Navigation – Plan du site
2005

Rapport moral de l’AFAS pour l'année 2004 présenté le 21 novembre 2005 lors des journées d’étude de l’AFAS à Aix-en-Provence

Elizabeth Giuliani

Bilan

Depuis la dernière Assemblée générale qui s'est tenue à la Bibliothèque nationale de France, le 7 octobre 2004, l'AFAS a centré ses activités sur l'organisation de rencontres et journées d'étude. Dans un souci d'alternance, en 2004, un séminaire technique était consacré par les spécialistes du département de l'Audiovisuel de la BnF, à la numérisation des archives sonores. Un complément permettait, en atelier, d'aborder la question de la sauvegarde des supports vidéos. Cette rencontre a été très suivie (plus de 150 personnes) et devait donner lieu à publication, notamment sur le site. Hélas! Ce n'est pas fait encore.

Sur le terrain des publications nous n'avons pas réussi à maintenir la périodicité du Bulletin : 1 seul numéro est daté de 2004 (n°26). Un très lourd effort a été consenti par Véronique Ginouvès au suivi de la réalisation de la Discographie antillaise. Elle devrait paraître, elle, très prochainement. La mise à jour du site sur Internet a été assurée et, qui aboutit aujourd'hui, son évolution technique et éditoriale.

Domaine plus nouveau, celui de la coopération. Elle a été inaugurée avec la nouvelle formule de l'ACIM qui s'est reconstituée comme "portail" des associations professionnelles travaillant dans le domaine de la documentation musicale. L'AFAS en est membre "coopérateur" et, à ce titre, participe à l'organisation, difficile, des travaux de cette association.

Elle s'est réalisée dans l'élaboration d'une convention de pôle associé avec la BnF "coordonnant" un travail de rapprochement bibliographique entre les organismes publics nationaux détenteurs de fonds sonores collectés anciens. La description de ce travail sera à l'ordre du jour de l'AG de 2006.

Perspectives

Il s'agit d'orientations que je suggère au prochain conseil d'administration qui va se réunir tout à l'heure.

Maintenir, renforcer même l'effort éditorial. En publiant la discographie des éditions 78t de musiques antillaises soutenue par la Médiathèque caraïbe. En veillant à la régularité et à la richesse du Bulletin.

En assurant la réimpression des publications qui continuent de nous être commandées dans la collection "Discographie".

En assurant la validation d'une adaptation espagnole du Guide de traitement des sons inédits.

En alimentant régulièrement le site.

L'autre activité qu'il faut poursuivre c'est l'organisation de rencontres professionnelles et de journées d'étude. Il convient également d'en mieux assurer le suivi : édition des actes dans le Bulletin, sur le site ou, le cas échéant, en "relevant" Sonorités. Ainsi faut-il relancer les participants à la journée de mai 2005 consacrée et l'inventaire des fonds de microsillons dans les bibliothèques et établissements de documentation musicale.

Une autre activité à prendre en compte réside dans la coopération avec d'autres organismes : associations professionnelles (ACIM et Groupe français de l'AIBM) ou établissements publics (partenariat avec la BnF pour l'inventaire des collections de disques microsillons, des archives sonores collectées anciennes), etc.