Navigation – Plan du site

Usine des mémoires – Des archives orales valorisées

Arthur Mettetal et Xavier Antoinet
p. 6-13

Texte intégral

Le projet d’un collectif

1Le projet Usine des mémoires a été réalisé par l’association Anachronique Symposium Committee, collectif dont la vocation est de favoriser les échanges entre les différentes formes artistiques et les sciences humaines et sociales1. Depuis maintenant quatre années, le collectif conduit des projets s’articulant autour de problématiques liées à l’histoire sociale et industrielle, en particulier autour des « mémoires vivantes » et la question de la patrimonialisation de certains objets et territoires (matériels et immatériels). Premier projet du collectif réalisé entre 2011 et 2012, Usine des mémoires traite de l’histoire de l’ancienne fonderie Penarroya-Metaleurop située à Noyelles-Godault dans le Nord-Pas-de-Calais. S’appuyant sur une campagne d’archives orales menée auprès d’anciens salariés, le projet interroge la manière dont ces derniers sont devenus les dépositaires de plus d’un siècle d’histoire industrielle d’une usine brutalement fermée en 2003 et dont il ne subsiste aujourd’hui presque aucune trace physique. Le second projet du collectif, baptisé Signal industriel, a été réalisé en 2013. Commande de l’association le Non-Lieu, il questionne la place des cheminées d’usines sur les territoires de la métropole lilloise et de l’Avesnois2. Archives orales et photographies apportent un témoignage sur la structuration de l’espace direct environnant - géographique et mentale - de ces cheminées et la fonction de vecteurs qu’elles portent comme symbole tangible de l’histoire industrielle.

La collecte de témoignages comme point de départ

2Les projets du collectif s’intéressent donc particulièrement aux « témoins » d’un territoire balisé de traces témoignant d’une époque industrielle désormais révolue ou en cours de démantèlement. Les témoignages constituent le cœur des différents projets du collectif et à chaque fois, une campagne d’archives orales est mise en place afin de sauvegarder les paroles, nourrir la réflexion et transmettre les savoir-faire et expériences. Dans ces territoires dits « sinistrés » subissant de plein fouet la désindustrialisation, la remise en question voir le déni de ce passé industriel amène à des crises identitaires fortes. Les archives orales, outils du temps présent, sont essentielles pour une bonne compréhension de notre passé récent. Les paroles représentent un patrimoine à part entière et d’une grande valeur qui doit être considéré, pris en compte. Les témoins incarnent autant de « monuments » porteurs d’histoire, de mémoires et d’identités. A chaque fois, les paroles recueillies sont patrimoine, ce qui n’est pas toujours évident pour les acteurs interrogés qui ne les envisagent a priori pas comme telles.

3Les travaux du collectif interrogent souvent la place des archives orales dans les projets de valorisation du patrimoine. Au-delà des traces physiques, donc tangibles, bien souvent les seules prises en compte, la question de la place des archives orales au sein de ce que l’on nomme patrimoine industriel est posée.

4L’archéologie industrielle impose d’exhumer les mémoires au même titre que les bâtiments ou les objets, mémoires d’un temps historique marqué par la discontinuité et la rupture, dans le cas du projet Usine des mémoire, la fermeture et la disparition de la fonderie, mais aussi mémoires d’une histoire vivante attachée à ce que l’on nomme le patrimoine culturel immatériel. Donner la parole aux acteurs de ce passé récent participe à une meilleure compréhension de ce dernier. Au-delà de l’apport que nous pourrions qualifier d’historique (détail des process industriels, description de la structure sociale de l’entreprise, impact des événements qui ont marqué l’histoire de l’usine…), les paroles représentent un support essentiel de compréhension des identités et donnent à penser l’évolution de la société.

Une campagne d’archives orales

  • 3 Association créée en 2005 constituée d’anciens salariés de la société Metaleurop-Nord. Elle a pour (...)

5Le projet Usine des mémoires résulte d’une commande de l’association Aced-Metallia, association créée par d’anciens salariés de la fonderie suite à sa fermeture en 2003 et qui souhaitaient sauvegarder la mémoire de leur usine dont il ne subsiste quasiment aucune trace physique depuis son démantèlement entre 2003 et 20063. Confrontés à cette absence, agissant sur eux comme un vide mémoriel, les anciens salariés se sont alors tournés vers la parole des hommes et des femmes ayant travaillé à la fonderie. Le fait que cette campagne s’inscrive dans une commande a grandement facilité sa mise en place et sa bonne conduite, notamment grâce à une immersion rapide et totale dans le quotidien de l’association. Grâce aux conseils des membres d’Aced-Metallia, un corpus représentatif de l’histoire de l’usine a pu être constitué, permettant une large diversité dans les métiers et les périodes représentés et donnant la priorité aux personnes d’un âge avancé.

  • 4 Le site de l’usine, démantelée entre 2003 et 2006, est désormais occupé par l’entreprise SITA, spéc (...)
  • 5 L’association Aced-Metallia dispose d’un fonds documentaire important et hétéroclite constitué en u (...)

6Avant de procéder aux entretiens, l’équipe du projet a mené, pendant quatre mois, une phase d’immersion qui lui a permis de se documenter sur l’histoire de l’usine, mais aussi et surtout, de tisser des liens de confiance avec les membres de l’association. Il s’agissait de connaître les dates importantes de l’entreprise, son organisation, ses métiers, les savoir-faire propres à cette industrie, les différents process industriels et de s’imprégner du site, l’association ayant ses locaux dans l’ancienne cantine de l’usine, un des derniers bâtiments encore debout4. Des recherches ont également été menées dans les fonds documentaires de l’association (films, ouvrages, objets, photographies5). C’est après cette première phase d’immersion et de recherches qu’a été écrit le protocole d’entretiens, privilégiant une approche semi-directive conduite à travers une grille de questionnements adaptable à chaque témoin selon son histoire personnelle. Trois grands chapitres ont balisé les entretiens : l’histoire personnelle et familiale, la vie dans l’entreprise, la fermeture et ses conséquences. De nombreuses thématiques ont pu être abordées : parcours familial, entrée à l’usine, les différents métiers exercés à la fonderie, l’explication précise des tâches, les formations suivies, la vie dans l’usine, le travail et la sécurité, l’environnement et bien sûr la fermeture. Notons la difficulté dans ce cas précis de « dépasser la fermeture » qui a été vécue, à juste titre, comme un événement traumatisant par l’ensemble des personnes interrogées.

7La campagne d’archives orales, qui a duré environ une année, a permis de conduire 21 entretiens d’une durée allant d’une vingtaine de minutes à plus de deux heures. Des entretiens filmés ont également été réalisés ainsi que des prises de sons grâce aux différents documents d’archives du fonds de l’association (films, bandes sonores). Parmi les métiers représentés : conducteur de locotracteur, manœuvre, fondeur, comptable, secrétaire, ingénieur, ensacheuse ou encore chef d’atelier. La plupart des personnes ayant travaillé plusieurs dizaines d’années dans l’usine ont souvent exercé plusieurs métiers, commençant bien souvent leur carrière comme manœuvre pour terminer chef d’atelier.

8Cette campagne d’archives orales a permis de recueillir la mémoire de ces anciens salariés, qui, à travers les récit qu’ils livrent de leurs expériences, des process industriels, de la vie à l’usine, des catastrophes ou encore des évolutions de carrière nous ont permis de reconstituer une histoire vivante de la fonderie. Certains témoignages ont un véritable intérêt historique tel celui de Jean Pawlowski, qui a travaillé 40 années chez Penarroya, entré en tant que manœuvre pour finir chef d’atelier en fin de carrière. Grâce à ses connaissances en anglais, il est parti aux Etats-Unis dans le cadre du Plan Marshall afin d’être formé à de nouveaux procédés industriels qu’il a mis en œuvre à son retour en France à l’usine de Noyelles-Godault6. Ou encore Christian Rodziewicz, qui a travaillé dans l’atelier des ouvrés de la fonderie et qui raconte les différentes productions de cette partie de l’usine : tuyaux d’orgues, fil à balle, éléments de sous-marins nucléaires, laminés de cadmium pour les centrales nucléaires ou encore cordons détonants pour la fusée Ariane.

9Autant de témoignages précieux et essentiels à la bonne compréhension de l’histoire de l’industrie dans la région du Nord-Pas-de-Calais et qu’il était nécessaire de valoriser en se demandant quelle était la meilleure façon de structurer et diffuser ce corpus documentaire.

Une valorisation par l’image

10Deux photographes ont participé au projet7. Ils ont été impliqués dans le processus dès les prémices et ont assisté à la majorité des entretiens. Leur travail s’est déroulé, en ce qui concerne la prise de vue, sur deux ans avec quatre résidences sur place d’environ dix jours. L’apport de la photographie a très vite été défini par l’ensemble de l’équipe : tout devait partir des entretiens, les photographies devaient les compléter, les valoriser, les accompagner. Portraits, photographie de paysage, typologie d’objets, reproduction de documents, mises en scène, la photographie fournit un large spectre pour donner une forme et une représentation à la parole des anciens salariés de l’usine.

11Prenons l’exemple des portraits. Ils ont été réalisés à l’issu des entretiens, ils témoignent d’un rapport particulier, de l’intensité des échanges qui ont précédé la prise de vue ou au contraire sont le signe du relâchement consécutif aux entretiens souvent très lourds émotionnellement, ils en sont le contre-point. Ils donnent également un corps aux paroles, servent de vecteurs. Lors de l’écriture de l’exposition, le choix a été fait de séparer très distinctement les témoignages des portraits, de ne pas accoler le texte à l’image mais de les considérer comme deux entités bien séparées. Les textes livrent la parole des individus tandis que les portraits manifestent le corps social, la légende qui leur est accolée apportant le complément d’information : nom, métiers exercés, durée de la carrière à l’usine. Il ne fallait pas que les portraits personnifient les témoignages.

12Le recours à la photographie de paysage a été également central dans l’appréhension du territoire. Comment montrer cet état de fait : l’usine qui occupe une place importante dans les entretiens a disparu, ne laissant qu’une plaie non refermée dans le paysage. La problématique qui se présente aux photographes en ce qui concerne le territoire de Metaleurop est proche de celle posée par la valorisation de la parole des anciens salariés. Tous deux relèvent du patrimoine immatériel. L’usine, dix ans après sa fermeture, a été complètement démantelée. Se pose alors la question de représenter une usine monumentale aujourd’hui absente, et ce sont finalement les traces qu’elle a laissées sur le territoire parallèlement à l’empreinte de l’usine dans les mémoires individuelles qui ont intéressé les photographes.

13Le paysage documente l’histoire de la fonderie à travers les traces laissées par celle-ci sur un territoire façonné pour elle. Terril, cités ouvrières, infrastructures, toutes ces marques géographiques exhumées par une photographie presque archéologique constituent des archives, au même titre que les documents personnels des anciens salariés.

14L’illustration la plus significative du croisement entre le recours à la photographie de paysage et la volonté de partir des témoignages des anciens salariés est l’exemple de Jacques Wyart. Il occupait le poste de conducteur de locotracteur à Metaleurop, conduisant le convoi sur le chemin de fer privé de l’usine traversant les cités de la fonderie. Jacques Wyart incarne une certaine vision du territoire. Et encore plus lorsque l’on sait que sa pratique de la photographie d’amateur passionné a fait de lui le photographe de la vie de l’usine puis le témoin privilégié de sa démolition. La démarche a donc été de recueillir son témoignage d’ancien salarié, de parcourir le territoire en sa compagnie à la recherche des traces de l’usine à photographier, mais aussi de le faire parler sur les images qu’il a accumulées au fil des ans, d’intégrer ses images dans l’exposition et la restitution du projet.

15Pour terminer sur l’apport de la photographie, il faut revenir sur la nécessité de créer des documents autour des entretiens. Cela consiste d’une part à photographier l’archive - reproduction des photographies personnelles des anciens salariés, documents administratifs … - mais également à élaborer de l’archive en photographiant par exemple de manière systématique les flacons d’échantillons résultant de la production de la fonderie et qui incarnent 109 ans d’aventure industrielle. Ces objets, au même titre que la parole ou que le territoire, constituent un pan du patrimoine. La photographie a été utilisée pour valoriser, donner une forme à ce patrimoine, trouver un vecteur crédible qui ne dénaturait pas la démarche scientifique de collecte des témoignages, mais qui, effectuée de manière concomitante a permis d’élaborer une réflexion sur la restitution, la transmission des histoires des anciens salariés de Penarroya-Métaleurop au sein d’une exposition documentaire prolongée par une publication web.

Une exposition documentaire puis une diffusion web

16L’écriture de l’exposition documentaire et la version internet du projet ont suivi les mêmes prérogatives que la réalisation des prises de vues. Les entretiens ont servi de point de départ. Le premier travail a donc naturellement été la transcription par le collectif des entretiens puis la constitution d’un corpus d’extraits et enfin leur mise en forme. Le but recherché était de produire un documentaire riche en texte, mais où la présentation de ces derniers ne serait pas rébarbative et inviterait au contraire à la lecture.

  • 8 intro - histoire - témoins - lieux de la lutte - territoire - travail - monument – crédits (voir to (...)

17Le travail a été segmenté par chapitre permettant le développement de notre problématique8 : donner à voir un patrimoine industriel quand il n’y a plus les traces conventionnelles de l’histoire (bâtiments et machines). A une seule exception, tous les segments partent de la parole des anciens salariés. Le fait d’une part de confronter les témoignages aux documents d’archives personnelles, et d’autre part que les photographies représentant le territoire aujourd’hui soient mises en rapport avec celles documentant le paysage à différentes époques, ou encore à des articles de presse, tout cela crée un corpus documentaire qui amène le spectateur à mettre les entretiens en perspectives. La mise au mur de l’exposition, en multipliant les formes (textes, photographies, vidéos, extraits d’enregistrements sonores) donnait à l’exposition une forme résolument libre et documentaire.

18Dans la continuité du cycle des expositions s’est posée la question d’une mise à disposition pérenne de ce travail rendant accessible l’ensemble de la documentation. Le choix s’est rapidement porté sur une publication internet d’Usine des mémoires. Plusieurs raisons ont prévalu : refléter la pluridisciplinarité du projet et utiliser la variété de nos ressources : textes, enregistrements sonores, vidéos, photographies mises en séries ; garder la structure de l’exposition et sa segmentation alternant ici encore les textes et les enregistrements, donner à entendre la matière première : la parole des anciens salariés.

19Une telle publication a l’avantage de permettre une exhaustivité dans la diffusion du corpus documentaire et de mettre à disposition du visiteur la totalité des textes et enregistrements. Si les documents sonores ont été édités, il n’y avait pas de volonté de les limiter en temps. Mis bout-à-bout, le temps de lecture (ressources vidéo et audio comprises) du projet Usine des mémoires sur le site internet est d’environ une heure trente ce qui est très long pour une lecture sur internet, cependant le choix - et c’était déjà le cas de l’exposition- était de ne pas simplifier le contenu et d’être le plus exhaustif possible. Un travail documentaire doit laisser le choix au spectateur d’approfondir le sujet en lui mettant à disposition les ressources nécessaires. La forme web permet ce développement, cet enrichissement de contenu. Les outils d’édition aujourd’hui et la multiplication des moyens de diffusion, des ressources spécifiques (sonores, vidéos) permettent de réaliser très simplement un objet web de qualité sans connaissance approfondie en matière de programmation.

Traitement des entretiens en vue de la diffusion

20La manière dont les entretiens allaient être mis en valeur est apparue au cours du cycle de collecte des témoignages. Au fur et à mesure des réécoutes, nous nous sommes rendus compte, par exemple, qu’il fallait sans doute laisser filer la parole du témoin en l’interrompant le moins possible, tout en gardant notre fil conducteur inscrit dans nos grilles d’entretiens semi-directives. Cela pour deux raisons : disposer d’une source audio plus « propre » afin de réaliser un montage optimal, mais également ne pas intervenir dans le fil du discours.

21L’idée de la mise en ligne proprement dite des témoignages est apparue après la collecte, une fois l’exposition réalisée. Elle nous a permis de recourir encore plus aux enregistrements « sonores » sans passer par la transcription écrite quasi-systématique qui prévalait dans l’exposition. Donner à entendre la source première de notre travail.

22Le travail d’édition des entretiens a été fait collectivement. Une réécoute avec notation de repères thématiques a été réalisée pour chaque témoignage. Ces thèmes ont dessiné la structure du travail et servi de base à la réalisation des transcriptions et au montage sonore des extraits de témoignages. Le fait d’éditer les témoignages plutôt que de les mettre à disposition dans leur intégralité permet de faire intervenir un témoin dans plusieurs chapitres du travail. Par exemple, Christian Misiak parle de sa carrière, évoque la façon dont il a vécu la fermeture de l’usine, ses savoir-faire. Une segmentation des entretiens permet de rapprocher thématiquement plusieurs témoignages. L’écriture du projet est basée sur la segmentation thématique des entretiens.

23Avant chaque entretien, les témoins nous autorisaient par écrit à utiliser les photographies ainsi que les entretiens dans le cadre de notre projet Usine des mémoires sur tous supports. Cela n’a jamais posé de problème. Il semble que la forme « exposition » du projet a eu plus d’impact sur les témoins que la mise en ligne de leurs témoignages sous la forme d’un webdocumentaire.

24L’atout majeur de la forme web en est sa diffusion. La forme web permet d’accéder à une très large audience en restant sur un modèle qui s’approche de l’autoédition. Ce double intérêt assure une grande liberté dans les choix d’édition sans pour autant pénaliser la diffusion en la cantonnant à un cercle restreint.

25La forme web-documentaire revêt toutefois des inconvénients. Le premier est l’aspect interactif qui peut perdre l’utilisateur de la plateforme par sa forme ludique. Pour éviter cet écueil, une mise en page extrêmement sobre et pragmatique a été choisie. Elle s’éloigne des codes actuels du webdocumentaire privilégiant bien souvent une approche graphique, complexe et parfois ludique qui nuit au contenu. D’un point de vue strictement scientifique, le projet n’est pas totalement abouti. La totalité des transcriptions n’a pas été mise en ligne, les entretiens n’ont pas été découpés en chapitres chrono-thématiques ni mis à disposition sur une plateforme internet sur le modèle du site http://www.memoire-orale.org par exemple.

26La publication web recouvre l’avantage de mettre à disposition du public la totalité des contenus, quelle que soit la nature de leur source. C’est sans doute la version enrichie de ce que serait une publication papier à moindre coût, d’autant que cette dernière peut être enrichie et complétée dans le temps.

27Le travail Usine des mémoires et la parole des anciens salariés qu’il met en avant ont tous deux gagné en visibilité et sont désormais accessibles tout le temps et partout.

Haut de page

Notes

1 http://www.a-symposium.com

2 L’association, basée à Roubaix, a pour mission de développer les liens entre aspects patrimoniaux et manifestations contemporaines de la culture, notamment par la création d’événements et par l’édition. L’association favorise également les opportunités d’expression pour les artistes.

3 Association créée en 2005 constituée d’anciens salariés de la société Metaleurop-Nord. Elle a pour principal objectif de maintenir, promouvoir, documenter, informer et former à la connaissance de l’histoire et de l’avenir de tous les métaux, de la métallurgie et de ses métiers.

4 Le site de l’usine, démantelée entre 2003 et 2006, est désormais occupé par l’entreprise SITA, spécialisée dans la gestion et la valorisation des déchets. Cinq bâtiments de l’ancienne fonderie existent toujours : la cantine, le château, ancienne résidence des directeurs de l’usine, le bâtiment administratifs, une halle et le bâtiment dit des douches.

5 L’association Aced-Metallia dispose d’un fonds documentaire important et hétéroclite constitué en urgence au moment de la fermeture de l’usine et avant les destructions et les vols qui ont suivi. Ce fonds n’est pour le moment pas inventorié.

6 http://www.a-symposium.com/index.php ?/project/udm1/

7 Léa Habourdin / www.leahabourdin.com – Xavier Antoinet / www.xavierantoinet.com

8 intro - histoire - témoins - lieux de la lutte - territoire - travail - monument – crédits (voir tous les chapitres sur http://www.a-symposium.com/index.php?/project/udm-0/)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arthur Mettetal et Xavier Antoinet, « Usine des mémoires – Des archives orales valorisées », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 40 | 2014, mis en ligne le 11 novembre 2014, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://afas.revues.org/2919 ; DOI : 10.4000/afas.2919

Haut de page

Auteurs

Arthur Mettetal

Responsable patrimoine pour le réseau Empreintesmettetal.arthur<at>gmail.com

Xavier Antoinet

Photographe

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page