Navigation – Plan du site
Documents

Gérer une collection numérisée : l’exemple de la phonothèque de la MMSH[Préservation, signalisation, accès]

Véronique Ginouvès

Résumé

Cette intervention a été présentée lors de la journée d’étude de l’AFAS les 7 et 8 octobre 2004 à la Bibliothèque nationale de France sous le titre : La numérisation des documents sonores au service de la conservation  - Principes généraux et recommandations pratiques. Mise à jour le 5 août 2005.

Haut de page

Texte intégral

1Je présente ici comment un documentaliste dans un centre d’archive sonore va à la fois produire, gérer et diffuser ces archives numérisées à partir de l’exemple concret de la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. Pour vous donner un ordre d’échelle, la phonothèque de la MMSH est riche de 3000 heures d’archives sonores inédites et elle reçoit chaque année en, moyenne 150 heures de nouveaux fonds sonores. Actuellement, 1500 heures sont mises en consultation au public sous forme de cédéaudios. La plupart des dépôts se font encore sous format analogique (bandes et cassettes) mais nous recevons de plus en plus de dépôts de fonds sonores déjà sous forme numérique (DAT ou MD) que nous transférons sous forme de disque compact pour la consultation et l’archivage. La gestion des collections sonores numérisée est un va-et-vient permanent entre transfert et numérisation dans l’objectif de mettre à disposition de nos utilisateurs un support qui reste encore sous utilisé et mal exploité. Je vais donc décrire la chaîne documentaire de l’acquisition des documents :

  • Numérisation

  • Conservation

  • Catalogage

  • Valorisation

La numérisation

2A la phonothèque de la MMSH nous avons commencé depuis 2000 à numériser sur site les archives sonores inédites. Pour mettre en place la chaîne de numérisation nous avons collaboré avec l’association Dastum1, pionnère dans l’aventure de la numérisation des archives sonores dans le cadre de structures de taille moyenne. Cette association bretonne créée en 1979 a commencé à numériser ses collections dès 1998. Elle a proposé un modèle opératoire pilote que les phonothèques associatives ont suivi. Ce modèle a été aménagé au fur et à mesure des expériences, en fonction de leurs besoins mais aussi de leur environnement informatique. A partir de 2000 la phonothèque de la MMSH a également été soutenue par le plan national de numérisation lancé dans le cadre du Ministère de la Culture, piloté par la Mission recherche et Technologie.

3Je vais donc vous présenter les deux mode de numérisation en pratique à la phonothèque de la MMSH : la numérisation sur place, la sous-traitance.

Numérisation sur site

4De nombreux chercheurs m’apportent encore dans des boîtes à chaussures leurs « trésors ». Des bandes analogiques dans des boîtiers qu’ils ne peuvent pus écouter parce que leur magnétophone ne fonctionne plus depuis longtemps et qu’ils ne trouvent personne pour les réparer désormais ou encore des flots de cassettes audios, car ce support a généré de nombreux enregistrements. Ils savent que ces supports magnétiques sont fragiles, que les bandes se détériorent et ils veulent les faire numériser par inquiétude, pour des raisons de sécurité mais aussi simplement finalement parce que du fait qu’ils ne peuvent plus réécouter ces supports. Lorsqu’ils déposent ces archives c’est qu’ils ont pris conscience, de façon intuitive et forte, du caractère patrimonial de leurs sources.

  • 2 Suivant les préconisations de l’Oral en Boîte édité par l’AFAS, Paris, 1984.

5Du côté de la phonothèque avant 2000, nous faisions des recopies systématique des bandes tous les quinze ans environ2 , dans la mesure de nos possibilités en moyen et en personnel. Chaque original était copié sur une bande 12cm  pour archivage et sur une cassette audio pour la consultation. Les dernières années nous avions des difficultés pour trouver des bandes studio de qualité et les recopies devenaient beaucoup trop onéreuses. Nous avions pris conscience que la numérisation était l’évolution obligatoire du fonds même si ce n’était pas non plus la panacée de la conservation, au moins, la qualité du signal sonore demeurait pérenne au moment de la copie.

6J’ai évoqué dès mon introduction le travail de pionnier de Dastum sur la numérisation. Au début des années 1990, se sont regroupées en réseau au sein de la Fédération des Associations de Musiques et danses traditionnelles (FAMDT), des phonothèques. A la fin des années 1990 elles souhaitaient commencer la numérisation de leurs données. Aujourd’hui, dans ce réseau, nombreuses sont celles qui ont mis en place des stations de numérisation le Conservatoire occitan à Toulouse, l’UPCP à Parthenay, Mémoires Vives à Anost, le CMTRA à Lyon, le centre Joseph Canteloube à Aurillac qui a intégré cette année un service d’archives départemental et la phonothèque de la MMSH.

7La question que nous nous sommes posé de façon commune au départ était celle du support. Quel support devions-nous utiliser pour la conservation des archives sonores dans une phonothèque disposant de moyens infrastructurels limités ?

8- Les disquettes étaient déjà un support obsolète, trop vulnérable, et n’avaient pas assez de capacité ;

9- Les DAT existaient depuis 1986. Très apprécié par les chercheurs, ce support a été choisi par certaines phonothèques comme support de conservation. Il s’agit toutefois d’un support fragile, sensible à la démagnétisation. Quoiqu’il en soit, aujourd’hui, ce format en voie d’obsolescence technologique ;

10Cf. Sonorités – Cahier du patrimoine sonore et audiovisuel, n°2, 1996.

11- Les Minidiscs étaient commercialisés dès 1992 mais il s’agissait de format compressé, propriétaire et magnéto optique (donc effaçable) = trois raisons rédhibitoires. Je noterai tout de même à propos de ce format, qu’aujourd’hui avec le recul du DAT, le Mini-disc est très utilisé chez les chercheurs et la plupart de mes nouveaux dépôts se font sous ce format là. Malheureusement, la manipulation des MD n’est pas toujours évidente et j’ai trop souvent l’occasion de recevoir des enregistrements inaudibles.

12- Les DVD étaient apparus dès 1998 mais les expériences manquaient. Encore aujourd’hui, le DVD inscriptible reste encore mal maîtrisé. Il n’y a pas de standard unique et il y a déjà des risques d’obsolescence.

  • 3 Un cédéaudio = 74 minutes de son à ce moment là, 90 minutes aujourd’hui sont enregistrables sur un (...)

13En 1998, le choix du réseau des phonothèques s’est donc porté sur le cédé, non effaçable. Il apparaissait à ce moment là comme le plus universel, et il le demeure : les informations gravées le sont selon des normes ouvertes, des outils de contrôle existent, et ses capacités sont proportionnées aux au format de durée des enquêtes de terrain3.

14Ces structures suivent le même processus de gravure et numérisent les enregistrements sous deux formats : un cédéaudio, pour la consultation et une gravure qui enregistre les fichiers informatiques sur un cédérom pour un archivage patrimonial (le fichier Wave et les métadonnées soit les marqueurs avec les index du cédé).

15Les deux gravures sont toutes deux linéaires ou « droites » (sans compression). Aucun traitement particulier n’est effectué sur le son. Aujourd’hui encore ce sont les préconisations principales du réseau des phonothèques de la FAMDT.

16Nous étions conscients au moment de ce choix que le cédé n’était pas la panacée de la conservation mais au-delà de l’évolution mécanique des technologies nous savions aussi que la numérisation promettait de nouvelles voies aux phonothèques :

17D’abord, elle offrait une sauvegarde optimale et une conservation pérenne par la copie régulière des originaux,

  • 4 La numérisation offre également de nouvelles lectures du son en particulier au travers de la lectur (...)

18L’élément essentiel a été la facilitation de l’accès à la source orale en développant les capacités de consultation tout en améliorant les coûts de mise à disposition de l’information. Jusqu'à la numérisation, le document de consultation était la cassette audio. Outre la médiocrité de ce support analogique (souffle, fragilité...), l’accès séquentiel à l’information demeurait impossible. Le problème principal dans le traitement du son c’est qu’il s’agit de traiter une information continue : écouter un récit de vie parfois sur plusieurs heures, sur les archives analogiques s’avérait beaucoup trop fastidieux pour le public au regard de supports plus classiques. La recherche sur le son numérique permet d’accéder à des séquences d’information et une recherche simple4.

19Et puis, le son se mettait au même niveau que l’image et le texte parce qu’il devenait possible pour les chercheurs d’envisager de mettre en forme leurs archives sonores en vue d'une édition.

20Désormais, les jours de la bande magnétique sont comptés et les chercheurs n'achètent plus de magnétophones analogiques. Les nouvelles enquêtes sont enregistrées sur DAT ou sur MD, quelques unes encore sur cassettes audios. Mais, l’avenir à moyen terme d’une phonothèque est de travailler dans un environnement entièrement numérisé, oùtoutes les composantes du système, depuis la collecte de l'information jusqu'à sa diffusion, feront appel au numérique.

Procédure de numérisation du son à la phonothèque de la MMSH

A. Choix des données à numériser

21Certains fonds sont prioritaires suivant des critères variables en fonction des objectifs de la phonothèque :

22parce qu’ils sont directement liés aux programmes de recherche de la MMSH, et en particulier parce qu’une publication est lié au corpus sonore,

23parce qu'il y a une demande de consultation récurrente sur ces fonds,

24parce que les documents sont anciens et fragiles,

25parce que le fonds entre dans le cadre du pôle associé FAMDT/BnF, c’est à dire porte sur le domaine de la littérature orale, l’ethnomusicologie ou plus largement la culture locale,

26parce que le fonds s’intègre dans un ensemble de corpus pertinent (ex. : la guerre d’Algérie)

27parce les enregistrements sont bien documentés et faciles à traiter,

28parce ce que les questions de droits sont résolus sur le corpus…

B. Point documentaire et technique du corpus, exemplaire par exemplaire

29Cette expertise permet, notamment, de déterminer l'ordre de "génération" des supports. Souvent plusieurs copies analogiques ont été réalisées des enquêtes mais le meilleur support n’est pas toujours l’original. C’est aussi le moment où l’on fait le point sur les fiches descriptives et tous les documents déposés avec les archives sonores. Pour chacun des fonds, je réalise un dossier documentaire. Je réalise également, de façon systématique depuis quelques années, un enregistrement du déposant ou de l’enquêteur afin d’obtenir des informations plus précises sur le fonds déposé. Cette enquête est jointe au corpus et numérisée suivant la même procédure.

C. Préparation optimale de la lecture

30Nettoyage approfondi du support, mise au point de l'appareil de lecture (cellule, vitesse de rotation, fréquences d'équalisation…).

D. Numérisation

31Sans compression, sans traitement. Lecture "droite" et la numérisation selon des critères correspondant aux normes établies (taux d'échantillonnage, non compression) assurant l'exactitude et la complétude maximales du signal sonore.

32A la phonothèque de la MMSH nous utilisons le logiciel WAVELAB (de Steinberg).

E. Réalisation des métadonnées

33Il s’agit de créer des séquences pertinentes pour l’enquête et de les nommer. Je reviendrai sur la création des métadonnées dans la partie du traitement documentaire mais il est essentiel de noter que nous sommes là sur un élément nouveau et déstabilisant de la numérisation : le travail technique de numérisation devient intrinsèque au travail documentaire et d’analyse. Ces métadonnées impliquent une intervention sur la couche documentaire et ne sont plus donc uniquement un travail lié à  la manipulation des formats. Format et contenu sont donc imbriqués à ce stade.

F. Normalisation

34Jusqu'en 2003 la phonothèque normalisait ses archives sonores de façon systématique à –1db. La normalisation avait pour but de mettre au même niveau sonore l’ensemble des fichiers son. Aujourd'hui nous ne normalisons plus car tout le monde s'accorde à dire que la normalisation entraîne un encrassage des fichiers son à éviter absolument.

35Définition : Réglage du volume sonore par rapport à un volume maximum. Un son normalisé à 90% signifie que le volume maximum (ou crète) le plus élevé du passage sonore normalisé sera au 9/10ème du volume maximal qu'il est possible d'atteindre avec le système utilisé

G. Gravure d’un cédéaudio

36La gravure s’effectue en monosession, sans compression sur le cédéaudio destiné à la consultation.

37Monosession : lorsque vous gravez en monosession vos données sur un CD, vous ne pouvez plus rien rajouter sur le CD une fois la gravure terminée. Il est possible de graver vos CD en plusieurs fois en utilisant le mode multisession. Le CD se rempli au fur et à mesure et non plus en une seule passe.

38Le nom du fichier est celui du n° d’enquête qui est unique

39Attention, il faut être vigilant à la qualité des cédéaudios.

40Il convient également d’être attentif à la durée de l’enregistrement numérisé. En effet, le fait de créer des marqueurs occupe de l'espace mémoire. Sur un cédé de 80 minutes, on ne gravera donc qu’environ 60 minutes avec les marqueurs. Il faut être d’autant plus vigilant si on veut une image du cédéaudio sur le cédérom d’archivage car nous le verrons, le cédérom intègre des informations supplémentaires par rapport au cédéaudio et occupe donc plus de place.

H. Edition des jaquettes du cédéaudio

41A partir du fichier de marqueurs (.MRK dans Wavelab) il est facile de réaliser les jaquettes des cédés de consultation. A la phonothèque, la jaquette est enregistrée au format d’un traitement de texte et ensuite attachée à la notice documentaire de l’enquête sur le logiciel Alexandrie. Ainsi, en cas de gravure supplémentaire, la jaquette peut être ré imprimée sans difficulté.

I. Gravure d’un cédérom

42Le cédérom sert de support d’archivage. Y sont gravés l’ensemble des fichiers son générés par la gravure. Le fichier WAVE et des marqueurs (extension MRK) sont évidemment les fichiers essentiels. Par commodité je grave également les fichiers de crête et les extensions .CD qui peuvent se régénérer à partir des fichiers WAVE et des marqueurs car ils occupent peu de place. Pour la gravure les remarques sont les mêmes  à propos de :

43- la gravure en monosession, sans compression

44- la qualité des cédés

45- l’inscription de la cote (pas de gravure intempestive sur la galette)

46- le nom des fichiers qui a bien sûr toujours le même nom, celui du numéro d’enquête qui est unique.

47Nous avons choisi cette copie d’archive sur cédérom pour plusieurs raisons :

48Le cédérom opère ce qui s’appelle une « check sum », c’est à dire une somme de contrôle réalisée à partir d’un système mathématique, elle a pour fonction de sécuriser la lecture des données.

49Le cédérom conserve de façon claire le nom des séquences, à tout moment elles peuvent être imprimées.

50Pour le chercheur qui souhaite réutiliser ses données, le montage sonore est simplifié : il suffit d’effectuer des copier/coller des passages sonores, même si ils ne correspondent pas aux séquences créés par le documentaliste au départ.

51Attention, le cédérom inscrit des informations supplémentaires que les cédéaudios suppriment, il occupe donc souvent plus de place mémoire que le cédéaudio.

J. Cotation

52Sur le support, à la phonothèque la cote est inscrite sur le disque avec des feutres adaptés (sans alcool, sans produits chimiques agressifs pour le support) mais je sais qu’il convient d’être prudent et d’éviter le plus possible d’écrire ou alors d’utiliser l’anneau central. Certains préconisent d’utiliser le n° de fabrication unique imprimé sur l’anneau que l’on peut reproduire sur la jaquette. Quoiqu’il en soit il faut toujours écrire le moins possible et toujours après la gravure.

53La cotation des supports adoptée à la phonothèque de la MMSH date des années 1980 et nous l’avons conservé car elle est simple et efficace. Elle date de la période analogique quand la notion de support était alors essentielle.

54Le classement est alphabétique couplé au classement numérique.

55D’abord une lettre indique une clé définie au préalable elle est suivie d’un numéro séquentiel, suivant l’ordre d’arrivée (de 1 à l’infini).

56A la phonothèque, elle me permet de classer l’original, la copie d’archive, la copie cassette, la copie de sortie :

57F = first ou original (il peut s’agir d’une cassette ou d’une bande) + N° d’ordre

58A = copie d’archive sur bande 12cm (en général en 9,5cm/s) ou  depuis 2000 sur cédérom + N° d’ordre

59B = copie d’archive sur bande 27cm (en général en 19cm/s) + N° d’ordre

60C = copie de consultation sur cassette + N° d’ordre

61E = copie de sortie + N° d’ordre

62D = document édité disque ou cassette + N° d’ordre

63La bande sonore 524 peut donc avoir le numéro F524, C524, A524.

K. Gestion des gravures dans la phonothèque

64Chaque gravure est suivie et inscrite dans un fichier de gestion (sous Excel) en vue d’un bilan annuel sur le nombre de gravure, le nombre de cédés utilisés, le nombre d’échec à la gravure et les circonstances de l’échec.

L. Vérification simple de la gravure à l’écoute

65Même si elle n ‘est pas suffisante, nous vérifions à l’écoute systématiquement, nous avons quelquefois de mauvaises surprises… A la MMSH, nous n’avons pas les moyens d’acquérir des outils d’analyse de dégradation des cédéaudios. Il faut aussi noter que ces outils ne sont utiles que pour l’audio et pas pour les cédéroms.

66La gravure peut être doublée dans le cas des dépôts associatifs, où une copie est déposée à l’association productrice, ou encore à la demande de l’enquêteur ou du déposant, s’il désire obtenir une copie sur ce support. C’est un des intérêts de la numérisation que la facilitation de la délocalisation des supports.

Numérisation en sous-traitance : Le plan national de numérisation du ministère de la culture et de la communication

67Je renvoie sur ce plan de numérisation aux différentes intervention d’Alain Maulny accessibles sur le Web comme la communication qu’il a faite aux Journées d’étude de la Société Française d’Ethnomusicologie à Mèze le 31 mai 2003. (ref. le site de la Société Française d’Ethnomusicologie).

68Avant tout je souhaite remercier Alain Maulny et tous ceux qui ont travaillé avec lui sur ce plan de numérisation des archives sonores car je crois que ce programme est une réussite et a permis aux archives sonores d’exister de façon plus lisible comme source scientifique. En effet, j’ai évoqué le fait que le son demeure une information continue : la numérisation d’une heure de son implique qu’un technicien soit occupé pendant autant de temps. A ce temps « mécanique » de numérisation, il convient d’ajouter la création des métadonnées qui nécessite également un défilement complet de l’information. Bref, la numérisation du son est gourmande en temps de travail donc très onéreuse. La sous-traitance est un moyen intéressant pour une phonothèque d’avancer rapidement sur le traitement documentaire et d’abandonner les problèmes techniques aux spécialistes. Cette dichotomie qui justement n’est pas facile à gérer avec le son, nous l’avons évoqué.

69Revenons d’abord sur le plan national de numérisation. Ce n’est pas à moi d’en faire l’historique5, je rappellerai pour mémoire que la numérisation des archives sonores est inscrite dans ses appels à projets depuis 1999. La mission de la recherche et de la technologie a confié la numérisation des données sonores aux ateliers de la Régie Industrielle des Etablissements Pénitentiaires (RIEP), le suivi technique et artistique étant assuré par l’association “ Les musiques de la Boulangère ”. La phonothèque de la MMSH a pu numériser ainsi plus de 1000 heures d’enregistrement inédit depuis 2000.

70Pour répondre à cet appel d ‘offre, la phonothèque de la MMSH s’est s’engagée à préparer les fonds à la numérisation et réaliser l’analyse documentaire des collections. Le site web "Numérisation du patrimoine culturel" accompagne les plans de numérisation ; il comprend des informations techniques et juridiques, des informations d'actualités, une bibliographie, des liens. http://www.culture.gouv.fr/culture/mrt/numerisation/

71Sur l’organisation de la sous traitance, je vous renvoie à un article de Céline Della Savia paru dans le Bulletin des adhérents de l’AFAS n°24, printemps-été 2003.

Autres entrées de documents numérisés 

La découverte des « fonds muets »

72Le plan national de numérisation a été également un bon moyen de reprendre le fonds analogique et de vérifier sa qualité sonore. Jusqu’ici j’ai été confrontée à deux cas de fonds « muets ».

73Le premier concerne un corpus important, de quelques 70 heures d’enregistrement, correspondant à un programme de recherche réalisé par un groupe d’ethnologues de l’Université de Provence sous le titre « Le pays d’Arles par ses gens ». Ce fonds avait subi un dégât des eaux en 1991 mais, par chance, il avait été copié au moment de son dépôt en 1989 sur des bandes analogiques 12cm et déposé au département de l’audiovisuel à la Bibliothèque nationale de France. A Poissy, la numérisation s’est avérée impossible, la majorité des bandes (à l’époque pourtant essuyées soigneusement et séchées) étant inaudibles. La BnF a alors accepté de nous envoyer une copie numérisée du fonds déposé,  je remercie vivement à ce propos le service de l’audiovisuel.

74Je n’ai pas encore réglé le second cas, celui d’un fonds sur la Vallée d’Aigues, enregistré à la fin des années 1970 qui lui aussi a été refusé à la numérisation. Les bandes n’étaient pas les originaux, il s’agissait de copies réalisées à partir des originaux de l’enquêteur une dizaine d’année plus tard. Il me reste encore une issue : retrouver trace du chercheur qui a réalisé les entretiens, pour revenir à ses originaux et vérifier qu’une copie soit possible. Mais cela pour rappeler que ce n’est pas une affabulation du phonothécaire de conseiller le dépôt aux chercheurs pour des raisons de sécurité. Ces fonds sont réellement fragiles et ceux qui ont été enregistrés dans les années 1970 arrivent justement dans une période cruciale de leur existence.

75Le plan national de numérisation prévoyait la création de deux cédéaudios pour le centre et d’un cédérom. Ce cédérom déposé à la BnF depuis 2004. Voilà une sécurité supplémentaire qui permettra d’obtenir facilement des copies de fonds

Le MNATP

76Le Musée national des arts et traditions populaires à Paris a également participé au plan national de numérisation. Le département de la musique et de la parole, sous la direction de Florence Gétreau puis de Marie-Barbara Le Gonnidec a mis en place un système de convention avec le réseau des phonothèques de la FAMDT. Cette convention porte, sous réserve de l’accord des ayants droit, sur un dépôt réciproque entre le MNATP et la MMSH sur des fonds intéressant les deux institutions.

77Ainsi toute une série d’enquêtes enregistrées en Provence ont été déposées à la phonothèque de la MMSH dans le cadre de cette convention, soit une cinquantaine de cédéaudios.

Conservation des supports numérisés

78A lire en introduction : http://www.transfert.net/a9475

79Titre de l’article : Un centre de stockage nucléaire choisit le papier "permanent" pour archiver ses données.

80Une fois cotés, les cédéroms destinés à la conservation sont rangés et conservés dans de bonnes conditions :

81- Boîte cristal classique qui assure la préhension du disque uniquement par le centre (pas de contact avec la zone d’enregistrement).

82- Protection des disques de la lumière ambiante, rangés dans de boîtes en carton de surconditionnement opaques.

83- L’environnement est à température constante, l’humidité basse (40%).

Le traitement documentaire d’une archive sonore numérisée

Numérisation sans création de séquence analytique

84Il m’arrive de numériser au kilomètre, sans créer de plage. En général, il s’agit de conférences enregistrées ou d’enquêtes pour lesquelles le chercheur me demande rapidement une copie sur cédé en vue d’une transcription. Il s’agit alors d’un simple transfert analogique-numérique brut. Ce transfert satisfait à la conservation mais l’accès à l’information n’est pas pertinent puisque la consultation sera la même que sur une cassette analogique. Toutefois,

85Il est possible de mettre des séquences toutes les 10 minutes pour faciliter le déplacement dans l’enquête ;

86L’opération ne requiert pas un personnel spécialisé ni une analyse précise du document ;

87Il sera facile, plus tard, de revenir sur ces documents, de créer des séquences.

Numérisation avec création de séquence

88Nous revenons là à la procédure de numérisation. Pendant l'opération de numérisation d'une source sonore, un sonogramme défile à l'écran.

89Celui-ci nous permet de déterminer précisément  l'emplacement de "marqueurs" (limites d'item) chaque fois que l’analyste le juge nécessaire : lors d'un changement de thématique par exemple, dans la discussion. Ce "marqueur" porte également un titre, le plus concis et le plus évocateur possible de l'ensemble de la séquence. Il est entendu que chaque item représente une entité assez cohérente pour être éventuellement extraite de l'ensemble de l'enregistrement.

90Ce sont ces titres qui représentent les séquences ou plages. Ce sont eux qui seront ensuite imprimées sur les jaquettes.

91Les métadonnées sont enregistrées sur le cédérom d’archives.

92Définition du terme « métadonnées »

93Peut-être convient-il de donner une définition rapidement ici des métadonnées.

94J’aime assez celle indiquée par le Conseil des bibliothèques du gouvernement fédéral du Canada

95http://www.collectionscanada.gc.ca/6/37/s37-1120-e.html

96« Les métadonnées sont des renseignements structurés sur les caractéristiques d'un objet physique ou numérique. Les métadonnées jouent le même rôle qu'une étiquette. Tout comme d'autres étiquettes, les métadonnées fournissent de l'information au sujet du contenu d'un objet. Par exemple, une boîte en fer-blanc scellée non étiquetée peut contenir de l'huile à moteur, des « fèves au lard » ou de la nourriture pour chats. La seule manière de savoir ce qu'elle contient est de l'ouvrir. Par contre, si elle porte une étiquette décrivant le contenu, vous êtes alors mieux en mesure de décider si vous voulez l'acheter ou l'ouvrir.

97Normalement, une étiquette apposée sur une boîte en fer-blanc contient l'information suivante :

98titre : « Fèves au lard »

99créateur : Bean Maker Co.

100ingrédients : haricots cuits, eau distillée, sel, acide ascorbique

101date de fabrication : 2005-12-03

102L'étiquette pourrait contenir des renseignements supplémentaires, allant d'alertes aux allergies à un numéro sans frais pour les consommateurs. »

103Les métadonnées à la MMSH indiquent le numéro d’inventaire et les titres des différentes séquences. Ces métadonnées sont ensuite récupérées au moment de la saisie dans la base de données documentaire.

Etapes du traitement documentaire

104Le traitement documentaire est défini par le guide d’analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de banques de données (AFAS/FAMDT, 2001)6.

Définition des items ou séquences sur le fichier son

105La création des séquences à pour objectif de créer une véritable table des matières pour que le document sonore soit facilement consultable. Ces plages / séquences peuvent varier d’une phonothèque à l’autre, voire d’un documentaliste à l’autre.

106Pour une enquête orale on peut procéder de différentes façons :

107- créer autant de séquences que de thèmes abordés dans l’ordre chronologique (évidemment il faut que le discours sur le thème soit suffisamment long)

108- dégager les éléments pour lesquels on souhaite rendre l’accès séquentiel (un proverbe, une devinette, un conte…)

109- poser les marqueurs avant la question de l’enquêteur et ainsi de suite jusqu’à la suivante

110- mettre régulièrement des séquences minutées.

Durée d’une séquence

111Il n’y a pas de règle de durée (à noter le minimum est de 4 secondes) mais il est clair qu’au delà de 30 minutes une plage perd de son intérêt. Lorsque l’on commence à numériser, la tendance est de multiplier les plages mais on se rend très vite compte de la perte de sens de ce découpage. Le discours a besoin de s’installer pour prendre sens.

Titre d’une séquence

112Donner un titre à une séquence peut s’avérer essentiel : pour se déplacer rapidement lors de la consultation, pour l’édition de catalogues, pour retrouver les œuvres orales… (par ordre de priorité)

113Le titre de l’œuvre interprétée est annoncé par l’interprète 

114L’enquêteur a signalé le titre par écrit ou l’annonce sur l’enregistrement

115Il existe un titre uniforme pour cette œuvre (i.e. titre utilisé pour regrouper des œuvres  qui sont publiées sous des titres différents mais dont le contenu est identique)

116Le documentaliste forge un titre

117Forger un titre. Le titre doit rendre compte du contenu de la séquence, il doit être bref et précis. Il peut commencer par un terme qui renvoie au type de discours : évocation de…, souvenir de…, description de…, commentaires sur…, A propos de / Au sujet de…

118Le titre de séquence doit permettre à l'item d’être compréhensible même extrait de son corpus

119On entre ici dans le traitement documentaire. C’est aussi la complexité de la numérisation : tout est imbriqué.

Conclusion sur la valorisation de la numérisation

120Localement, à la MMSH, les disques compacts seront reliés aux données descriptives des enregistrements sonores sur la base de données de la Phonothèque. L’ensemble des données sera accessible au public de la Médiathèque et sur le réseau de la MMSH.

  • 7 Une journée sur la valorisation des fonds sonores numérisés est prévue dans le cadre du colloque Ré (...)

121De l’extérieur, les notices descriptives sont déjà accessibles en partie par l’Internet sur http://phonotheque.mmsh.univ-aix.fr. Dans un deuxième temps, lorsque la totalité de la base sera disponible, les sons correspondants (ou éventuellement des échantillons) pourront également être accessibles par le réseau7, sous réserve de l’obtention de l’ensemble des droits.

Haut de page

Notes

1 http://www.dastum.com - Stations de numérisation Protools sous Mac ; Gravures sur CD-R et sauvegarde Exabyte ; Compression en MP3

2 Suivant les préconisations de l’Oral en Boîte édité par l’AFAS, Paris, 1984.

3 Un cédéaudio = 74 minutes de son à ce moment là, 90 minutes aujourd’hui sont enregistrables sur un CD-R 800. Mais attention aux métadonnées qui occupent une place mémoire importante. Un CD-R 8000 est en général limité à 1 heure de son si il y a des séquences saisies.

4 La numérisation offre également de nouvelles lectures du son en particulier au travers de la lecture des sonogrammes i.e. représentation graphique du son sur le plan spectral. Le temps (en secondes) est en abscisse et la fréquence (en Hertz) en ordonnées. La graduation des axes varie en fonction de la résolution de l'analyse. Le sonogramme, en fournissant une véritable radiographie du son, apporte une aide efficace aussi bien à la psychoacoustique qu'à l'analyse musicale.

5 Cf. l’article de Christine Peressini dans 01 Informatique, paru le 10/03/2003, « Numérisation du Patrimoine : le hantier le plus long de l'Administration » [http://www.01net.com/article/204515.html (consulté le 4 novembre 2005)].

6 http://afas.imageson.org/document313.html#tocto5 (consulté le 4 novembre 2005)

7 Une journée sur la valorisation des fonds sonores numérisés est prévue dans le cadre du colloque Résonances organisé à l’IRCAM le 22 octobre 2004 http://resonances2004.ircam.fr/resonances2004.html  (consulté le 4 novembre 2005)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Ginouvès, « Gérer une collection numérisée : l’exemple de la phonothèque de la MMSH[Préservation, signalisation, accès] », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 32 | hiver 2007 - printemps 2008, mis en ligne le 26 octobre 2010, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://afas.revues.org/814 ; DOI : 10.4000/afas.814

Haut de page

Auteur

Véronique Ginouvès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page