Navigation – Plan du site

Analyser un fonds de témoignages audiovisuels de survivants des camps nazi

Présentation d’une thèse de doctorat
Hélène Wallenborn

Texte intégral

  • 1 H. WALLENBORN, L’historien , la parole des gens et l’écriture de l’histoire. L’exemple d’un fonds (...)

1Cent quarante-quatre témoignages de survivants des camps nazis ont été enregistrés sur cassettes vidéo dans les studios de l’Université Libre de Bruxelles entre 1992 et 1998 par la Fondation Auschwitz, centre de documentation, d’éducation permanente et émanation d’une ancienne amicale de prisonniers dont un des buts est de faire prévenir la résurgence de toute forme de fascisme. Cet ensemble de témoignages constitue un fonds qui a été l’objet de ma thèse de doctorat.1

2Ces témoignages durent environ quatre à cinq heures. Seul le témoin est filmé. Le témoin raconte l’expérience de sa déportation - pourquoi et comment il a été déporté, décrit la vie dans les différents camps par lequel il est passé, ce qu’il y a fait et ce qu’il y a vu-, mais aussi sa vie d’avant la déportation et sa réadaptation plus ou moins facile au retour des camps. Il évoque donc son mariage, la naissance de ses enfants, sa vie professionnelle, ce qu’il pense de l’actualité (à l’époque, l’Affaire Dutroux, la guerre en ex-Yougoslavie, ...), ses problèmes de santé, son avis sur la montée de l’extrême droite, du racisme, ou de l’antisémitisme.

3Ce fonds de témoignages n’apportant pas d’éléments factuels neufs qui viendraient bouleverser nos connaissances de l’histoire de la déportation, cette étude d’histoire le soumet à un double questionnement. Le premier interroge le contexte politique et social qui a présidé à sa création, expliquant cet engouement pour les archives de la parole, et particulièrement pour les témoignages des rescapés de la Shoah dans les années 1990, par de nouveaux rapports entre monde académique et société civile qui émergent à compter des années 1970 à partir du cas français, comparé brièvement à celui des Etats-Unis. Le second angle d’attaque, par la mise en dialogue du traitement de la “parole des gens” en histoire mais aussi dans d’autres domaines du savoir, tels que la linguistique, la psychanalyse, la sociologie ou l’anthropologie, cherche à comprendre comment se structurent les récits des témoins, ce qui en définit leur contenu, et quel outil d’analyse ils constituent pour la compréhension du monde.

4Les témoignages des gens ordinaires, particulièrement les victimes d’événements ou de situations tragiques envahissent l’espace public. Contrairement à l’idée défendue par ceux qui les recueillent, ces témoignages ne sont pas à comprendre comme un retour du traumatisme après l’événement ou à placer en filiation avec ceux qui remontent à la plus haute antiquité : les changements dans la conception de la temporalité nous en empêchent et la nouvelle place accordée à l’historien dans la gestion des passés nous l’interdit.

  • 2 Certains jalons de cette triple perspective ont été placés par O. DUMOULIN, Le rôle social de l’h (...)

5Pour expliquer l’engouement pour les archives orales et plus particulièrement des témoignages de la Shoah, ce fonds est placé dans trois larges perspectives liées entre elles : la première, les deux changements de conception de temporalité, l’un survenu à la fin du XVIIIe siècle, l’autre autour des années 1980, la deuxième, la manière dont les historiens ont pensé leur rôle social et ont noué des relations avec la société civile, et la troisième, comment ils ont justifié écrire un récit objectif, pouvoir atteindre leur intention de reconstruction vraie du passé2.

6Entre les historiens de l’Antiquité, les chroniqueurs du Moyen Age, qui faisaient usage des témoins pour garantir leur récit, et l’irruption du témoignage dans l’espace public aujourd’hui, se sont opéré plusieurs ruptures, surtout du point de vue de la conception de la temporalité. Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, le temps était considéré comme cyclique et il n’existait pas de rupture entre présent et passé. A cette époque, une nouvelle conception de la temporalité émerge, une conception téléologique du temps exprimée par les notions d’histoire, de progrès et de révolution. Désormais le futur ne sera plus semblable au passé : le temps est irréversible. Le passé n’est plus conservé en mémoire par la tradition orale, mais reconstruit selon une démarche critique, basée sur l’interprétation des textes. Ceci permet une séparation nette entre l’historien et son objet, et l’objectivité est garantie par la distance temporelle. L’érudition critique justifie et motive la création de communautés de professionnels.

7Les historiens de l’« école méthodique » pensaient l’objectivité comme équivalente à l’impartialité, à la mise à l’écart des débats politiques ; même si dans les faits, ils n’ont pas hésité à s’engager dans l’affaire Dreyfus. Ils envisageaient le rôle de l’historien comme celui de savant et professeur qui devait former les citoyens de la nation. Les historiens des Annales garantissaient leur objectivité par le questionnement qu’ils adressaient aux sources et par l’induction logique qu’elles permettent pour connaître le passé. Après la Première Guerre mondiale, la séparation entre les différents rôles s’impose, parce que le lien entre nation et citoyen a changé. La figure du chercheur se substitue lentement à celle du savant professeur. L’activité historienne s’effectue dans un monde clos, et son seul rôle social est de produire de la connaissance. Une nette césure se dessine entre le monde universitaire et la société civile. Si cette règle est enfreinte, elle est décriée comme biaisée par l’idéologie. Aux Etats-Unis, la communauté historienne se définit par un consensus méthodologique, basée sur une idée de l’objectivité plus que par des faits de professionnalisation.

8Après la Seconde Guerre mondiale, on assiste à un véritable éclatement de la communauté historienne, plus marquée aux Etats-Unis qu’en France, expliquée par la démocratisation des études et l’arrivée dans les universités des enfants du baby boom. Une nouvelle génération d’historiens s’insurge contre l’approche « macro » des Annales et remet en cause l’idée même d’objectivité en histoire en voulant réserver aux acteurs une place dans l’historiographie.

9L’histoire orale se voit comme un moyen de s’intéresser aux acteurs, mais aussi comme un moyen de transformation radicale de la signification sociale de l’histoire : en s’intéressant aux acteurs, elle brise les cloisons entre monde académique et société civile. Elle se veut émancipatrice, elle veut intéresser les exclus, les dominés, ... à leur propre histoire. Mouvement militant, elle s’attaque au statut institutionnel de l’histoire, qui produit selon elle des formes académiques de fiction. Le terme même d’histoire orale, traduit de l’anglais oral history prend des significations variées, parfois fort étrangères à la notion même d’histoire. Le dénominateur commun est l’interview d’une personne sur son passé.

10L’histoire orale participe aux incertitudes qui secouent la discipline historienne depuis une trentaine d’années, et que l’on intitule parfois « le Retour du Récit » ; elle ouvre à la prise de conscience que le discours historien est toujours un récit et porte l’attention aux acteurs et à leur subjectivité. L’abandon des descriptions des grandes structures institutionnelles empêche de prétendre à une césure nette entre l’objet de la connaissance et la conscience subjective des acteurs. De l’attention portée à l’individu et à ses constructions du monde social, à la construction sociale du discours, de n’importe quel discours, y compris celui de l’historien, il n’y a qu’un pas. L’histoire en tant que description du passé, mais aussi comme réalité passée se déconstruit en une quantité de récits, sans que l’on puisse établir une hiérarchie de valeurs entre eux.

11Cette égalité entre tous les récits est liée et accentuée par une nouvelle conception du temps, qui prend place lentement à compter des années 1970 : celle d’un éternel passé, sans horizon d’attente. Expliquée par la fin des grands récits, celui des Etats-nations, par exemple, qui se déconstruisent en une série de mini récits portés par des groupes qui cherchent dans le passé le sens d’une action politique.

12Dans ce rapport élargi au passé, dont le maître mot semble être l’imprescriptibilité, le patrimoine connaît de beaux jours. L’historien est appelé à jouer un rôle d’expert, en devant parfois admettre qu’il puisse exister une clôture aux débats historiographiques, ou participer à la construction d’un récit qui fasse sens en collaboration avec des membres de la société civile. La société civile se mêle de plus en plus de la gestion de ses passés, amenant ainsi la publicité des débats historiographiques et sommant les historiens à certaines questions relatives au passé. La Shoah apparaît en cela paradigmatique, entraînant une inflation des discours sur l’histoire, et l’historien se voit souvent contraint de justifier ce qu’il est capable de faire, accompagnant le mouvement réflexif sur l’histoire.

13Les initiatives d’enregistrements audiovisuels de survivants des camps s’inscrivent dans ce contexte, contexte de patrimonialisation, de déconstruction de l’histoire, et d’implication plus grande de la société civile dans son passé. Il s’agit bien souvent de substituer les histoires individuelles à l’histoire, dans un nouveau rapport sensible au passé : il faut parler au cœur et non à la raison. Les témoins sont les nouveaux vecteurs de la transmission du passé, ils acquièrent ainsi un véritable statut social.

14Par rapport à l’histoire orale des années 1970, deux déplacements se sont donc opérés. Le premier est relatif aux objets. Alors que l’histoire orale, à ses débuts, s’intéressait aux dominés, à ceux du bas de l’échelle sociale, aujourd’hui la « nouvelle ethnicité » jette son regard sur les victimes. Le second concerne la place dévolue à l’historien : si l’historien de l’histoire orale s’est fait le porte-parole de ces dominés, dans les années 1990 il est exclu du champ de la transmission de la souffrance.

15S’interroger sur la place particulière que prennent les témoins et leurs témoignages à notre époque amène au constat que le témoignage est toujours un enjeu social et conduit toujours à se poser des questions sur le rôle social de l’historien, sur les manières dont les passés sont gérés par la société civile et sur ce qui garantit l’objectivité du récit historique, pensée comme garantie par la distance temporelle, ou par des procédures légalisées ou encore le désengagement du chercheur, jusqu’à nier, en acceptant la possibilité de la clôture des débats, ce qui fait la spécificité de la démarche scientifique, à savoir la ré élaboration permanente d’hypothèses.

16Le second questionnement, qui porte sur la nature-même d’un fonds de témoignages de survivants des camps nazis - celui enregistrés par la Fondation Auschwitz de Bruxelles, interroge d’abord la manière dont l’historien peut atteindre son intention de poser du vrai sur le passé.

17L’histoire, comme toute démarche scientifique, arrive à des résultats qui sont soumis à ré élaboration. C’est par un système d’hypothèses et de questions, et par une mise en oeuvre des sources que l’histoire s’écrit et, dans ce système, les sources ont un droit de veto : si elles ne nous dictent jamais ce que nous avons à dire, elles nous interdisent de dire ce que d’autres sources révèleraient comme totalement faux. On fait la distinction entre deux types de sources qui impliquent deux raisonnements différents : les traces, les résultats d’actes qui permettent de passer de l’objet véritablement constaté au fait dont cet objet apporte la preuve, et les sources narratives, qui demandent à être recoupées avec d’autres sources.

18Cette définition de la source écarte une série de débats sur les sources orales : en effet, nombre de réflexions sur la source orale ou le témoignage s’appuient souvent sur l’idée selon laquelle la vérité du récit historique est garantie seulement par la vérité de la source, d’où la volonté, lorsque certains créent des archives orales de contrôler la situation d’énonciation afin d’en faire des documents qui seraient les plus neutres possibles, en intervenant peu en tant qu’interviewer par exemple.

19Une fois ceci défini, il s’agit de montrer ce qui détermine le contenu de ces témoignages, afin de comprendre comment se construit la cohérence des récits, et ce qui détermine le contenu de ces témoignages, et plus largement, de toute source orale.

20Les débats relatifs aux sources orales sont abondants et redondants, et ont souvent été fonction des courants dominants en sciences humaines, avec le secret espoir, mais souvent vain, que la clé de la compréhension de ce type de source viendrait des sciences humaines voisines.

  • 3 Voir J.-J. BECKER, Le handicap de l’a posteriori in Questions à l’histoire orale. Les Cahiers de (...)

21D’emblée, il faut écarter les questions relatives à l’oralité, qui ne concerne que la forme, et peu le contenu. L’on a souvent dit, et l’on dit encore souvent que la source orale, que ce que le témoin peut raconter à propos d’événements est comptable de tout ce qui a été dit, écrit ou pensé après au sujet de ces événements. C’est ce qu’on appelle le handicap de l’a posteriori3. Pour atteindre le souvenir immédiat de l’événement, il faudrait comprendre les fonctionnements de la mémoire individuelle et de la mémoire collective. Mais la notion de mémoire collective théorisée par Halbwach est trop floue, tandis que les mécanismes de la mémoire individuelle mis à jour dernièrement soulignent la part de la personnalité de chacun dans la mise en mémoire et la réactivation des souvenirs, sans que l’on puisse en tirer de leçon générale.

  • 4 R. DULONG, Le témoin oculaire. Les conditions de l’attestation personnelle, Ed de l’Ecole des Hau (...)

22Un autre biais serait apporté par la situation d’entretien. On peut considérer que la situation d’entretien a été redéfinie par le travail sur le témoin oculaire du sociologue Renaud Dulong, qui dit que le témoin, en disant “j’y étais” s’institue témoin et s’engage à répéter ce qu’il a vu ou vécu dans les mêmes termes4. En disant “j’y étais”, le témoin veut conférer à son récit un droit de veto, alors qu’un récit demande une vérification. Le témoin relève des deux. En effet, en disant “j’y étais”, le témoin s’institue trace du passé, mais son témoignage demande à être recoupé par d’autres sources.

  • 5 CH. LINDE, The Life Stories. The Creation of Coherence, Oxford University Press, Oxford and New Y (...)

23Finalement, la définition qui correspond le mieux à ce que sont ces témoignages est celle de récit de vie de la linguiste Charlotte Linde : le récit de vie est un récit raconté en diverses occasions, soumis à réélaboration, qui permet de justifier les grands choix existentiels, et par lequel on construit son identité, en offrant une image cohérente de par les causalités mises en oeuvre dans le récit5.

  • 6 C’est la définition de “récit collectif” formulée par l’UMR Telemme (Temps, Espaces, Langages- Eu (...)

24Par l’analyse du fonds, trois types de récits collectifs apparaissent rapidement, ceux qui ont structuré le souvenir des persécutions nazies depuis la fin de la guerre, à savoir le récit communautaire juif, le récit patriotique, et le récit antifasciste, mais qui n’ont pas obéi à la même chronologie6.

  • 7 D. BERTAUX, Les récits de vie. Perspective ethnosociologique, Nathan, Paris, 1997.

25Dans chaque témoignage, les trois registres de discours mis en évidence par le sociologue Daniel Bertaux ont été recherchés : le registre descriptif (ce que le témoin a vu et vécu), le registre évaluatif (ce que le témoin pense de ce qu’il a vu et vécu) et le registre énonciatif (tout ce que l’on comprend de la situation d’énonciation dans le récit)7. Par ce dernier registre, on comprend que les témoins veulent livrer un récit authentique -et utilisent pour cela les mêmes raisonnements mis à l’œuvre pour la certification du récit historique, à savoir le recoupement et la preuve immédiate -, et aussi exhaustif sur leur expérience concentrationnaire, mais que la situation de parole publique créée par la caméra induit certains silences, notamment sur les relations entre les déportés. Dans ce registre est compris le message que le témoin veut laisser aux générations futures.

26L’analyse du registre descriptif établit que la déshumanisation est au centre de ces récits, ce qui rendrait cette expérience indicible, mais par la manière dont ils en parlent, ils se construisent et se posent en acteurs.

27L’analyse des registres évaluatifs montre que les mêmes raisons de leur survie sont invoquées par tous : la chance, mais surtout la volonté de vivre, puisée dans une foi religieuse ou politique. Par ailleurs l’emploi de mêmes thèmes ou de mêmes expressions pour évaluer l’ensemble de l’expérience ou des événements plus particuliers, donne un premier niveau de cohérence au récit. Par exemple : pour sortir de cet enfer, il fallait de la chance, et le témoin illustre son propos par des anecdotes montrant qu’il a effectivement eu beaucoup de chance.

28Le second niveau de cohérence est créé par l’identité, -définie comme ce par quoi les gens se sentent déterminés, l’image que le témoin veut donner de lui-même-, dont les principaux thèmes sont contenus dans la présentation des premières minutes, et qui donne le ton à tout le témoignage. C’est cette image que le témoin construit qui fait la cohérence entre les différents registres, les autres registres lui étant d’ailleurs soumis. Par exemple, certains qui se proclament comme militant antifasciste, tout en étant d’origine juive cachent ou taisent leur inscription au “Registre des Juifs”.

29Au niveau collectif, le témoin s’inscrit plus ou moins clairement dans un des trois récits par la manière dont il se présente, qui montre aussi comment il a compris l’enjeu de la campagne de témoignages ; et par l’évaluation globale sur l’expérience concentrationnaire, qui induit le message à laisser aux générations futures. En produisant son récit individuel, le témoin constitue et perpétue le récit collectif dans lequel il s’inscrit. La perte de vigueur du récit patriotique a un effet sur le récit des témoins qui se sont engagés dans la résistance par patriotisme : la cohérence de leur récit est moins forte.

  • 8 Sur le pacte testimonial, voir R. WAINTRATER, Sortir du génocide. Témoigner pour réapprendre à vi (...)

30Ce qu’il ressort de cette analyse, c’est que la source orale, le témoignage est le résultat d’un pacte, dont le but est le partage d’un même objet de connaissance, dans lequel le témoin engage sa sincérité en disant “j’y étais”, mais aussi un pacte plus implicite par lequel l’interviewer aide le témoin à construire une image cohérente de lui-même.8 Au-delà de ce socle minimum, le témoin peut profiter de la situation d’énonciation qui lui est offerte pour livrer un message, pour essayer de mener l’auditeur à l’action. Témoigner est constitutif d’identité et a un effet irréversible sur le témoin.

31Parce que livrer son témoignage, raconter sa vie a un effet sur le témoin, celui de construire un récit de vie par lequel il dit qui il est, -acte de langage grâce auquel il construit son identité-, cet acte est utilisé parfois comme outil émancipateur. Dans les années 1970-1980, l’histoire orale s’intéresse aux acteurs du bas de l’échelle sociale ; mais après la fin de la lecture du monde en termes de classes, la fin des marxismes, le témoignage devient un outil de reconstruction de l’identité pour les victimes, et les campagnes d’enregistrement de ce qui est appelé dans ce travail la parole des gens (archives orales, histoire orale, témoignage, source orale) font toujours l’objet d’un enjeu social, qui souvent prime sur la construction d’un véritable objet de recherche.

32Et les protagonistes d’enregistrements de prendre position, de manière pas toujours explicite, sur le rôle social de l’historien et de poser la question de ce qui garantit l’objectivité en histoire jusqu’à remettre en cause sa capacité d’atteindre son intention de reconstruction vraie du passé. Pour faire la critique externe de ces témoignages, il s’agit alors de prendre en compte l’idéologie de la mémoire au nom de laquelle les témoins sont conviés à parler (dans un but émancipateur, ou encore pour empêcher le retour du fascisme, dans le cadre d’une pédagogie de la Shoah, par exemple), mais aussi la tension entre la vérité du témoin et la vérité de l’historien (au nom de quel principe supérieur l’historien aurait-il le droit de trahir les propos du témoin, alors que lui-même proposerait un récit toujours soumis à réélaboration ?).

33Cette remise en cause du métier d’historien amène certains à revendiquer l’équivalence de statut entre le témoin et l’historien, jugé de toute façon incapable de dire le vrai sur le passé. Par l’affirmation “j’y étais”, le témoin s’institue trace de l’événement et demande à être cru sur parole, alors qu’un récit demande toujours vérification. Et plus encore. En disant “j’y étais”, le témoin veut amener l’auditeur à l’action parce qu’il se pense vecteur du sens à donner à l’avenir depuis la mise en place d’un nouveau rapport au temps, conçu comme un éternel passé, qui a entraîné la nécessité de gérer les passés dans nos sociétés contemporaines.

34Cette étude peut donc se lire à deux niveaux. Le premier consiste en la mise à jour de nouveaux liens entre sciences humaines et société civile depuis sa redéfinition, qui débute dans les années 1970. Le second propose une grille d’analyse, un outil, pour faire la critique du type particulier de sources que sont les témoignages, pour laquelle il faut prendre en compte l’importance sociale de la connaissance du passé pour les protagonistes d’enregistrements, ainsi que leur position par rapport à la possibilité d’atteindre l’objectivité en histoire.

35La structure interne des témoignages s’organise en trois registres de discours en fonction de l’identité du témoin. A une époque où la notion d’identité semble être devenue une notion indépassable, poser la question de la source orale, du témoignage conduit à se demander comment les sciences humaines pensent le monde, avec quels outils d’analyse et comment elles y participent.

36Avec cette conscience que l’outil est déterminé par l’histoire même des sciences humaines, la mise en dialogue de la littérature théorique issue de différentes disciplines, des questions qu’elle pose au métier d’historien et l’analyse d’un fonds particulier d’archives orales par la citation d’extraits, ce travail porte l’espoir de contribuer à clore certains débats au profit de meilleures recherches empiriques. En effet, les témoignages constituent un outil essentiel pour saisir l’histoire des institutions, des organisations dans lesquelles les relations humaines sont fondamentales, mais aussi pour faire l’histoire des mentalités en comprenant comment et par quoi, des gens pensent, à un moment donné, que leur identité est déterminée.

37Au-delà de la place du témoin dans nos sociétés contemporaines, cette étude pose la question, qui n’est pas neuve, de la place du passé dans celles-ci et de la légitimité d’y chercher un sens pour nos actions politiques, dont la pédagogie de la Shoah apparaît comme paradigmatique.

Haut de page

Bibliographie

Hélène Wallenborn a été éditée sous le titre “L’historien, la parole des gens et l’écriture de l’histoire. Le témoignage à l’aube du XXIe siècle” par les éditions Labor.

Haut de page

Notes

1 H. WALLENBORN, L’historien , la parole des gens et l’écriture de l’histoire. L’exemple d’un fonds de témoignages audiovisuels de survivants des camps nazis. Thèse de doctorat présentée sous la direction de Jean-Philippe Schreiber, Philosophie et Lettres, orientation Histoire, Université Libre de Bruxelles, année académique 2003-2004.

2 Certains jalons de cette triple perspective ont été placés par O. DUMOULIN, Le rôle social de l’historien. De la chaire au prétoire, Albin Michel, Paris, 2003 ; P. NOVICK, That Noble Dream. The “objectivity question” and the American Historical Profession, Cambridge University Press, Cambridge and New York, 1988 ; F. HARTOG, Régime d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Seuil, Paris, 2003 ; R. ROBIN, La mémoire saturée, Stock, Paris, 2003. Plus spécifiquement sur la parole des gens, voir F. DESCAMPS, L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Comité pour l’histoire et financière de la France, Paris, 2001 et D. VOLDMAN (dir), La bouche de la vérité. La recherche historique et les sources orales. Les Cahiers de l’Institut d’histoire du temps présent, 21, novembre 1992.

3 Voir J.-J. BECKER, Le handicap de l’a posteriori in Questions à l’histoire orale. Les Cahiers de l’IHTP, 4, 1987, pp. 95-97, handicap discuté par F. DESCAMPS, L’historien, pp. 490 et suiv.

4 R. DULONG, Le témoin oculaire. Les conditions de l’attestation personnelle, Ed de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris, 1998.

5 CH. LINDE, The Life Stories. The Creation of Coherence, Oxford University Press, Oxford and New York, 1993.

6 C’est la définition de “récit collectif” formulée par l’UMR Telemme (Temps, Espaces, Langages- Europe Méridionale- Méditerranée, Université de Provence- CNRS) qui a été retenue. Voir J.- N. PELEN, La production du récit collectif in Le monde Alpin et Rhodanien, 4e trim 1999, pp. 97-103. Sur les trois grands récits qui ont structuré la mémoire des persécutions nazies en Belgique, en France et aux Pays-Bas, voir P. LAGROU, Mémoires patriotiques et occupation nazie, Complexe, Bruxelles, 2003.

7 D. BERTAUX, Les récits de vie. Perspective ethnosociologique, Nathan, Paris, 1997.

8 Sur le pacte testimonial, voir R. WAINTRATER, Sortir du génocide. Témoigner pour réapprendre à vivre, Payot, Paris, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Wallenborn, "Analyser un fonds de témoignages audiovisuels de survivants des camps nazi", Bulletin de liaison des adhérents de l'AFAS, n°27, printemps-été 2005, p. 2-9.

Référence électronique

Hélène Wallenborn, « Analyser un fonds de témoignages audiovisuels de survivants des camps nazi », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 27 | printemps-été 2005, mis en ligne le 01 mars 2005, consulté le 23 août 2017. URL : http://afas.revues.org/396

Haut de page

Auteur

Hélène Wallenborn

Hélène Wallenborn est rattachée à l’Unité de Recherche “Sources Audiovisuelles en Histoire contemporaine” Université Libre de Bruxelles.
hwallenb@ulb.ac.be
Référence de la thèse : L’historien, la parole des gens et l’écriture de l’histoire. L’exemple d’un fonds de témoignages de survivants des camps nazis. Thèse de doctorat en Histoire. Faculté de Philosophie et Lettres. Université Libre de Bruxelles. Année académique 2003-2004.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page