Navigation – Plan du site

Compte Rendu du 18ème congrès de l’Association Internationale d’Histoire Orale (IOHA), Barcelone, juillet 2014 - «Poder y democracia. Las multiples voces de la historia oral »

Rosa Olmos et Myriam Fellous-Sigrist
p. 27-39

Texte intégral

1Entre les 9 et 11 juillet 2014 s’est tenu le dix-huitième congrès de l’Association Internationale d’Histoire Orale (IOHA)1. Plus de cinq cents participants ont été accueillis dans la Faculté d’Histoire et de Géographie de l’Université de Barcelone pour échanger sur les pratiques actuelles en histoire orale dans le monde entier. Après Prague en 20102 et Buenos Aires en 2012, ce congrès biannuel s’est tenu dans la capitale catalane autour du thème « Poder y democracia. Las multiples voces de la historia oral » (Pouvoir et démocratie. Les multiples voix de l’histoire orale), rappelant ainsi que l’espagnol est l’une des deux langues officielles de l’IOHA.

2Avec quelques 460 présentations, des spectacles et une dizaine d’ateliers répartis sur trois jours, le programme du congrès était bien chargé3. L’organisation de ce colloque a sans doute représenté une gageure dans un contexte aussi difficile que celui du monde universitaire espagnol qui subi des restrictions budgétaires drastiques depuis plusieurs années.

3Douze présentateurs venus de France ont contribué au congrès et sont intervenus sur des sujets très divers, preuve s’il en faut que l’histoire orale à la française existe bel et bien. Dans ce compte rendu à deux voix nous avons souhaité vous faire parcourir ces trois journées intenses et passionnantes en nous concentrant sur deux grands thèmes qui ont retenu notre attention : la présence hispanophone dans la recherche en histoire orale et les enjeux de la diffusion en ligne des entretiens et des nouveaux outils numériques.

Partie 1 : La présence hispanophone dans la recherche en histoire orale4

4Le choix de l’espagnol comme langue officielle de l’IOHA au même titre que l’anglais a incontestablement été un facteur crucial pour la visibilité et la fluidité des échanges des travaux de chercheurs hispanophones en histoire orale. Depuis 1987 un groupe d’historiens espagnols, en accord avec des historiens latino-américains et particulièrement des Brésiliens, a combattu pour faire reconnaître l’espagnol auprès de la communauté internationale des chercheurs qui pratiquaient cette discipline. Pour cela ils ont notamment pris appui sur le séminaire d’Histoire orale du département d’Histoire contemporaine de l’Université de Barcelone et sur sa revue Historia, Antropología y Fuentes Orales5.

    5Lors de la création de l’IOHA en 1996, sous la présidence de l’historienne Mercedes Vilanova, la commission composée de chercheurs hispanophones a soutenu fermement cette deuxième langue à côté de l’anglais. Cette décision servit à impulser et faciliter les liens ibéro-américains dans le domaine de l’histoire orale, avec l’IOHA comme point de rencontre. Elle a favorisé l’existence d’un espace de diffusion en langue originale des travaux de chercheurs de 20 pays des continents américain et européen. Depuis 1996, le Mexique et l’Argentine sont venu renforcer le cercle d’origine par leur dynamisme. Chaque congrès de l’IOHA s’enrichit de l’adhésion et de la participation de nouveaux membres qui présentent les résultats de leurs travaux et leurs méthodes de travail adaptées à leur contexte spécifique.

6Le congrès de l’IOHA est donc un rendez-vous privilégié des réseaux ibéro-américains, il reste une excellente vitrine et un lieu d’échange professionnel personnalisé. Chercheurs et institutions communiquent et discutent leurs travaux et projets en cours, ils créent des groupes de recherche et partagent leurs expériences de terrain dans le domaine des sciences humaines et sociales. Des chercheurs indépendants, des centres de recherche privés ou publics présentent leurs projets de collecte, de traitement et de valorisation des sources orales. Ils confrontent leurs expériences lors des nombreuses tables rondes, conférences et rencontres informelles programmées par l’association pour faciliter les contacts professionnels au-delà du congrès6.

7Cette année, une centaine de tables rondes thématiques composées de quatre à cinq communications constituaient le corps principal du programme. Les conférences et les cours magistraux, dix au total, rassemblaient l’ensemble des congressistes grâce à une traduction simultanée dans les deux langues officielles de l’association. Le programme d’environ quatre cents interventions sur trois jours de congrès a représenté un défi majeur pour l’agenda des congressistes. L’éventail de sujets comme l’exil, l’immigration, les traumas, ont côtoyé les questions de la démocratisation de l’histoire lors de situations de conflit et de post-conflit, la lutte contre l’Etat, la répression, la mémoire politique et militante et celle de la justice. Le programme a également proposé des tables rondes traitant du patrimoine culturel, de l’éducation, des mouvements d’étudiants, des femmes en politique, du nationalisme et de l’internationalisme.

8Quarante pour cent des communications furent assurées par des chercheurs ou représentants d’institutions provenant d’Amérique latine et d’Espagne. En tant que pays d’accueil, la présence scientifique espagnole était largement assurée. Dans le contexte thématique du congrès, lors de la séance inaugurale, le cours magistral de Mercedes Vilanova intitulé « Principio y final de un sueño, la Barcelona republicana entre 1931 y 1939 » (Début et fin d’un rêve, la Barcelone républicaine entre 1931 et 1939), a donné un solide point de départ au déroulement de cette rencontre.

9Sur l’ensemble des travaux présentés par les chercheurs hispanophones, voici un bref aperçu de trois types de séances : un projet institutionnel de valorisation réalisé en Catalogne, une table ronde de chercheurs colombiens et un atelier de recherche international mis en place au Mexique.

Collecte institutionnelle et valorisation en ligne : El Banco audiovisual del Memorial Democràtic7 (Catalogne, Espagne)

10La collecte d’histoire orale au Memorial Democràtic a commencé en 2008 avec le soutien du gouvernement autonome de Catalogne. L’objectif était de collecter et valoriser en ligne des mémoires politiques, des histoires de vie et des expériences personnelles et familiales vécues pendant la Deuxième République espagnole avec pour thèmes principaux la guerre civile, la dictature franquiste, l’exil, les luttes pour les libertés démocratiques et la transition politique. Gerard Corbella, responsable du projet, nous a présenté en avant-première le portail numérique permettant d’écouter ces entretiens : la Banc Audiovisual de Testimonis (Portail de témoignages). Elle contient 918 entretiens provenant de 72 projets de recherche en sources orales. Pour le moment 22 projets ont été traités, soit 403 témoignages accessibles dans leur intégralité.

11La collecte des entretiens filmés a été réalisée avec la participation de plusieurs institutions régionales, suivie d’une centralisation des données et de leur traitement pour une valorisation en ligne, en catalan, en espagnol, en anglais et en français. Ce projet a été mis en place par des historiens et des journalistes qui ont fait le choix de travailler sur une plateforme de gestion du patrimoine culturel immatériel, la base de données Dédalo.

12Riche en contenu, ce portail vise un public curieux de l’histoire espagnole, mais aussi des chercheurs qui désirent travailler sur les sources orales en général. Le Portail de témoignages du Memorial Democràtic est un site de référence à visiter, à découvrir par ses choix techniques et ses méthodes de recherche proposées sur plusieurs niveaux.

Collecte de sources orales dans un contexte de violence : l’histoire orale en Colombie

13La table ronde « Témoignages, mémoires et récit de nations en contexte de conflit armé : le cas colombien  » a été présentée par le groupe de recherche « Conflits sociaux et violence  » du Centre d’études sociales (CES) de l’Université nationale de Colombie.

14Les membres de l’équipe font un travail très complémentaire qui aborde le thème de la vie dans un contexte de violence. Leurs travaux reflètent une intime connaissance des lieux de recherche et de sa population. Les contraintes locales exigent une vigilance accrue pour pouvoir s’introduire dans des zones d’études difficiles et gagner la confiance des témoins.

15L’anthropologue Angélica Acosta Tautiva travaille depuis plusieurs années dans le corregimiento d’Amagui, dans la région colombienne des Caraïbes, une zone contrôlée par des paramilitaires. Les récits enregistrés dévoilent les mécanismes de la violence dans la communauté, montrent la complexité d’être témoin et la nécessité de faire témoignage de cette réalité, comme instrument de pouvoir. Les entretiens ont été effectués sur une longue période d’enquête qui engage le chercheur à se positionner vis à vis de la communauté, de son témoin et par rapport à son sujet d’étude.

  • 8 Ses travaux, et notamment Memorias en silencio : La massacre de El Tigre, Putumayo. Reconstruccion (...)

16Le travail d’enquête de l’anthropologue Jorge Andrés Cancimance Lopez se situe quant à lui à Puerto Guzman et à Puente Internacional dans la localité de Putumayo, dans la région frontalière du sud de la Colombie. Il questionne les habitants sur leurs pratiques quotidiennes, conscientes et inconscientes, pour survivre, s’enraciner et pouvoir garder une identité dans des zones de conflit armé où ils ne se perçoivent pas comme des acteurs8.

  • 9 Voir son livre Hay tanto dolor en la piel, 2012, Editorial Acad Mica Espa.

17Enfin, la psychologue Angélica Franco Gamboa a présenté les recherches qu’elle mène sur la reconstruction du quotidien des vivants, sur les morts et les survivants des mines anti-personnelles dans le territoire des indiens Awa dans le sud-ouest colombien. Elle cherche à faire une restitution des expériences de violences vécues par les survivants9.

Une équipe de recherche latino-américaine : répression politique et nouvelles enquêtes de terrain pour une reconstruction de l’histoire

18L’historienne Silvia Dutrénit travaille actuellement sur deux projets de recherche, ayant respectivement pour thème l’exil et les politiques du passé. Ses activités au sein de l’Instituto Mora au Mexique l’ont amenée à créer une équipe d’historiens du Chili, d’Argentine, d’Uruguay et du Mexique. Elle centre son investigation sur les acteurs-clés de la recherche des victimes de la Guerre froide en Amérique latine. L’évolution politique de ces pays permet de revenir sur le travail de terrain et de conduire de nouvelles enquêtes pour reconstruire l’histoire. Il s’agit d’une équipe spécialisée dans l’anthropologie médico-légale qui contribue au processus de localisation et d’identification de victimes pour répondre aux demandes de vérité et de justice. Ces équipes s’appuient sur une profonde connaissance des appareils de répression de l’époque grâce aux informations données par les sources orales et les archives écrites. Les analyses de laboratoire viendront ensuite mettre en évidence les faits. Les résultats sont concluants, des restes de disparus ont été trouvés et les circonstances de disparitions ont été déterminées. Ainsi la version officielle des faits a été formellement corrigée.

19A l’occasion de ce congrès, cette équipe s’est retrouvée lors d’un des ateliers pour discuter autour de la communication présentée par l’historienne Isabel Torres Dujisin, directrice du Département des Sciences historiques de l’Université du Chili à Santiago. Elle nous a exposé le cas des détenus disparus du «Patio 29» au cimetière général de Santiago. L’enquête a connu différentes phases au rythme des changements politiques du pays. Quarante ans après les faits, elle a rebondit grâce aux nouvelles informations données par des témoignages enregistrés en 2013 auprès de médecins du service médico-légal de Santiago qui exerçaient en 1975-1976. Il est espéré que les analyses d’ADN mitochondrial qui ont débuté en 2005 donneront des réponses définitives à cette recherche.

20En Argentine, la création de l’Equipo argentino de antropología forense (EAAF)10 a permis d’avancer sur les recherches des cas de violation des droits de l’homme et de donner une aide aux victimes et à leurs familles. L’historienne argentine Maria Clara Iribarne réalise actuellement l’histoire orale de l’EAAF. A cette équipe de chercheurs s’est associé l’historien César Tcach, de l’Universidad de Córdoba (Espagne), qui apporte ses réflexions sur les regards diversifiés de la répression politique et sur la notion de pratiques sociales du génocide.

Le rôle de la langue originale pour l’histoire orale et pour la recherche

21La reconnaissance nécessaire de travaux scientifiques sur l’oralité dans leur langue originale et ce, dans une instance internationale, permet sans conteste la visibilité des travaux de l’ensemble d’une communauté scientifique. L’aisance des discussions, la fluidité de circulation de l’information, la précision des concepts dans le milieu de la recherche sont fondamentales.

22En sciences humaines et sociales, la pratique des témoignages oraux, sonores ou filmés, se fonde sur des rapports très privilégiés entre chercheurs et témoins. La présentation des résultats des recherches et leurs analyses doivent refléter cette liberté de parole face à un auditoire international, dans le cadre d’une rencontre scientifique. Une traduction ne peut pas transmettre tous les messages exprimés lors de l’entretien. La défense d’une langue de travail et d’expression est dans les mains des chercheurs, dans leur capacité de cohésion et d’intime conviction dans la transmission collective de la source originale.

Partie 2 : L’histoire orale, la diffusion en ligne et les outils numériques11

  • 11 Partie rédigée par Myriam Fellous-Sigrist.

23Le 11 juillet 2014, la double séance consacrée à la mise en ligne des entretiens d’histoire orale a fait salle comble. Elle a regroupé une dizaine d’intervenants autour de deux thématiques : les enjeux éthiques de la diffusion sur internet d’une part et les avancées techniques d’autre part. L’organisateur de la double séance, Rob Perks (British Library, Royaume-Uni), a rappelé en introduction que la situation avait beaucoup changé depuis que le sujet avait été abordé au congrès de l’IOHA de 2006 (à Sydney) alors que peu d’articles ou de rapports avaient déjà été écrits sur le sujet. L’archiviste audiovisuel était alors encore considéré comme le « gardien des entretiens ». En moins d’une dizaine d’années l’utilisation d’internet s’est rapidement transformée et l’enjeu pour les institutions patrimoniales est souvent de donner accès à un maximum de ressources en ligne. Cependant, de nombreux projets d’histoire orale n’ont pas vocation à être diffusés ainsi et la question du consentement au versement en ligne reste cruciale, que la question se pose au cours du projet ou lors de la numérisation d’entretiens. Dans le cas de la British Library, lorsque les informateurs ayant contribué à une des nombreuses collectes de son centre d’histoire orale ont été recontactés, ils ont tous accepté que leur entretien soit accessible en ligne ; lorsque refus il y a eu, ce fut de la part des membres de leur famille.

24En termes de fréquence de consultation, internet bouleverse les chiffres : ainsi, le site de l’institution britannique connait aujourd’hui 40,000 visites par mois alors qu’il y a quelques années, on comptait en moyenne 4 visites quotidiennes pour un centre d’archives britannique. L’inconnu principal réside dans l’identité de ces nombreux visiteurs virtuels et l’usage fait des entretiens disponibles en ligne et en intégralité. Sur les 6,000 heures d’entretiens accessibles sur les pages du centre d’histoire orale de l’institution12, la peur d’un usage détourné ou mal intentionné ne s’est jamais vérifiée.

25L’utilisation des entretiens se transforme avec la mise en ligne et cela encouragerait les gens à être interviewés, au point que la British Library envisage de permettre aux utilisateurs de son site de mettre en ligne directement leurs propres entretiens (saut déjà franchi par le projet américain StoryCorps13, archivé à la Library of Congress).

S’appuyer sur le traitement documentaire

26Pour Mary A. Larson (Oklahoma State University, E.-U.), les questions éthiques et techniques soulevées par la mise en ligne des entretiens peuvent être résolues grâce à un traitement documentaire sérieux. Son intervention faisait suite au débat sur les enjeux du numérique pour l‘histoire orale à l’université, débat initié par Ronald Grele sur la liste de discussion « H-Oral list »14. Selon cette intervenante, la diffusion en ligne ne relève pas du tout ou rien, et elle propose trois clés de bonnes pratiques : être pragmatique, communiquer et contextualiser.

27Tout d’abord, les documents relatifs au projet d’histoire orale doivent être organisés pragmatiquement : de façon ordonnée, permettant de connaître exactement quels sont les droits de toutes les parties impliquées dans le projet (enquêteurs, enquêtés et descendants, institution responsable du projet), retenant une copie exacte du contrat de dépôt de témoignage et contenant une fiche biographique de chaque enquêté afin de pouvoir contacter ses descendants lorsque cela s’avère nécessaire (contact rendu facile par le développement de l’usage des réseaux sociaux).

28D’autre part, dès le début du projet une bonne communication doit être établie avec les enquêtés et les milieux professionnels, culturels ou sociaux concernés par la collecte. L’entretien d’histoire orale bouleversant la délimitation entre sphère publique et sphère privée, il est indispensable d’avoir un échange honnête sur ce que signifie leur consentement éclairé et quelles peuvent être les implications d’une diffusion publique potentielle de l’entretien enregistré. Il s’agit de s’assurer que le témoin comme sa (ses) communauté(s) sont pleinement conscients lorsqu’ils consentent à être interviewés.

29Troisièmement, tout entretien ou élément biographique mis en ligne doit être proprement contextualisé en ayant à l’esprit le changement de public-cible qui a lieu avec le basculement de l’entretien dans l’espace numérique. Mary A. Larson souligne que ces questions et pratiques sont en discussion depuis plus de vingt ans mais que la rapidité et l’aisance de mise en ligne d’entretiens font que ces précautions de traitement documentaire sont souvent oubliées par négligence.

30Enfin, elle est d’accord avec le fait que tous les entretiens ne doivent pas automatiquement être versés sur internet, et notamment lorsqu’ils touchent à des sujets trop polémiques ou intimes. Elle rappelle cependant qu’il est toujours possible de faire en sorte que les personnes intéressées puissent découvrir l’existence des enregistrements et les localiser. Cette remarque a été reprise par une autre intervenante, Leslie McCartney (de la University of Alaska Faibanks, E.-U.), qui souligne l’importance du catalogage de l’entretien, qui constitue une alternative précieuse lorsque le témoin a refusé la mise en ligne ou lorsqu’il n’est pas possible de le recontacter.

Respecter la volonté des témoins : choix de la diffusion et choix de la dénomination

  • 15 Le papier de son intervention pourra être lu dans le numéro du printemps 2015 de la Radical Review (...)

31Elise Chenier (Simon Fraser University, Canada) a partagé son expérience de numérisation d’archives orales pour le projet « Archives of Lesbian Oral Testimony » et la difficulté qu’elle a eu à recontacter des enquêtées afin de leur demander une autorisation de verser leur entretien sur internet. Elle leur a proposé une mise en ligne telle quelle ou avec anonymat. Une des personnes contactées a été offensée par cette dernière possibilité, alors qu’une autre, qui a accepté la mise en ligne sous son nom, lui a ensuite demandé de retirer l’entretien car elle ne se sentait « pas à l’aise » avec le résultat de cette diffusion. Elise Chenier propose une troisième possibilité pour l’identification des témoins en ligne : la modification de l’orthographe du nom, afin que l’entretien ne puisse pas être retrouvé seulement en interrogeant un moteur de recherche tel que Google. Enfin, elle nous a soumis une interrogation quant au niveau des règles éthiques de l’histoire orale : sont-elles trop élevées pour la diffusion sur internet des entretiens ?15

32La question de l’anonymat, que nous avons davantage développée avec Véronique Ginouvès (de la Phonothèque de la MMSH), a suscité des échanges intéressants. L’importance de la traçabilité de l’entretien, le principe fondamental de respect du choix des témoins, et la réalité de leur lucidité quant au devenir de leur entretien (quelle que soit la forme de diffusion) sont majoritairement admis. Il a toutefois été relevé dans la salle qu’il est souvent difficile de garantir un total anonymat en ligne étant donné que la voix peut toujours être reconnue. On peut pour cela se tourner vers l’un des trois principes de traitement documentaire suggéré par Mary A. Larson : en préparation de l’entretien, un échange honnête avec les témoins sur la diffusion de leur entretien permet de cerner le public dont ils se méfient et de décider avec eux si modifier ou taire le nom suffit. A charge de chaque institution de faire un choix ensuite, sachant qu’un entretien dont la voix est brouillée perd probablement la plus grande partie de son sens.

  • 16 Voir Thompson, Paul. 1978 (3ème édition: 2000). Oral History: The Voice of the Past. New York: Oxfo (...)

33Un autre auditeur a fait état d’un projet dans lequel des personnes ayant accepté de témoigner, mais à condition d’être anonymes, avaient été écartées pour cette unique raison et les difficultés qu’elle rajoutait pour l’équipe du projet. On peut estimer une telle décision largement dommageable, tant pour la collecte que pour ces personnes ayant accepté de raconter leur histoire de vie. Au-delà, cette situation amène à s’interroger sur le profil des enquêtés qui seront choisis à l’avenir si ces précautions de mises en ligne continuent à être réduites à peau de chagrin et si la rapidité et la quantité de données versées sur internet devient l’un des principaux objectifs : allons-nous écarter les timides, les modestes et ceux qui ont des doutes sur leurs décisions de vie ? Si l’on s’en réfère aux origines militantes de l’histoire orale16, celle-ci est avant tout une méthode permettant de faciliter la prise de parole chez ceux que l’on entend peu dans la sphère publique… il faudra alors s’interroger sur le sens de notre travail.

Les avancées techniques : retours d’expérience et nouvelles approches

  • 17 Plus de détails à retrouver dans leurs articles sur le site Oral History in a Digital Age et notamm (...)

34La solution de filtrer l’accès aux entretiens mis sur internet, au moyen de mots de passe communiqués uniquement à une sélection d’usagers, a été évoquée mais rapidement balayée. Pour l’avoir expérimentée, des professionnels comme Rob Perks et Doug Boyd ont fait état de la facilité avec laquelle l’entrée par mot de passe peut être contournée, et notamment en accédant à l’URL de l’entretien avec le moteur de recherche Google. La réelle avancée technique semble se trouver ailleurs. Doug Boyd (University of Kentucky, E.-U.) et Doug Lambert (University of Buffalo, E.-U.) nous ont présenté les résultats très prometteurs de leurs travaux visant à accélérer et améliorer le traitement et la diffusion en ligne des entretiens d’histoire orale17.

35Les principales innovations des outils qu’ils ont développés et testés avec succès depuis quelques années sont de deux types : préférer l’indexation de l’entretien à sa transcription, et utiliser la description par extraits plutôt que par time-codes. Doug Boyd nous a d’abord rappelé que la peur d’un usage mal intentionné des entretiens n’était pas née avec internet : les transcriptions pouvaient déjà être recopiées dans les salles de consultation des centres d’archives. Il nous a montré qu’un des atouts formidables d’internet est sa capacité à créer des liens entre des ressources éparpillées dans le monde mais recensées dans des sites accessibles depuis n’importe quel pays. Parmi les 8,000 visites mensuelles sur le site de son institution, le Louis B. Nunn center for Oral History18, il a ainsi été récemment contacté par un visiteur : un écrivain italien qui avait trouvé la notice d’un entretien déposé sur le site du centre Louis B. Nunn, entretien réalisé avec un ancien soldat américain en 1986. L’écrivain souhaitait écouter la totalité de l’entretien pour en savoir plus sur l’enquêté dont il avait d’abord vu le nom sur un mur en Italie, le nom y ayant été gravé il y a plusieurs décennies, probablement pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Indexation, extraits, vocabulaire contrôlé et partage

  • 19 Bientôt disponible sur demande, on peut déjà contacter l’équipe pour participer aux essais: http:// (...)

36Le logiciel libre et gratuit mis au point par l’équipe de Doug Boyd, l’ « Oral History Metadata Synchronizer (OHMS)19 » qui a facilité la mise en ligne de cet entretien et de bien d’autres, évite d’avoir à transcrire intégralement l’entretien. L’indexation permet ainsi de réaliser des descriptions d’entretien pour un dixième du coût d’une transcription, de contextualiser l’enregistrement en joignant des cartes et des métadonnées à sa fiche. La description obtenue est aussi davantage fidèle à la parole des témoins en ce qu’elle décrit explicitement le contenu des extraits là où il y a parfois des sous-entendus. Surtout, cet outil résout la question chronophage, et donc financière, de la transcription : en quelques semaines il est possible d’obtenir une indexation précise d’un entretien, en plusieurs langues et cela peut être fait par les enquêteurs eux-mêmes.

37Grâce à ce logiciel, son centre d’archives possède déjà 1,500 entretiens écoutables en ligne et leur objectif est d’atteindre les 500 entretiens versés annuellement sur leur site. Les essais concluants réalisés par l’institution de Doug Boyd ont permis de mesurer l’impact positif de ce nouvel outil et de l’utilisation de l’indexation. Cette dernière peut être réalisée très tôt dans la chaîne de traitement documentaire, que ce soit par les enquêteurs, les archivistes ou les bénévoles travaillant dans l’institution ou bien par les membres des communautés impliquées dans les projets d’histoire orale. Ainsi beaucoup plus de personnes écoutent un plus grand nombre d’entretiens dans leur totalité et il y a un vrai contrôle partagé de ce qui est mis en ligne.

38Avec cette approche, la transcription est considérée comme un outil de découverte de l’entretien parmi d’autres. Elle se révèle ne plus être indispensable pour le travail de citation du chercheur : ainsi l’équipe de l’Association canadienne d’histoire orale publie un journal en ligne dans lequel les extraits illustrant les articles ne sont pas donnés à lire mais à écouter avec un simple clic grâce au logiciel OHMS. Suivant le même principe, la National Library of Australia est en train de publier une anthologie multimédia des entretiens issus de la collecte « Australian Generations Oral history project », cette anthologie prendra la forme d’un livre audio en ligne et consultable prochainement20.

39Cette technique de traitement et de mise en ligne des entretiens découle du principe de l’indexation mais aussi du choix d’une description par extraits. Ce dernier principe a été plus amplement développé par Doug Lambert qui nous a montré ses avantages : travailler extrait par extrait permet d’éviter la phase fastidieuse de découpe de l’intégralité de l’entretien en sections délimitées par des time-codes et le travail de description n’est donc pas obligatoirement linéaire. Une fois le fichier sonore ou vidéo mis en ligne avec son indexation cliquable, l’utilisateur navigue dans l’entretien selon sa recherche par mots-clés, il est donc vraiment amené à écouter l’entretien, pas juste à lire un résumé ou une transcription, et peut ensuite facilement exporter un passage qui l’intéresse, quand les droits liés à l’entretien le permettent. Cette méthode permet donc d’habilement lier plusieurs média différents : le son ou la vidéo, les mots-clés et tout document enrichissant la compréhension d’un extrait ou de la totalité de l’entretien (illustration, biographie, chronologie…). Elle facilite le travail de l’archiviste mais aussi du chercheur et de tous les autres utilisateurs d’entretiens.

40Le principe de l’indexation repose en grande partie sur l’importance du thésaurus et d’un vocabulaire contrôlé de description des entretiens. Pandélis Mavrogiannis (Association pour l’Histoire des Chemins de Fer, France) a développé cette dimension en plaidant pour la création de thésaurus propres à chaque projet d’histoire orale ou transversaux à des thèmes d’enquêtes. Dans son travail sur un thésaurus pour le projet « Vie et travail au quotidien pendant la Deuxième Guerre mondiale : mémoire et récits de cheminots », collecte de 210 entretiens21 menée en 2012 et 2013 par son institution, il a ainsi trouvé particulièrement utile de pouvoir prendre comme point de départ les réflexions de l’équipe du National World War Two Museum de la Nouvelle Orléans et leur définition d’un vocabulaire contrôlé pour leur collection d’histoire orale22.

S’approprier les outils numériques pour ne pas trahir la dimension humaine et qualitative de l’histoire orale

41Un gain de temps, une plus grande interopérabilité et donc une meilleure visibilité des collections d’histoire orale peuvent ainsi être espérés grâce au partage de thesaurus et à l’existence de logiciels libres et gratuits tels que celui mis au point par l’équipe de Doug Boyd, aisément utilisables sans connaissances informatiques poussées et adaptable en d’autres langues que l’anglais. Outre leur diffusion libre, Pandélis Mavrogiannis a d’autre part suggéré que la connaissance et la maîtrise de ces outils archivistiques devraient faire partie intégrante de la future formation des professionnels de l’histoire orale et des sciences humaines en général, que ce soit dans le cadre universitaire ou bien de la formation continue. Enfin, il nous a interpellés sur un tournant important à prendre : afin de garantir que les témoins enregistrés soient vraiment entendus et ce dans un délai raisonnable, il faudrait réaliser moins de nouvelles collectes à l’avenir et se concentrer davantage sur le traitement et la diffusion des collections existantes avec les nouveaux outils déjà au point et à notre portée.

42La confrontation de l’histoire orale avec les technologies numériques s’avère donc être largement stimulante et source de solutions à des problèmes débattus depuis longtemps. Les interrogations et précautions demeurent cependant légitimes et justifient de continuer à discuter autour de ces questions et de partager nos expériences et outils développés.

43Les inquiétudes face à l’existence d’outils numériques utilisés pour auto-enregistrer son récit de vie se sont aussi fait entendre dans cette conférence. Anne Heimo (University of Turku, Finlande) a abordé cet aspect de la diffusion en nous présentant son travail sur la Guerre civile finlandaise de 1918 et ses commémorations via les réseaux sociaux et YouTube. Si elle a constaté que les outils en ligne d’auto-narration tels que Facebook sont facilement utilisables et ont du succès, elle nous rappelle qu’ils s’apparentent en fait à des journaux intimes. L’histoire orale, qu’elle soit en ligne ou non, conserve quant à elle sa caractéristique de produire des récits réflexifs et rétrospectifs.

44Stephen Sloan (Baylor University, E.-U.) nous a rappelé dans une autre séance que la révolution numérique est en fait davantage technologique qu’informationnelle. Et dans ce contexte l’histoire orale continue de produire des sources historiques, linéaires et complexes, permettant une compréhension qualitative de la société et produites au cours d’un processus dans lequel les enquêteurs conservent leur rôle de guides à l’écoute réactive.

Haut de page

Notes

1 Voir le site : http://www.iohanet.org

2 Voir le compte rendu de la manifestation sur http://phonotheque.hypotheses.org/4068.

3 A retrouver en espagnol et en anglais sur http://www.ub.edu/historiaoral.barcelona2014/pdf/programa01.pdf (dernière version) ou en français sur http://phonotheque.hypotheses.org/13162 (version d’étape du programme).

4 Partie rédigée par Rosa Olmos.

5 http://www.publicacions.ub.edu/ficha.aspx ?cod =07445

6 http://www.iohanet.org/index.php/es

7 Consultable en français via le lien suivant: http://bancmemorial.gencat.cat/web/home/?&lang=fra

8 Ses travaux, et notamment Memorias en silencio : La massacre de El Tigre, Putumayo. Reconstruccion de memoria historica en Colombia (2012), sont consultables sur sa page Academia.edu : http://unal-co.academia.edu/Andr %C3 %A9sCancimance.

9 Voir son livre Hay tanto dolor en la piel, 2012, Editorial Acad Mica Espa.

10 Voir le site http://www.eaaf.org/.

11 Partie rédigée par Myriam Fellous-Sigrist.

12 Voir la plateforme d’écoute http://sounds.bl.uk/Oral-history, et les pages dédiées au centre d’histoire orale : http://www.bl.uk/oralhistory.

13 Voir l’application «Do It Yourself» récemment développée par ce projet: http://diy.storycorps.org/.

14 Lien pour s’abonner à cette liste de discussion et de diffusion anglophone : https://networks.h-net.org/h-oralhist.

15 Le papier de son intervention pourra être lu dans le numéro du printemps 2015 de la Radical Review sous le titre suivant : «Privacy Anxieties: Ethics versus Activism in Archiving Lesbian History Online».

16 Voir Thompson, Paul. 1978 (3ème édition: 2000). Oral History: The Voice of the Past. New York: Oxford University Press ; et sa traduction en français : Joutard, Philippe. 1983. Ces voix qui nous viennent du passé. Paris : Hachette.

17 Plus de détails à retrouver dans leurs articles sur le site Oral History in a Digital Age et notamment la présentation détaillée de l’OHMS par Doug Boyd : http://ohda.matrix.msu.edu/2012/06/ohms-2/.

18 Voir le site http://nunncenter.org/.

19 Bientôt disponible sur demande, on peut déjà contacter l’équipe pour participer aux essais: http://nunncenter.org/ohms-info/.

20 Suivre les actualités du projet sur : http://artsonline.monash.edu.au/australian-generations/.

21 Plusieurs dizaines de témoignages peuvent être écoutés dans leur intégralité sur le site http://www.memoire-orale.org/.

22 L’article de cette équipe peut être consulté sur http://ohr.oxfordjournals.org/content/40/1/126.full.pdf+html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rosa Olmos et Myriam Fellous-Sigrist, « Compte Rendu du 18ème congrès de l’Association Internationale d’Histoire Orale (IOHA), Barcelone, juillet 2014 - «Poder y democracia. Las multiples voces de la historia oral » », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 40 | 2014, mis en ligne le 11 décembre 2014, consulté le 26 mai 2017. URL : http://afas.revues.org/2925 ; DOI : 10.4000/afas.2925

Haut de page

Auteurs

Rosa Olmos

BDIC

Articles du même auteur

Myriam Fellous-Sigrist

Historienne orale

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page