Navigation – Plan du site

La section audiovisuelle aux Archives départementales de Saône-et-Loire

Marie-Laure Manigand
p. 2-5

Texte intégral

1Mars 2014, les Archives départementales de Saône-et-Loire mettent en ligne une sélection de leurs archives sonores. Cette innovation est le résultat d’une collaboration de deux années avec les Archives départementales du Var, celles des Hautes-Alpes et la société 1égal2, dans le cadre de l’appel à projets 2012 « Services numériques culturels innovants » du Ministère de la Culture et de la Communication. C’est aussi le résultat d’un travail de collecte et d’archivage des documents audiovisuels entrepris depuis 2006.

2Retour en arrière sur les débuts. En juin 2006, le premier fonds audiovisuel, « Jacky Barbier », est donné au Département de Saône-et-Loire. C’est un fonds important par sa taille (environ 750 enregistrements, essentiellement sonores), par sa diversité (900 musiciens et artistes représentés) et surtout par sa richesse. Il est constitué d’enregistrements inédits de concerts et spectacles donnés sur la scène A l’Ouest de la Grosne de 1975 à 2002. Sur cette scène locale se sont succédés pendant 28 ans des artistes de réputation nationale, voire internationale, notamment dans le monde du jazz. Des groupes et musiciens y ont fait leurs débuts ou leurs preuves (Zao, Gong, National Health, Didier Lockwood, et bien d’autres...) jusqu’en 2002, date du décès de son fondateur, Jacky Barbier - un ancien du Café de la Gare aux côtés de Miou Miou, Depardieu et Coluche, retiré dans un coin de la campagne bourguignonne - entraînant par-là même la fermeture définitive du club.

3Un fonds aussi riche et inédit a largement justifié, et permis, l’ouverture et la mise en œuvre d’une section audiovisuelle au sein du service d’archives. Au fil des ans, d’autres fonds sont venus l’enrichir. Des fonds privés sont donnés par des chercheurs et historiens locaux. Parmi eux, les fonds « Jeannet » et « Effernelli » de témoignages d’anciens résistants viennent alimenter l’histoire locale et peu officielle de la Seconde Guerre mondiale. Et un fonds, réuni par l’archéologue Louis Bonnamour, de témoignages oraux sur les activités traditionnelles fluviales et de films relatifs à ses fouilles subaquatiques, raconte l’histoire de la Saône de l’époque gallo-romaine à nos jours. Et puis des fonds publics ou semi-publics, parfois associatifs aussi, y sont déposés au fur et à mesure de la cessation d’activité ou réorganisation de certaines structures locales. C’est le cas de plusieurs fonds de films pédagogiques, destinés aux classes du département, dont celui du « Centre départemental de la documentation pédagogique » composé de plus de 2000 films 16 mm sur toutes les thématiques de l’enseignement primaire dès les années 1950, ou encore celui du « CREPS du Lyonnais » d’une centaine de films dédiés uniquement à la pratique du sport. Le fonds « Saône-et-Loire Promotion », constitué de films de communication, illustre quant à lui divers secteurs d’activité économique de la Saône-et-Loire dans les années 1980 et 1990. Enfin, des fonds plus administratifs, découlant directement des services du Département, témoignent de son activité politique, sociale et culturelle. Pour exemple, les débats de l’Assemblée départementale sont conservés depuis 1997. Ils traitent des questions de fonctionnement local, mais aussi des grandes thématiques sociétales qui ont touché notre quotidien ces quinze dernières années, telles que la décentralisation, le chômage, la fermeture des services de proximité ou encore l’implantation des technologies mobiles et internet dans le monde rural.

4Comme un nombre croissant de services territoriaux, les Archives de Saône-et-Loire se sont données pour objectif de préserver ce patrimoine audiovisuel local, encore bien souvent ignoré et qui, de surcroît, demande une attention particulière du fait des aspects techniques des documents. Dans un premier temps, il faut pouvoir lire les enregistrements afin d’identifier leur contenu, mais aussi détecter d’éventuels problèmes liés à une conservation défectueuse des supports, pas toujours perceptibles à l’œil nu. Le service a ainsi pris le parti de s’équiper sommairement en matériel audiovisuel (magnétophone à bandes, lecteurs vidéos U-matic, Betacam et VHS, lecteur de cassettes audio). Pour ce qui est de la numérisation, en revanche, les documents sont traités systématiquement par des prestataires, mieux équipés et qualifiés pour réaliser ce travail. Le classement des fonds, quant à lui, se fait à l’aide des progiciels THOT et CINDOC qui permettent entre autres une publication en ligne des inventaires.

5Depuis peu, les fonds audiovisuels occupent une place de choix sur la page d’accueil du site internet des archives : www.archives71.fr. Un onglet « A l’écoute » amène directement l’internaute à une application (développée par la société 1égal2 sous le nom « Archiphone »), dédiée exclusivement à la recherche et à la consultation de documents sonores. Plusieurs options de recherche sont alors possibles : ‘Coup de projecteur’ pour les documents mis en avant par le service, ‘Top 4 des internautes’ pour ceux qui ont été les plus appréciés, ‘Derniers témoignages’ pour les documents mis récemment en ligne. Plus classiquement, il est possible de visionner une liste de l’ensemble des fonds en ligne via ‘Parcourir toutes les campagnes’ ou de faire au contraire une recherche ciblée via la ‘Recherche avancée’. Cette dernière offre divers points d’accès : par mot-clé, lieu, matière, personne, contexte historique ou date de l’enregistrement. Une fois le document sélectionné, il est possible de l’écouter en streaming dans son ensemble ou par séquences, elles-mêmes organisées par thème abordé, dans le cas d’un témoignage, ou par œuvre (‘titre’), dans le cas d’un concert. A ce jour, trois fonds sont en partie consultables en ligne : les fonds privés Barbier et Effernelli, et le fonds de l’Assemblée départementale, décrits plus haut.

6La décision de mettre en ligne une sélection des fonds sonores a été motivée par plusieurs facteurs, notamment celui de mettre en avant des documents audiovisuels qui reçoivent peu d’attention d’ordinaire, ceci dans le but, d’abord, d’informer l’utilisateur, et ensuite de susciter la curiosité de chercheurs potentiels. La mise en ligne fonctionne ici davantage comme une « vitrine » des fonds conservés et des activités du service que comme une véritable ressource pour la recherche. De ce fait, aucun public en particulier n’est visé, si ce n’est le curieux ou bien l’internaute qui fait des recherches sur d’autres types d’archives et pourra peut-être trouver une source complémentaire parmi les documents sonores.

7Le projet de mise en ligne est également le résultat d’un concours de circonstances. La possibilité de s’associer à deux autres services d’Archives départementales, déjà actifs en matière de collecte de documents audiovisuels, et de la société 1égal2 - avec laquelle les Archives départementales de Saône-et-Loire travaillent depuis 2005 - sur une application innovante dans le domaine de l’archivage et de la consultation en ligne, était tentante. De plus, le service était sur le point de revoir entièrement son site internet et l’idée d’inclure des documents audiovisuels s’inscrivait parfaitement dans ce projet global.

8Même si la volonté première a été de proposer à l’internaute un échantillon large et représentatif des fonds sonores conservés, des critères de sélection des documents se sont imposés d’emblée et ont donc restreint considérablement les choix. La plupart des fonds ayant été donnés par le collecteur bien des années après leur collecte, le service n’a pas pu intervenir sur la question des droits lors de leur enregistrement. Dans la mesure du possible, un travail d’obtention des droits a été effectué a posteriori soit avec le collecteur, soit avec le détenteur des droits d’auteur. Pour le fonds Barbier d’enregistrements de concerts, ce critère était impératif. Mettre en ligne des œuvres musicales sans l’accord de leurs auteurs/interprètes n’était pas envisageable. D’une façon générale, les documents sonores pour lesquels le service ne détenait aucune permission ont été systématiquement laissés de côté. Le deuxième critère de sélection concerne la qualité auditive du document. Bien des témoignages ont été enregistrés dans de mauvaises conditions par des collecteurs inexpérimentés. Ils sont certes audibles, mais peu « écoutables » pour un public d’internautes qui ne fait que passer. Enfin, la sélection a été faite sur le critère du contenu. Qu’est-ce qui peut intéresser le chercheur, capter son attention ? Le choix des débats de l’Assemblée départementale s’est ainsi basé sur l’intérêt qu’ils peuvent encore représenter à l’heure actuelle : quel impact ont-ils pu avoir sur la vie du département ? En quoi sont-ils encore d’actualité ? Dans la majorité des cas, la totalité du document est proposée, plutôt que des extraits, ceci afin de préserver l’intégrité du document et la logique de son déroulement.

9Les retours que nous avons pu avoir jusqu’à présent sont tous positifs. Ils viennent essentiellement des personnes qui ont contribué au projet, c’est-à-dire les collecteurs et les auteurs, ou leurs ayants droit, qui ont pu écouter l’enregistrement auquel ils, ou leurs proches, ont participé, et revivre en même temps un moment de leur passé. La plupart d’entre eux ont soutenu notre démarche dès le départ et ont compris l’importance de rendre leurs œuvres librement accessibles au public.

10Le projet de mise en ligne des documents sonores aux Archives départementales de Saône-et-Loire est relativement récent et reste ouvert à de potentielles évolutions. Il est prévu d’alimenter régulièrement le site et d’étendre l’accessibilité aux documents audiovisuels, mais les contraintes techniques et surtout légales font parfois obstacle à cette volonté de valorisation. Avec une réglementation complexe sur les droits d’auteur, la tâche est titanesque lorsqu’il s’agit d’obtenir les autorisations des ayants-droit pour les fonds où celles-ci n’ont pas pu être négociées lors de la captation. C’est le cas de la majorité des fonds déposés actuellement dans le service. Un contrat de cession de droits s’est imposé très rapidement avec les collecteurs ou détenteurs de documents, mais pour les témoins ou artistes représentés sur les enregistrements, des recherches plus conséquentes et des contrats personnalisés sont nécessaires. Malgré ces difficultés, le parti pris reste de rendre accessibles ces documents uniques et riches d’une information autant factuelle qu’humaine que sont les archives audiovisuelles, tout cela dans le respect de la sensibilité de chacun.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Laure Manigand, « La section audiovisuelle aux Archives départementales de Saône-et-Loire », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 40 | 2014, mis en ligne le 11 décembre 2014, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://afas.revues.org/2918 ; DOI : 10.4000/afas.2918

Haut de page

Auteur

Marie-Laure Manigand

Chargée des archives audiovisuelles, Archives départementales de Saône-et-Loireml.manigand<at>cg71.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page