Navigation – Plan du site

Vie de l’association

Journée d’étude 2012
p. 34-36

La journée d’étude de l’AFAS 2012 s’est tenue le 21 juin à l’EPHE (Maison des Sciences de l’Homme 190 avenue de France, 75013 Paris), elle avait pour thème : L’ethnomusicologue et le disque

Prolongeant le colloque de 2008, organisé par l’AFAS avec le groupe français de l’Association internationale des archives et centres de documentation musicaux (AIBM), nous avions repris le thème du disque pour évoquer, cette fois, son rapport avec une profession qui en est autant l’utilisatrice que la productrice : l’ethnomusicologie.

Le disque n’est pas qu’un support permettant de restituer la réalité du terrain, ce qui serait plutôt le rôle de l’archive. Il est le fruit d’un véritable travail qui, d’un objet collecté dans un but d’analyse, permet d’aboutir à un produit destiné à un public. Les premières éditions de musiques « d’ailleurs », savantes et populaires, et « d’ici », dites folkloriques, apparaissent dès les années 1890 publiés par des firmes comme Pathé, Columbia, Gramophone, entre autres, qui proposent des milliers de titres. Les premières éditions de caractère « scientifique » apparaissent quant à elles dans les années 1930. On aurait pu se demander quelle nécessité avaient les chercheurs de se lancer dans l’édition de ces musiques puisqu’elle existait déjà... C’est à une autre question que nous avons essayé de répondre : pourquoi et comment fait-on un disque « ethnomusicologique » et ce terme a-t-il un sens ? Cela nous a permis, partant de ces premières parutions pour arriver aux CD de ces dernières décennies, d’évoquer à grands traits l’histoire de l’édition de ces musiques qui constituent l’un des principaux objet d’étude de l’ethnomusicologie.

  • 1  Actuellement, et respectivement, phonothèque du Centre de recherche en ethnomusicologie (CREM, Uni (...)

Un second axe de réflexion a pu se dégager,  concernant les musiques elles-mêmes. Les publications discographiques, qu’elles soient « scientifiques » ou « commerciales » d’ailleurs, constituent de nos jours de formidables ressources pour les chercheurs. Elles permettent d’esquisser une histoire de ces musiques « traditionnelles » actuellement disparues ou s’étant transformées et qui ne peuvent aujourd’hui être entendues qu’après leur passage au « filtre » de l’édition. Les disques qui les donnent à entendre sont parfois les seuls témoignages existant pour les jeunes générations souhaitant faire revivre une tradition disparue ou s’inspirer de fonds anciens dans un but créatif ou de reconstruction identitaire. Mais où trouver ces disques souvent épuisés ? Nous avons proposé un rapide état des lieux des richesses accumulées par de grandes phonothèques telles que celle du Musée de l’Homme et du Musée National des Arts et Traditions Populaires1, plus souvent abordées et connues pour leurs fonds inédits ; comme celle aussi de la Bibliothèque Nationale de France qui, outre le dépôt légal de l’édition phonographique française et internationale (diffusée sur le territoire national) depuis 1938, conserve plusieurs milliers de références françaises et étrangères antérieures à cette période. Ainsi cette journée a-t-elle tenté d’apporter un éclairage sur l’histoire et les modalités de l’édition discographique des musiques dites du monde, traditionnelles, folkloriques... dans l’espoir d’ouvrir de nouvelles voies de recherches pour l’ethnomusicologie contemporaine. 

Les interventions

Les interventions, qui ont été enregistrées par le service de l’audiovisuel de la BnF afin d’être éventuellement mise en ligne sur le site de l’AFAS, étaient les suivantes.

Après un mot de bienvenue de Florence Descamps qui nous accueillait dans son institution, et une présentation de la journée, écourtée par quelques défections parmi les intervenants prévus, on a entendu les représentants de ces trois importantes phonothèques publiques que sont celles de la BNF (avec l’intervention de Pascal Cordereix), et celles des deux anciens musées ethnologiques, le Musée de l’Homme (évoqué par Aude Julien-Da Cruz Lima) et le Musée des arts et traditions populaires (présenté par moi-même).

Charles Duvelle a, ensuite, raconté comment était née la collection de disque de l’Ocora, « office de coopération radiophonique » à l’origine, rattaché à Radio France dans les années 1970, et qui se consacre à la diffusion des musiques traditionnelles, savantes ou populaires, soit par la collecte sur le terrain soit par l’enregistrement en studio de traditions musicales vivantes mais aussi parfois oubliées.

Claire Schneider, du Musée du quai Branly, a expliqué quant à elle quelle était la politique de constitution de la collection discographique à la médiathèque de ce musée afin de montrer comment une institution publique contribue à rendre plus vivantes les cultures dont les objets sont présentés en vitrine, en complément des concerts. Les fonds de la médiathèque du MQB sont surtout constitués de compacts disques et de DVD. Parfois il s’agit de la réédition de vinyls mais aussi de nouvelles publications, ce qui fait que ce musée assure une continuité avec les deux fonds des anciens musées parisiens précédemment cités.

Certaines communications devraient faire l’objet d’un article dans les prochains Bulletins.

Notes

1  Actuellement, et respectivement, phonothèque du Centre de recherche en ethnomusicologie (CREM, Université de Paris Ouest, Nanterre- La défense) et phonothèque du Musée des Civilisations de l'Europe (MuCEM, Paris et prochainement Marseille).

Haut de page