Navigation – Plan du site
Manifestations

Pourquoi les phonautogrammes à l’UNESCO ?

Denis Beaudouin et Gérard Emptoz

Texte intégral

1Les premiers enregistrements sonores au monde de la voix ont été réalisés, en France par Édouard-Léon Scott de Martinville entre 1853 et 1860, et sont conservés dans les archives de quatre institutions françaises : la Société d’encouragement pour l’industrie nationale (SEIN), l’Institut de France, l’Académie des sciences et l’Institut national de la propriété industrielle (INPI). Scott de Martinville avait l’idée de « photographier la parole » et pour ce faire il a imaginé le « phonautographe », appareil inscrivant les oscillations sonores sur une plaque de verre ou un cylindre de papier enduits de noir de fumée, ces enregistrements étant désignés comme des phonautogrammes. La restitution sonore de ces enregistrements a été réalisée à partir de 2008 grâce aux travaux effectués par les historiens des quatre institutions françaises et deux historiens américains, Patrick Feaster et David Giovannoni, de l’Association for Recorded Sound Collections, First Sounds Initiative. L’UNESCO a inscrit cette invention en septembre 2015 au Registre international de la mémoire du monde. Pour saluer la décision de l’UNESCO, la commission d’histoire de la SEIN, a organisé sous le patronage de l’UNESCO, de l’Institut de France, de l’Académie des sciences et de l’INPI, une cérémonie au cours de laquelle le certificat d’inscription au Registre international de la mémoire du monde a été remis aux représentants de l’Association for Recorded Sound Collections, First Sounds Inititative, ainsi qu’aux institutions françaises qui conservent ces archives exceptionnelles. Cette cérémonie s’est déroulée le lundi 19 septembre 2016 dans la grande salle Lumière de l’hôtel de l’Industrie, 4 place Saint-Germain-des-Prés, à Paris 6e, siège de la SEIN.

2Le président de la SEIN, Olivier Mousson, a ouvert la cérémonie et accueilli les personnalités et les nombreux auditeurs venus assister à la manifestation. Le professeur Gérard Emptoz, président de la commission d’histoire de la SEIN, a ensuite présenté le programme des conférences pour évoquer la mémoire de l’inventeur Édouard-Léon Scott de Martinville et replacer son invention dans l’environnement scientifique, technique et industriel de l’époque.

  • 1 Voir à ce sujet l’article de Serge Benoit, Daniel Blouin, Jean-Yves Dupont et Gérard Emptoz, « Chro (...)

3Le premier intervenant, Laurent Scott de Martinville, arrière-petit-fils de l’inventeur, a évoqué sa vie et ses travaux littéraires et scientifiques. Le phonautographe et ses phonautogrammes étaient de belles réalisations rapidement tombées dans l’oubli1. Ce précurseur pensait peut-être faire l’économie du « sténographe » dans la transcription de la voix en signes, mais cet objectif ne put être atteint, alors que l’analyse de la voix intéressait les milieux scientifiques de l’acoustique naissante. Dès le moment où il autorise le constructeur Koenig à fabriquer le phonautographe, Scott cesse toutes ses recherches vers 1862. Elles seront reprises 20 ans plus tard par Edison qui parvient, partant des mêmes principes d’enregistrement, à reproduire le son avec le succès que l’on sait…

4Très ému, en évoquant son arrière-grand-père, le conférencier a fait part de la joie d’autant plus grande qu’il a ressentie, un siècle et demi plus tard, lorsque son intuition se trouvait enfin confirmée !

5Puis Gérard Emptoz, professeur honoraire de l’université de Nantes, président de la commission d’histoire de la SEIN, a précisé le contexte historique dans sa conférence : « L’invention du phonautographe par Édouard-Léon Scott de Martinville et les milieux parisiens de la science et des techniques ».

6L’inventeur autodidacte que fut Édouard-Léon Scott de Martinville a bénéficié d’un contexte scientifique et technique remarquable, depuis l’invention de son procédé jusqu’à la réalisation et la commercialisation de son « phonautographe ». Soutenu par des membres de l’Académie des sciences pour ses recherches d’acoustique puis aidé par les membres de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale qui ont évalué son brevet d’invention (1857), l’inventeur a pu ensuite trouver des constructeurs d’instruments scientifiques apportant la notoriété recherchée. Ce parcours est significatif des appuis fournis en faveur des innovations sous le Second Empire.

7Paolo Brenni, chercheur CNR, Fondazione Scienza e Tecnica Firenze, a évoqué ensuite « L’univers parisien des constructeurs d’instruments scientifiques au xixe siècle ».

8La Révolution française puis le Premier Empire jouent un rôle important dans la relance de l’instrumentation scientifique française et, sous le Second Empire et les premières décennies de la IIIe République, l’industrie de précision parisienne est universellement appréciée et les instruments français équipent des centaines de collections scientifiques en Europe et en Amérique. Mais à partir de la fin du siècle, l’industrie de précision allemande fait une concurrence très efficace aux maisons françaises et anglaises. De nombreuses images des appareils réalisés par les constructeurs français ont montré leur rôle de trait d’union entre science et industrie, entre laboratoires et usines.

9Henri Chamoux, LARHRA (ENS Lyon, CNRS), a exposé ensuite « La place du phonautographe dans l’histoire de l’enregistrement du son ».

10Avec ses phonautogrammes, dont le contenu se passe de caractères imprimés pour être conservé et transmis, Édouard-Léon Scott de Martinville ouvre en pionnier un nouveau volet dans l’histoire de l’information. Conçu en 1857, non pour l’écoute, mais pour la représentation graphique des sons, le phonautographe de Scott préfigure la gravure phonographique qui s’est développée en industrie de façon spectaculaire tout au long du xxe siècle.

11La dernière conférence a été celle de David Giovanonni, fondateur de First Sounds (USA), venu présenter ses travaux de reconstitution des sons : « Humanity’s First Recordings of its Own Voice –The Phonautograms of Édouard-Léon Scott de Martinville ».

12En 2008, l’association First Sounds a rendu audibles pour la première fois ces enregistrements historiques2. Après avoir évoqué en détail sa démarche de reconstitution des expériences historiques réalisées par Scott, il a présenté et fait écouter plusieurs exemples d’enregistrements restitués informatiquement, dont, pour la première fois, le plus ancien enregistrement de la voix, qui est conservé dans les archives de la SEIN.

  • 3 Reproduction remarquablement réalisée aux Pays-Bas par Anton Stoelwinder.
  • 4 Voir le site de cette très belle collection parisienne d’appareils musicaux : www.phonomuseum.fr

13Le conférencier a été aussi très fier de présenter la réplique du phonautographe3 décrit dans le brevet de 1857. En effet, dans l’hôtel de l’Industrie place St-Germain-des-Prés, une superbe exposition avait été préparée pour les Journées européennes du patrimoine en collaboration avec le Phonomuseum4 de Paris, présentation exceptionnelle d’appareils lecteurs d’enregistrement, dont deux répliques des phonautographes de Scott en fonctionnement et deux répliques de l’appareil d’Edison.

Photographie de Denis Beaudouin, 19 septembre 2016, Paris

Image 10000201000001DE00000235202831CF.png

CC-BY-NC

Photographie de Denis Beaudouin, 19 septembre 2016, Paris

Image 100002010000017D000001EF69D62732.png

CC-BY-NC

Haut de page

Notes

1 Voir à ce sujet l’article de Serge Benoit, Daniel Blouin, Jean-Yves Dupont et Gérard Emptoz, « Chronique d’une invention : le phonautographe d’Édouard-Léon Scott de Martinville (1817-1879) et les cercles parisiens de la science et de la technique », Documents pour l’histoire des techniques, n° 17, 2009, p. 69-89.

2 Voir le site très documenté et sonorisé : www.firstsounds.org/

3 Reproduction remarquablement réalisée aux Pays-Bas par Anton Stoelwinder.

4 Voir le site de cette très belle collection parisienne d’appareils musicaux : www.phonomuseum.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Beaudouin et Gérard Emptoz, « Pourquoi les phonautogrammes à l’UNESCO ? », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 43 | 2017, mis en ligne le 02 juin 2017, consulté le 28 juin 2017. URL : http://afas.revues.org/3069 ; DOI : 10.4000/afas.3069

Haut de page

Auteurs

Denis Beaudouin

Commission d’histoire, Société d’encouragement pour l’industrie nationale

Gérard Emptoz

Commission d’histoire, Société d’encouragement pour l’industrie nationale

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page