Navigation – Plan du site

Voix de déportés espagnols…

Mercedes Vilanova
Traduction de Florence Descamps

Notes de la rédaction

Les notes de bas de page de nature biographique ont été ajoutées par la rédaction.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Mercede Villanova née en 1936 à Barcelone est une historienne de la Catalogne contemporaine. Elève (...)

1Dans le Bulletin n° 41, Giovanni Contini, président de l’Association d’histoire orale italienne, revient au cours d’une conférence en France sur les origines de l’histoire orale italienne, ainsi que sur les attentes et les travaux qu’elle a suscités. Poursuivant notre tour de l’histoire orale en Europe, c’est un texte de l’historienne Mercedes Villanova1 sur les anciens déportés républicains espagnols à Matthausen que nous proposons aujourd’hui, extrait de son dernier ouvrage, Mauthausen, después, Voces de espanoles deportados, Madrid, Ediciones Cátedra, 2014. Nous remercions son éditeur de nous avoir autorisés à traduire et à publier deux chapitres de ce livre, le chapitre I Les entretiens et le récit et l’épilogue, Manuel Azaustre.

Les entretiens et le récit

  • 2 Jaume Vicens Vives (1910-1960) est un historien catalan, considéré comme l’un des rénovateurs de l’ (...)

2Je plonge en haute mer et je me souviens des paroles de Vicens Vives2 : « c’est dans les archives qu’on apprend à faire de l’histoire ». Peut-être la mer garde-t-elle des secrets depuis des millénaires ? Je nage dans les profondeurs et je n’arrive pas à voir le fond, quand un autre avertissement de Vicens me revient : « il faut seulement poser les questions qui ont des réponses ». Qu’est-ce que je fais donc face à des profondeurs dont je ne puis voir le fond ? Imperturbable, je demeure incapable de bouger, face à un azur qui avale les rayons du soleil de midi. Je ressens quelque chose de similaire quand je revis mes conversations avec les personnes qui ont fait l’expérience des camps nazis ; j’écoute leurs paroles, je les transcris avec le désir de les comprendre, mais pour moi, elles restent impénétrables comme l’azur de l’océan.

3D’autres paroles du maître résonnent maintenant : « l’histoire, c’est la chronologie, point ». Je cesse donc de regarder ce que je ne comprends pas et je m’applique à reconstruire les exploits que les survivants m’ont racontés. En groupe, on dirait qu’ils n’ont pas de visage, ils sont comme des voix anonymes ou des bouches sans nom, parce qu’ils racontent les mêmes péripéties, avec des paroles identiques. Quand je contemple ces témoins un à un, ce sont comme des rochers qui se détachent du fond de leurs consciences, ce sont des arbres solitaires oubliés dans des lieux peu irrigués, ce sont des présences qui émeuvent. Lentement je dessine leurs profils biographiques et je m’étonne qu’après ce qu’ils m’ont dit, ils soient toujours là. A l’époque j’ai parlé avec eux, mes yeux rivés aux leurs, mon âme vidée de mon moi, le cœur proche et les oreilles bien ouvertes.

4De retour à la maison, après les avoir rencontrés, le découragement me frappait et je tardais des heures, parfois des jours, à réagir ; j’ai pensé que cet accablement était dû au poids de ce que j’avais écouté. Maintenant, je sais que je n’étais pas abattue par ce qu’ils m’avaient dit, mais au contraire, par ce qu’ils avaient passé sous silence, par ce qu’ils avaient occulté, par ce qu’eux-mêmes ne savaient plus, ou avaient oublié, bloqué. C’est là le mur que je n’ai pu traverser, le silence qui cherchait à me vaincre, la frontière que je n’ai pas franchie ; je ne me suis pas rendue compte de comment on vit après l’enfer dont ils m’ont parlé ; peut-être les ai-je écoutés comme celui qui en filmant, fait un balayage, en enregistrant les mots, sans plus.

  • 3 Mercedes Vilanova, Las mayorías invisibles: explotación fabril, revolución y represión, Barcelona, (...)

5Je suis allée les voir sans prévoir que j’allais cesser d’être l’historienne accrochée aux documents, car en pénétrant dans les camps conduite par la main des victimes, d’autres interrogations ont surgi, qui ont réorienté ma manière de faire et de regarder. En allant vers eux, je ne me suis pas demandé si j’étais ou non préparée à accueillir ces paysages paralysants - parfois jusqu’à l’hypnose - que provoquent les images mille fois répétées de l’horreur nazie. Stupidement, je me croyais suffisamment armée par mon expérience professionnelle, du fait que les personnes que j’allais interviewer étaient issues des entrailles d’une république petite-bourgeoise engagée dans la démocratisation de l’Espagne et d’une révolution sociale anarcho-syndicaliste qui voulait changer le monde : ces gens et ces thèmes, je les connaissais bien3 ! Pendant des décennies, j’ai été plongée dans les histoires de personnes qui n’avaient pas laissé de traces, de femmes et d’hommes invisibles pour l’histoire écrite, j’avais frôlé des abîmes anonymes difficiles à éviter, j’avais entrevu les nuances des « voix sans lettres » des illettrés, et je m’étais familiarisée avec le rôle de premier plan de cette militance, parfois trompeuse, qui prétend que l’histoire fut telle qu’ils l’ont souhaitée et qu’ils voudraient que je la raconte. Après avoir passé autant d’années à la tâche, était-ce possible que je ne fusse pas préparée ? Avoir pensé que je pouvais mener à bon port ces entretiens fut une inconscience, même si cette ignorance a finalement été un succès, car je n’ai pas eu l’astuce d’utiliser un viseur pour atteindre la cible.

  • 4 Neus Català Pallejà, née en 1915, membre des Jeunesses socialistes de Catalogne durant la guerre d’ (...)

6Les dialogues que nous avons menés sans hypothèses précises ont été comme des vols d’oiseaux dans le ciel bleu, des vols qui ne contiennent pas de voix de femmes, car à Mauthausen il y a eu très peu de femmes, et peut-être aucune espagnole, ou du moins je n’ai pas su la trouver. Elles auraient apporté un autre humour, un autre climat, elles auraient ouvert d’autres fenêtres, comme les prisonnières de Ravensbrück l’ont fait, comme Neus Català me l’a expliqué4 : « dans le camp, nous faisions tout en riant car en riant, tu oubliais le mal et tu faisais rire les autres aussi ». Les hommes, dans le meilleur des cas, racontaient des blagues, mais ipso facto ils commentent en disant qu’ils ne riaient pas. Est-ce vrai ?

7Sans m’en rendre compte, j’ai agi comme la plongeuse que j’avais été et non pas comme l’historienne que je prétendais être, et les expériences de ma jeunesse ont resurgi sans crier gare. Instinctivement, j’ai su que je devais être prudente, que je ne devais pas aller au fond des consciences, que l’absence de gravité ne devait pas me faire perdre le nord, car en écoutant avec passion comme je l’ai fait, il y a toujours un risque que la magie se brise, si l’on se précipite pour écouter, enquêter, savoir... Quand il ne souffle aucune brise et que le silence ne parle pas, l’absence de communication peut démâter quiconque ; heureusement, cela ne m’est pas arrivé, et ceci, je le dois à la mer.

8Les sources orales conduisent par des chemins insolites, on ne sait jamais à l’avance où elles nous mènent. Les témoins me montraient des photos comme des raccourcis pour que je puisse saisir ce qu’ils n’expliquaient pas : « regardez, comme j’étais beau, regardez comme ils nous traitaient, regardez les fils barbelés ». Je ne cherchais ni ne voulais de raccourcis pour savoir comment ils avaient atteint leur but, construit leur destin, je voulais savoir ce qu’ils vivaient maintenant, ce qu’ils avaient vécu, ce qu’ils ressentaient, ce qu’ils avaient ressenti. Au-delà des images et des raccourcis, je voulais sûrement quelque chose d’impossible : entendre des voix qui ne me mentiraient pas. Les chemins apparaissaient derrière leurs silences et les miens, dans l’obscurité des consciences. Pourquoi n’ai-je pas questionné davantage et mieux ? Pourquoi n’ai-je pas réagi contre leurs histoires et leurs anecdotes mille fois répétées, copiées, dépassées ?

  • 5 María Zambrano (1904-1991) est une philosophe espagnole, engagée dans la Guerre d’Espagne du côté r (...)

9Nos dialogues que j’ai écoutés une fois, une autre fois et encore une fois, sont comme le bruit de plusieurs sources qui veulent jaillir, mais pris dans le va-et-vient entre le taire et le dire, ils insistent tous sur cette impuissance : « on ne peut pas raconter, c’est impossible d’expliquer ». Impossible ? María Zambrano a écrit5 : « il y a des choses que nous voudrions oublier, quelques-uns parlent de blocage, d’autres de rejet. Dans un monde sans dieux, même sans Dieu, l’enfer peut-il exister ? Dans l’Evangile, on répond à Lazare que personne n’y a été, ou plutôt que personne n’en est revenu, et que pour cette raison, on ne sait pas si l’Enfer existe. Quelque chose qui m’a poursuivie et me poursuit encore c’est l’inquiétude de savoir si le fait de savoir que l’enfer a existé nous a servi à quelque chose. Toute cette douleur s’est volatilisée comme la fumée des foyers. »

Le récit

10A Mauthausen, on a pu observer le comportement humain dans des conditions infrahumaines d’exploitation et d’extermination. Le récit que j’ai construit raconte comment quelques républicains espagnols ont été emprisonnés dans les camps, comment ils se sont arrangés pour survivre et comment ils ont vécu après (leur déportation). A leur arrivée dans le camp, leur place était liée à leur histoire personnelle, mais une fois à l’intérieur, cette place a été celle qu’ils ont occupée dans le camp : « le monde des prisonniers de Mauthausen était comme le monde extérieur. Je l’ai tout de suite compris, mais il y en avait d’autres qui ne le comprenaient pas... il fallait comprendre qu’à l’intérieur du camp, ton rang n’était pas en rapport avec ce que tu avais été à l’extérieur, mais en rapport avec ce que tu étais dans le camp. » (Joaquin Lopez Raymundo)

11Les hommes que j’ai interviewés ont été vaincus par l’armée franquiste et se sont exilés par crainte de la répression, et parmi toutes les victimes de la guerre civile espagnole, leur destin a été le plus cruel, le plus tragique et le plus humiliant. Pendant tout le périple de leur exil, qui a duré dix années ou plus, parfois toute leur vie, ils ont été marqués au fer rouge en tant que républicains, même si c’est la deuxième guerre mondiale qui les a déportés vers les camps, au moment où l’armée allemande les a encerclés avec l’armée française pendant la guerre éclair qui a dévasté la France au printemps 1940. De leur périple, le moment le plus décisif fut sans doute quand l’armée républicaine traversa les Pyrénées, pendant l’hiver 1939, et que les gendarmes français les obligèrent à rendre les armes et qu’ils cessèrent d’être soldats. Sans armes, sans uniformes ni hiérarchie militaire, sans aucune protection légale, bien contre leur gré, ils n’ont pas été considérés comme des réfugiés politiques ni ensuite comme des prisonniers de guerre. C’étaient des civils, même s’ils travaillaient pour l’armée française, encadrés dans les dites « compagnies de travaux » et ils ont été sur tous les fronts ; mais leur tâche était de manier le pic ou la pelle, et non le fusil. Dans les camps, ils furent apatrides, parce que Franco n’a pas voulu les reconnaître ; ils se sont vus imposer le triangle bleu, celui des déportés et non pas la couleur rouge que portaient avec fierté les prisonniers politiques d’autres nationalités.

12Ce sont des hommes qui faisaient partie d’une certaine élite dans l’Espagne des années trente au siècle dernier, parce qu’ils savaient tous lire et écrire et parce qu’ils provenaient de familles de militants républicains connues. Ils peuvent aussi être considérés comme des privilégiés, du fait qu’ils sont parvenus à la vieillesse en bonne santé ; fragiles ou forts, ils ont tous su traverser la tempête. Pour améliorer leur condition de vie dans les camps, ils ont fait tout ce qui était possible de faire ; s’ils avaient un métier, ils arrivaient à obtenir des travaux moins durs ; plus âgés, ils avaient plus d’expérience mais moins de résistance. Michael Pollak a souligné les caractéristiques qui expliquent la survie dans les camps6 : la force, la beauté physique, les connaissances, la capacité d’apprentissage et un savoir-faire relationnel.

13S’ils comprenaient que la structure sociale et l’organisation du travail étaient une réplique de la société où ils étaient nés et où ils avaient vécu, ils ont plus facilement escaladé la hiérarchie administrative du camp et du travail. Les règles devaient être exécutées sous peine de mort ou de torture ; mais s’ils faisaient bien leur travail, s’ils montraient des compétences spécifiques, s’ils connaissaient des langues et pouvaient servir d’interprètes, ils se voyaient donner un pouvoir de gestion sur la vie des autres. Une fois intégrés, ils ont progressivement obtenu une certaine liberté, et dans les temps libres, ils ont pu jouer ou regarder le football, faire de la boxe, écrire et faire du théâtre, se promener et même avoir un salaire ou accéder au bordel du campement. Leur motivation était de monter dans la hiérarchie, et de fait, presque toutes les personnes que j’ai interviewées ont occupé des postes d’une plus ou moins grande importance : « nous avons tous survécu pour une raison ou une autre ».

14Ils étaient soumis à une hiérarchie stricte dans laquelle voler du pain à son voisin n’était pas une question de morale, car pour monter en grade, il fallait accepter les conditions du partage ; celui-ci consistait à laisser une part plus abondante aux « seigneurs du camp », qui pouvaient dès lors pratiquer la solidarité ou la charité, en laissant les restes, par exemple près des ordures, et prévenir leurs protégés de cette réserve : « on t’appelait : - dans ce coin, à l’extérieur de la baraque, à côté des ordures, tu trouveras de la nourriture, mange-la en totalité, ne l’emporte pas sinon ils vont te demander qui te l’a donné. Si on te trouve en train de manger tu diras que c’était dans les ordures- » (Marcel Mayans). A aucun moment, ils ne luttent pour améliorer le système de répartition : on se tait et on mange. Ceux qui ne montent pas dans la hiérarchie, ceux qui n’ont pas de protection ou n’ont pas accès aux déchets des bien-nourris, meurent. Mais pour avoir une protection, il faut se plier aux ordres des nazis et de leurs collaborateurs, c’était la loi du camp. Dans une situation aussi extrême, ils ont mis à l’épreuve « les armes des faibles », de ceux qui, sans pouvoir lutter ni résister contre l’ennemi, ont dû collaborer. Personne n’a le droit de les critiquer, mais le besoin social de faire des survivants des héros et d’unir leur destin à l’Holocauste juif a fait que les survivants ont tendance à cacher la manière dont ils se sont débrouillés pour arriver là où ils en sont arrivés. On affirme qu’ils ont été des héros et qu’ils résistèrent au nazisme, mais ce n’est pas le cas ; dans le camp ils ont collaboré sans se sentir traitres et ensuite, ils ont dû effacer ce sentiment. Ils sont entrés dans un engrenage, et une fois à l’intérieur du camp, ils m’ont dit qu’ils avaient cessé d’être des personnes – « je ne savais pas ce que je faisais » - mais leurs actes ont eu des conséquences irréversibles pour ceux qui moururent ; leur tragédie a été de se heurter à un conflit de devoirs, et pour continuer à vivre, ils ont dû prendre des décisions parfois très rapidement.

15Les historiens et les médias ont proclamé aux quatre vents la cruauté des nazis et ils l’ont enseignée, y compris de façon obligatoire, aux adolescents des collèges. Notre société utilise les victimes pour se justifier et assassiner virtuellement et sans coûts quelques bourreaux ; pour cette raison, nous sommes responsables de l’imposture d’hier et d’aujourd’hui. On utilise les anciens survivants pour raconter leurs souffrances et on les promène de salle de classe en salle de classe comme des marionnettes : « en 1998 j’ai été à Mauthausen quatre ou cinq jours avec Antena 3 ; depuis, les enseignants en histoire disent que je suis un professeur d’histoire ambulant, c’est-à-dire qu’il me présente comme la femme à barbe dans les foires » (José María Aguirre). « Ma vie est comme un roman », m’ont dit plusieurs d’entre eux. Quand j’ai demandé à Neus Català quel était l’aspect le plus positif de son expérience, sa réponse jaillit de manière fulminante : « résister, un grand souvenir, une victoire, une victoire…je voulais lutter contre la mort, lutter contre l’ennemi, une victoire pour les gens qui ont pu vivre et qui m’a permis de me rappeler que nous avions toutes juré que tant qu’il y aurait la vie nous vivrions, parlerions et nous nous souviendrions ». J’ai demandé alors : « la victoire, n’est-elle pas contradictoire avec la culpabilité ? » Sa réponse a été brève et sûre : « non, rien à voir, l’être humain est complexe ».

  • 7 María Zambrano, El sueño creador, 1965. La citation vient de La razón en la sombra: antología criti (...)

16Imposteurs et victimes s’étendent sur les mêmes anecdotes ; les clichés les plus répétés ont trait à la carrière de pierres de Mauthausen : ils racontent que quelques-uns se lançaient d’en haut ou qu’ils étaient poussés à le faire ; on les appelait « les parachutistes ». Ils racontent comment ils se débrouillaient pour monter d’innombrables et lourdes pierres par des marches dépareillées et comment ils glissaient et tombaient dans l’abîme. Ces récits font perdre de vue l’édifice, car ils font référence seulement aux accidents et, surtout, à la misère des autres, à la méchanceté des autres, toujours celles des autres, jamais la leur. A posteriori, ils croient sincèrement ce qu’ils disent et acceptent le discours officiel de la société actuelle, car on ne leur permet pas d’aller plus loin. María Zambrano a écrit : « le linteau impossible à franchir a congelé complètement la liberté, il reste prisonnier de son passé, et son passé avance sur lui, l’enveloppe comme une fatalité dans des rêves, à l’intérieur d’un cercle magique : un sépulcre fermé à la résurrection »7.

  • 8 Joan Reglà (1917-1973) est un historien catalan, disciple de Vicens Vives, spécialiste du royaume d (...)
  • 9 « L’amour « supporte tout » et « endure tout » (Paul, I Cor, XIII, 7). Cette phrase dit tout. On ne (...)

17Arrimée à mon métier d’historienne, j’étais convaincue que le contexte social dans lequel ils étaient nés pouvait expliquer pourquoi les uns avaient été déportés vers les camps et les autres pas, et pendant que je réfléchissais, quelques paroles de Joan Reglà me sont venues en aide8 : « l’histoire est imagination et concepts ». J’ai alors regardé les témoins sous une autre lumière et je me suis demandé si j’avais le droit d’imaginer ce qu’ils avaient fait, pensé faire ou ce qu’il n’avaient pas fait. J’ai su enfin que je ne devais pas m’inquiéter de questions sans réponses, que je devais mettre mon énergie à chercher des concepts pour pouvoir, peut-être, ensuite imaginer, avec la même hardiesse que l’auteur de la Genèse quand il décrit l’existence dans le Paradis de deux arbres magiques, l’arbre de la Vie et l’arbre de la Connaissance du Bien et du Mal, et qu’il place près de l’homme et de la femme leur adversaire sous forme de serpent. Comme Jung, je me suis demandé si Saint Paul, qui a affirmé que l’amour supporte tout9, a voulu aussi nous dire qu’il tolère le mal. Ces paroles ne sont-elles pas un fruit de Dieu ?

Épilogue : Manuel Azaustre

  • 10 Les interviews de Manuel Azaustre et de Jorge Semprún ont été publiées à la suite de l’article de C (...)

18Il est difficile de saisir ce qui est valable et certain dans les dialogues congelés des sources orales. Obnubilée par la masse de paroles collectées, je me suis souvenue de ce conseil lumineux : « cherche l’insolite, sois attentive à l’inimaginable ». Les documents et statistiques qui se trouvent dans les archives peuvent représenter un avant et un après, ils peuvent être des brèches ouvertes entre des abîmes ou des cieux qui réorientent le temps linéaire. J’ai vécu mon zénith professionnel en me trouvant face à face avec Manuel Azaustre et son épouse María Gascón ; l’impact fut comparable à l’émotion que j’ai ressentie quand je m’immergeais dans l’azur. A leurs côtés, j’ai su avec la force d’un éclair que j’étais devant une réalité que je n’avais jamais imaginée auparavant. La présence de Manolo Azaustre a rempli le salon de sa maison où nous parlions, et tout en mesurant nos forces, nous nous regardions face à face en nous défiant avec dignité : pour lui c’était la première fois qu’il accordait un entretien – « on ne m’a jamais fait ça » –, et moi, malgré l’enchantement, je ne me suis pas démontée10.

19A Mauthausen, Azaustre a appris à être un homme, à apprécier autrui : « j’ai appris à être humain, à considérer les gens, vous ne trouvez plus ceci aujourd’hui, le respect pour les gens on ne le trouve plus aujourd’hui, j’ai appris qu’un être humain avait une grande valeur ; de moi, Mauthausen a fait un homme, vous me comprenez ? Je suis entré jeune, vous imaginez vingt et un ans ?, et quand je suis sorti, je suis sorti fait homme, en ayant acquis une humanité, une chose… ». J’ai commenté : « ceci est fantastique ». Il m’a répondu : « Oui, mais il te faut passer par Mauthausen pour ça, pour comprendre la valeur d’une personne, parce que chaque personne a une valeur et il faut la comprendre ».

20La société qui a emprisonné les républicains espagnols les a obligés à collaborer avec le système des camps de concentration pour ne pas mourir et quand ils ont été libérés, cette société ne leur a pas permis de dénoncer le dilemme auquel ils ont été soumis. Ensuite elle les a convertis en héros et leur a donné des honneurs et des médailles tout en les forçant à tenir un discours qui les a enfermés dans des impasses, non par ce qu’ils passaient sous silence mais par ce qu’ils disaient. Serait-ce l’enfer dont María Zambrano parle ?

  • 11 Zygmunt Bauman, juif né à Poznań en Pologne en 1925, est un sociologue possédant la double national (...)
  • 12 Les deux Mémoires est un film documentaire historique de Jorge Semprun, 1972-1974, qui se présente (...)

21Zygmunt Bauman affirme que dans les camps, malgré tout, ils ont pu vivre une décision personnelle11. Azaustre le démontre. Il a été un communiste qui a lutté comme un tigre quand c’était nécessaire en Autriche ou en Espagne. Il avait commencé à travailler à douze ans, il n’avait pas fait d’études, il ne savait pas s’exprimer, et Semprún l’a fait disparaître en l’effaçant de son film Las dos memorias12 ; après, ni la radio, ni la télévision, ni les écoles, ni les universités, ni les historiens ne se sont préoccupés de le retrouver. Peut-être l’aspect insolite des archives et les perles merveilleuses de la vie, est-ce justement cela, proche et invisible à la fois, ce que nous ne voulons pas voir ni savoir, parce que cela risque de nous remettre en question. Manuel Azaustre m’a dévoilé une partie de sa vie, conscient de sa valeur et, à la fin de la rencontre, il a donné l’autorisation pour que ses paroles puissent être utilisées et déposées dans le Visitors Center de Mauthausen, en disant clairement qu’il le faisait pour qu’on sache « ce que personne ne sait ».

Haut de page

Notes

1 Mercede Villanova née en 1936 à Barcelone est une historienne de la Catalogne contemporaine. Elève de l’historien Jaume Vicens Vives, elle occupe la chaire d’histoire contemporaine à l’université de Barcelone de 1993 à 2006. Elle enseigne dans plusieurs universités européennes et américaines et a été chercheur associé à l’Institut d’histoire du temps présent à Paris. Elle fonde en 1989 la revue Historia, Antropología y Fuentes Orales et préside l’Association internationale d’histoire orale de 1996 à 2000. (ndlr).

2 Jaume Vicens Vives (1910-1960) est un historien catalan, considéré comme l’un des rénovateurs de l’historiographie espagnole. (ndlr).

3 Mercedes Vilanova, Las mayorías invisibles: explotación fabril, revolución y represión, Barcelona, Icaria, 1995; Voces sin letras: analfabetos en Baltimore, Barcelona, Anthropos, 2005; The Fourth World : Baltimore Narratives, 1990, Istanbul, Bogaziçi University Publication, 2005 ; « Anarchism, Political Participation, and Illiteracy in Barcelona between 1934 and 1936 », American Historical Review, February 1992; “Oral History and Democracy : Lessons from illiterates”, in Donald A. Ritchie (dir. ), The Oxford Handbook of Oral History, Oxford University Press, 2011. (ndlr).

4 Neus Català Pallejà, née en 1915, membre des Jeunesses socialistes de Catalogne durant la guerre d’Espagne, est la dernière survivante espagnole du camp de Ravensbrück. (ndlr).

5 María Zambrano (1904-1991) est une philosophe espagnole, engagée dans la Guerre d’Espagne du côté républicain. Elle a vécu 46 ans en exil. (ndlr).

6 Michael Pollack, né le 26 juillet 1948 à Vienne et mort le 7 juin 1992, est un sociologue et historien autrichien. Chercheur au CNRS et membre de l’IHTP à Paris à partir de 1982, il a mené de nombreux entretiens avec des rescapés des camps de concentration et publié « Le témoignage », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 62-63, 1986, p. 3-29 ainsi que L'Expérience concentrationnaire, Essai sur le maintien de l'identité sociale, Paris, Métailié, 1990. (ndlr).

7 María Zambrano, El sueño creador, 1965. La citation vient de La razón en la sombra: antología critica, Jesús Moreno Sanz (dir.), Madrid , Siruela, 2003, p. 369.

8 Joan Reglà (1917-1973) est un historien catalan, disciple de Vicens Vives, spécialiste du royaume de Catalogne au XVème et au XVIème siècles. (ndlr).

9 « L’amour « supporte tout » et « endure tout » (Paul, I Cor, XIII, 7). Cette phrase dit tout. On ne peut rien ajouter. Car nous sommes, dans le sens plus profond, les victimes et les instruments de l’amour cosmogonique », C.G. Jung. Recuerdos, sueños, pensamientos, Barcelona, Seix Barral, 2012, p. 413.

10 Les interviews de Manuel Azaustre et de Jorge Semprún ont été publiées à la suite de l’article de Carlos Fernández, “Jorge Semprún y Manuel Azaustre. Dos vidas contadas”, Historia, Antropología y Fuentes Orales, nº 35, 2006, p. 83- 119.

11 Zygmunt Bauman, juif né à Poznań en Pologne en 1925, est un sociologue possédant la double nationalité britannique et polonaise. D’abord marxiste et membre du parti communiste polonais, ancien professeur de philosophie et de sociologie à l’université de Varsovie, il s’exile en 1968 en Israël puis en Angleterre à l’université de Leeds (1971-1990). Son parcours intellectuel le mène d’une critique de l’orthodoxie communiste à la critique de la société moderne et du rôle politique et social de l’Etat, puis à la définition et à la qualification de la société post-moderne. Il a publié en 2002 Modernité et Holocauste, traduit en français en 2008. (ndlr).

12 Les deux Mémoires est un film documentaire historique de Jorge Semprun, 1972-1974, qui se présente comme «  une enquête sur les mémoires républicaine et franquiste », appuyée sur des entretiens réalisés en France et en Espagne, sur des images d’archives de la guerre civile et des actualités de la période franquiste. Avec les voix de Maria Casarès, Yves Montand, François Périer, Georges Kiejman, Costa-Gavras, Florence Delay. (ndlr).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mercedes Vilanova, « Voix de déportés espagnols… », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 42 | 2016, mis en ligne le 14 septembre 2016, consulté le 23 août 2017. URL : http://afas.revues.org/2977 ; DOI : 10.4000/afas.2977

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page