Navigation – Plan du site

Le repérage et la typologie des contes populaires. Pourquoi ? Comment ?

Josiane Bru

Texte intégral

1Il est maintenant d’usage courant, dans l’édition scientifique comme dans la conservation des collectes de textes oraux, de faire figurer la typologie des récits populaires parmi les commentaires indispensables à leur analyse, leur classement ou leur utilisation ultérieure. 

  • 1 Les usagers parlent communément de " L’Aarne-Thompson" et une collègue, qui établit la typologie (...)
  • 2 Les catalogues établis sur le modèle de Aarne et Thompson portent en général sur une région ou un (...)
  • 3 Le Centre est depuis peu rattaché à l’UTM (Toulouse II) et à l’UPS (Toulouse III) où il est insta (...)

2En ce qui concerne les contes, c’est la classification d'Aarne et Thompson (Aarne et Thompson 1964) qui sert de référence internationale1. Elle est reprise et adaptée au domaine français par Paul Delarue et Marie-Louise Tenèze dans Le conte populaire français (Delarue et Tenèze 1998) : le « catalogue français »2, qui propose pour chaque conte une version type et donne le schéma détaillé des éléments présents pour ce conte et dans cette aire culturelle, recense et analyse un grand nombre de versions recueillies dans l’hexagone et les pays francophones tout en donnant de très précieuses indications sur les attestations littéraires anciennes des thèmes ainsi que d’autres éléments d'étude et de compréhension, contrairement aux autres catalogues nationaux ou régionaux qui sont des listes plus ou moins succinctes. Malgré les quatre ouvrages parus et un cinquième sur le point de paraître, il est inachevé. En accord avec Marie-Louise Tenèze, le Centre d’Ethnologie Française du CNRS dont elle était membre, et le Musée National des Arts et Traditions Populaires en acceptèrent il y a quelques années la décentralisation au Centre d’Anthropologie (EHESS-CNRS) à Toulouse. L'initiative venait de Daniel Fabre, fondateur du Centre avec l'archéologue Jean Guilaine. Ingénieur d’études à l’EHESS, j’y avais la charge de la bibliothèque d’ethnologie avant de me « spécialiser » dans le catalogage des contes populaires3.

3Un des débats qui anima les premières réunions d’équipe fut l’intégration des collectes enregistrées depuis les années soixante dix par les ethnologues, les linguistes, les associations de défense des diverses langues et cultures de l’hexagone etc. archivées dans des fonds personnels ou associatifs actuellement en cours de recensement, d’inventaire et de numérisation. Au-delà des immenses difficultés intellectuelles et pratiques qu’il y aurait à intégrer les collectes enregistrées, c’est la disparité entre la typologie des analystes et la typologie autochtone qui m’a conduite à limiter mes investigations en vue de la poursuite du catalogue français à la littérature orale transcrite en recueils. Je continuerai donc à ne répertorier quasiment que des contes transcrits et publiés. Ce choix préserve la cohérence du catalogue tel qu’il a été conçu dans les années cinquante, comme recensement de contes séparés du reste de la parole conteuse, tels qu’ils nous ont été transmis par l’écrit. Ces textes sont des moments de parole cohérents mais isolés de leur contexte d’énonciation. Souvent même les formules de début et de fin manquent. Nous n’avons généralement aucune information sur l’intention du conteur qui, d’un conte merveilleux fait un récit de peur par exemple, uniquement par la mise en scène ou des inflexions de la voix que l’enregistrement audio ou vidéo, qui restitue l’enchaînement des récits, impose à l’évidence. Il faut donc envisager à terme un inventaire séparé des deux types de document et garder au Catalogue Delarue-Tenèze son unité afin qu’il reste une référence cohérente pour servir également au catalogage des collectes orales pour lesquelles d’autres critères de classement doivent entrer en jeu, tout comme une grammaire est la référence de la langue écrite aussi bien que de la langue parlée, l’une et l’autre fonctionnant en partie de façon semblable, en partie différemment.

4Je me propose toutefois ici, tout en espérant convaincre de l’utilité de faire entrer la typologie parmi les normes d’édition (imprimé, audio ou vidéo) des contes populaires ou du repérage de ceux qui sont conservés dans les fonds d’archives sonores, d’évoquer les problèmes concrets qui se posent lorsqu’un récit n’entre pas dans le cadre de la typologie internationale - soit qu’il s’en écarte, soit que le cadre soit défaillant - ainsi que les questions que pose, de l’intérieur, la classification de Aarne et Thompson.

  1. « Contes et légendes... »

5Il faut tout d’abord s’entendre sur ce que l’on classe et sur les catégories communément admises. Nous nous en tiendrons ici aux récits de tradition orale en prose, en essayant d’y voir clair dans ce très grand ensemble que l’on nomme globalement « contes et légendes ». Ici apparaît la première difficulté car les titres que les conteurs, collecteurs ou éditeurs ont donnés à ces récits, ne recoupent pas nécessairement ce que les analystes de la littérature orale mettent sous ces termes.

6Le conte est par définition un récit situé dans un temps et un lieu indéterminés (Il était une fois...), alors que la légende - prise en compte et transcrite depuis plusieurs siècles comme récit historique - met en scène des personnages censés avoir existé, en des lieux dont le nom attesterait de l’ancienneté et de la vérité des faits racontés. Le conte est donc fiction assumée, la légende support de croyance et de réalité pseudo-historique. Mais les contes facétieux, par exemple, sont souvent localisés par le conteur et personnalisés pour accroître l’effet sur l’auditeur. Par ailleurs, tel récit légendaire alsacien dont l’héroïne, fuyant comme Peau d’âne le désir incestueux de son père, est nommément citée comme la fondatrice du couvent dont les ruines surplombent la vallée, reprend fidèlement un conte connu depuis le Moyen-âge et attesté bien au delà de la région et des personnages ici mis en scène. Respectant la classification autochtone et la forme de ce récit il convient donc de le classer à la fois comme légende et comme conte, c’est-à-dire ici comme une version du conte-type T.706 : « La fille aux mains coupées ».

  • 4 Cette forme particulière de récit a été étudiée par Marlène Albert-Llorca (Albert-Llorca 1991) po (...)

7Nous voilà contraints d'assumer la pétition de principe et de classer comme conte en priorité ce qui est répertorié comme tel dans la classification internationale d'Aarne et Thompson ainsi que dans les très nombreux catalogues nationaux ou régionaux qui s’y réfèrent, en indiquant si possible de quel type relève chaque texte ou de quel type il se rapproche. On indiquera qu’un récit est un conte non classé chaque fois qu’il s’agira d’un texte en prose présentant des caractères communs avec les contes classés, non assimilable à une légende, pour s’en tenir à ces deux grands genres de la littérature orale et parce que le mythe, dans les aires culturelles qui nous occupent, n’est présent que sous la forme de petits récits explicatifs répondant à la question « Pourquoi.... ? ». Ces légendes étiologiques dont certaines figurent dans la classification d'Aarne et Thompson ne sont reprises dans le catalogue français que lorsqu’elles sont intégrées à des contes proprement dits. Nombre d’entre elles parlent des animaux et Marie-Louise Tenèze s’en explique dans son introduction au tome troisième du Conte populaire français consacré à cette section du catalogue (pp. 7-16)4.

  1. Les contes classés

8Le premier état de la classification internationale, publié en 1910 par le finnois Antti Aarne, se définit comme un répertoire, une liste (Verzeichnis) établie à partir des premières collectes effectuées dans le sillage des frères Grimm. Dès les années vingt, l’américain Stith Thompson révise et augmente très considérablement ce travail dont la seconde révision, en 1964, fait actuellement référence.

9L’ouvrage d'Aarne et Thompson est, de l’avis commun, un outil incomplet et inadéquat, basé sur des principes empiriques, parfois contradictoires dans le détail. Certes. Mais il est rédigé par des chercheurs qui connaissaient bien les contes et comme aucune tentative de classification sur des bases dites rationnelles n'a encore porté sur un aussi vaste ensemble - thématique ou géographique - et que mieux vaut un ordre et des repères imparfaits que le chaos, leur "liste" s’est progressivement imposée, servant de base à la plupart des catalogues élaborés ensuite.

10Le manque de rationalité qui lui est reproché, tant dans l’organisation globale que dans le détail du découpage des contes-types en épisodes et éléments qui se succèdent ou s’excluent, ne doit pas en masquer la cohérence qu'elle dégage au niveau du sens des grands sous-ensembles et qui lui gardent son utilité alors même que les raisons qui nous font classer les contes ont changé. Il s’agissait en effet au début du siècle et dans la mouvance du XIXe, de rassembler les récits dont le contenu était semblable d’une région et d’un pays à un autre pour, de proche en proche, dessiner un présumé courant migratoire jusqu’à leur lieu de naissance. Partant de l’hypothèse d’une origine unique et d’une diversification progressive des contes au fur et à mesure de leur diffusion, on projetait d'en remonter les chemins, dans le temps et dans l’espace, jusqu’à leur foyer de création.

  • 5 On trouvera dans Belmont 1986 une mise en perspective de la recherche sur les contes populaires d (...)
  • 6 La Morphologie… de Propp fut publié dès 1928 mais portée seulement trente ans plus tard à la conn (...)

11L’impossibilité d’avoir des données précises dans la longue durée fit échouer cette entreprise et s’estomper l’obsession de l’origine au profit d’une quête du sens qui sortait enfin la littérature orale de son isolement pour la considérer comme une des formes de la culture5 Vladimir Propp avait mis en relation dès 1936 dans les Racines historiques du conte merveilleux (Propp 1976) les épisodes ou motifs de contes populaires avec les rituels des sociétés archaïques dont les contes seraient issus. Avant d’avoir connaissance de ce travail d’analyse du contenu, Claude Lévi-Strauss répondait à l’entreprise de définition du conte merveilleux du point de vue formel par l’affirmation et la démonstration qu’on ne pouvait chercher ce sens que dans le présent des sociétés auxquelles appartiennent ces contes, en les mettant en correspondance avec d’autres données ethnographiques contemporaines (Lévi-Strauss 1973)6.

12La typologie d'Aarne et Thompson est donc un des modes possibles de classement : on regroupe sous un même repère - un numéro de conte-type concrétisé par un titre générique et défini par la liste des principaux épisodes du récit correspondant - les récits semblables ou proches recueillis et transcrits par les ethnographes et dont il convient de considérer le plus grand nombre possible de versions pour appréhender d’une part le sens des contes populaires mais aussi la spécificité de la littérature orale, qui est à la fois création continue et transmission du même (Belmont 1999). Les variantes, longues ou courtes, sont alors considérées comme également signifiantes, c’est à dire aussi que le « fragment » recueilli est digne d’intérêt au même titre que la version qui apparaît comme « complète », contrairement à l’opinion des anciens ethnographes qui recomposaient les récits à partir du témoignage de plusieurs conteurs et des théoriciens pour qui les formes courtes étaient des altérations, des formes dégradées de récits d’autant plus complets et « beaux » qu'ils seraient proches de l’origine.

13La question du traitement et du repérage des « fragments » est d’autant plus cruciale en ce qui concerne les documents sonores que l’on y trouve des évocations de contes ou des tentatives de les dire qui ne faisaient pas l’objet d’une transcription dans les recueils avant l’époque des collectes enregistrées. Charles Joisten, le premier sans doute, a noté dans ses recueils de contes populaires d’Ariège et du Dauphiné des résumés et des attestations de contes parfois limités à leur titre. Ces notes, qui peuvent apparaître comme une défense et illustration d’Aarne et Thompson, visent seulement à aider à s’y repérer, souvent de façon provisoire lorsque les éléments enregistrés d’une part, la classification de l’autre, ne permettent pas une mise en relation simple avec un numéro de type.

  1. Les grandes sections de l’ « Aarne-Thompson »

14Les contes-types tel qu’ils apparaissent dans la classification internationale d'Aarne et Thompson ne sont pas des modèles ou des archétypes. Ils sont simplement la description de contes attestés le plus souvent. La « norme » est statistique et non logique ou formelle. Ainsi deux contes pourront faire l’objet de deux numéros différents même si l’un est inclus dans l’autre. Les deux numéros de type seront justifiés si les deux formes- la courte et la longue - sont suffisamment attestées pour que chacune apparaisse comme une unité, narrative à part entière et non considérée comme partie d'une plus vaste ou décomposée en somme de deux contes-types enchaînés (ex. ci-après du thème de la Bête à sept têtes).

15Les contes sont regroupés en grands ensembles significatifs dont je tenterai d'expliciter les grands traits.

    1. Tranches de vie : Les Contes d’animaux et les Contes de l’Ogre (du Diable) dupé

  • 7 J’indique entre crochets carrés le dernier numéro utilisable pour chaque série dans le cas où il (...)

16Les Contes d’animaux forment la première section de l’Aarne-Thompson dont ils occupent les numéros 1 à [299]7. Il s’agit le plus souvent d’épisodes courts, dont chacun fait l’objet d’un numéro de type (T.1 : Le vol de nourriture par feinte de mort, T. 5 : « La « racine » mordue... »). Mais on y trouve des contes plus complexes comme le T.15 « Le renard parrain » ou le T.130 « Les animaux en voyage ». Ils constituent, du fait des protagonistes même, un ensemble relativement clos. De ces animaux, domestiques et/ou sauvages, l’un est généralement plus fort, l’autre plus rusé. De là les interférences avec la section T.1000 à T.1199 intitulée Contes de l’Ogre (ou du Diable) dupé. Le plus puissant est toujours, floué ou ridiculisé par son adversaire rusé, humain ou animal (renard, oiseau...). Certaines de ces aventures, identiques, sont classées dans les deux sections suivant que le protagoniste rusé est un animal ou un homme, comme pour le T.9 et le T.1030, qui exposent le partage de la récolte d’un champ cultivé en commun : le plus futé propose de le faire selon un plan vertical, l’un ayant « ce qui pousse au dessus de la terre », l’autre « ce qui pousse dans la terre ». Ainsi la dupe - loup, ogre ou diable - récolte successivement des fanes de pommes de terre et des racines de blé cependant que son associé plus malin obtient pommes de terre et épis.

17Les Contes du Diable dupé, ou de l’Ogre stupide, disent les aventures d’un garçon ou d’un homme futé qui, par son astuce et sa persévérance, se joue de la méchanceté et de la bêtise de l'autre : un diable sans aucune connotation religieuse, un ogre stupide ou bien un fermier despotique qui l’emploie ou tente de lui nuire.

18Ces deux ensembles de contes-types sont constitués de récits-épisodes pouvant s’enchaîner à loisir dans un ordre variable, puisque le naïf ou le malveillant ne tire aucune leçon de ses mésaventures. Ils s’organisent en cycles, tel celui du renard et du loup, ou prennent place dans un récit cadre comme le T.1000, « Le premier fâché », où à la suite d’un contrat de travail entre un fermier diabolique et un jeune domestique inventif, le premier qui se met en colère se voit enlever par l’autre une lanière de peau. Ils ont par leur forme, leur contenu souvent et leur fonction, des affinités avec le grand ensemble des contes facétieux dont le héros le plus caractéristique est un garçon idiot accumulant les bêtises, mais cette fois sans volonté de duperie et sans méchanceté aucune. On pense aussi à certains Contes-Nouvelles où il n’est question que de mots et de jeux sur les mots et le sens, où la victoire est du coté de l’esprit contre la morgue des dominants.

19Alors que les Contes d’animaux et les Contes facétieux font l’objet de grandes sections nettement séparées de l’Aarne-Thompson, les Contes de l’Ogre dupé constituent la dernière sous-section des « Ordinary Folk-Tales ». Ils ferment ainsi le grand ensemble des contes « au sens propre du mot », contes d’initiation dont les contes merveilleux sont la part la plus attractive.

    1. La quête initiatique des Contes merveilleux

20Nommés Tales of Magic par Aarne et Thompson, ils constituent la première et la plus importante sous-section de ces « contes ordinaires ». Le merveilleux y est laïc : même dans les versions où la Sainte Vierge se superpose à l'aide magique, la christianisation reste superficielle. La mère de Dieu agit comme une fée et son nom ne change rien à l’histoire.

  • 8 Sur le flou entre les deux termes M.-L. Tenèze écrit dans son introduction au volume à paraître c (...)

21Les contes merveilleux sont classés de T.300 à [749] Des sous-sections en facilitent le repérage suivant qu’il s’agit en priorité d’adversaires surnaturels, d’époux ou épouses enchantés, d’objets magiques etc. Le premier tome, en deux volumes, du Catalogue Delarue-Tenèze reprend les numéros des contes-types de Aarne et Thompson présents dans le domaine français et donne, pour chacun le texte d’une version jugée spécifique. Figure ensuite le schéma détaillé d’analyse auquel il importe de se référer afin de ne pas se laisser abuser, dans le classement des versions rencontrées, par les ambiguïtés des titres attribués par les conteurs ou les collecteurs parfois sur la base d’un motif aléatoire. Ainsi le combat du héros contre une bête à sept têtes à laquelle la fille du roi doit être livrée en pâture relève soit du T.300 intitulé « La bête à sept têtes », soit du T.303, « Le roi des poissons » dont il constitue les quatrième et cinquième épisodes mais dont il se distingue par les épisodes de la naissance miraculeuse du héros, né du partage d’un poisson entre l’épouse, la jument et la chienne du pécheur et le motif du signe de vie. Or on trouve souvent le récit complet correspondant au T.303 sous le titre générique du T.300. Par ailleurs certains motifs ou épisodes donnant leur titre à un conte-type, comme « La fiancée substituée » pour le T.404 par exemple, sont présents et développés dans d’autres contes où l’accent est différemment porté (ex. le T.408, « Les trois oranges »)8.

  • 9 Chapitre 4 : "Les sources d’enfance du conte", 133-156.

22De façon générale, les contes merveilleux retracent des itinéraires. Leurs héros, jeunes et démunis au départ de la maison familiale, franchissent avec l’aide de personnages surnaturels envers lesquels ils se sont montrés compatissants, des épreuves qualifiées à juste titre d’initiatrices marquant les divers moments de passage de l’enfance et de la jeunesse jusqu’à l’adulte accompli. L’accession à la maturité est représentée par le mariage heureux et la paternité et se double souvent de la cession du pouvoir royal par le père de la princesse conquise. Quelques contes comme « Le petit Poucet » (T.327B) ou « Chaperon rouge » (T.333) par exemple ne retracent que le début du parcours puisque les héros, après un premier péri­ple aventureux, retournent vivre auprès de leurs parents. Nicole Belmont, dans son récent ouvrage sur la Poétique du conte, précise qu’il s’agit là de contes à destination des enfants, contrairement à l’ensemble des contes qui s’adressaient à un public adulte (Belmont 1999)9. Initiatiques, ils montrent la voie, ils disent ce qui doit être, sous forme d’image, sans être didactiques ou moraux : il importe d’abord de faire sa vie hors du foyer parental, peu importe que l’on devienne honnête soldat, habile médecin ou rusé voleur (Cf. T.653).

23La ressemblance profonde immédiatement perceptible entre les contes merveilleux, leur unité de sens et de style, induit et autorise chez les conteurs des permutations, des libertés en tout point conformes à l’esprit de la tradition orale. Ces variations réglées, si elles font la joie des auditeurs, dépitent les conservateurs et éditeurs de contes qui se donnent pour tâche de les accompagner de repères typologiques. Il est donc fréquent et normal de trouver pour une version de conte, mention d’un numéro de type suivie de « avec épisode introductif » d’un autre et « motif » d’un troisième, ou de plus complexes encore. L’usure de la mémoire des conteurs et la volonté des collecteurs de sauver de l’oubli toutes les parcelles de savoir narratif traditionnel ajoute encore à la difficulté en suscitant des récits si fragmentaires que certains sont incompréhensibles. Il m’est arrivé de ne saisir le fil d’un conte enregistré et publié qu’en reconstruisant, à partir d’infimes détails et par analogie, un lien entre les différents éléments remémorés par la conteuse. Il y avait là le souvenir à peine perceptible d’un conte très souvent attesté par ailleurs.

    1. Les Contes religieux

24Toujours dans l’univers surnaturel, mais se référant à l’imaginaire chrétien, les contes religieux (partie des « Ordinary Folk-Tales » groupée sous les numéros 750 à [849]) sont le lieu de la littérature orale où s’expriment les représentations populaires de l’au-delà.

25Le passage essentiel dont ils traitent est celui de la frontière de l’autre monde. Nombre de contes relatifs à la mort sont pourtant classés parmi les contes merveilleux, tels le T.332 « La mort marraine » ou le T.366 « La ballade de Lénore ». On peut expliquer l’apparent arbitraire de certains choix par l’infléchissement donné par les conteurs aux versions prises en compte par Aarne et Thompson pour le classement dans telle ou telle section du catalogue. Suivant l’optique dans laquelle on se place le T.720 « La marâtre », classé parmi les contes merveilleux et le T.780 « L’os qui chante », classé comme conte religieux ne justifient pas une telle distance. Il est question dans l’un comme dans l’autre d’un enfant martyr dont le meurtre est dénoncé par le chant : chant de la flûte façonnée dans un de ses os par un jeune berger, chant de l’oiseau né du rassemblement magique de ses os par une fée.

26Edifiants et graves quand il s’agit du devenir de l’âme, les contes religieux sont poétiques ou plaisants lorsque, proches des évangiles apocryphes, ils narrent des moments de l’enfance du Christ ou bien ses visites sur terre, accompagné de ses apôtres. Contes édifiants, ces derniers s’actualisent fréquemment en légendes, en étiologies du paysage local : Notre Seigneur a puni d'ensevelissement sous les eaux d'un lac le village inhospitalier ou pétrifié des mécréants qui forment depuis tel groupe de rochers marquant encore le paysage aujourd’hui. Mais ils peuvent aussi donner lieu à des récits quasiment facétieux où Saint Pierre, ayant tendance à se prendre pour son maître, est remis à sa place souvent avec beaucoup d’humour.

    1. Contes du destin maîtrisé : les Contes-Nouvelles

  • 10 Cf sous ce numéro de type (Tenèze à paraître).

27De T.850 à [999] sont classés des contes d’un type particulier, étrangeté dont rend compte la difficulté à les définir et à les nommer : Romantic Tales, Romances, Novelle, Novellenmärchen ou Contes réalistes ... Ces dénominations traduisent bien leur situation limite entre le conte et la nouvelle, mais ce n’est vrai que pour certains d’entre eux. Si les uns sont des itinéraires ou des tranches de vie - en particulier des « contes à mariage » - d’autres se réduisent au temps d’un échange verbal subtil, d’une joute spirituelle entre deux protagonistes dont l’un représente le pouvoir (l’homme, le seigneur, l’évêque...) alors que l’autre, socialement inférieur, s’impose et se fait reconnaître par ses qualités propres (la femme, le fils du paysan, le meunier...). Nombre d’entre eux ont fait l’objet, dès le XVIe siècle, d’un traitement littéraire. Le conte-type T.890, "Une livre de chair", est passé à la scène et à la postérité sous la forme du Marchand de Venise de Shakespeare10.

  • 11 Cf sur ce passage du conte au roman (Verdier 1995).

28Cet ensemble de contes dont l’unité est si problématique de l’avis même de Marie-Louise Tenèze, fait l’objet de la cinquième partie du catalogue français (tome IV vol. deuxième). Sa définition comme Contes-Nouvelles, proche de celle de Aarne qui les avait intitulés Novellenartigemärchen, « contes en forme de nouvelles », rend compte de la situation de ces récits dans l’ensemble de la littérature entre conte et roman et de la continuité de la parole, populaire ou savante, orale ou écrite. Contes de l’intelligence, du courage et de l’astuce, ils sont le lieu de la littérature orale où des personnages émergent, prenant en main leur destin contrairement aux héros stéréotypés des contes merveilleux qui sont quasiment mus de l’extérieur. On y trouve en particulier de belles figures de femmes : les unes retrouvent, à la suite d’un long périple héroïque (mais bien peu « réaliste »), leur mari qui n’avait pas disparu par magie mais s’était volontairement éloigné ; les autres, déconsidérées ou répudiées, s’en font reconnaître et accepter. Leur victoire est toujours le fruit de leur volonté propre11.

29Une certaine notion de justice et de morale pointe sous la plupart de ces contes, confirmant leur singularité.

    1. Les ratés de l’initiation : contes facétieux et anecdotes

30Une fois fermé le grand ensemble des contes d’initiation, de l’autre coté du miroir, du T.1200 à T.1999, se placent les contes facétieux. La liste de leurs anti-héros en détermine les sous-sections, commençant par les histoires d’idiots, histoires sur les époux, histoires à propos d’une femme ou d’une fille. Suivent les histoires à propos d’un garçon ou d’un homme qui se subdivisent elles-mêmes en plusieurs ensembles regroupant les thèmes du garçon habile, des accidents heureux, et de l’homme stupide.

31Le niais - Jean le Sot - est la figure emblématique des contes facétieux. A l’âge où les jeunes gens courtisent et se marient, il n’éprouve aucun attrait pour les filles, ne comprend rien aux consignes qui lui sont données pour leur plaire et ne voit pas l’intérêt qu’il aurait à quitter le giron maternel. Sa mère vieillissante le presse de trouver une épouse. Elle tente de lui en donner le goût en mettant en acte les métaphores de la sexualité, allant jusqu’à placer entre ses propres cuisses un perdreau rôti : « tu en trouveras un tous les jours entre celles de ta femme si tu te maries », lui dit-elle. Mais Jean - resté au stade oral de son développement comme le dit la psychanalyse - se plaint ensuite que celui de sa femme n’est pas même plumé ! Dans les cas où il prend goût au mariage, éveillé par une femme par trop délurée, c’est de façon excessive : il lui enjoint alors de ne pas quitter le lit conjugal...

  • 12 Ils n’y ont d’ailleurs droit qu’à un numéro suivi d’un astérisque, ce qui les fait apparaître com (...)

32Les ethnographes du tournant du siècle qualifiaient ces contes de licencieux. Cachés derrière des pseudonymes, ils les publiaient à part des collectes pour tout public, dans des revues et des séries quasiment secrètes, parfois consacrées plus largement au folklore érotique auquel on devient attentif dans le moment même où Freud élabore à Vienne sa théorie de la sexualité. La connotation grivoise de ces contes ne justifie pourtant pas de les classer à part. Certains se voient attribuer un numéro de type parmi les contes facétieux pris en compte dans la classification de Aarne et Thompson, mais nous devons nous contenter de supposer ce qu’il recouvre puisque - esprit du temps oblige - le catalogue ne mentionne ni le titre ni le contenu, limitant l’information à la seule mention : [obscene]12.

33Faute de trouver une femme plus jeune à qui confier le lourd fardeau qu’est son fils, la mère vieillissante tente de le faire participer aux activités domestiques. Incapable d’assurer à l’extérieur les tâches viriles, il se verra confier dans la maison celles que la coutume réserve aux femmes, provoquant des catastrophes successives détruisant l’un après l’autre les quelques biens - animaux et objets - que sa mère possède. Les voilà réduits à s’en aller mendier au loin. Jean a « pris la porte » comme sa mère le lui a ordonné, mais il l’a prise au sens propre. C’est parce qu’il la laisse tomber malgré lui, du haut de l’arbre dans lequel ils se sont réfugiés tous deux, sur des voleurs qui comptent leur butin au dessous, que mère et fils pourront retourner vivre chez eux, riches de l'or des voleurs. Cet enrichissement est providentiel, contrairement, par exemple, à celui du Petit Poucet qui vole avec préméditation les richesses de l’ogre. Riche, Jean se marie parfois mais reste sot. C’est la différence entre les deux types de contes. Ce qui est un aboutissement d’une action volontaire et une progression du récit dans les contes merveilleux n’est dans les contes facétieux qu’un Lucky Accident ne changeant rien à la suite du récit auquel le conteur peut ajouter encore quelques épisodes du même genre, j’allais dire « à l’infini ». Car si le conte merveilleux conduit son héros d’une situation initiale de manque à une situation finale satisfaisante, le conte facétieux, comme son anti-héros, revient sans cesse à la case départ.

34Au sein même des contes facétieux les personnages s’opposent : les niais - garçons ou filles - font rire à leurs dépens alors que les dégourdis - fins voleurs (T.1525) ou interlocuteurs rusés - font rire aux dépens de leurs congénères, plus stupides ou socialement supérieurs. Aussi le sous-groupe de contes sur le Clever boy a-t-il des affinités de contenu avec les Contes de l’Ogre dupé. L’habileté à voler, mentir ou duper est une qualité primordiale, au même titre qu’ailleurs le courage, l’abnégation et le dévouement. Mais alors que le héros des contes de l’Ogre dupé détruisait les biens du patron ou ébouillantait sa mère pour la réchauffer (T.1013), le niais des contes facétieux ruine sa propre mère ou la tue en la faisant bouillir (T.1681B). Ils sont comparables également du point de vue de la forme : les numéros de type sont ainsi attribués soit à des récits complexes dans lesquels se succèdent plusieurs séquences relativement fixes (ex. T.1535 « Le riche et le pauvre paysan » ) soit à des épisodes très brefs, des « anecdotes » séparées mais juxtaposables ou intégrables aux récits plus élaborés. Les conteurs contemporains mêlent volontiers les genres en faisant apparaître des contes facétieux dans de longs contes merveilleux par exemple, qui leur servent alors de récit-cadre, ce que le fractionnement du récit dans les recueils ne permet généralement pas d’observer en ce qui concerne les conteurs traditionnels.

  • 13 L’inverse de cette anecdote connue est répertorié par Aarne et Thompson comme T.1362B* : plutôt q (...)

35Clergé et ordres religieux constituent une importante sous section des contes facétieux. Les prêtres y sont mis en scène dans leurs relations avec les femmes - leur bonne, ou leurs bonnes car deux de vingt ans équivalent à une de quarante pour avoir l’âge canonique (Cf. T.1326B13) - mais aussi avec leurs paroissiens en général, dont les enfants du catéchisme. Ils y apparaissent indifféremment cupides et vaniteux ou bien pauvres, incultes et démunis devant la figure imposante de l’Evêque dont la visite réserve toujours quelque surprise.

36C’est sans doute en raison de la facilité à repérer les contes relevant de cette sous-section du catalogue (un personnage, le prêtre, et les lieux dans lesquels il évolue, église ou presbytère) que la « liste » d'Aarne et Thompson s'y révèle particulièrement lacunaire. La société traditionnelle a produit dans l’Europe chrétienne en particulier, un foisonnement de récits qu’enfants ou adultes se racontaient joyeusement : je fais appel ici à mes souvenirs personnels d’enfance villageoise à l’époque où les curés portaient encore soutane, mais aussi au contenu des collections de folklore érotique dépouillées il y a quelques années, lorsque je travaillais à l’édition des Contes licencieux de l’Aquitaine (Perbosc 1984 et 1987) qu’il s’agissait de confronter à la typologie internationale et, pour la religion ortho­doxe, aux centaines d’histoires sur les popes classés dans la remarquable Typologie des facéties roumaines (Stroescu 1969).

  • 14 Les nombreuses "Actions inadéquates à l’église" n’ont droit qu’au T.1831A*, alors que les seules (...)

37Il sera nécessaire, à la rédaction du Catalogue français des contes facétieux, d’introduire dans cet ensemble des entrées supplémentaires, d'en subdiviser d'autres (ex. le T.1823 "Plaisanteries sur le baptême" ou le T.1824 "Sermons cocasses ou facétieux"). En attendant, mieux vaut, me semble-t-il, indiquer une référence suffisamment large, du type [T.1800-1809] s’il s’agit d’une plaisanterie sur le catéchisme, et de renvoyer aux [T.1825-1874] les « autres plaisanteries sur les prêtres » plutôt que de risquer une attribution hâtive qui ne mettrait pas en évidence la nécessité de revenir sur ce choix lorsque le catalogue des contes facétieux sera suffisamment étoffé pour les prendre en considération de façon plus fine14.

38Après les Anecdotes sur les autres groupes de personnes, viennent les Contes de mensonge. La fantaisie verbale règne au plus haut point dans ces récits où la vantardise des chasseurs se taille la part belle et qui clôturent le cycle des contes facétieux.

    1. « Formula tales »

39Contes-formules, contes formulaires, ils se distinguent par la fixité totale ou partielle de leur forme de l’ensemble des contes dans lesquels des formules fixes peuvent apparaître (formulettes dites ou chantées ou mimologismes par exemple). Ils constituent la dernière section de l’Aarne-Thompson (T.2000 à [2399]).

40Les Randonnées ou Contes en chaîne, ou encore Récits cumulatifs, sont des enchaînements à la fois rigides et poétiques, qui, après un périple, nous ramènent au point de départ afin que tout rentre dans l'ordre. Certains énumèrent un à un les éléments d’une suite de nombres ou d’objets (ex. T.2010 « Les douze paroles de vérité », à connotation religieuse) ou enchaînent à partir d’un minuscule dysfonctionnement - la désobéissance est un point de départ classique - une série d’actions ou de paroles dans lesquels sont impliqués aussi bien des êtres humains que des animaux, des objets ou des éléments. Dieu ou la Mort sont convoqués en dernière instance et leur intervention redresse la situation, obligeant par cascade chacun à faire ce pour quoi il a été créé jusqu’au point de départ où tout rentre dans l’ordre. La plus connue des randonnées est vraisemblablement le T.2031 « De plus en plus fort ou La Fourmi guette » (la fourmi qui se casse la jambe sur une plaque de glace en partant en pèlerinage à Jérusalem invoque la gelée qui l’a blessée, la gelée invoque le soleil qui la fait fondre, le soleil etc.).

41Les Contes attrape et les Contes inachevés sont basés sur des pirouettes verbales par lesquelles le conteur ou la conteuse signifie qu’il ou elle ne veut rien dire, soit qu’il amène l’auditeur à poser une question à laquelle il répond par une moquerie. L’"Histoire qui ne finit pas" etcelle "qui se répète à l’infini" font partie des Autres contes formulaires avant que le Catalogue ne se ferme sur une grande plage indéterminée.

    1. Les inclassables

42Il y a en effet, à la fin de la classification d'Aarne et Thompson, une section prudemment réservée aux Contes non classés. Dans cet indispensable fourre-tout général, Boggs a par exemple placé en T.2415 du catalogue espagnol le récit, que les versions françaises apparentent à une légende explicative des moments recrudescence du froid avant l’arrivée du printemps - des « jours prêtés » ou « jours de la vieille » (Boggs 1930). Mais le dépouillement des collectes amène sans cesse à noter NC, non classé, en ajoutant un qualificatif en attendant de faire mieux : NC merveilleux, NC animaux, aussi et surtout NC facétieux, car les milliers de facéties produites ou adaptées en permanence ne peuvent faire l’objet d’une liste précise. Il faut déterminer un principe de classement qui, intégrant les récits de la société traditionnelle, prenne en compte les innombrables variations contemporaines dans les différentes cultures. Si les « histoires belges » d’il y a quinze ans sont généralement assimilables aux beotiana (on en trouve les équivalents dans le Catalogue flamand (de Meyer 1921 et 1968) et le Catalogue wallon (Laport 1932) comment classer par exemple l’humour juif ? Un même principe de classement peut-il rendre compte de tout ? Ne faut-il pas élaborer des catalogues sectoriels tenant compte de la finalité du classement et du groupe humain considéré si l'on veut appréhender plus subtilement les contes facétieux traditionnels mais aussi créer les cadres de classement de la production des conteurs contemporains ?

  1. Pour conclure : penser et classer

43Peut-on conclure un exposé qui prétendant aider à classer, vient brouiller les pistes, mélange le contenu des différentes cases et donne enfin l'impression que « tout est dans tout et réciproquement » ? Voulant indiquer des repères, j'ai surtout souligné l’unité de sens de ces contes et j'ai peut-être trop mis l'accent sur les éléments transversaux (motifs, thèmes ou formes). Or nous nous sommes donné pour tâche de classer et de fournir aux amateurs de contes, quelle que soit leur optique, les moyens de trouver, dans le foisonnement des collectes, matière à réflexion ou narration nouvelle.

44Plus que la méthode des analystes du conte, j'ai peut-être suivi l'exemple des conteurs qui bousculent l’auditeur ou le lecteur en le faisant passer du merveilleux à la facétie, du conte réaliste à la légende étiologique par des glissements, des parenthèses, des allusions ou des omissions, en le laissant sur sa faim au bout de quelques minutes ou en l'emportant pour des heures enchaînant les contes sans distinction de genre.

45Dans la partie du Catalogue français (Tenèze 1976 et 1985) parue postérieurement à l'enregistrement intensif de littérature orale nous trouvons la solution sage qui, s'en tenant à la norme qu'est la classification de Aarne et Thompson établit un pont avec de nouvelles voies. Posant d'une façon nouvelle - à partir des Contes d'animaux et non plus à partir des Contes merveilleux - la double question "qu'est-ce qu'un conte ?" et "qu'est-ce qu'un conte d'animaux ?", Marie-Louise Tenèze introduisait des critères nouveaux de classification (Tenèze 1976). Quelques années plus tard, faisant la synthèse des recherches que la communauté internationale des spécialistes de la littérature orale a produites, tant sur les questions de classification que sur les thèmes particuliers, elle adoptait dans son introduction au Catalogue des Contes religieux (Tenèze 1985) une position tenant compte à la fois de la réalité du terrain (les contes réellement présents sur le domaine français) et de la nécessité de respecter les repères communément admis que cette classification propose et qui avaient été établis à partir de données plus générales. Tout en se conformant au cadre de la classification internationale, elle a repensé les clivages internes de cette section du Catalogue en indiquant pour chacune de ses sous sections le numéro des contes-types de Aarne et Thompson qu'elle regroupait.

46Le passage de la "liste" au fichier puis à la base de données favorise ces chemins de traverse. Nous en tenant au plus près à la typologie de Aarne et Thompson nous pouvons, grâce aux les diverses opérations de tri, de regroupement, de renvois que l'on peut effectuer sur une base de données, retrouver les contes et les penser à l'infini suivant d'autres critères que ceux qui ont servi de base à leur classement. A ce niveau aussi la norme est statistique : c'est parce qu'elle est la plus utilisée que la typologie de Aarne et Thompson est recommandable. Elle ne fait en aucun cas obstacle au développement d'analyses, donc de classements dont la rationalité serait plus évidente.

  1. Schéma de la liste des contes types d’après le catalogue français : T.1 à [T.999] et le catalogue international de Aarne et Thompson (2e révision) pour les autres types

    1. Contes d'animaux

471-99 Animaux sauvages1-69 Le renard considéré comme animal adroit
70-99 Animaux sauvages autres que le renard
100-149 Animaux sauvages et animaux domestiques
150-175 L'homme et les animaux sauvages
176-199 L'homme et les animaux domestiques
200-219 Animaux domestiques
220-249 Oiseaux
250-274 Poissons
275-299 Autres animaux et objets

    1. Contes merveilleux

48300-399 Adversaires surnaturels400-459 Epoux (épouse) ou autres parents surnaturels ou enchantés)
400-424 Femmes
425-449 Maris
450-459 Frères, sœurs, enfants
460-499 Tâches surnaturelles
500-559 Aides surnaturels
505-508 Mort reconnaissant
530-559 Secours des animaux
560-649 Objets magiques
610-619 Remèdes magiques
650-699 Pouvoirs et savoirs surnaturels
700-749 Autres contes surnaturels

    1. Contes religieux

49750-779 Dieu récompense et punit780-789 La vérité vient au jour
800-809 L'homme dans le ciel
810-814 L'homme promis au diable

    1. Contes Nouvelles

50850-869 Le héros obtient la main de la princesse870-879 L’héroïne épouse le prince
880-899 Fidélité et innocence
900-904 La mégère est apprivoisée
910-915 Les bons préceptes
920-929 Actions et paroles rusées
930-949 Contes du destin
950-969 Voleurs et assassins
970-999 Autres contes-nouvelles

    1. Contes de l'ogre ou du Diable dupé

511000-1029 : Contrat de travail (Ne pas se mettre en colère)1030-1059 Contrat entre l'homme et le diable
1060-1114 Pari entre l'homme et le diable
1115-1129 Tentatives de tuer le héros
1145-1154 L'ogre est effrayé ou intimidé
1170-1199 Un homme vend son âme au Diable

    1. Contes facétieux et anecdotes

521200-1349 Histoires d'idiots1350-1439 Histoires de couples
1405-1429 L'idiot et sa femme
1430 Le couple fou
1440-1524 Histoires d'une femme (fille)
1450-1475 La recherche d'une femme
1475-1499 Railleries sur les vieilles filles
1500-1524 Autre anecdotes sur les femmes
1517-1518 Le mariage comme punition
1525-1874 .Histoires au sujet d'un homme (garçon)
1525-1639 Le garçon habile
1640-1674 Accidents heureux
1675-1724 L'homme stupide
1725-1874 Clergé et ordres religieux
1725-1774 Le prêtre est trompé
1775-1799 Le prêtre et le sacristain
1800-1849 Autres plaisanteries sur le clergé
1800-1809 Confessions
T.1824 - Sermons cocasses ou facétieux
1825-1874 Autres plaisanteries sur les prêtres
1840-1844 Incompréhension de phrases rituelles de l'église
1850-1874 Anecdotes au sujet d'autres groupes
1875-1999 Menteries (vantardises)
1890-1909 Contes de chasse
1925. Concours de souhaits

    1. Contes formulaires

532000-2013 : Récits cumulatifs : Randonnées2019-2020 : Chaines incluant un mariage
2021-2024 : Chaines incluant une mort - protagonistes animaux
2025-2028 : Chaines incluant l'absorption d'un objet ; les éléments de la chaîne ne sont pas reliés entre eux
T.2020-Contes-Attrappe
T.2300-Autres contes formulaires

    1. Contes non classés ou inclassables (2400)

Haut de page

Bibliographie

AARNE Antti, THOMPSON Stith
1961. The Types of the Folktale, A Classification and Bibliography. Second Revision. Helsinki, Suomalai­nen Tierdeakademia - Academia Scientiarum Fen­nica, F.F.C. n° 184. 588p.
ALBERT-LLORCA Marlène
1991. L'ordre des choses. Les récits d'origine des animaux et des plantes en Europe. Paris, Editions du C.T.H.S., coll. "Le regard de l'ethnologue". 314p.
AMADES Joan
1988. L'origine des bêtes, petite cosmogonie cata­lane. Traduction et présentation de Marlène ALBERT-LLORCA. Carcassonne, GARAE/Hésiode, coll. "Classiques de la littérature orale". 364p.
1994. Des étoiles aux plantes. Petite cosmogonie catalane. Carcassonne et Toulouse, GARAE/HESIODE et Presses Universitaires du Mirail, 1994. 317p.
BELMONT Nicole
1986. Paroles païennes. Mythe et folklore : Des frères Grimm à P. Saintyves. Paris, Imago.

1999. Poétique du conte. Paris, Gallimard. 251p.
[15]
DELARUE P.
1976 [1957]. Le Conte populaire français. Catalogue raisonné des versions de France et des pays de langue française d'outre mer : Canada, Louisiane, Ilots français des Etats-Unis, Antilles françaises, Haïti, Ile Maurice, La Réunion. Tome premier [Contes merveilleux, première partie]. Paris, Ed. G.-P. Maisonneuve et Larose. 394p.
+DELARUE P. et TENEZE Marie-Louise.
1964. Le Conte populaire français…. Tome deuxième [Contes merveilleux, deuxième partie]. Paris, Ed. G.-P. Maisonneuve et Larose, 1964. 731p.
TENEZE Marie-Louise.
1976. Le Conte populaire français... Tome troisième [Contes d'animaux]. Paris, Ed. G.-P. Maisonneuve et Larose, 1976. 507p.
1985. Le Conte populaire français... Tome quatrième, premier volume [Contes religieux]. Paris, Ed. G.-P. Maisonneuve et Larose, 1985. 313p.
[A paraître fin 1999] Le Conte populaire français... Tome quatrième, volume second [Contes-Nouvelles]. Avec la collaboration de Josiane BRU. Paris, Editions du C.T.H.S.
LAPORT George
1932. Les contes populaires wallons. Helsinki, Suomalainen Tierdeakademia - Academia Scientiarum Fennica, F.F.C. n° 203. 183p.
LEVI-STRAUSS Claude
1973 [1960]. "La structure et la forme. Réflexions sur un ouvrage de Vladimir Propp". Anthropologie structurale, II. Paris, Plon. p. 139-173.
de MEYER Mauritz
1968 [1921].Le conte populaire flamand. Helsinki, Suomalainen Tierdeakademia - Academia Scientiarum Fennica, F.F.C. n° 101. 144p.
PERBOSC Antonin
1984. Contes licencieux de l’Aquitaine. Contribution au folklore érotique 1/.Réimpression de l’édition de 1907, Préface de Josiane BRU. Carcassonne, GARAE. XXIX- 325p.
1987. L’anneau magique : Nouveaux contes licencieux de l’Aquitaine /2. Textes édités et présentés par Josiane BRU. Carcassonne, GARAE/Hésiode et Toulouse, CASR, coll. "Classiques de la littérature orale". xxxvi-281p. [Index, typologie et bibliographie des deux volumes].
PROPP Vladimir J. A.
1973 [1928]. Morphologie du conte.. Suivi de : « Les transformations des contes merveilleux ». Paris, Le Seuil, coll. "Points". 255p.
1983 [1936]. Les racines historiques du conte merveilleux. Traduit du russe par Lise GRUEL-APERT. Préface de Daniel FABRE et Jean-Claude SCHMITT. Paris, Galllimard, coll. "Bibliothèque des Sciences Humaines". 484p.
STROESCU Sabina Cornelia
1969. La Typologie bibliographique des facéties roumaines. Traduit du roumain par Elena et Anton MARIN. Editions de l'Académie de la République Socialiste de Roumanie. 1767p. en 2 vol. 
VERDIER Yvonne
1994. Coutume et destin. Avec une introduction de Claudine FABRE-VASSAS et Daniel FABRE : "Du rite au roman". Paris, Gallimard, coll. "Bibliothèque des Sciences humaines". 263p.

Haut de page

Notes

1 Les usagers parlent communément de " L’Aarne-Thompson" et une collègue, qui établit la typologie des ouvrages de conte du centre de documentation dont elle est responsable m’a dit : "nous avons Aarnéthompsoné" les recueils de la bibliothèque.

2 Les catalogues établis sur le modèle de Aarne et Thompson portent en général sur une région ou un pays de langue et de culture homogène. Le Catalogue français couvre au contraire un très vaste ensemble en raison de la confusion entre langue française et cultures incluses dans l’Etat français. C’est pourquoi j’emploie « domaine français » pour désigner l’ensemble des régions concernées par ce catalogue.

3 Le Centre est depuis peu rattaché à l’UTM (Toulouse II) et à l’UPS (Toulouse III) où il est installé depuis septembre 1998.

4 Cette forme particulière de récit a été étudiée par Marlène Albert-Llorca (Albert-Llorca 1991) pour la tradition orale européenne, en particulier à travers la collecte catalane de Joan Amade (Amades 1988 et 1994)

5 On trouvera dans Belmont 1986 une mise en perspective de la recherche sur les contes populaires depuis le XVIIIe s.

6 La Morphologie… de Propp fut publié dès 1928 mais portée seulement trente ans plus tard à la connaissance des chercheurs occidentaux par sa traduction anglaise, puis française (Propp 1973). Les Racines historiques ont été publiées en russe en 1936. Lévi-Strauss n’en avait pas connaissance lorsqu’il publia son commentaire pour la première fois en 1960.

7 J’indique entre crochets carrés le dernier numéro utilisable pour chaque série dans le cas où il est seulement réservé, mais non utilisé réellement. Lorsqu’un numéro de type est réellement attribué, il est noté par un T. suivi du numéro. Les titres des contes-types sont entre guillemets et en italique, les sous-sections de la classification sont en caractère gras, mais je n’ai su comment indiquer les sous sous-sections.

8 Sur le flou entre les deux termes M.-L. Tenèze écrit dans son introduction au volume à paraître consacré aux Contes-Nouvelles : « l’allemand emploie « Motiv » aussi pour des motifs narrativement constitués, c’est-à-dire des séquences que j’aurais tendance à qualifier d’épisodes ; j’ai souvent suivi l’usage allemand, le terme « motif » ayant l’avantage de bien souligner le caractère traditionnellement fixé des séquences en question. »

9 Chapitre 4 : "Les sources d’enfance du conte", 133-156.

10 Cf sous ce numéro de type (Tenèze à paraître).

11 Cf sur ce passage du conte au roman (Verdier 1995).

12 Ils n’y ont d’ailleurs droit qu’à un numéro suivi d’un astérisque, ce qui les fait apparaître comme des « doubles » ou des envers. Ex. : T.1355*, T.1356*, T.1470*, T.1546*, T1549*, T.1580*.

13 L’inverse de cette anecdote connue est répertorié par Aarne et Thompson comme T.1362B* : plutôt que d’épouser un homme de quarante ans, la jeune femme en préfère deux de vingt, ce qui revient au même.

14 Les nombreuses "Actions inadéquates à l’église" n’ont droit qu’au T.1831A*, alors que les seules facéties sur le fait de pêter à l’office en mériteraient plusieurs ! La tradition orale occitane met l’accent sur cette transgression dans l’expression "a petat a vèspras", indiquant qu’une fille a fauté et est enceinte (Albigeois, Béarn etc.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Josiane Bru, "Le repérage et la typologie des contes populaires. Pourquoi ? Comment ?", Bulletin de liaison des adhérents de l’AFAS, n° 14, automne 1999.

Référence électronique

Josiane Bru, « Le repérage et la typologie des contes populaires. Pourquoi ? Comment ? », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 14 | automne 1999, mis en ligne le 01 octobre 1999, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://afas.revues.org/319 ; DOI : 10.4000/afas.319

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page