Navigation – Plan du site

Mémoires de Résistances : la valorisation numérique d’une collecte de mémoire orale

Nicolas Cournil

Texte intégral

1Cet article fait suite à la journée d’étude du 28 mai 2015 « Écouter les archives orales du XXe siècle. Conflits, répression et militances en Europe », organisée par Rail et Histoire en partenariat avec les Archives nationales. Cette journée s’inscrivait dans le cadre de la présentation de l’exposition « Voix cheminotes ».

  • 1 Il convient de signaler ici l’enquête orale à la fois pionnière et de très grande envergure engagée (...)

2Avant la disparition des derniers témoins, les Archives départementales de la Dordogne ont engagé en mars 2009 une campagne de collecte de témoignages oraux sur la Résistance et la déportation1. Menée en partenariat avec l’association Centre départemental de la Mémoire (CDM) – une association amie du musée de la Résistance nationale – cette enquête visait à constituer un corpus de témoignages sur la Seconde Guerre mondiale en Dordogne.

3Après la phase de collecte est venue l’opération de classement, menée par tout service d’archives en vue de la communication d’un fonds au public. Puis la valorisation de ce fonds, enregistré et conservé au format numérique, a été envisagée via sa mise en ligne sur un site dédié.

Les objectifs de l’enquête

4L’enregistrement sonore de la mémoire des témoins constitue pour les Archives départementales une source complémentaire de l’histoire locale. En effet, les principales sources de l’histoire de la Résistance sont les documents de l’administration : les Archives départementales conservent des documents publics qui, pour la période de la Seconde Guerre mondiale, sont essentiellement les fonds du cabinet du préfet (où l’on trouve notamment les rapports de gendarmerie, ou encore les rapports du Préfet au ministre de l’Intérieur), les fonds des commissariats de police, ou encore des affaires militaires. Ces documents livrent le point de vue des autorités qui pourchassent et traquent les Résistants, lequel est partiel, parfois erroné. Ainsi, certains rapports indiquent l’existence de groupes nombreux et armés, alors qu’aujourd’hui nous savons qu’ils ne comptaient que quelques hommes très insuffisamment équipés. À l’inverse, des réseaux décapités font l’objet de rapports extrêmement précis sur leur organisation. Parfois de rares fonds privés peuvent compléter les sources disponibles, mais peu de documents relatifs à l’action de la Résistance sont antérieurs au mois d’août 1944, moment de la Libération. L’activité clandestine de la Résistance n’a généré – on le comprend aisément – que de rares traces. Dans ce contexte, le témoignage oral vient compléter les sources et éclairer des faits.

5Pour engager la collecte, une liste de témoins a été constituée avec le Centre départemental de la Mémoire, et le concours du service départemental de l’Office national des anciens combattants (ONAC). Le choix des acteurs de cette période de l’histoire était fondé sur le principe de la meilleure représentation possible des différentes formes de résistance, des mouvements et des parcours, mais aussi sur l’urgence liée à l’âge et l’état de santé de certains témoins.

6Les méthodes de la recherche en sciences sociales ont été privilégiées afin de recueillir des témoignages affranchis des cadres formatés, et de valoriser la diversité des origines sociales, des parcours et des engagements. Pour cela, la méthode du recueil de récits de vie a été retenue dans le cadre d’entretiens semi directifs et approfondis. Des thèmes de recherche avaient été préalablement définis lors de travaux préparatoires avec l’association Centre départemental de la Mémoire.

7Deux campagnes de collecte se sont succédé en 2009 puis 2010-2011. La seconde campagne s’est appuyée sur les enseignements tirés de la première phase d’enquête : la collecte a favorisé les récits des résistantes et des combattants des Forces françaises libres, et recherchait l’équilibre géographique.

Le bilan de la collecte

8Au terme des deux campagnes le corpus est constitué de quatre-vingt-six témoins, pour une durée totale de plus de cent soixante-seize heures d’enregistrement.

9Les témoignages présentent des thèmes communs comme les conditions sociales et politiques de l’émergence de formes de résistance, les modalités de l’entrée en Résistance, le fonctionnement clandestin d’un maquis, le quotidien des résistants dans la clandestinité ou dans la légalité, la multiplicité des formes de résistance mais aussi le rôle décisif de la population rurale. Les déportés ont parlé quant à eux des actions vitales menées par les organisations clandestines des camps de la mort, le quotidien et les formes de résistance déployées pour survivre. La construction d’une identité politique dans les camps, fondée sur l’espoir d’une nouvelle société à la Libération est également un thème récurrent. On remarque également l’apparition d’une typologie de formes de résistance qui met en avant l’action non armée et les formes de résistances dites passives.

10Parmi les témoins, 56 sont des Résistants : 28 étaient engagés parmi les Francs-tireurs et partisans français (FTP-F), et 28 dans l’Armée secrète (AS). Il est à noter que deux périgourdins qui ont résisté avec les partisans tchécoslovaques et soviétiques ont été enregistrés.

11On compte également 14 Français libres, appartenant aux différentes armes : forces navales françaises libres (FNFL), 1ère division française libre (1ère DFL), 2e division blindée (2e DB), et enfin deux périgourdins parachutistes du Special air service (SAS) de la France libre.

127 déportés ont livré leur témoignage sur la vie concentrationnaire à Dachau, Buchenwald, Auschwitz et Mauthausen, pour ne citer que les principaux camps.

13À cela, il faut ajouter 9 témoignages de personnes qui ont appuyé la Résistance, décrit le quotidien sur la ligne de démarcation en Dordogne, ou encore assisté à la libération du département au mois d’août 1944. Enfin, une expérience d’entretien collectif de Résistants sur les lieux de leur maquis a été menée avec succès : les anciens du maquis Bernard de l’Armée secrète ont vu leurs souvenirs ravivés par leurs échanges en forêt de Groléjac.

Traitement archivistique

14Chaque enregistrement sonore est encadré par un contrat de cession de droits dans lequel le témoin choisit les conditions de communication et de copie de son témoignage, selon le cadre juridique en vigueur. Les témoins ont majoritairement donné leur accord pour la communication, incluant la perspective de valorisations futures.

15Mais avant toute mise à disposition du public ou valorisation, les témoignages sonores sont classés. Il s’agit en premier lieu de créer des plages audio – sans altérer ni l’ordre du discours ni le propos – et de définir pour chaque plage sa durée et le thème abordé. Après ce traitement, dit chrono thématique, une fiche est saisie avec le logiciel Arkheia afin de former un instrument de recherche. Celui-ci comporte des informations techniques, le contenu du témoignage ainsi que des descripteurs facilitant la recherche. Il s’agit d’index géographiques, des noms de personnes citées, des groupes de Résistance notamment. Par ailleurs, chaque producteur-informateur, c’est-à-dire chaque témoin fait l’objet d’une biographie succincte.

16Pour la partie technique, les témoignages sont conservés sur un serveur informatique sécurisé sous deux formats (wave et mp3).

La valorisation du fonds sonore : un site Internet et un projet artistique

17Avant même la fin de la collecte, une réflexion sur la valorisation numérique de ce fonds a été engagée en équipe aux Archives départementales de la Dordogne (la direction et le service des publics et de la médiation). Dans cette perspective, le travail de classement a permis de dessiner les outils de recherches et les formes de consultation. Par ailleurs, il est apparu très tôt qu’un espace documentaire devait également accompagner ce fonds sonore et que des outils devaient être adaptés.

18Mémoires de Résistances est né de la vocation de communication des documents du service d’Archives, de la volonté politique du Conseil général de la Dordogne mais aussi de l’objectif de transmission porté par l’association Centre départemental de la Mémoire. Ce projet a rencontré l’opportunité offerte par la Banque numérique du savoir d’Aquitaine (BnsA), devenue aujourd’hui Aquitaine Cultures connectées2. Ce programme, coordonné par l’État et la région Aquitaine soutient les projets numériques de valorisation du patrimoine aquitain.

19Mémoires de Résistances a été conçu autour d’une démarche dynamique dans laquelle le passé sert à éclairer le présent, afin que le public puisse se saisir des problématiques et des enjeux de cette période de l’histoire. Le site est organisé autour de trois volets que l’on visualise dès la page d’accueil : des témoignages audio, des dossiers et ressources documentaires et un regard artistique.

  • 3 Les services d’archives départementales sont dotés d’un cadre de classement commun. Celui-ci permet (...)

20Le volet audio se décline en deux parties : d’une part l’écoute intégrale des témoignages et d’autre part l’écoute d’extraits sonores thématiques. Les enregistrements des témoins sont disponibles en écoute intégrale ou bien par pistes, identifiées par thème, avec possibilité d’en découvrir le contenu avant l’écoute (en cliquant sur le lien « en savoir plus »). Un outil est à disposition de l’internaute pour effectuer une recherche par témoins, sujets, lieux, événements et personnes citées. C’est le classement, réalisé avant la valorisation, qui a permis la mise en œuvre de ces outils de recherche et de consultation. Ces derniers, produits de l’archivistique, ont parfois fait l’objet de choix de médiation. En effet, le « thésaurus W3 » cher aux archivistes et indispensable à une indexation cohérente, peut parfois révéler ses limites pour la médiation. Le terme désigné pour « avion » (souvent utilisé par les témoins pour expliquer un parachutage) est « aéronef » selon le thésaurus. Dans Mémoires de Résistances, le terme retenu est finalement « avion », afin de faciliter la recherche. Ce cas reste toutefois marginal.

21Il est à noter que l’ensemble des enregistrements n’est pas accessible : certains témoins ont souhaité que leur témoignage ne soit pas diffusé en ligne. Dans ce cas, l’écoute demeure toujours possible en consultation aux Archives départementales de la Dordogne.

22Le volet ressources documentaires est conçu autour de deux grands ensembles : des ressources documentaires et des dossiers documentaires thématiques. Ces derniers sont conçus sur un thème (le sabotage du rail par exemple) et constitués de documents d’archives et d’iconographie, associés à des extraits de témoignages. Les ressources documentaires, quant à elles, rassemblent des documents numérisés provenant des fonds des Archives départementales, proposés par thèmes et restitués dans leur contexte. Ces ressources sont consultables et téléchargeables. Un outil permet de mener des recherches parmi ces documents avec plusieurs entrées : thème, mot-clé, dates, fonds (les fonds sont intitulés « collection » sur le site), ou encore par type (images, sons ou documents).

23Dans ce volet, une bibliographie indicative de la Seconde Guerre mondiale est également proposée avec des outils pédagogiques : un dossier consacré au Concours national de la Résistance et un lien vers les fiches pédagogiques réalisées par le service éducatif des Archives départementales de la Dordogne.

  • 4 Du 11 avril au 2 juin 2013 les œuvres ont également été présentées au château de Monbazillac, dans (...)

24Le volet regard est consacré à une création artistique. En effet, l’enquête orale a été accompagnée du regard de Frédérique Bretin, artiste photographe. En contrepoint de la collecte, son travail a consisté à réinterpréter les lieux de mémoire évoqués par les témoins. Par l’écoute des témoignages, complétée d’une recherche de documents aux Archives départementales, Frédérique Bretin a examiné la Seconde Guerre mondiale et la Résistance en Dordogne. Au cours de l’automne 2010 elle a arpenté les lieux décrits par les témoins pour les restituer – de manière non exhaustive – avec des photographies inscrites dans le présent. Fondées sur le constat d’une absence majeure de traces, les photographies de Frédérique Bretin ont interrogé le statut de la mémoire, sa fragilité ainsi que la notion de vigilance. L’œuvre réalisée puise dans les éléments visuels inscrits dans le paysage présent et s’en sert pour relier la mémoire des lieux à la réalité du moment. 35 photographies sont présentées dans le volet Regard artistique, accompagnées de la démarche de l’artiste et du contexte de création. Un tirage de ces photographies avait été exposé accompagné d’extraits audio de l’enquête aux Archives départementales de la Dordogne du 10 décembre 2012 au 1er mars 20134.

25Sur chacune des pages de Mémoires de Résistances, des repères et outils sont disponibles : en bas de page une chronologie, ainsi que le lexique et les signets. En haut de page un repère permet à l’internaute de savoir dans quel partie du site il navigue et lui offre la possibilité d’accéder aux autres volets. Enfin, toujours dans le haut de page, un outil de recherche dans l’ensemble du site est disponible.

26Aujourd’hui le site Mémoires de Résistances connait une fréquentation en hausse (11 700 sessions en 2015 et 38 254 pages vues). On note également qu’il est utilisé par les enseignants, et qu’il devient, par son formulaire de contact, un lien entre les internautes et les Archives départementales de la Dordogne. En effet, il produit des demandes de recherche sur des parcours individuels de Résistants ou encore sur des évènements locaux sous l’Occupation.

Mémoires de Résistances : http://memoires-resistances.dordogne.fr/

Haut de page

Notes

1 Il convient de signaler ici l’enquête orale à la fois pionnière et de très grande envergure engagée dès la Libération par la Commission d’histoire de l’occupation et de la libération de la France (CHOLF), puis Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Les témoignages étaient transcrits, en certains cas réécrits. Ce fonds a été dévolu aux Archives nationales, et forme la sous-série 72 AJ 35-89. Ces documents ont été numérisés et sont consultables sur le site internet des Archives nationales. Les rares documents qui concernent le département de la Dordogne, essentiellement le Sarladais et le Bergeracois, ne sont pas des témoignages mais des rapports, rendant malheureusement impossible toute étude sur les discours recueillis par ces deux enquêtes séparées de plus de 65 ans.

2 http://culturesconnectees.aquitaine.fr/

3 Les services d’archives départementales sont dotés d’un cadre de classement commun. Celui-ci permet la recherche dans les différents documents produits à différentes époques et par différents producteurs. Les archives produites à partir de juillet 1940 sont dites contemporaines et sont classées dans la série W. De fait, la collecte de la mémoire des Résistants et déportés fourni des documents contemporains. Le thésaurus W est un outil utilisé pour la description et l’indexation des archives, fournissant des listes d’autorité réunissant des descripteurs. Il permet de normaliser l’indexation et facilite ainsi classement et recherche.

4 Du 11 avril au 2 juin 2013 les œuvres ont également été présentées au château de Monbazillac, dans le cadre de la programmation des Rives de l’art. Ces tirages seront également exposés à l’automne 2016 à Limoges.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Cournil, « Mémoires de Résistances : la valorisation numérique d’une collecte de mémoire orale », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 42 | 2016, mis en ligne le 14 septembre 2016, consulté le 24 février 2017. URL : http://afas.revues.org/2981 ; DOI : 10.4000/afas.2981

Haut de page

Auteur

Nicolas Cournil

Attaché de conservation – Archives départementales de la Dordogne

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page