Navigation – Plan du site

Éditorial

Florence Descamps

Texte intégral

1Depuis deux ans, le Bulletin de l’Association française des archives sonores, orales et audiovisuelles se propose de faire un petit tour d’horizon de l’histoire orale contemporaine et de donner un aperçu des évolutions, des tendances et des spécificités propres à chaque pays en Europe et dans le monde. Le numéro 41 proposait une conférence sur l’histoire orale italienne, un aperçu de la situation française, un compte rendu de colloque au Québec… Le numéro 42 présente en écho à ces discussions un texte de Mercedes Vilanova, extrait de son dernier ouvrage sur les déportés espagnols du camp de Matthausen, traduit en français pour l’occasion. On mesure à nouveau combien les témoignages oraux sont des constructions de la mémoire autant que du discours ; l’auteur montre ainsi comment la « production » des témoignages rétrospectifs obéit à des contraintes ou à des « horizons d’attente » et que les témoins se conforment à ce qui peut être dit ou compris à une époque donnée, y compris par les historiens qui les sollicitent…

2L’histoire orale et, avec elle, les archives orales qui en constituent une variante patrimoniale, découpent une représentation du réel selon des points de vue, celui du témoin, mais aussi celui de la personne qui questionne, celui de l’archiviste qui collecte et documente les conditions de production des documents, celui du chercheur ou de l’artiste qui réutilise et interprète les paroles enregistrées, celui du monteur qui sélectionne et met en récit les témoignages filmés, celui de l’informaticien qui crée l’architecture de la base de données, celui du public qui regarde et écoute, celui des institutions mémorielles, patrimoniales et politiques qui disent ce qu’il convient de ne pas oublier ou de constituer en mémoire collective.

3Avec la mise en ligne des enquêtes et des archives orales, cette dimension se déploie désormais à grande échelle : quels choix président à la sélection des témoignages à mettre en ligne ? Qui décide ? Combien de témoignages et pourquoi ? Comment les documenter ? Selon quelle méthodologie ? Jusqu’à quel degré ? Dans quelle intention ? Dans quels objectifs ? Pour quels publics ? La contextualisation des conditions de production des témoignages (y compris celle de l’apparition des successives machines à enregistrer) a été un des grands acquis critiques des années 2000 ; elle se redouble désormais de la documentation et de la contextualisation des conditions de diffusion, de valorisation et de publication. À cet égard, plutôt que de mise en ligne d’archives ou de témoignages, ce qui laisse à penser que ces opérations sont « neutres » et mécaniques, ne devrait-on pas parler davantage de travail éditorial ou d’édition enrichie de données (son, textes, images) et mettre l’accent sur la dimension éminemment collective et collaborative de ce travail ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Descamps, « Éditorial », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 42 | 2016, mis en ligne le 12 septembre 2016, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://afas.revues.org/2976

Haut de page

Auteur

Florence Descamps

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page