conditions, l’entretien enregistré est le document original. On le transcrit aux fins de l’analyse, mais ce type d’enregistrement doit être soigneusement conservé afin qu’on puisse toujours s’y référer ».

17Je pense que, au-delà de toutes les raisons, je dirai non-linguistiques, que l’on peut avoir de tout mettre en œuvre pour assurer la conservation et la mise à disposition des textes oraux ainsi recueillis, il est un certain nombre de considérations proprement dialectologiques qui sont largement déterminantes dans ce sens.

Un souci déontologique

  • 12 S. POP, La dialectologie, Louvain, 1950, p. 23.

18L’exigence de contrôle de l’information, qui vaut pour toute science, est aussi ancienne, en dialectologie, que la discipline elle-même. On pourrait faire un véritable catalogue des regrets de linguistes, diversement célèbres, se plaignant de ne pouvoir vérifier telle ou telle information, ou d’en préciser tel ou tel aspect. Je relèverai par exemple une critique de l’enquête « Coquebert de Montbret » par Ch. de Tourtoulon et O. Bringuier, dans leur étude sur la limite géographique de la langue d’oïl et de la langue d’oc (1876)12 : « les nuances phonétiques sont difficiles à noter par écriture et ne peuvent guère être comparées que par ceux qui les ont directement perçues. Il est bon que deux personnes au moins soient chargées de ces observations délicates, afin qu’elles puissent se contrôler mutuellement ». L’enregistrement oral, dont on ne pouvait alors pas même rêver, et sa conservation, lèvent ce genre de difficulté.

  • 13 G. BRUN-TRIGAUD, Le croissant : le concept et le mot. Contribution à l’histoire de la dialectologie (...)

19Dans son ouvrage récent Le croissant : le concept et le mot, G. Brun-Trigaud souligne que « plus d’un siècle d’énoncés sur la limite oc-oïl s’est effectuée avec très peu d’enquêtes sur le terrain [...]. La majorité de ces auteurs ne travaille donc pas avec des matériaux de première main : aux difficultés matérielles inhérentes aux moyens de transport peu développés jusqu’au milieu du XIXe siècle s’ajoute une certaine répugnance à aller faire des enquêtes sur place, voire un certain dédain à l’égard des témoins »13. Cent ou cent cinquante ans plus tard, les enregistrements réalisés par les enquêteurs permettent à tout chercheur s’intéressant ultérieurement au domaine de disposer, lui aussi, de matériaux de première main.

  • 14 M.-J. DALBERA-STEFANAGGI, « La nasalisation en Corse », Revue de Linguistique Romane, n°209-210, 19 (...)

20Je rappellerai enfin la querelle qui a opposé, sur le terrain corse, français et italiens, à propos de la question des voyelles nasales, et dont le fondement était un défaut d’information et de mise à disposition de l’information. Cette querelle va s’enfler des années durant, drainant des partis pris idéologiques évidents, et aboutissant à l’abandon de la publication de l’Atlas de la Corse par Gilliéron et Edmont. M. Roques avait bien tenté de ramener le débat à un niveau scientifique, suggérant que, pour l’existence de ces fameuses voyelles nasales, le mieux était d’aller voir... ou plutôt entendre. Mais personne ne fit le déplacement (ou plutôt Bottiglioni le fit, mais sans doute avec trop d’a priori...) et l’on ne disposait pas d’autres moyens de verification14.

21Mais sans doute n’est-il pas nécessaire d’insister beaucoup sur les raisons de cet ordre relatives à la conservation de la matière enregistrée : c’est une chose, aujourd’hui, évidente pour nous tous, tant il est clair que le recours toujours possible à l’objet, par ré-audition du corpus, réduit la marge d’arbitraire, renforce l’objectivité, s’inscrit dans une démarche déontologique de la part du chercheur.

22De plus, la mise à disposition du document sonore permet de gommer les divergences, dans la notation, relatives à la formation, à la tradition du chercheur, ou au contraire d’éclairer des différences que des transcriptions forcément typisantes auraient étouffées : la confrontation avec des enregistrements d’autres domaines linguistiques permet la réévaluation constante des parentés linguistiques. Ne jamais oublier que toute transcription est déjà une analyse, une construction de l’objet, qui engage la responsabilité scientifique du linguiste. La possibilité du recours permanent à la matière qui sous-tend cet objet construit rend finalement à la fois plus contrôlable et plus responsable le travail du dialectologue transcripteur.

L’oral : un objet multiforme

23Car, et de cela on est peut-être moins conscient, quel que soit le système de transcription adopté – orthographe, transcription phonétique – on ne transcrit jamais un texte, mais seulement une face, un aspect de ce texte : la transcription totale, définitive, n’existe pas, n’est pas possible. Il n’y a que des transcriptions multiples, à des fins variées. Un enregistrement est en effet un objet multidimensionnel, un événement ; toute transcription n’en dévoile jamais qu’un aspect, à des fins fixées plus ou moins explicitement par le transcripteur. Le retour à l’événement permet une ou plusieurs lectures différentes.

  • 15 J.-C. BOUVIER, H.-P. BREMONDY, P. JOUTARD, G. MATHIEU, J.-N. PELEN, op. cit.

24Le principe de pertinence, en effet, tout autant que les contraintes de présentation et de lisibilité font que toute transcription n’est jamais effectuée qu’en fonction d’un objectif. Ainsi, dans Tradition orale et identité culturelle15, les auteurs affirment la nécessité de publier des recueils d’ethnotextes et posent un certain nombre de contraintes relatives à la forme qu’il convient de leur donner : une transcription phonétique généralisée « met un écran un peu trop opaque au contenu », dans la perspective de rendre ces recueils accessibles à un large public. Ils sont donc transcrits en graphie, avec tous les problèmes que cela peut poser mais aussi avec toute la distanciation nécessaire par rapport à ces problèmes. Mais les mêmes documents, dans des ouvrages spécialisés, figurent sous forme de transcription phonétique.

  • 16 M.-J. DALBERA-STEFANAGGI, « Le Nouvel Atlas Linguistique de la Corse et la Banque de Données Lingui (...)

25C’est aussi une transcription graphique que nous avons choisi pour les ethnotextes dans la Banque de Données Linguistiques Corses. Ils sont en effet rattachés, par un système de mots-clefs, aux unités lexicales lemmatisées16. Une transcription phonétique de ces textes les aurait rendus parfaitement inutilisables, et aurait été pour le moins superflue dans la perspective lexicale de cette partie de la BDLC. Il n’en reste pas moins que le recours à l’enregistrement doit rester constamment possible, que l’on souhaite conduire une analyse sur la phonétique, les phénomènes de contact entre les unités accentuelles, l’intonation… Bref, tout ce qu’un corpus de ce type permet d’envisager.

26Il ne faudrait pas par ailleurs tomber dans l’attitude simpliste qui consisterait à opposer simplement transcription graphique et transcription phonétique : ce dernier terme en effet est loin d’être univoque, et il y a finalement autant de transcriptions phonétiques possibles que d’attitude d’écoute et d’appréciation, de centres d’intérêt permanent ou passager... Qu’il suffise d’évoquer le dosage différent qui peut être fait, au cours d’une transcription, entre perspective phonétique, qui porte à noter les variantes les plus tenues, et perspective phonologique, qui porte à typiser en rendant plus attentif à la fonctionnalité des unités phonématiques... Il n’y a pas de bonne transcription, il n’y a que des transcriptions d’une face de l’objet sonore. Cet objet n’est donc pas épuisé par la description – ou la transcription – qu’en a donnée le dialectologue : sa conservation est donc nécessaire, comme objet de recherche ultérieure.

27Si l’on reconnait qu’une transcription n’est jamais donnée, qu’en fonction d’un objectif, il faut admettre l’idée que celui-ci peut évoluer, et parfois plus vite qu’on ne l’aurait pensé. Je peux ainsi témoigner de ma propre expérience, sur le domaine corse. J’ai fait, dans les années 70, toute une série d’enregistrements selon les méthodes que j’ai déjà évoquées. J’en ai tiré une série d’analyses phonologiques typisantes qui ont débouché sur une partition phonologique typologique de l’espace dialectal corse. Dix ou quinze ans après, sur les mêmes documents, j’ai eu une écoute, tout à fait différente, non pas contradictoire mais complémentaire. J’avais en effet entre temps été sensibilisée à d’autres aspects de la réalité linguistique : la perspective plus strictement dialectologique (c’est-à-dire le continuum spatio-temporel), et sociolinguistique par prise de conscience de l’existence d’un énorme polymorphisme. Cette nouvelle écoute (je l’ai qualifiée d’« archéologie de la parole ») est venue éclairer la précédente, et la composition des deux m’a permis d’aboutir à une mise en perspective de la langue que je crois assez éclairante. Je pense que tout dialectologue a fait cette expérience et a tremblé à l’idée qu’il n’aurait plus pu se référer qu’à ses transcriptions et non à ses enregistrements.

Un objet diachronique

28Enfin, un corpus oral devient très vite un objet diachronique, et les faits qu’il contient deviennent des éléments d’histoire de la langue. À l’échelle d’une génération de témoins (ou d’une carrière de dialectologue) il est possible d’assister à des évolutions – les plus frappantes sont sans doute celles qui relèvent de la phonétique – qui, au-delà de l’intérêt qu’elles présentent en elles-mêmes, peuvent en outre éclairer le linguiste sur le changement linguistique comme processus général. Il est ainsi permis d’assister, en temps réel, à la phonologisation d’une variante, à la diffusion d’un trait prosodique comme la perte des voyelles finales ou au contraire la généralisation d’une finale à valeur morphologique, l’évolution du point d’articulation du [r]... Sans parler de l’intonation, toutes choses qu’il m’a été personnellement possible de constater.

En conclusion

29Je crois qu’il convient, aujourd’hui, de prendre conscience non plus tellement peut-être de la primauté, dans une perspective de recherche dialectologique, de l’oral sur l’écrit : c’est chose faite, depuis longtemps, mais de la nécessité de conserver et de rendre disponible l’oral, malgré tous les problèmes et toutes les difficultés qui ne peuvent manquer de surgir, et sur lesquels on aura sans doute l’occasion de revenir ici.

30Ce qui a fait, durant des siècles la suprématie de l’écrit, c’est sa pérennité. À cette pérennité est obligatoirement liée une contradiction : la langue évolue, vite ; l’écrit, par nature, par pesanteur, par vocation, ne suit pour ainsi dire pas. La constitution et la conservation d’un corpus oral peut permettre de battre en quelque sorte l’écrit sur son propre terrain, la traversée du temps, en permettant aux « paroles ailées » d’être, elles aussi, constamment réactualisables.

Haut de page

Notes

1 F. de SAUSSURE, Cours de Linguistique générale, Édition critique T. de Mauro, Paris, Payot, 1972, p. 45.

2 SAUSSURE, op. cit., p. 44.

3 Pour un éclairage récent sur oralité et comparatisme à la charnière entre XIXe et XXe siècles, on se reportera notamment à X. RAVIER, J.F. Bladé et le comparatisme, Réception et identification du conte depuis le Moyen Âge, Toulouse, 1987, pp. 133-143.

4 M. CONTINI, « Études des intonations régionales du français », L’ethnotexte du GRECO 9, n 7, 1986, p, 20.

5 Cf. notamment sur ce point R. BAUER et H. GOEBL, « Presentazione di ALD I, Atlante linguistico del ladino dolomitico e dialetti limitrofi, parte prima », Per Padre Frumenzio Ghetta, Trento, 1991, pp. 73-99.

6 J.-C. BOUVIER, H.-P. BREMONDY, P. JOUTARD, G. MATHIEU, J.-N. PELEN, Tradition orale et identité culturelle. Problèmes et méthodes, CNRS, 1980, p. 20.

7 M.-R. SIMONI-AUREMBOU, « Quelques tendances de la géolinguistique romane », Conférence plénière au Congrès Int. de Dialectologie de Bamberg, 1990.

8 J.-C. BOUVIER et alii, La recherche sur les ethnotextes. Réflexions pour un programme, Paris, CNRS, 1984, pp. 27-34. Pour des références plus complètes, on se reportera à la communication de J.-N. PELEN au cours de ces Journées.

9 Mot à mot : Grand-mère disait : prends ceci, prends cela... on parlait ainsi, avant, à Zevacu... mais à présent personne ne parle plus ainsi. Et je disais à ma mère : pourquoi grand-mère parle comme ça ? Et maman me disait : grand-mère parle à l’ancienne... Elle disait a mudderi [au lieu de a moglia] « l’épouse »... a tuadda [au lieu de a tuaglia] « la nappe »... elle parlait à l’ancienne.

10 J.-C. BOUVIER et alii, op. cit., p. 31.

11 M.-R. SIMONI-AUREMBOU, op. cit.

12 S. POP, La dialectologie, Louvain, 1950, p. 23.

13 G. BRUN-TRIGAUD, Le croissant : le concept et le mot. Contribution à l’histoire de la dialectologie française du XIXe siècle, Lyon, Univ. J. Moulin, 1990, p. 341.

14 M.-J. DALBERA-STEFANAGGI, « La nasalisation en Corse », Revue de Linguistique Romane, n°209-210, 1989, pp. 145-158.

15 J.-C. BOUVIER, H.-P. BREMONDY, P. JOUTARD, G. MATHIEU, J.-N. PELEN, op. cit.

16 M.-J. DALBERA-STEFANAGGI, « Le Nouvel Atlas Linguistique de la Corse et la Banque de Données Linguistiques Corses », Études Corses, n°32, 1989a, pp. 137-151.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-José Dalbera-Stefanggi, « L’oral et la recherche dialectologique », Bulletin de l'AFAS [En ligne], Les phonothèques entre recherche et culture, L'oral et la recherche en sciences humaines et sociales, mis en ligne le 27 février 2012, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://afas.revues.org/2709

Haut de page

Auteur

Marie-José Dalbera-Stefanggi

Professeur a l’Université de Corte

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page