Navigation – Plan du site

Journée d’étude franco-italienne « Nouvelles figures professionnelles - Médiateurs de la Mémoire » - Synthèse

Claire Scopsi

Texte intégral

1L’objet du projet «Nouvelles figures professionnelles - médiateurs de la mémoire», porté par le réseau des associations franco-italiennes « Italia in Rete » et financé par la région Emilie Romagne, est de sensibiliser les acteurs associatifs franco-italiens impliqués dans un projet de collecte de témoignages, aux méthodes et normes de traitement documentaire, au droit de l’image et aux techniques multimédia. L’enjeu est de taille car il s’agit d’aider les porteurs de ces projets dont la complexité se révèle souvent au fur et à mesure de l’avancement, à exploiter, valoriser et pérenniser leurs collectes.

2Dans le cadre de ce projet, s’est déroulée le 10 avril 2014 au Conservatoire National des Arts et Métiers de Paris, une rencontre entre acteurs académiques et institutionnels de l’histoire orale et acteurs associatifs des collectes de mémoires français et italiens. L’occasion était belle de nouer des dialogues interculturels autour des contextes d’émergence, des approches épistémologiques et des pratiques de l’histoire orale dans les deux pays.

3Histoires orales française et italienne : des fondations contrastées mais des préoccupations communes

4Les interventions croisées de Giovanni Contini, Président de l’Associazione Italiana di Storia Orale (AISO) et de Florence Descamps présidente de l’AFAS ont mis en évidence les caractéristiques respectives des histoires orales italienne et française. Les oralistes italiens construisent leurs méthodes, à la fin des années cinquante, dans une logique de militantisme et de promotion des cultures professionnelles et populaires. Confrontés à l’hostilité académique et aux accusations d’infiabilité, et sous l’influence de Marc Bloch, ils privilégient une approche réflexive en interrogeant les « fausses nouvelles », les erreurs, les anachronismes, comme des matériaux supplémentaires pour la connaissance culturelle des groupes étudiés. L’entretien est un récit dialogique, dans lequel l’historien doit mesurer son propre rôle et considérer le témoin comme co-historien. Pour en savoir plus, lire la conférence de G. Contini dans ce même numéro.

5Côté français, il n’y a pas pour Florence Descamps d’histoire orale française en tant que discipline revendiquée, mais les méthodes orales sont diffuses dans de nombreux champs : histoire contemporaine, sciences politiques, ethnologie, sociologie etc. Leur émergence tardive, à la fin des années soixante-dix, dans un contexte académique fortement positiviste, conduit à une recherche de légitimité et de fiabilité qui se manifeste par le refus du témoignage unique, un recours obligatoire aux sources écrites et l’organisation actuelle des versements des sources aux institutions patrimoniales pour en favoriser la vérification.

6Des implications territoriales différentes : l’exemple de l’histoire du travail et des techniques

7La structure politique des deux pays influence aussi la recherche. Si la décentralisation des années quatre-vingts, a favorisé, quoique avec retard, la patrimonialisation des territoires, l’histoire orale française reste fortement jacobine, marquée notamment par l’histoire des corps d’état et des institutions publiques. Cette caractéristique s’avère utile pour la constitution de réseaux nationaux comme l’explique Isabelle Proux, en charge, pour le Musée du Conservatoire des Arts et Métiers, du pilotage du projet REMUT (Réseau des Musées et collections Techniques) qui fédère 400 institutions publiques ou privées à but non lucratif impliquées dans la conservation et la valorisation du patrimoine industriel, scientifique et technique. Ce réseau concrétisé par une plateforme d’échange de ressources en ligne et de bonnes pratiques se veut un point de communication transversale entre leurs acteurs : de nombreux musées sont animés par des ingénieurs et techniciens bénévoles et rares sont ceux qui, comme le musée du CNAM, disposent de spécialistes en muséologie.

8En Italie, les régions sont les moteurs historiques de la patrimonialisation. Les collectes orales auprès des entrepreneurs agricoles au sud de Milan, menées par l’équipe de Sara Zanisi, chercheuse indépendante au sein de l’association AVoce, ont bénéficié du Registro Eredita Immateriali Lombarde, dans le cadre des lois promulguées en 2004 par la Région Lombardie pour transposer la convention de l’UNESCO sur le patrimoine immatériel.

9Filmer, documenter : la question de la mise en images

10En deuxième partie de la journée les intervenants sont revenus sur l’utilisation de la vidéo au long du processus de collecte orale :

11- Rosa Olmos, responsable du service audiovisuel et archives orales de la BDIC, pour l’opération de collecte, en Algérie et en France, de 40 entretiens filmés auprès des anciens habitants des bidonvilles de Nanterre,

12- Lorenzo Bertucelli, Président de la Fossoli Camp Foundation, Antonio Canovi du Laboratoire d'Histoire des Migrations-Université de Modène et Reggio Emilia et Patrizia Molteni de l’association Italia in Rete, pour plusieurs documentaires consacrés au camp d’internement puis de déportation de Fossoli et aux trajectoires des anti-fascistes d’Emilie Romagne émigrés à Argenteuil et Liège,

13- Anna Andreotti (Cie Arsenal Fragile/Maggese), comédienne, chanteuse et ethnomusicologue, pour les spectacles où elle met en scène et incarne les témoignages et les chansons populaires collectés auprès des immigrés Italiens de Lorraine,

14- Alain Mélo pour la dramaturgie de l'exposition « Archéologie d'un rêve » à la Maison du peuple de Saint-Claude (Jura),

15Les Jardins Numériques et la Fédération d'Associations et Centres d'Emigrés Espagnols (Faceef) pour le développement des plateformes multimedia offrant des cartographies et des parcours virtuels à 360°.

16Comme le magnétophone en son temps, la vidéo, nouvel outil de l’entretien, doit être pensé, car l’histoire orale propose des explications probables et non pas sûres à 100 % et la vidéo capte l’uchronie et la profilmie. Comment les représenter dans une vidéo, par essence péremptoire, pour en faire des objets de connaissance? Sur ce point, les interrogations françaises et italiennes se rejoignent : l’entretien vidéo ne vient remplacer ni la source écrite, ni l’entretien audio mais propose des matériaux complémentaires. Il est aussi, comme les nouvelles technologies, un moyen de nouer le lien avec le grand public et de répondre à la demande sociale de mémoire.

17Pour approfondir

18Le site de l’Associazione Italiana di Storia Orale (AISO)

19http://www.aisoitalia.it/

20Les projets de l’association A Voce

21http://www.avoce.eu/avoce/category/progetti/

22La présentation du Registro Eredita Immateriali Lombarde,

23http://www.aess.regione.lombardia.it/joomla15/

24Le Réseau des Musées et collections techniques (REMUT)

25http://www.remut.fr/

26La présentation du projet Mémoire de l’immigration algérienne, Oued Souf de la BDIC

27http://afas.revues.org/2838

28Le site de la Fondation du camp de Fossoli

29http://www.fondazionefossoli.org/

30Le projet « Les gênes de l’anti-fascisme »

31http://www.resistenti.eu/

32Sur les traces de l’immigration italienne, projet musical dirigé par Anna Andreotti

33http://lamaggese.fr/?page_id=121

34Le site de l’association «La Fraternelle – Maison du peuple de Saint Claude »

35http://www.maisondupeuple.fr/

36Les lieux de mémoire et d’histoire de l’immigration et de l’exil espagnols en Ile-de-France, site réalisé par la FACEEF en collaboration avec Les Jardins Numériques.

37http://memorias.faceef.fr/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Scopsi, « Journée d’étude franco-italienne « Nouvelles figures professionnelles - Médiateurs de la Mémoire » - Synthèse », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 41 | 2015, mis en ligne le 29 avril 2016, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://afas.revues.org/2962 ; DOI : 10.4000/afas.2962

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page