Navigation – Plan du site

Archimob (Archives de la Mobilisation), une collection d’histoire orale de 555 témoignages sur la Seconde Guerre Mondiale en Suisse

Marc-Antoine Schüpfer

Texte intégral

Origine du projet Archimob

1A la fin des années 1990, le rôle de la Suisse durant la Seconde Guerre Mondiale est remis en question. Le mythe du pays neutre qui a évité une invasion grâce à son armée massée aux frontières s’effondre.

2La presse se fait l’écho d’un certain nombre d’affaires comme celle des fonds juifs en déshérence, la politique controversée du refuge et du renvoi aux frontières, une certaine collaboration économique.

  • 1 Note de l’éditeur : J-F Bergier (1931-2009) était un historien spécialise de la Seconde Guerre Mond (...)

3Beaucoup de Suisses sont choqués par ces révélations et un débat publique est activé. Le Conseil fédéral nomme une commission indépendante d’experts (présidée par l’historien Jean-François Bergier1) qui a le mandat de faire la lumière sur ces affaires en se plongeant dans les archives écrites.

4Frédéric Gonseth, réalisateur de films documentaires, a alors l’idée de lancer un vaste projet d’histoire orale pour recueillir les témoignages des personnes ayant vécu la Seconde Guerre Mondiale en Suisse. Fin 1998, il fonde avec une vingtaine d’autres personnes l’association Archimob qui réunira des documentaristes, des historiens et des journalistes.

Une génération qui témoigne

5Le projet démarre avec un séminaire où cinéastes et historiens se rencontrent. Il faut en effet jeter les bases pour une collaboration entre des professionnels de l’image et des professionnels de l’histoire. Archimob poursuit un double but : produire des interviews de grande qualité technique pour assurer une diffusion dans les médias et d’autre part créer des sources de valeur historique pour la recherche.

6Le projet prévoit d’interviewer 500 personnes (555 seront réalisées) dans les trois régions linguistiques (une dizaine de témoins parlent aussi le romanche). Après un appel à témoignage diffusé dans la presse et les médias plus de 1000 candidatures sont déposées.

7Il faut relever que beaucoup d’hommes mobilisés qui ont assumé un service militaire prolongé dû au conflit se sont annoncés. Une grande partie de ces hommes voulaient livrer de vive voix leur expérience personnelle et ainsi contrer ce qu’ils lisaient et entendaient depuis peu sur la Suisse durant le conflit.

8Les femmes étaient moins nombreuses à se proposer. Elles répondaient souvent qu’elles n’avaient pas fait grand chose durant cette période, que ce qu’elles avaient vécu n’étaient pas très intéressant ou qu’elles n’étaient pas en première ligne. En insistant parfois un peu, nous avons obtenu des récits passionnants sur la vie de femmes qui devaient faire tourner la ferme, l’atelier ou même l’usine en l’absence des hommes.

Récolter la mémoire

9Les interviews sont menées par un interviewer, parfois deux, et filmées par un caméraman/woman – preneur/euse de son afin de réduire au maximum l’équipe de tournage. Elles durent en moyenne 2 heures ce qui permet d’enregistrer deux interviews en une journée et de limiter les coûts de matériel et d’honoraires.

10Les interviews sont enregistrées chez les témoins. D’abord pour garantir un endroit où ils se sentent à l’aise. Ensuite pour montrer le lieu où le témoin vit et ainsi donner des éléments d’information sur sa personne.

11Les interviews sont semi-directives. Il s’agit de laisser le plus de place au témoin pour s’exprimer. L’interviewer se contente de guider le témoin dans sa narration avec des questions pour demander une précision ou pour relancer un récit. Le but est d’obtenir sa vision, il faut donc souvent le ramener à son récit personnel avec des questions impliquant le « vous » (racontez-moi ce que vous avez vu, ressenti, etc.) et éviter qu’il ne livre un récit qu’il aura lu dans un livre et qui n’a rien à voir avec son vécu personnel. Dès que possible, l’interviewer demande au témoin de raconter une anecdote qu’il a vécue. L’interview prend la forme d’un récit de vie qui se termine à la fin des années 1940.

12Il n’y a pas de canevas de questions communes. En revanche il a été décidé de respecter quelques grandes lignes afin de garantir une certaine homogénéité, notamment de mener l’interview de façon chronologique. L’interview débute toujours avec des questions sur l’enfance et la famille, l’adolescence et la formation. Il y a deux raisons à cela. D’abord il s’agit de commencer par des questions simples. Cela permet au témoin, et à l’interviewer, de se « chauffer », et de créer un lien. Le témoin a plus de facilité à répondre et l’interviewer apprend à connaître le témoin. Suivent ensuite les grandes lignes générales : les années 1920 - 1930 et la montée des fascismes, l’immédiat avant-guerre, la guerre proprement dite avec certains points forts comme la peur d’une invasion en 1940, le tournant de la guerre en 1943, le débarquement, etc. Des thématiques plus précises sont aussi systématiquement abordées comme la politique du refuge, l’antisémitisme, la vie quotidienne (rationnement, restriction). Il y a évidemment des thématiques, comme l’internement militaire, le refuge ou le refoulement, qui ne sont abordées qu’avec les témoins qui ont eu ces expériences-là. Après une évocation de l’immédiat après-guerre, l’interview se termine en général par la question du débat autour du rôle de la Suisse pendant cette période qui, rappelons-le, bat son plein au moment des tournages.

13Ces témoignages offrent un complément passionnant aux sources écrites. Ils reflètent les différents points de vue des personnes qui ont vécu la période et on constate que pour la plupart des thèmes abordés les opinions divergent. Les anecdotes racontées avec passion sont une illustration très vivante des événements et beaucoup de récits sont encore chargés d’émotion soixante ans après les faits.

Elaboration d’une base de données

14Après l’enregistrement du premier tiers des interviews débute le travail d’indexation. Le but de l’indexation est de créer une base de données d’extraits qui permettra ensuite de faire des recherches dans la collection complète de 1000 heures d’interview.

15Chaque interview doit être découpée en extraits de quelques minutes. Chaque extrait est ensuite annoté avec des indications périodiques et géographiques, il est brièvement décrit, sa valeur est évaluée sur une échelle de trois niveaux (peu d’intérêt, intéressant, très intéressant et un à trois indexes thématiques lui sont assignés.

16La base de données des extraits (20 000 environ) peut être consultée sur le site http://www.archimob.ch sous http://www.archimob.ch/arc/db/.

17Au moment de sa réalisation (entre 2002 et 2003), la technologie du streaming vidéo était encore très peu performante. Il n’était donc pas possible de créer une base de données qui offre la possibilité de consulter les interviews à distance.

Valoriser une collection : une exposition interactive, une série TV et deux livres

18Comment faire découvrir cette collection de témoignages d’une richesse inouïe au grand public ? L’association Archimob a réalisé plusieurs produits dans ce but.

Une exposition interactive.

19L’Histoire c’est moi. 555 versions de l’histoire suisse 1939-1945 a pu être montrée dans une quinzaine de lieux dans toute la Suisse entre 2004 et 2008. Il s’agissait pour la plupart de musées historiques, lieux privilégiés pour montrer une exposition sur la Seconde Guerre Mondiale.

20Le plus grand challenge a été de trouver un moyen de présenter des témoignages filmés dans un musée sans réaliser un film d’une durée limitée avec un début et une fin. Nous avons développé un concept où le public décide lui-même du déroulement de sa séance de projection : le Kaléidoscope.

21Ce cinéma interactif proposait au public un voyage à travers la mémoire de la génération de la Mobilisation, grâce à 64 séquences d’une durée moyenne de 7 à 8 minutes, où plusieurs témoins s’expriment sur un thème précis. La séquence projetée était choisie à la majorité grâce à un processus de vote auquel participait chaque spectateur.

22Les 64 séquences sont regroupées en quatre domaines (première phase du vote) : Les victimes, Conflits, La guerre, Le quotidien. Chaque domaine comprend quatre thèmes (deuxième phase du vote). Par exemple dans «Le quotidien» on trouvait «L’art de subsister», «Loisirs et plaisirs», «Le rôle des femmes», «La vie sous l’uniforme». Enfin, dans chaque thème, quatre séquences sont proposées (dernière phase de vote). Ainsi «L’art de subsister» se décomposait en quatre rubriques : «La débrouille», «La faim», «La bataille des patates», «Jambon au noir».

23Les thèmes abordés dans les séquences reflètent également l’intérêt de l’histoire orale. Il s’agit de montrer ce que les témoins ont vu et ressenti, de donner une place prépondérante à leurs anecdotes, de raconter leur quotidien. Une place importante est aussi laissée au jugement personnel qu’ils ont sur les événements et à leur point de vue sur la Suisse pendant la guerre.

Une série TV

24Coproduite avec la Télévision suisse et diffusée sur les trois chaînes nationales, la série Regards en arrière propose vingt-deux épisodes de quinze minutes. Elle est basée sur les interviews Archimob et mêle témoignages et images d’archives.

  • 2 Pour davantage d’information, contacter info@archimob.ch.

25Tous les films produits pour l’exposition (série TV et Kaléidoscope) sont disponibles en DVD2.

Deux livres

26Deux équipes d’auteurs ont écrits un livre basé sur les témoignages Archimob.

27Laurent Neury, Fabienne Regard (2002). Mémoire d’une Suisse en guerre. La vie... malgré tout. Cabédita : Yens-sur-Morges. ISBN 2-88295-365-8

28Christof Dejung, Thomas Gull, Tanja Wirz (2002). Landigeist und Judenstempel. Erinnerungen einer Generation 1930-1945. Zürich : Limmat Verlag. ISBN 3-85791-4149

Conclusion

29L’aventure Archimob s’est achevée en 2011 avec le legs de la collection à la Cinémathèque suisse (http://www.cinematheque.ch) où sa conservation et sa consultation sont assurées à long terme.

  • 3 Voir le site http://www.oralhistory.ch.

30La toute jeune association oralhistory.ch, dont beaucoup de membres ont contribué à Archimob et qui s’est donné pour but de promouvoir l’histoire orale en Suisse3 vient de lancer une campagne de valorisation du fonds Archimob. Si le financement est assuré, la consultation des interviews à distance sera un jour possible.

Haut de page

Notes

1 Note de l’éditeur : J-F Bergier (1931-2009) était un historien spécialise de la Seconde Guerre Mondiale et président de 1997 à 2001 de la commission Bergier, chargée d’éclaircir les relations controversées entre la Suisse et l’Allemagne nazie. 

2 Pour davantage d’information, contacter info@archimob.ch.

3 Voir le site http://www.oralhistory.ch.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc-Antoine Schüpfer, « Archimob (Archives de la Mobilisation), une collection d’histoire orale de 555 témoignages sur la Seconde Guerre Mondiale en Suisse », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 41 | 2015, mis en ligne le 21 décembre 2015, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://afas.revues.org/2958 ; DOI : 10.4000/afas.2958

Haut de page

Auteur

Marc-Antoine Schüpfer

Historien, membre du comité de direction de l’association Archimob

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page