Navigation – Plan du site

Éditorial

Bulletin AFAS. Sonorités numéro 43 2017
Florence Descamps

Texte intégral

Le Bulletin de l’AFAS fait peau neuve

1Le Bulletin de l’Association française pour les archives sonores, orales et audiovisuelles fait peau neuve. Rendant hommage aux fondateurs de l’AFAS et à toutes les équipes éditoriales qui se sont succédé, il ajoute à sa titulature le nom de la première publication de l’association, Sonorités, qui de 1980 à 1992 a accompagné le développement de l’association créée en 1979 et s’est de façon pionnière préoccupée des enjeux attachés à la conservation et à la valorisation des archives du son, de la musique et de la parole enregistrée. Il s’appellera désormais Bulletin de l’AFAS. Sonorités. Grâce au concours de l’école Estienne, de Laurence Bedoin et de ses élèves, il adopte un nouveau logo, un nouveau graphisme, une nouvelle maquette éditoriale et diversifie ses rubriques : Recherche, Présentations de Fonds, Portraits, Compte-rendu, Actualités, etc. Son insertion et son référencement par la plateforme Revues.org lui permettent d’étendre sa diffusion sur Internet tout en proposant une nouvelle version papier en impression à la demande (POD pour Print on Demand). Désireux de s’afficher comme une revue électronique de sciences humaines et sociales à part entière, il élargit son comité de rédaction, renforce sa dimension « recherche » et souhaite s’ouvrir à l’international (actualités, articles traduits ou en langue étrangère). Outre des numéros de Varia, il souhaite accueillir des numéros thématiques et revenir progressivement à une parution biannuelle. Enfin, conformément à la décision prise par l’AFAS en 2014 d’ajouter le terme « orales » à son sigle – Association française des archives sonores, orales et audiovisuelles –, Sonorités, tout en maintenant les autres thématiques liées au son et à l’audiovisuel, se donne pour mission de rendre visible l’existence d’une histoire orale francophone, notamment d’une histoire orale française ou à la française. En cohérence avec ce nouvel axe de publication décidé en 2014, c’est à nouveau à l’histoire orale ou aux archives orales qu’est consacré le Bulletin 43.

2La question de la guerre d’Algérie, dont l’historiographie se renouvelle en profondeur depuis quelques années, a suscité depuis les années 1980 la collecte de témoignages oraux, notamment auprès des anciens appelés, dont la mémoire se sédimente lentement, au gré des sollicitations, en strates successives. Ces campagnes d’archives orales, institutionnelles, patrimoniales, associatives ou scientifiques, qui obéissent à des régimes de mémorialité différents, portent la marque du contexte historique dans lequel elles ont été réalisées, de leurs « producteurs » et de leurs questionnements, des avancées de la recherche historique et de l’horizon d’attente ou de réception dans lequel elles se sont inscrites. Le recueil et l’archivisation de cette mémoire encore « chaude », militante et clivée, mais en cours de pacification et de réintroduction dans la mémoire collective comme dans l’historiographie nationale du xxe siècle, se poursuit aujourd’hui, en même temps que commence le temps du traitement documentaire, de la revisite, de l’évaluation scientifique et de la diffusion… La fécondité du dialogue entre mémoire et histoire, dont aucune histoire du temps présent ne peut faire l’économie dès lors qu’il est question de guerres civiles ou étrangères, de révolutions politiques ou de mouvements sociaux, n’est pas propre à la France. C’est ce que le Bulletin souhaite explorer en proposant à ses lecteurs un tour de l’histoire orale en Europe centrale et orientale, qui a connu un développement tout à fait remarquable depuis la chute du Mur. La présentation du cas tchèque, particulièrement représentatif des dynamiques de l’histoire orale et de ses acquis dans les anciens pays de l’Est, inaugure ce cycle.

3Mais le témoignage oral n’est pas circonscrit aux seuls cercles savants des sciences humaines et sociales, il s’exporte aussi dans des réalisations culturelles où la parole enregistrée des acteurs et des témoins est placée au centre d’un dispositif de transmission intergénérationnelle et sociale de connaissances et d’expériences, réalisations aujourd’hui permises par les nouvelles technologies numériques et informatiques. À cet égard, l’exposition Voix cheminotes nous rappelle, au cas où nous l’aurions oublié, que l’innovation technologique dans le domaine sonore et audiovisuel a provoqué et accompagné, depuis le phonautographe de Scott de Martinville, bon nombre des avancées des sciences humaines et sociales et de la communication… Le Bulletin Sonorités ne saurait s’en désintéresser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Descamps, « Éditorial », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 43 | 2017, mis en ligne le 07 juin 2017, consulté le 22 août 2017. URL : http://afas.revues.org/3024 ; DOI : 10.4000/afas.3024

Haut de page

Auteur

Florence Descamps

Maître de conférence à l’École pratiques des hautes études

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page