Navigation – Plan du site

Villages engloutis de la haute vallée de la Dordogne : une campagne d’archives orales, de Bort-les-Orgues à Port-Dieu

Armelle Faure
p. 29-31

Entrées d’index

Géographie :

Vallée de la Dordogne
Haut de page

Notes de la rédaction

Armelle Faure a bénéficié de l’aide et des conseils du réseau des Archives Orales : Florence Descamps, Véronique Ginouvès, Françoise de Ruffray, Pascal Cordereix, Aline Angoustures, Raphael Parejo-Coudert, Marie-Noelle Polino, Laure Quenouelle, Pierre de Longuemar et Benedicte Bonnemason et bien d’autres...

Texte intégral

1La commémoration du soixantième anniversaire du barrage de Bort-les-Orgues sur la Dordogne a eu lieu à l’été 2011, organisée par les collectivités territoriales et Électricité de France (1952-2012). La construction du barrage après la seconde guerre mondiale participait à l’accroissement des ressources énergétiques que réclamaient la réorganisation et la modernisation industrielle de la France. Cette commémoration a été centrée une fois de plus sur la prouesse technologique que constituent le barrage-voute et sa production, laissant de côté les habitants des sites engloutis par le lac artificiel.

2En réponse à une demande pressante de la part des « gens de la vallée » qui, n’ayant pu s’éloigner des rives de la Dordogne, se sont réinstallés sur le plateau et voulaient faire entendre leurs voix avant que leur expérience ne disparaisse, les maires du Plateau Bortois, de Monestier-Port-Dieu, Confolent-Port-Dieu et Margerides en Corrèze ont pris l’initiative de s’adresser à Armelle Faure, anthropologue, qui étudie depuis une douzaine d’années la vallée de la Dordogne et qui a publié plusieurs articles sur les villages engloutis par les barrages de Bort, du Chastang, de l’Aigle, de Marèges et du Sablier d’Argentat, etc. Grâce à l’appui des Archives départementales du Cantal et de la Corrèze (E. Bouyé, H. Moreau, J. Berlière), afin que les témoignages soient conservés durablement, il a été choisi de procéder à une campagne d’archives orales et de les valoriser sur internet Les collectivités souhaitent par ailleurs pouvoir utiliser ces documents à l’occasion d’expositions ou comme support pour d’autres production artistiques (pièces de théâtres, installations visuelles et sonores etc.).

  • 1  Les dates de naissance des témoins s’échelonnent entre 1925 et le tout début des années quarante.

3Après dépouillement des archives, la collecte a démarré fin novembre, elle s’est déroulée en cinq vagues successives jusqu’au début du mois de février 2012. Les maires ont donné une liste de 15 personnes et 15 autres témoins se sont déclarés au fur et à mesure de l’avancement du projet, de bouche à oreille, et par investigation1. Comme toutes les recherches de terrain, cette campagne a connu des péripéties de toutes sortes (inquiétudes informatiques concernant la tour des Archives du Cantal, intempéries glacées de l’hiver qui ont interrompu la collecte), mais aussi ses joies : des familles qui ne se parlaient plus se sont retrouvées dans la recherche des photos et des dossiers ; certains témoins qui hésitaient à parler ont gardé les enquêteurs jusque tard le soir ; un témoin les a régalés d’un déjeuner de cerf et de cèpes ; une vieille dame a offert une pensée bleue de son jardin ; partout la Suze ou le ratafia ont clôturé les entretiens ; beaucoup continuent à téléphoner pour prendre des nouvelles… La chaleureuse force de ce petit pays a transporté toute la collecte. Les témoins ont en effet accueilli la démarche avec enthousiasme. La plupart d’entre eux témoignaient pour la première fois et disaient « ce n’est pas trop tôt » ou « ce n’est pas trop tard », conscients de détenir une partie originale de l’histoire de la Dordogne.

4Il a paru indispensable de compléter les enregistrements locaux avec un témoin qui ne résidait pas sur place, le fils de la comtesse d’Arcy, dernière propriétaire privée du Château de Val, une famille expropriée en même temps que les fermiers et commerçants de la vallée. Ce château médiéval, l’un des plus beaux d’Auvergne, a finalement été épargné de la submersion et ses hautes tours se reflètent aujourd’hui sur le lac artificiel qui l’entoure. Les fermes de Val ont été englouties sous les eaux mais la chapelle et la crypte familiale sont intactes. Le fils de cette famille souhaite retrouver la crypte comme ultime demeure et, comme les autres « gens de la vallée », retrouver « les anciens » présents dans les cimetières dont ils n’ont pu s’éloigner. Cet attachement au territoire explique que la campagne ait pu être menée dans un périmètre relativement restreint, à proximité de la Dordogne, et dans un temps aussi court.

5La démarche comporte un réel effet cathartique, puisqu’il s’agit de revenir avec les témoins directs sur une partie douloureuse de leur vie et de celle de leurs parents : la perte de leur existence heureuse sur les bords de la Dordogne, la démolition de leurs maisons et les déplacements obligatoires qui ont accompagné la construction du barrage. Cette partie très délicate des entretiens est rehaussée par le souvenir souvent dramatique de la fin de la seconde guerre mondiale dans une zone où les interactions entre les maquis et les collaborateurs du régime de Vichy furent souvent brutales.

  • 2  Jean-François Escapil-Inchauspe, à la Communication et Jean-Louis Courtaud, au Développement terri (...)

6Pour être cohérente, la démarche devait s’accompagner de la participation du groupe Électricité de France. Les « gens de la vallée », ceux dont le témoignage fait l’objet de cette campagne, et leurs descendants qui ont endossé la transmission intergénérationnelle de ce choc, tiennent EDF pour responsable de la perte de leur vie au bord de la Dordogne. Avec un peu de surprise mais assez peu de résistance, Électricité de France a accepté de participer financièrement à cette campagne, dans la mesure où elle pouvait s’inscrire dans son programme « une rivière, un territoire »2 La démarche revient à donner une valeur historique à la parole de ces oubliés du plan Monnet de restructuration industrielle de la France d’après-guerre. L’aspect cathartique et réparateur de la campagne se concrétisera, au-delà de la conservation des témoignages oraux, par la remise officielle à chaque témoin, et en présence d’EDF et des élus locaux et départementaux, des CD et du livre qui sera édité. Ces objets leurs seront remis à l’occasion des Journées du Patrimoine dont le thème est cette année « le patrimoine caché ».

7La collecte sonore, réalisée des deux côtés du lac artificiel de Bort par Armelle Faure, Frédéric Bianchi et Muriel Roussilles a été prolongée par le travail de réécoute, de fichage, de catalogage, et par la préparation de la mise en ligne des entretiens sur internet. Grâce au concours de la médiathèque de Lanobre, la base de données comportera, outre les enregistrements de 31 témoins (plus d’une cinquantaine d’heures), des dessins, des plans et des dossiers d’expropriations, ainsi que les photos que les témoins ont versées aux Archives à cette occasion.

8La base de donnée sera valorisée par l’édition d’un livre, accompagné de nombreuses photographies d’Adelaïde de Maisonabe et d’un texte d’Armelle Faure, aux éditions Privat. La mémoire des témoins est enregistrée, conservée, valorisée et portée jusqu’à une durée lointaine où, lorsque les industriels auront trouvé des modes de productions énergétiques plus efficaces, il est possible d’imaginer que les barrages de la Dordogne pourront être déposés et que la rivière retrouvera son cours. Les voix des « gens de la vallée » pourront mettre en valeur tous ces lieux qu’ils ont été forcés de quitter. La dimension humaine, l’histoire et la mémoire s’associent dans ce programme autour des barrages, avec une perspective de long terme grâce au partenariat des Archives départementales.

Haut de page

Notes

1  Les dates de naissance des témoins s’échelonnent entre 1925 et le tout début des années quarante.

2  Jean-François Escapil-Inchauspe, à la Communication et Jean-Louis Courtaud, au Développement territorial, ont soutenu la démarche à l’intérieur de l’unité de production UP Centre, ainsi que leur Direction dans la perspective des renouvellements de concessions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Armelle Faure, « Villages engloutis de la haute vallée de la Dordogne : une campagne d’archives orales, de Bort-les-Orgues à Port-Dieu », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 38 | printemps-été 2012, mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://afas.revues.org/2840 ; DOI : 10.4000/afas.2840

Haut de page

Auteur

Armelle Faure

Anthropologue
Armelle.faure@wanadoo.fr
Armelle Faure a également travaillé sur les conséquences humaines et sociales des grands barrages africains, notamment celui de Bagré sur le fleuve Volta, à la frontière du Burkina Fasso et du Ghana, ainsi que, dans le cadre de la Banque Mondiale, sur les déplacements de population causés par les grands projets d’infrastructures (barrages, autoroutes, ports, réorganisation de bidonvilles, aires naturelles et parcs protégés etc.). A. Faure, Le Pays Bissa avant le Barrage de Bagré. Anthropologie, Paris, SEPIA, 1996; « Displacement along the rivers of France: Affected People Looking Back », Renu Modi (dir.), Beyond Relocation: The Imperative of Sustainable Resetllement. An agenda for restoring livelihoods, mitigating poverty, Sage Publications India, 2009 ; "Ecouter les voix de la Vallée : les riverains des Gorges de la Dordogne”, S. Bonin et N. Blanc" (dir.), Grands barrages et habitants, Ed. Quae, Maison des sciences de l’homme, 2008 ; "Des normes sociales pour les déplacements de population causés par les grands barrages", La Revue de Géographie alpine Journal of Alpine Research, n° 1, 2008 ; "Mémoires de la vie dans la Vallée de la Dordogne avant le Barrage de Bort-les-Orgues", Revue ARKHEIA, novembre 2008.

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page