Navigation – Plan du site

Éditorial

Florence Descamps

Résumé

.

Haut de page

Texte intégral

Editorial du Bulletin de l’AFAS, n°41

  • 1 Avec son ouvrage Many Voices of Oral History à paraître, l’Association internationale d’histoire o (...)

11978, création du Centre de recherche sur les ethnotextes, l’histoire orale et les parlers régionaux à l’Université de Provence (CREHOP), 1978 création de l’Institut d’histoire du temps présent à Paris (IHTP), 1979 création de l’Association pour les archives sonores (AFAS), 1980 rapport de Dominique Schnapper sur l’histoire orale et les archives orales, autant de dates qui dessine le moment fondateur d’une histoire orale à la française… Parmi les fondateurs de l’AFAS, aux côtés de la présidente Marie-France Calas, présidente de la Phonothèque nationale, les premiers historiens oraux, Jean-Claude Bouvier et Philippe Joutard ont compté, et il nous a semblé que le moment était venu, avec un recul de près de quarante ans1, d’opérer une pause rétrospective en proposant une réflexion sur l’histoire orale et sur les différents courants d’histoire orale en France et à l’étranger. En définitive, qu’est-ce que l’histoire orale et qu’est-elle devenue ? Comment et pourquoi a-t-elle été « inventée » ? Quels ont été ses grandes intuitions d’origine et y est-elle restée fidèle ? Quels sont ses enjeux épistémologiques, sociaux et technologiques aujourd’hui ?

2A travers les Bulletins à venir, nous effectuerons un tour d’horizon et donnerons un aperçu des travaux en cours dans les pays affichant ou revendiquant l’existence d’un courant ou d’une école d’histoire orale. L’ouverture internationale, déjà signalée dans le précédent bulletin, fait résolument partie des objectifs de l’Association, qui s’efforce de participer ou de suivre l’actualité des réseaux scientifiques internationaux (les congrès de l’IOHA - International Oral History Association, Europeana Sounds et IASA - International Association of Sound and Audiovisual Archives). Bien consciente de la force de l’histoire orale anglophone et hispanophone (cf. Bulletin de l’AFAS, n° 40), elle souhaite aussi rendre plus visible l’existence d’une histoire orale francophone.

3Pour répondre à ces différents objectifs, le sommaire du Bulletin 41 propose par conférences interposées un petit dialogue entre l’histoire orale italienne et l’histoire orale à la française, ainsi qu’un compte-rendu de colloque qui rend compte de la vivacité de l’histoire orale québécoise. Par-delà les spécificités de chaque pays (terrains, chronologie, disciplines des SHS), on retrouve des interrogations communes sur la définition et l’identité de l’histoire orale, sur ses intentions et ses objectifs, ses méthodes, sa crédibilité et sa légitimation scientifique, sa viabilité et sa visibilité scientifique ou sociale.

4Second axe de publication, déjà amorcé par le précédent Bulletin de l’AFAS : présenter des expériences de valorisation et d’exploitation de corpus d’archives orales et rendre compte du déploiement des usages des témoignages oraux dans l’espace social (patrimoine, culture, pédagogie, éducation civique, éthique etc. Deux études de corpus sont ainsi proposées, l’une sur les archives orales de la Mobilisation suisse constituées dans les années 1990 et l’autre sur les archives orales portuaires du Havre pour la première fois valorisées dans des expositions muséales.

5Florence Descamps, Présidente de l’AFAS

Haut de page

Notes

1 Avec son ouvrage Many Voices of Oral History à paraître, l’Association internationale d’histoire orale fête elle aussi son quarantième anniversaire (1975-2015).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Descamps, « Éditorial », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 41 | 2015, mis en ligne le 28 décembre 2015, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://afas.revues.org/2937

Haut de page

Auteur

Florence Descamps

Présidente de l'AFAS.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page