Navigation – Plan du site

Éditorial

Florence Descamps
p. 1

Texte intégral

1Le sommaire du Bulletin 40 de l’Association française des archives sonores, orales et audiovisuelles affiche clairement les choix de l’Association tels qu’ils se sont exprimés lors de l’élection du nouveau Bureau en juin dernier : le choix préférentiel des archives sonores dans la continuité et le respect des grandes intuitions d’origine ; le partenariat avec les institutions patrimoniales, qu’il s’agisse du réseau des bibliothèques ou des archives ; l’ouverture aux productions audiovisuelles ; l’intérêt pour ce qu’on appelle les humanités numériques et notamment l’utilisation d’internet dans la publication et la valorisation des sources sonores ou audiovisuelles ; le choix, explicite, de rendre plus visible les projets français d’histoire orale et d’insérer l’AFAS dans les réseaux internationaux d’histoire orale, à l’instar des autres organes de concertation ou d’échanges mondiaux auxquels elle participe comme IASA.

2L’appel à contribution lancé en juillet dernier sur la liste archive-son-audiovisuel visait à recueillir des exemples de valorisation en ligne de corpus d’archives sonores, orales ou filmées, ainsi que des éléments de réflexion sur une pratique encore balbutiante en France. De fait de nombreuses questions se posent : la mise en ligne des enregistrements impose-t-elle des critères spécifiques (techniques, scientifiques, sonores, esthétiques) ? Comment arbitrer entre la publication d’un extrait et celle de l’intégralité du document ? Quelles métadonnées exige-t-on ? Ce choix a t’-il des conséquences sur le traitement documentaire ? Dans un cas de projet d’archives orales ou d’histoire orale, le fait de décider dès l’origine de mettre en ligne les enregistrements a t’-il un impact sur la conception des entretiens et leurs contenus ? Comment les témoins perçoivent-ils la mise en ligne de leur témoignage et quel impact cela a-t-il sur leur prise de parole ? Quels sont les publics visés ou intéressés par ces corpus audiovisuels ou sonores mis en ligne ? Comment les reçoivent-ils ou quels usages en font-ils ? Toutes ces questions concernent les producteurs, les détenteurs, les chercheurs et les utilisateurs d’archives sonores ou audiovisuelles ; elles demandent des réponses ajustées et personnalisées autant que collectives. Puissent les lecteurs trouver ici les premiers éléments qui leur permettront de réfléchir à leurs propres choix méthodologiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Descamps, « Éditorial », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 40 | 2014, mis en ligne le 11 décembre 2014, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://afas.revues.org/2930

Haut de page

Auteur

Florence Descamps

Présidente

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page