Navigation – Plan du site

Saisir l’écho de l’histoire : le programme d’Histoire orale du Centre Virtuel de la Connaissance sur l’Europe

Frédéric Allemand et François Klein
p. 14-20

Texte intégral

1Le Centre de documentation et de e-recherche en études européennes, le CVCE (http://www.cvce.eu) est un établissement public luxembourgeois créé en 2002 qui a pour vocation de contribuer à une compréhension approfondie de la construction européenne dans ses dimensions historiques, juridiques, économiques et politiques. À cet effet, il met à la disposition des enseignants, des chercheurs, des étudiants et des citoyens européens, des publications numériques et des outils de recherche s’appuyant sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication à travers son infrastructure de recherche. Au croisement des sciences sociales et humaines et des humanités numériques, le CVCE participe à l’avancement des connaissances en études européennes selon de nouveaux modèles collaboratifs au niveau des activités de recherche, d’exploitation et de valorisation de ses ressources.

  • 1 Portelli, Alessandro. « What Makes Oral History Different ? », dans Del Giudice, Luisa (ed.). 2009. (...)
  • 2 Pour une analyse des débats sur l’histoire orale, dans cette revue : Wallenborn, Hélène. « Les atti (...)

2L’histoire orale crée un pont, une relation entre le passé et le présent ; elle est un écho du lointain qui vient informer l’actualité à travers la mémoire et la narration1. Elle est une source primaire de connaissance essentielle pour éclairer et compléter les archives, analyses et narrations écrites de l’histoire2. Au-delà de son apport scientifique, elle possède une forte dimension patrimoniale. Concernant plus spécifiquement le contexte européen, l’histoire orale, considérée comme objet participe au processus de rapprochement de l’Europe avec ses citoyens, en donnant un visage et une voix à ceux et celles qui incarnent ou ont incarné sa vitalité et sa réalité. « Sans mémoire, l’Europe c’est du vent » retient le CVCE à titre de motto.

3Depuis 2002, le CVCE développe un programme d’histoire orale sur la construction européenne qui repose sur le recueil de témoignages d’acteurs ou d’observateurs privilégiés des événements qui ont marqué les Communautés européennes / l’Union européenne. Lié aux projets de recherche du département des études européennes du CVCE, ce programme s’appuie sur une méthodologie éprouvée et s’inscrit dans la stratégie d’enrichissement continu des contenus et des outils numériques du CVCE.

La construction européenne à travers les témoignages d’acteurs ou d’observateurs privilégiés

4À ce jour, le CVCE a enregistré une centaine d’interviews de personnalités européennes ou d’observateurs privilégiés du processus d’intégration européenne. Plus de quatre-vingts entretiens audiovisuels, soit 160 heures d’enregistrements environ, sont publiés sur son infrastructure de recherche (voir : http://www.cvce.eu/histoire-orale).

  • 3 Les publications comprennent, selon leur nature, des textes de synthèse ou des textes de contextual (...)
  • 4 Pour une discussion des interprétations sociologiques du processus de construction européenne : Sau (...)
  • 5 Danescu, Eléna (dir.). 2014. Pierre Werner et la construction européenne : du plan Schuman au somme (...)

5Le choix des personnalités dont le témoignage est recherché et recueilli s’opère au regard du double objectif, scientifique et patrimonial, poursuivi par le programme d’histoire orale. Ce dernier est en effet étroitement lié aux thématiques des projets de recherche conduits au CVCE. Les témoignages audiovisuels s’intègrent dans l’appareil documentaire qui compose, pour partie, les publications scientifiques du CVCE3 : ils constituent des ressources primaires inédites complémentaires d’autres sources primaires ou secondaires (documents officiels, photographies, extraits d’ouvrages biographiques, articles de presse, caricatures, etc.). Les témoignages, par leur subjectivité, doivent contribuer à enrichir, nourrir, voire renouveler les narrations de la construction européenne. La sélection des témoins s’effectue au regard de leur niveau d’implication dans les évènements examinés et/ou de leur expertise scientifique dans les thématiques abordées. Sont privilégiés les responsables politiques, les hauts fonctionnaires ou les intellectuels qui ont été parties prenantes dans la gestion des dossiers européens. Ce choix restreint à des personnalités appartenant à l’élite européenne n’exprime aucun biais doctrinal du CVCE en faveur d’une « histoire par le haut » au détriment d’une « histoire par le bas »4 : il correspond au souci d’obtenir des éclairages d’acteurs directement impliqués dans les évènements-clefs de la construction européenne. Pour considérer quelques exemples récents, le projet Pierre Werner et l’Europe a permis de recueillir les témoignages de personnalités luxembourgeoises et européennes ayant côtoyé l’ancien Premier ministre du Grand-Duché du Luxembourg, Pierre Werner. Étienne Davignon, Jacques Delors, Mark Eyskens, Luc Frieden, Jean-Claude Juncker, Jacques de Larosière, Wilfried Martens, Yves Mersch, Jacques Santer, Hans Tietmeyer, Henri Werner, Marie-Anne Werner, entre autres, ont ainsi partagé leurs souvenirs et réflexions à propos de Pierre Werner, son action et sa pensée concernant le processus de la construction européenne5.

  • 6 Blanco Sio-Lopez, Cristina (dir.). 2014. L’Espagne et la construction européenne. Vecteurs de conve (...)

6Dans le cadre du projet L’Espagne et la construction européenne : itinéraires croisés, la sélection des personnalités a reposé sur les responsabilités et rôles qui furent les leurs lors des négociations d’adhésion de l’Espagne aux Communautés économiques européennes (CEE) et lors de l’intégration de ce pays dans les CEE. Ont ainsi été interviewés Carlos María Bru Purón, José María Gil-Robles Gil-Delgado, Manuel Marín González, Marcelino Oreja Aguirre, Jordi Pujol i Soley, Enrique Barón Crespo, Íñigo Méndez de Vigo et Josep Borrell Fontelles6.

  • 7 Fonctionnaire à la Banque d’Italie dès 1968, Directeur général pour les Affaires économiques et fin (...)
  • 8 Dehousse, Renaud et Klein, François (dir.). 2014. Tommaso Padoa-Schioppa. Sanem : CVCE. [En ligne] (...)

7La dimension patrimoniale du programme d’histoire orale structure aussi plusieurs projets développés par le CVCE. En 2008 et 2009, le CVCE a réalisé, en partenariat avec le ministère luxembourgeois des Affaires étrangères, un projet destiné à collecter les témoignages des anciens ambassadeurs luxembourgeois. Huit entretiens ont pu être enregistrés, ce qui a permis la constitution d’une histoire orale du ministère. De façon proche, le CVCE, en collaboration avec Notre Europe – Institut Jacques Delors et la Fondation Nationale des Sciences Politiques, a réalisé un dossier consacré à Tommaso Padoa-Schioppa, haut fonctionnaire italien et ancien banquier central décédé en 20107. L’objectif fut de mettre en perspective la personnalité, la pensée et les apports de ce grand commis de l’Etat au traitement des questions économiques et monétaires européennes et internationales de son début de carrière à la fin des années 1960 aux dernières années de sa vie8. Dans ces deux cas, les entretiens audiovisuels forment l’essentiel des ressources documentaires des publications ; ils ne sont pas mis en regard, en débat avec d’autres types d’archives écrites.

La construction des entretiens à travers une méthodologie appropriée

  • 9 Cohen, Samy. 1999. L’art d’interviewer les dirigeants. Paris : Presses universitaires de France.
  • 10 Ritchie, Donald A.. 2003. Doing Oral History. New York : Oxford University Press, p. 19.

8Interviewer les dirigeants est un art9. L’objectif scientifique ou patrimonial recherché par et à travers l’entretien exige la définition d’un cadre, d’une méthode qui permettent d’éviter deux écueils : le témoignage s’enferme dans une approche anecdotique ou, à l’inverse, dans une réflexion analytique qui le prive de toute spontanéité. Une méthodologie est par conséquent nécessaire. Cependant, comme le relève Donald A. Ritchie dans son ouvrage de référence Doing Oral History, il n’existe pas une méthodologie unique : il appartient à chaque projet de définir sa méthode au regard de ses propres objectifs et spécificités10. Les entretiens réalisés par le CVCE dans le cadre de son programme d’histoire orale sont soumis au respect d’une méthodologie qui en saisit les différentes dimensions et les multiples étapes de production.

9Les entretiens sont semi-directifs. Ils sont conduits sur la base d’un questionnaire qui aborde à la fois les éléments biographiques ainsi que des thèmes spécifiques en lien avec la construction européenne et le parcours ou l’expertise de l’interviewé. L’élaboration du questionnaire repose sur une identification préalable, par les chercheurs du département European Integration Studies, des principales thématiques auxquelles le témoin est susceptible d’apporter des éclairages ou une vue particulière. Après validation par le responsable scientifique du projet de recherche, le questionnaire est soumis à l’interviewé qui peut l’amender. L’implication de ce dernier dans l’élaboration du questionnaire vise à le stimuler, l’impliquer et, in fine, l’aider dans son travail de remémoration des faits et dans l’organisation de ses idées. Dans la majorité des cas, l’élaboration collaborative du questionnaire permet de tisser les premiers liens entre l’intervieweur et l’interviewé et à mieux connaître la personnalité de ce dernier. Cette approche contribue aussi à affiner le questionnaire et à ne retenir que les sujets pour lesquels l’interviewé se sent à même d’apporter un éclairage personnel pertinent. L’enchaînement des questions suit, le plus souvent, l’approche qualifiée de « funnel interviewing » : une question générale sert de point d’ouverture, de mise en condition, avant que ne soient abordées des questions plus précises.

10Le questionnaire constitue le scénario de l’entretien. Ceci étant, il ne forme pas un cadre rigide ou contraignant qui limiterait la liberté de parole de l’interviewé. Il constitue plutôt « un guide » qui encourage le témoignage tout en veillant à ce qu’il respecte, dans la mesure du possible, les balises préalablement définies. Cela signifie que le questionnaire peut nourrir des questions complémentaires si le fil de la discussion, la disposition de l’interviewé ou les circonstances le justifient. La richesse de l’entretien est aussi fonction de la capacité de l’intervieweur d’accompagner l’interviewé dans la mobilisation de ses souvenirs, soit en comblant des oublis, soit en corrigeant des erreurs matérielles (nom ou fonction de personnes citées, date d’un évènement, etc.).

11Les entretiens sont enregistrés soit dans les locaux du CVCE, au Grand-Duché du Luxembourg, soit dans le lieu indiqué par l’interviewé. L’essentiel est que ce dernier soit dans les dispositions les plus favorables.

12La clarté et la transparence concernant les droits de propriété intellectuelle participent également à la qualité du lien de confiance établi entre l’intervieweur et l’interviewé. L’enregistrement, l’exploitation et la diffusion de l’entretien font l’objet d’un contrat entre le CVCE et l’interviewé. Cet accord précise, entre autres choses, que tout ou partie de l’entretien a vocation à être publié sur l’infrastructure de recherche du CVCE et à être utilisé dans le cadre des différents projets et activités menés par le centre. Les droits d’auteurs qui s’attachent à l’enregistrement lui-même appartiennent exclusivement au CVCE ; ils sont soumis au droit luxembourgeois. Les citations des entretiens et des matériels associés (transcriptions, notices biographiques) sont autorisées sous réserve de la mention du nom de l’auteur de l’extrait cité, de sa source exacte et des droits de propriété intellectuelle du CVCE.

13La qualité de l’entretien dépend aussi de considérations techniques. L’intervieweur est accompagné de techniciens audiovisuels du CVCE. L’entretien est capturé en résolution HD 1080p par une caméra Sony XDCAM EX. Selon les conditions de lumières, un système d’éclairage professionnel composé de deux à trois éclairages halogène 800W de type mandarine est utilisé. L’enregistrement audio est assuré par deux micros-cravates Sennheiser reliés à une carte son RME. Le signal est traité par le logiciel Apple Logic Pro, via deux pistes mono au format PCM WAV 24bits 48kHz. Ensuite, une piste témoin est renvoyée sur la caméra XD CAM afin de disposer de fichiers rapidement prêts au dérushage. Cette opération, ainsi que les travaux de post-production sont traités sur plateforme Apple au travers de la suite Final Cut Studio et d’outils de traitement et de consultation tel que VLC, MPEG Streamclip ou Sorenson Squeeze.

14L’ensemble des fichiers est conservé sur un serveur de près de 20To spécifiquement dédiés aux activités du Service Production Multimédia du CVCE. Dans l’attente d’une gestion intégrée du fond d’archives audiovisuelles, les métadonnées de ces fichiers numériques sont consignées dans un tableau Excel partagé et renseigné par l’équipe de production.

La publication en ligne : un cadre éditorial approprié

15Le programme d’histoire orale du CVCE comporte une dimension éditoriale importante. S’il épouse le cadre éditorial général appliqué aux publications scientifiques du CVCE, il présente une spécificité qui appelle une adaptation des choix d’édition.

16L’ensemble des entretiens sont publiés dans une section dédiée sur le site du CVCE, en version intégrale et sous la forme d’extraits choisis, http://www.cvce.eu/histoire-orale.

17Chaque entretien dispose d’une section spécifique sous la forme d’une page internet. Il est publié systématiquement dans son intégralité et est accompagné d’une notice biographique du témoin. Chaque entretien dispose de sa propre indexation thématique et des extraits sont publiés afin de faciliter l’accès aux sujets traités. L’intégralité et les extraits des entretiens sont accompagnés de métadonnées (titre et légende) qui présentent et contextualisent le contenu du document.

18Tous les entretiens publiés proposent une transcription dans la langue originale ; sa traduction vers l’anglais et/ou le français est également publiée dans la section dédiée. En principe, la transcription est publiée sous forme de verbatim, afin de fournir une présentation fidèle des propos tenus par l’interviewé. Par-delà le respect de la parole exprimée par l’interviewé, il s’agit aussi de fournir à la cible prioritaire du programme d’histoire orale (les chercheurs), un support écrit dont le contenu est conforme à la source orale.

19Toutefois, un certain nombre de corrections sont effectuées par l’éditeur (le CVCE). Il s’agit pour l’essentiel de corrections de pure forme, d’ordre grammatical ou lexical, afin de respecter les règles de la langue utilisée (souvent le français) dans un texte écrit. De telles corrections formelles ne font pas l’objet d’une signalétique particulière. Toute suppression de mots dans la transcription (liée par exemple à une inexactitude) sera mentionnée entre parenthèses. Tout ajout de mot par l’auteur (quand celui-ci a souhaité relire la transcription avant publication) ou par l’éditeur (par exemple pour compléter une phrase ou corriger un mot) sera mentionné entre crochets. En tant que responsable de la publication, le CVCE se réserve par ailleurs le droit de supprimer tout propos dont le contenu serait contraire à la loi et répréhensible à ce titre.

Les perspectives de développement du programme d’histoire orale du CVCE

20En 2013, le programme d’histoire orale du CVCE a bénéficié d’une évaluation positive par un comité externe et indépendant, composé de trois experts internationaux : Pilar Domínguez Prats, professeure à l’Université de Las Palmas de Gran Canaria (Espagne) et ancienne présidente de l’Organisation Internationale d’Histoire Orale, Pablo Pozzi, professeur enseignant dans le département d’histoire de l’Université de Buenos Aires (Argentine), et Pascaline Winand, Chaire Jean Monnet et directrice du Monash European and EU Centre, à l’université Monash (Australie). Cette évaluation qui a porté sur l’ensemble des dimensions du programme d’histoire orale (axes de recherche, méthodologie, lignes éditoriales) a permis de renforcer l’expertise du CVCE en histoire orale et d’ouvrir de futures pistes de développement de son programme.

21Dans cette perspective, le CVCE conçoit et développe régulièrement de nouvelles fonctionnalités, afin de faciliter l’exploitation et diversifier l’utilisation des interviews à des fins scientifiques ou éducatives. Ainsi, le processus de transcription des entretiens va être enrichi de nouvelles métadonnées pour que soit améliorée la recherche « plein texte ». La traduction des transcriptions vers les deux langues de publication du CVCE (français et anglais) va être systématisée, ainsi que le sous-titrage des entretiens.

22Sur le plan éditorial, la page consacrée au programme d’histoire orale va faire l’objet d’une réorganisation pour améliorer notamment l’accessibilité aux extraits d’interviews. À côté de l’entrée alphabétique existante sera créée une entrée thématique pour regrouper les extraits d’interviews selon les sujets traités (la mise en place des différents traités du traité CECA au traité de Lisbonne, les élargissements successifs, l’Union économique et monétaire, la politique agricole commune, etc…). Le format de citation d’un entretien, d’un extrait ou d’une phrase qui en est tirée va être aussi révisé.

23D’ici la fin de l’année 2014, cinq nouveaux entretiens seront publiés sur l’infrastructure de recherche du CVCE : Willy Claes, Gérard Deprez, André Flahaut, Alvero Vasconcelos et Joseph Weyland. En 2015, dans la perspective de la présidence du Conseil des ministres de l’Union européenne par le Luxembourg, le CVCE publiera les entretiens des ambassadeurs luxembourgeois qui ont été réalisés dans le cadre du partenariat conclu avec le ministère des Affaires étrangères. Le CVCE a la volonté de poursuivre ses efforts dans la réalisation de son programme d’histoire orale de la construction européenne, convaincu de l’apport primordial de ces sources quant à la compréhension du processus de la construction européenne.

Haut de page

Notes

1 Portelli, Alessandro. « What Makes Oral History Different ? », dans Del Giudice, Luisa (ed.). 2009. Oral History, Oral Culture and Italian Americans. New York : Palgrave MacMillan, p. 21. [En ligne] consulté le 18 juillet 2014. URL : http://www.palgraveconnect.com/pc/doifinder/10.1057/9780230101395

2 Pour une analyse des débats sur l’histoire orale, dans cette revue : Wallenborn, Hélène. « Les attitudes de l’historien face aux témoins ». 2002. Bulletin de liaison des adhérents de l’AFAS [En ligne], Archives des Sonorités. Consulté le 17 juillet 2014. URL : http://afas.revues.org/2421

3 Les publications comprennent, selon leur nature, des textes de synthèse ou des textes de contextualisation des ressources documentaires.

4 Pour une discussion des interprétations sociologiques du processus de construction européenne : Saurugger, Sabine. 2008. Les approches sociologiques de l’intégration européenne perspectives critiques. Politique Européenne (Paris). Paris : l’Harmattan.

5 Danescu, Eléna (dir.). 2014. Pierre Werner et la construction européenne : du plan Schuman au sommet de Fontainebleau. Sanem : CVCE. [En ligne] mis en ligne le 28 janvier 2014, consulté le 18 juillet 2014. URL : http://www.cvce.eu/education/unit-content/-/unit/d1cfaf4d-8b5c-4334-ac1d-0438f4a0d617

6 Blanco Sio-Lopez, Cristina (dir.). 2014. L’Espagne et la construction européenne. Vecteurs de convergence, facteurs de cohésion et paradigmes changeants. Sanem : CVCE. [En ligne] mis en ligne le 06 février 2014, consulté le 18 juillet 2014. URL : http://www.cvce.eu/recherche/unit-content/-/unit/es/87c372a8-360d-4846-876e-d9d64705a918

7 Fonctionnaire à la Banque d’Italie dès 1968, Directeur général pour les Affaires économiques et financières à la Commission européenne (1979-1983), directeur général adjoint à la Banque d’Italie (1984-1997) et membre du premier directoire de la Banque centrale européenne (BCE) (1998-2005), Tommaso Padoa-Schioppa a joué un rôle important dans la définition de l’Union économique et monétaire et la création de l’euro (notamment dans la conception du rapport Delors), dans la création de la BCE ainsi que dans le renforcement de la BCE dans la zone euro.

8 Dehousse, Renaud et Klein, François (dir.). 2014. Tommaso Padoa-Schioppa. Sanem : CVCE. [En ligne] mis en ligne le 30 juin 2014, consulté le 18 juillet 2014. URL : http://www.cvce.eu/project/padoa-schioppa/presentation

9 Cohen, Samy. 1999. L’art d’interviewer les dirigeants. Paris : Presses universitaires de France.

10 Ritchie, Donald A.. 2003. Doing Oral History. New York : Oxford University Press, p. 19.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Allemand et François Klein, « Saisir l’écho de l’histoire : le programme d’Histoire orale du Centre Virtuel de la Connaissance sur l’Europe », Bulletin de liaison des adhérents de l'AFAS [En ligne], 40 | 2014, mis en ligne le 11 décembre 2014, consulté le 03 décembre 2016. URL : http://afas.revues.org/2915 ; DOI : 10.4000/afas.2915

Haut de page

Auteurs

Frédéric Allemand

Coordinateur des études européennes, Département European Integration Studies, CVCE ; Maître de conférences à Sciences Po Paris

François Klein

Collaborateur scientifique, Département European Integration Studies, CVCEfrancois.kleincvce.eu>

Haut de page