Navigation – Plan du site
Description de fonds

Entretiens sonores sur les labels phonographiques indépendants français de 1969 à nos jours

Collecte, traitement technique et documentaire
Agnès Gallois-Cheillan, Audrey Viault, Luc Verrier et Jean-Rodolphe Zanzotto

Notes de l’auteur

Remerciements : Chloé Cottour, Pierre Pichon, Pierre Bonneau, Pascal Cordereix, Cécile Kattnig, Céline Mottin, Monique Calinon, Pierre Pouliquen, Natalie Bourdeau, Catherine Lerouge ainsi qu’à tous ceux qui participent à cette collecte et à sa valorisation.

Texte intégral

1L’histoire de l’édition phonographique française, et plus particulièrement des labels indépendants, était jusqu’à présent peu documentée. À partir de 2012, le département de l’audiovisuel de la BnF a initié le collectage de la parole d’éditeurs phonographiques. Ces entretiens audio leur permettent de revenir sur leurs parcours professionnels, reflets d’itinéraires singuliers. À cette occasion, le département de l’audiovisuel a pu mettre son expertise technique au service du patrimoine phonographique, en réalisant des enregistrements de qualité professionnelle avec séquençage pour une écoute optimale. Ces entretiens bénéficient d’un traitement documentaire détaillé et de la création de termes spécifiques sur l’industrie musicale dans le langage RAMEAU. Ce corpus ouvert est accessible en ligne sur Gallica et valorisé au travers d’une médiation nationale et européenne (Europeana sounds).

2Archives sonores, Entretiens/intervenants, Médiation numérique, Histoire de l’édition phonographique, Bibliothèque nationale de France, Web sémantique, Enregistrement sonore, Gallica, Interopérabilité, Mémoire orale, Métadonnées, Traitement documentaire, Label/Marque phonographique, Archivage numérique, Formats numériques, Indexation, RAMEAU

3The history of the French recording industry, particularly regarding independent labels, never was a much documented topic. Since 2012, the BnF Audiovisual department has been interviewing producers and publishers, launching a survey of audio recordings which enable them to revisit their professional background and personal, peculiar journeys. The Audiovisual department had the opportunity to dedicate its technical expertise to phonographic heritage through professional quality recording and editing for best listening conditions. These interviews are given detailed documentary treatment and extended RAMEAU language to provide for specific terms describing the musical industry. This ongoing corpus of interviews is freely available online (BnF digital library Gallica), and is given audience development through national and European mediation (Europeana sounds).

4Sound archives, Digital mediation, Bibliothèque nationale de France, Semantic Web, Recording industry, Sound recordings, Sound records, Oral memory, Metadata, Documentary treatment,Record labels, Digitization, Digital archives, Indexation, RAMEAU

  • 1 Exception faite à notre connaissance du label Swing présent dans le fonds Delaunay à la Bibliothèqu (...)

5Ce corpus d’entretiens sur les labels phonographiques indépendants français depuis 1969 est né d’un constat et d’une rencontre. Peu d’écrits existent sur l’édition phonographique à l’exception d’ouvrages dédiés à certains labels étrangers emblématiques (Deutsche Grammophon, Verve, etc.) ou citant, de manière ponctuelle ou peu approfondie, l’existence de tel ou tel labels français dans un contexte lié essentiellement à la carrière d’artistes ou l’étude de genres ou mouvements musicaux. La presse écrite musicale constitue une source d’information non négligeable, mais il convient de dépouiller celle-ci numéro par numéro, car il n’existe pas d’inventaire précis ni d’outils de recherche dédiés. Les sources premières sont également rares, car aucun éditeur n’a déposé ses archives1 et les majors (Sony, Universal, Warner), qui, au fil du temps, ont racheté des labels français, ne disposent souvent pas de services d’archivage ou de recherche accessibles facilement. Certains sites internet, autres que le catalogue de la BnF, notamment Discogs et Rate your music, permettent de reconstituer en partie la discographie des éditeurs interviewés. La Bibliothèque nationale de France, dépositaire du dépôt légal des phonogrammes, constitue à ce titre le lieu idéal de rencontres et d’échanges avec les éditeurs. Et c’est lors d’un rendez-vous avec Gérard Terronès, fondateur en 1969 du label Futura, que l’idée de recueillir la parole des éditeurs phonographiques français est née.

Des itinéraires singuliers

6De nouvelles musiques font leur apparition dans le sillon contestataire et revendicatif de mai 1968 : le free jazz, les musiques improvisées, les « musiques du monde » d’Amérique du Sud ou d’Afrique, le rock psychédélique et progressif, le post-rock ou plus tard le punk rock ainsi que de nouveaux artistes de la chanson française aux textes plus engagés ou décalés. Les deux labels français alors hégémoniques, Barclay et Vogue, s’intéressent essentiellement au jazz traditionnel et à la chanson française à textes. Cette période va donc voir émerger de nouveaux labels souhaitant défendre ces nouveaux courants musicaux. Ces entretiens proposent ainsi de découvrir des parcours professionnels d’éditeurs phonographiques, reflets d’itinéraires singuliers, de personnalités fortes, souvent farouchement indépendantes.

7Nous avons fait le choix de revenir sur le parcours de chacun des éditeurs interviewés de manière chronologique : parcours avant l’édition, création de leur(s) label(s), choix du nom et du logo, élaboration et production des disques (les relations avec les musiciens, l’enregistrement en studio, les pochettes et livrets, le pressage), la distribution, en tenant bien évidemment compte des spécificités de chacun. La durée des entretiens n’est pas limitée afin de pouvoir récolter le maximum d’information et de permettre à l’interviewé de s’exprimer en toute liberté, ainsi les durées d’entretiens sont-elles très variables (de 43 min à 6 h 40 min). Ce corpus, débuté en juin 2012 avec Gérard Terronès, est amené à s’enrichir au fil du temps. À ce jour, vingt éditeurs ont été interviewés :

– Gérard Terronès pour Futura et marge, label de jazz.

– Gilbert Castro pour Celluloïd, label de musiques actuelles.

– Pierre Barouh pour Saravah, label de chanson, jazz et musique du monde.

– Jean Rochard pour Nato, label de jazz.

– Gilles Fruchaux pour Buda musique, label de musique du monde.

– Marsu pour Bondage et Crash disques, label de rock.

– Éric Basset pour les labels Blue silver, Déclic communication, Globe music, Créon musique et Aztec musique.

– Jean Karakos pour les labels Star success, JOC, Byg record, Celluloïd, Distance et Suave.

– Richard Pinhas pour Disjuncta, label de rock.

– Didier Petit pour In situ, label de jazz.

– Marc Thonon pour Atmosphériques, label de musiques actuelles.

– Jean-Marc Salhani pour JMS et Cream records, label de jazz.

– Alain Normand pour Playa sound, Ophélia, Air mail music et Crossing records, label de musiques du monde .

– Laurent Thibault pour le Thélème, label de rock.

– Hervé Bergerat pour les labels Stern, Ballon noir, Soleil masqué et Griffe.

– Jacques Le Calvé pour Calliope, label de musique classique.

– Jean-Yves Labat de Rossi pour Ad Vitam records, label de musique classique et de musique du monde.

– Gilbert Artman pour Urban noisy, label de musiques actuelles.

– Frédéric Leibovitz pour Cézame, Cobra, Argile et Koka media.

– Patrick Mathé pour New Rose et Last call, labels de rock.

8Un séquençage de chacun de ces entretiens est effectué. Il n’est pas la retranscription mot à mot de l’entretien, mais il permet son découpage critique en parties minutées.

Une expertise technique au service du patrimoine phonographique

  • 2 Bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France.

9La prise de son et la finalisation des fichiers audio sont effectuées par un technicien qui veille à garantir des conditions optimales d’enregistrement afin d’avoir l’assurance d’un bon niveau de qualité en vue de la mise en ligne sur Gallica2. Pour bénéficier d’une qualité maximum d’un bout à l’autre de la chaîne, l’enregistrement est effectué dans un format non compressé à une fréquence d’échantillonnage de 44,1 kHz et à une résolution de 24 bits. C’est au format WAVE et dans cette qualité que sera éditée, mixée et archivée la captation. L’enregistrement est réalisé en stéréo. Ce choix permet lors de l’étape de « nettoyage » et de mixage final d’avoir un maximum de possibilités d’interventions ciblées, et si cela s’avère nécessaire, de privilégier l’une ou l’autre option. Si un bruit parasite (éternuement, plop grave, coup dans les micros, sonneries diverses, etc.) doit être atténué ou complètement enlevé, l’opération en est rendue d’autant plus aisée. La règle déontologique fixée par les initiateurs du projet est de n’effectuer aucun montage ni aucune coupure de l’interview. Seul le raccordement bout à bout des prises est réalisé, ainsi que l’optimisation sonore du mixage final afin d’en améliorer le confort d’écoute (mixage mono, optimisation des niveaux, filtrage minimum, suppression des bruits parasites). Lors du travail en studio, et une fois les éléments déchargés dans la station de travail, le technicien va dans un premier temps s’assurer que les fichiers sont intègres et en contrôler la qualité. Pendant l’enregistrement, le technicien aura soin de noter les différents évènements où il doit normalement intervenir, par exemple une sonnerie de mobile, une interruption de l’enregistrement (pause) ou un passage trop faible. Grâce à ces indications, il peut rapidement repérer ces passages à retravailler et après un travail d’édition, fournir une continuité exempte de tous défauts importants. Il est préférable de réaliser ces opérations techniques peu de temps après l’enregistrement, le technicien ayant encore en mémoire les différentes difficultés rencontrées durant la captation.

  • 3 Linear Tape-Open (ou LTO) est une technique de stockage sur bande magnétique au format ouvert.

10Une copie d’écoute au format MP3 est alors envoyée à l’intervieweur pour séquençage de l’entretien. Une dernière étape en studio permet au technicien de parfaire ces opérations techniques et de fournir trois copies. La première dite « rush » correspond à la continuité sonore nettoyée en stéréo. Cette copie permettra, si nécessaire, de produire un nouveau mixage, un montage et une optimisation spécifique pour un usage particulier. Cet élément est archivé mais non communiqué en salle de lecture. Une deuxième copie est réalisée, il s’agit de la version « éditée ». Cette dernière est une version audio optimisée (niveaux, équalisation, filtrage) et mixée en mono pour garantir un confort d’écoute optimum. Une dernière version dite « plagée » correspond à la version éditée mais cette fois-ci segmentée suivant un chapitrage de la description documentaire. Cette ultime version permettra au lecteur de naviguer aisément suivant les différentes « plages » de l’enregistrement. Lors de la création de ces trois copies, un fichier de métadonnées documentaires et techniques est généré. L’ensemble de ces trois versions est ensuite versé dans le système d’archivage (cartouche LTO3) du département de l’audiovisuel de la BnF. Dans le même temps, une copie de la version plagée ainsi qu’une photo illustrant l’entretien, optimisée au format de consultation de la BnF, sont livrées dans un espace de stockage dédié. Cette copie est mise à la disposition du service des collections sonores afin d’être ingérée dans la filière de traitement et d’édition des documents sonores pour la mise en ligne sur Gallica. C’est durant cette dernière étape que le fichier sera compressé au format MP3 en 320 kbps et tagué au standard BnF.

Un vocabulaire spécifique pour une description analytique

11L’entretien fait ensuite l’objet d’un traitement documentaire dans le catalogue général de la BnF4 ainsi que dans BnF Archives et Manuscrits5. Afin de permettre une recherche par index dans le catalogue, la description des entretiens dans les notices bibliographiques se fait à l’aide de notices d’autorité qui seront autant de points d’accès contrôlés, structurés et normalisés. Elles permettent d’identifier sans ambiguïté les personnes, les collectivités, les noms géographiques et les œuvres, ainsi que les marques phonographiques. Un soin particulier est apporté aux labels phonographiques dans le fichier autorités des marques. De même, les fichiers de personnes et de collectivités permettent de documenter l’histoire musicale avec les créations de personnalités comme les ingénieurs du son (Claude Emelin, Alain Cluzeau, etc.), de collectivités comme les studios d’enregistrement (Château d’Hérouville, etc.), les magasins de disques mythiques (Music box ou New rose à Paris, etc.) ou les festivals et salles de concert (La Java, le festival d’Amougies en 1969, etc.).

12En ce qui concerne les recherches par index sujets, la BnF utilise, comme les bibliothèques universitaires, de nombreuses bibliothèques de lecture publique ou de recherche ainsi que plusieurs organismes privés, le langage RAMEAU (répertoire d’autorité-matière encyclopédique et alphabétique unifié)6 pour l’indexation analytique. Le peu de production éditoriale concernant l’histoire du disque et de l’industrie musicale récente n’avait pas suscité la création de termes précis et univoques adaptés à ce domaine. Le traitement des entretiens phonographiques a nécessité un examen et une réflexion autour du champ de l’industrie musicale, en sollicitant les experts musique et économie RAMEAU et leurs correspondants. Changements terminologiques, créations de termes spécifiques, mises à jour : l’indexation des entretiens phonographiques, qui abordent tous les aspects de la production et de l’industrie musicale, a permis d’enrichir le répertoire. Par exemple, le terme retenu pour l’industrie musicale est devenu Industrie de la musique et du son, les termes créés : Disques -- Pressage, Disquaires, Tourneurs (arts du spectacle), Sociétés de distribution phonographique, Maisons de disques indépendantes, Majors (Maisons de disques). Dans le même esprit, le soin porté aux pochettes de disques par les labels phonographiques a entraîné des consignes d’indexation : compléter le terme Pochettes de disques par la subdivision Illustrations, y associer Arts graphiques, etc.

Éditorialisation, mise en ligne et communication

  • 7 La description normalisée de ces entretiens et leur indexation s'appuyant sur les référentiels nati (...)

13Traitements techniques et documentaires sont donc les deux premières étapes indispensables à la visibilité et à la valorisation de cette série d’entretiens inédits. Son intégration dans les outils documentaires dynamiques et connectés7 de la Bibliothèque et sa mise à disposition constituent donc un premier véritable ensemble de ressources sur l’histoire de l’édition phonographique pour les chercheurs et professionnels souhaitant travailler sur ce domaine. Les différents éditeurs interviewés ayant donné leur accord pour la diffusion de ces entretiens ainsi que pour les photographies prises à l’occasion, la BnF peut donner accès en ligne à ces enregistrements sur sa bibliothèque numérique Gallica. Ces entretiens, leurs images ainsi que les informations documentaires associées ont donc été traités via les chaînes d’entrées de la BnF et versés dans Gallica.

14L’offre de Gallica s’élevant aujourd’hui à plus de 3 millions de documents en ligne dont quelque 40 000 enregistrements sonores, la bibliothèque propose depuis 2013 un accès par collections8 : ce mode de consultation des documents permet au public la visualisation directe de corpus définis par supports ou par thématiques, facilitant ainsi la recherche. Il contribue à une meilleure valorisation de ces ensembles documentaires sur Gallica. Un corpus Rencontres autour de l’édition phonographique a été ainsi constitué dans la collection Enregistrements sonores, proposant sur une seule et même page l’ensemble des entretiens par un système de vignettes cliquables. Chacun est accompagné d’un texte de présentation et des chapitrages de l’interview. L’accès à l’enregistrement se fait donc sans requête préalable dans Gallica. Un renvoi est également proposé vers la description détaillée et indexée disponible dans le catalogue général et le catalogue BnF Archives et Manuscrits cités plus haut. Cette éditorialisation donne ainsi à un plus large public l’opportunité de découvrir ces témoignages, objets d’étude, mais aussi objets patrimoniaux.

Médiations et enrichissement du corpus

15Cette éditorialisation s’accompagne d’une médiation systématique consistant notamment en la publication de billets d’information sur le blog Gallica à chaque nouvel entretien consultable en ligne9. Afin de valoriser ce corpus, une demi-journée d’étude s’est également déroulée dans le petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France l’après-midi du 18 juin 2015. Elle proposait une introduction et présentation du corpus via Gallica ainsi que deux tables rondes, Genèse et développement de nouvelles maisons de disques après 1968 et Musique vivante et édition phonographique, lien et interaction en présence de Laurent Thibault, Dominique Grimaud, Jean-Marie Salhani, Jean Rochard, Marsu et Agathe Basquin. La captation sonore des échanges sera à terme également mise en ligne dans le corpus Rencontres autour de l’édition phonographique sur Gallica.

16La BnF étant partenaire du projet Europeana Sounds et les éditeurs interviewés ayant donné leur autorisation pour l’écoute en ligne sur Gallica des entretiens réalisés, ces derniers sont devenus consultables également sur la plateforme Europeana10, donnant accès à plus de 500 000 enregistrements musicaux, sons et témoignages oraux. Projet lancé en février 2014 à l’initiative de la British Library, Europeana Sounds propose l’agrégation sur une unique plate-forme des données sonores numérisées représentant 12 pays européens de 24 bibliothèques nationales, institutions et centres de recherche sur le son et universités partenaires. Les entretiens réalisés avec les éditeurs phonographiques bénéficient ainsi de l’audience supplémentaire offerte par ce projet, véritable porte ouverte sur le patrimoine sonore européen11.

17La BnF souhaite ouvrir ce corpus à d’autres aspects de l’édition phonographique peu ou pas étudiés. Ainsi, l’ingénieur du son Claude Ermelin, qui a notamment officié aux Studios Davout de 1965 à 2000, a été interviewé en décembre 2016. Dans cette optique, Yves Chamberland, fondateur des Studios Davout, est également pressenti. D’autres noms sont avancés pour cette année 2017 : Henri Belolo (Scorpio music), Hélène Martin (Disques du cavalier) ou encore Gérard Meys (Disques Meys). Nous cherchons également à rentrer en contact avec Chantal d’Arcy, coresponsable du label Shandar.

Haut de page

Bibliographie

Éric Deshayes et Dominique Grimaud, L’Underground musical en France, Marseille, Le mot et le reste, 2008

Benoît Sabatier, Nous sommes jeunes, nous sommes fiers, la culture jeune d’Elvis à Myspace, Paris, Hachette littératures, 2007.

Les revues musicales Jazz magazine, Vibrations, Improjazz, Je chante !, Mondomix, Rock & Folk, Le Métier (supplément mensuel de Rock & Folk), Best, Pop music-Superhebdo, Show magazine, Music info hebdo, Classica-Répertoire, Yaourt.

http://rateyourmusic.com/

https://www.discogs.com/fr/search/

Haut de page

Notes

1 Exception faite à notre connaissance du label Swing présent dans le fonds Delaunay à la Bibliothèque nationale de France. Une autre exception importante est celle de la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé qui ouvre les archives Pathéphone aux chercheurs, à Paris, 73 avenue des Gobelins, depuis septembre 2014. Signalons enfin l’entretien de Dominique Marzet avec Jacques Siméon, mémoire vivante de Pathé, BnF, 2 avril 1996, fonds en cours de traitement.

2 Bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France.

3 Linear Tape-Open (ou LTO) est une technique de stockage sur bande magnétique au format ouvert.

4 http://catalogue.bnf.fr/index.do

5 http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/

6 http://rameau.bnf.fr/informations/rameauenbref.htm

7 La description normalisée de ces entretiens et leur indexation s'appuyant sur les référentiels nationaux et internationaux dans les catalogues publics de la BnF, répond aux principes d’interopérabilité technique et sémantique actuels. L'agrégateur de données internes de la BnF (catalogue général de la BnF, BnF Archives et Manuscrits, Gallica) data.bnf.fr permet l'affichage sur une même page des résultats d'une requête, cet outil étant fondé sur les principes de connexion et de réutilisation des données du web sémantique.

8 http://gallica.bnf.fr/html/und/enregistrements-sonores/fonds-sonores

9 http://gallica.bnf.fr/blog/27092016/jacques-le-calve-melomane-inspire

10 http://www.europeanasounds.eu/fr/actualites-fr/rencontres-autour-de-ledition-phonographique

11 http://www.bnf.fr/documents/cp_europeana_sounds.pdf

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Gallois-Cheillan, Audrey Viault, Luc Verrier et Jean-Rodolphe Zanzotto, « Entretiens sonores sur les labels phonographiques indépendants français de 1969 à nos jours », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 43 | 2017, mis en ligne le 14 juin 2017, consulté le 28 juin 2017. URL : http://afas.revues.org/3061 ; DOI : 10.4000/afas.3061

Haut de page

Auteurs

Jean-Rodolphe Zanzotto

Chargé de collections documents sonores fonds anciens (BnF)

Luc Verrier

Expert en numérisation et préservation numérique, spécialité audiovisuel (BnF)

Audrey Viault

Chargée de collections documents sonores (BnF)

Agnès Gallois-Cheillan

Chargée de collections documents sonores (BnF)

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page