Navigation – Plan du site
2012

Après-midi d'étude et assemblée générale de l'AFAS - L’ethnomusicologue et le disque

Notice révisée le 13/06/2012

Prolongeant le colloque de 2008, organisé par l'AFAS avec le groupe français de l'Association internationale des archives et centres de documentation musicaux (AIBM), nous reprendrons le thème du disque pour évoquer ce support et son rapport avec une profession qui en est autant l'utilisatrice que la productrice.

 

  Après-midi d’étude et assemblée générale de l’AFAS

(Association Française des Archives Sonores)

« L’ethnomusicologue et le disque »

Jeudi 21 juin 2012

 

Maison des Sciences de l’Homme

190 avenue de France – 75 013 Paris

EPHE

1er étage, salle 123

Entrée libre dans la mesure des places disponibles

 

 

14 h 00

Introduction à l’après-midi : Marie-Barbara Le Gonidec, présidente de l’AFAS (MNATP-MuCEM), Florence Descamps, Ecole Pratique des Hautes Etudes

14 h 30

Pascal Cordereix, Bibliothèque nationale de France : L’ethnomusicologue et le disque : un regard patrimonial

15 h 00

Charles Duvelle : D’Ocora à Prophet

15 h 30

Jean LambertAude Julien-Da Cruz Lima, Centre de Recherche en Ethnomusicologie-CNRS : La collection CNRS / Musée de l’homme

16 : 00 - Pause

16 h 15

Marie-Barbara Le Gonidec, MNATP-MuCEM : Le disque édité dans les collections de la phonothèque du Musée National des Arts et Traditions Populaires

16 h 45

Claire Schneider, Musée du Quai Branly : La constitution d’une collection discographique à la médiathèque du Musée du quai Branly

17 h 15 - Discussion

 

17 h 30 - Assemblée générale de l’AFAS

 

*******

 

Le disque n’est pas qu’un support permettant de restituer la réalité du terrain - ce qui est plutôt le rôle de l’archive. Il est le fruit d’un véritable travail qui, d’un objet collecté dans un but d’analyse, permet d’aboutir à un produit mis en vente et destiné à un public.

Les premières éditions de musiques "d'ailleurs", savantes et populaires, et "d'ici", dites folkloriques, apparaissent dès les années 1890 avec des firmes comme Pathé, Columbia, Gramophone... qui proposent des milliers de disques. Or, les premières éditions de caractère "scientifique" apparaissent quant à elles dans les années 1930. La question d'alors est la suivante : quelle nécessité avaient les chercheurs de se lancer dans l’édition de ces musiques puisqu’elle existait ? Aujourd'hui la question pourrait se poser en ces termes : pourquoi et comment fait-on un disque "ethnomusicologique" et ce terme a-t-il un sens ? De ces premières parutions aux CD de ces dernières décennies, nous évoquerons donc l’histoire de l’édition de ces musiques qui constituent l'un des principaux objet d'étude de l'ethnomusicologie.

Cette rétrospective permettra de dégager un second axe de réflexion concernant, cette fois, les musiques elles-mêmes : les publications discographiques scientifiques autant que commerciales constituent de nos jours de formidablesressources pour les chercheurs pour esquisser une histoire de celles-ci, actuellement (censées) disparues ou s'étant transformées et qui, pour certaines, ne peuvent aujourd'hui être entendues qu'après leur passage au "filtre" de l'édition. Les disques qui les donnent à entendre sont parfois les seuls témoignages existant pour les jeunes générations qui souhaitent faire revivre une tradition disparue ou s'inspirer de fonds anciens dans un but créatif.

Nous ne commencerons pas - en ce jour de la fête de la musique... cette histoire, mais proposerons un état des lieux des richesses accumulées par de grandes phonothèques créées autour - et pour - la discipline comme par exemple celle du Musée de l'Homme et du Musée National des Arts et Traditions Populaires[1], ou encore, celle de l'actuelle Bibliothèque Nationale de France qui, outre le dépôt légal de l'édition phonographique française et internationale (diffusée sur le territoire national) depuis 1938, conserve plusieurs milliers de références françaises et étrangères antérieures à cette date.

Plus souvent abordées et connues pour leurs fonds inédits, il est temps de s'intéresser aux collections sonores éditées de ces phonothèques. On se demandera donc comment mieux les faire connaître et surtout, les valoriser.

Cette journée tentera ainsi d'apporter un éclairage sur l'histoire et les modalités de l'édition discographique des "musiques du monde, traditionnelles, folkloriques..." dans le but d'ouvrir, qui sait, de nouvelles voies de recherches pour l'ethnomusicologie contemporaine. 

 

   

 

 

 

 


[1] Actuellement, et respectivement, phonothèque du Centre de recherche en ethnomusicologie (CREM, Université de Paris Ouest, Nanterre- La défense) et phonothèque du Musée des Civilisations de l'Europe (MuCEM, Paris et prochainement Marseille).