Navigation – Plan du site

"Les Français donnent aux Français" :  les archives de Clara Candiani,  une journaliste-radio au service de la philanthropie

Aurore Pierre
p. 22-24

Texte intégral

Clara Candiani (1902-1996) est une journaliste française qui a notamment animé, entre 1947 et 1981, l'émission Les Français donnent aux Français, passée tout d'abord sur la chaîne de Radiodiffusion-Télévision Française, devenue en 1964 l'Office de Radiodiffusion-Télévision Française, ou  "O.R.T.F.", puis sur les ondes de France Inter.

L'ensemble des documents liés à la préparation de ces émissions a été versé en 1982 au Musée national des Arts et Traditions populaires (devenu en 2005 le MuCEM, Musée des Civilisations de l'Europe et de la Méditerranée). Il s'agit de 15 dossiers d'archives écrites et de 611 bandes magnétiques de différents formats, datant de 1953 à 1982.

Au cours d'un stage effectué à la phonothèque du département de la musique du MuCEM, j'aieu l’occasion de travailler à l'inventaire des archives écrites de ce fonds inédit, qui fait l'objet de cet article1.

Radio France a évoqué dernièrement Clara Candiani, cette grande figure du journalisme social, dans le cadre d'un cycle consacré à la philanthropie par d'Emmanuel Laurentin dans son émission "La fabrique de l’histoire"2. Diffusée le 20 janvier 2010 sur les ondes de France Culture, elle était réalisée par Krystel Le Pollotec qui avait convoqué deux invitées : Cécile Méadel, sociologue et chercheuse au Centre de sociologie de l'innovation à l'école de Mine ParisTech et Marie-Christine Pouchelle. Sociologue du CNRS, M.-C. Pouchelle a personnellement connu Clara Candiani et c'est elle qui, lors du départ de celle-ci de la Maison de la radio a fait les démarches nécessaires pour que tous ses documents de travail soient versés  au MNATP.

De son vrai nom Claire Mille, Clara Candiani, est d'abord grand-reporter pendant l'entre-deux guerres. Elle est connue en Espagne pour le soutien qu'elle a accordé en France aux victimes de la guerre civile espagnole de 1939. D'après Cécile Méadel, ces femmes grands-reporters sont rares à l'époque, comme les femmes journalistes en général : en 1936 le bureau du travail estime qu'il y a 2% de femmes journalistes seulement. Clara Candiani commence son travail radiophonique juste après la seconde guerre mondiale, et débute en 1947 l'émission Les Français donnent aux Français. Cette émission est présentée chaque lundi, puis l'horaire change plusieurs fois ; en 1954 elle passe chaque mardi à 11h et chaque jeudi à 15h. Dans l'un des documents rassemblés par Clara Candiani, celle-ci explique le fonctionnement de son émission. Elle dit recevoir du Bureau d'Aide Sociale des cas désespérés ; parmi ces cas, elle choisit les plus tragiques pour les présenter dans ses émissions, ce qui provoque de la part des auditeurs des dons et des lettres à destination de la personne en difficulté. Elle donne ensuite au bénéficiaire la somme nécessaire pour l'aider à sortir de sa détresse ainsi que les lettres de soutien que lui envoient les auditeurs. Certains des auditeurs décident même parfois de parrainer les personnes auxquels ils s'intéressent, en leur envoyant des lettres et de l'argent régulièrement, parfois même en leur rendant visite. Le surplus d'argent reçu par la journaliste et son équipe après l'appel lancé constitue une Caisse de Secours d'Urgence afin d'aider d'autres personnes dont les cas ont été signalés à Clara Candiani sans qu'elle ne puisse les évoquer dans ses émissions, qui sont trop courtes pour faire passer tout le monde. Emmanuel Laurentin explique que parfois, cette émission lui a ainsi valu le surnom de "dame de charité".

Dans la correspondance très fournie qu'entretient madame Candiani et ses "protégés", on s'aperçoit qu'elle suit parfois les personnes et leur familles pendant des années, quelquefois des décennies, s'en faisant pratiquement des amis. On remarque aussi que loin de se contenter de leur faire parvenir de l'argent, elle leur donne de nombreux conseils et tente de faire jouer ses connaissances pour trouver logement, travail ou autre solution à leurs problèmes. Les documents du MuCEM conservent aussi les papiers administratifs relatant l'enquête que la journaliste fait mener sur les personnes avant de proposer de les aider : elle interroge maires, assistantes sociales ou parfois juges et médecins pour mieux connaître la situation de la personne, ses ressources et sa "moralité". Ce sont donc des documents privés, pour la plupart des correspondances évoquant la vie et les difficultés personnelles de leurs auteurs.

On peut diviser le fonds écrit en huit parties :

- les documents de travail concernant l'émission Les Français donnent aux Français,

- les documents de travail pour la rubrique Cousu Coeur du journal Faim et Soif,

- les cas particuliers de "nécessiteux" ayant entretenu une correspondance suivie avec Clara Candiani,

- les correspondances d'amis ou d'assistants de Clara Candiani avec la journaliste elle-même,

- les lettres de personnes jugées "folles" par Clara Candiani,

- les lettres des auditeurs lors du départ à la retraite de Clara Candiani,

- un compte rendu des contenus des bandes magnétiques et de leur date, et un dossier comprenant les documents pour la cession au musée en 1982 (contrat de cession, convention) ainsi que ceux nécessaires à l'élaboration de l'émission de France Culture en 2010.

On y trouve également l'affiche de l'Emission sur France Inter. Ainsi s'agit-il essentiellement des lettres des auditeurs et les documents administratifs nécessaires pour aider les personnes dans le besoin. On y trouve aussi des articles que Clara Candiani a écrit pour le journal créé par l'abbé Pierre, Faim et Soif, dans lequel elle fait une chronique, Cousu Coeur, où elle présente une personne en difficulté exactement comme dans son émission radio.

L'ensemble constitue de nos jours une source intéressante de connaissances pour la création d'émissions radiographiques dans la deuxième moitié du siècle, ainsi qu'un témoignage important de la vie des plus pauvres dans cette même période.

Ces bandes ne peuvent pas être écoutées tant qu'elles n'ont pas été numérisées et inventoriées dans le détail, et tant que le contenu n'a pas été indexé. Ces opérations devraient pouvoir être menées une fois le musée installé à Marseille (il est en cours de transfert actuellement et définitivement fermé pour les 2 ans qui viennent). Les archives orales pourront ainsi être mises en correspondance avec les archives écrites, les deux "lots" formant un ensemble indissociable.

Exemple Dossier n°1 (Mme B., 1976-1980)

Description du contenu

  Mme B. était enseignante au Centre National de Télé-enseignement (CNTE), un centre de formation par correspondance. Elle exerçait à la maison d'arrêt de X et au centre de détention de X, puis sa zone d'enseignement a été étendue à tous les centres de détentions de la région de X.

Elle a essayé de rendre l'accès à l'éducation plus facile pour les détenus qui le souhaitaient, en tentant d'exonérer ceux qui ne pouvaient payer les droits d'inscription. Le CNTE a, dans certains cas, accepté de prendre ces dépenses à sa charge ; une lettre prouve cependant que ça n'a pas toujours été le cas.  En 1980  Mme B. semble s'être tournée vers Clara Candiani pour résoudre ce problème ; celle-ci lui a alors envoyé 2.500F prélevés dans la caisse de Secours d'Urgence de son émission, les Français donnent aux Français.

De nombreuses lettres de détenus, envoyés à Mme B. sont des témoignages intéressants des relations entre l'enseignante et ses élèves. On peut y lire les problèmes rencontrés par certains face au CNTE et à l'organisation du centre pénitentiaire (l'un des détenus ayant par exemple subi un transfert vers un autre centre de détention, il ne recevait plus les cours du CNTE), la gratitude que d'autres ressentent pour l'enseignante (l'un d'eux dit même vouloir réussir absolument, en guise de remerciement pour les efforts déployés par Mme B.). D'autres la  remercient aussi pour ses marques d'encouragement et d'intérêt.

Clara Candiani s'est penchée sur ses problèmes ; elle lui a ainsi envoyé, comme évoqué plus haut, la somme de 2 500F. Elle a également dédié une émission à l'enseignante : les papiers confidentiels recueillis par la journaliste le prouvent. Clara Candiani y a d'ailleurs joint une note le précisant "Confidentiel. Pour émission mais à ne pas communiquer dans l'émission".

On trouve donc dans ce dossier les documents de travail de Mme Candiani pour l'élaboration de son émission : sont regroupés des documents administratifs venus du CNTE, du service pénitentiaire, des lettres diverses adressées à Mme B. ou à Clara Candiani elle-même, ainsi que quelques documents de cours envoyés par le CNTE aux élèves détenus.

Détail pratique : Total documents écrits = 57 pages

sous-dossier 1)

Demande de prise en charge des frais d'inscription de 6 détenus par l'administration pénitentiaire, refusée : chèque de 2 500F de C. Candiani (1980), pris dans la caisse d'urgence.

sous-dossier 2)

Lettres du comptable du CNTE à Mm B.

Inscription gratuite d'un élève et demande d'une bourse pour payer ses livres.

Lettre du directeur du CNTE refusant l'exonération des frais d'inscription d'un élève de Mme B.

sous-dossier 3)

Lettres : échange entre Mme B. et C. Candiani.

sous-dossier 4)

Liste de lecture du CNTE, questionnaires à renvoyer au centre...

sous-dossier 5)

Lettres de détenus à Mme B.

- H M (prison des X à X)

- L B (transféré à X - Diplôme d'études universitaires générales  de philosophie)

- A R (prison de X – passe un B.E.P)

sous-dossier 6)

Autres lettres difficilement lisibles, ou non signées.

Haut de page

Notes

1  Je tiens à remercier M.-B. Le Gonidec, responsable du département de la musique pour la relecture de cet article et pour les conseils qu'elle m'a apporté.

2  La phonothèque du MuCEM conserve cette émission de France Culture. Dans les fonds, on trouvera aussi un entretien avec C. Candiani réalisé en 1991 par M.-C.Pouchelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurore Pierre, « "Les Français donnent aux Français" :  les archives de Clara Candiani,  une journaliste-radio au service de la philanthropie », Bulletin de liaison des adhérents de l'AFAS [En ligne], 37 | automne-hiver 2011, mis en ligne le 24 octobre 2012, consulté le 22 avril 2014. URL : http://afas.revues.org/2817

Haut de page