Navigation – Plan du site

En guise de réponse à Giovanni Contini : De l’histoire orale au patrimoine culturel immatériel. Une histoire orale à la française

Conférence de Florence Descamps à l’université de Sherbrooke le 10 avril 2015
Florence Descamps

Texte intégral

Une introuvable histoire orale française

1Mais existe-t-il une histoire orale en France ?

  • 1 P. Joutard, « L’oral comme objet de recherche en histoire », Bulletin de l’AFAS, n° 28/29, 1992, p. (...)
  • 2 F. Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone, De la constitution de la source orale à (...)

2Cette question récurrente de la part des chercheurs étrangers spécialistes d’histoire orale lorsqu’ils arrivent en France, qu’ils soient britanniques, américains, canadiens, allemands, italiens ou espagnols, manifeste un étonnement qui se teinte d’incrédulité, voire d’inquiétude. Elle fait écho au constat désenchanté des fondateurs de l’histoire orale en France qui concluent à intervalles réguliers, non sans une pointe de déception, à l’inexistence d’une histoire orale française1. Et de fait, il est difficile de ne pas leur donner raison, car en France aujourd’hui, contrairement à de nombreux autres pays occidentaux, il n’existe pas d’association d’histoire orale, pas de revue d’histoire orale, pas de centre de recherche en histoire orale affiché comme tel, pas de laboratoire ou de département universitaire portant cette appellation, pas de site internet français dédié à la cause de l’histoire orale, presque pas de chercheurs se présentant comme historiens oraux (ou oralistes) ou se réclamant de cette spécialité dans leur curriculum vitae officiel, pas de filière de formation universitaire spécifique, pas ou presque pas de manuels de méthode publiés en ligne2, alors qu’il en existe un très grand nombre sur les sites internationaux d’histoire orale, à peine une notice Wikipédia en français, alors que la notice équivalent en anglais est beaucoup plus consistante…Au terme de cette petite enquête, l’observateur ne peut que conclure à l’inexistence de l’histoire orale en France, ou du moins à sa faible institutionnalisation et son apparente invisibilité sur internet.

3Mais qu’en est-il exactement ? Depuis les années 1980 qui ont vu poser les premiers linéaments théoriques et empiriques, l’histoire orale n’a-t-elle connu aucun développement en France ? Si oui, pourquoi la France s’est-elle ainsi tenue à l’écart d’un mouvement historiographique à dimension internationale et dont la dynamique peut se mesurer à l’aune des communications sur les réseaux scientifiques sur le Net ? Existe-t-il une exception française ?

4Pourtant au tournant des années 1970 et 1980, l’histoire orale française a connu des débuts tout à fait prometteurs.

5De fait, le contexte des années 1970, marqué par la contestation sociale et politique après Mai 1968, par l’effervescence intellectuelle et les renouveaux philosophiques autour de l’individu, du sujet et du discours (déclin du structuralisme et du marxisme, montée de l’individualisme méthodologique, de l’ethnométhodologie ou du foucaldisme) tout autant que par la prise de conscience des transformations accélérées de la société française aux prises avec les grands mouvements tectoniques du délitement de l’ancienne société rurale, de la sécularisation, de l’urbanisation, de la désindustrialisation et de la modernisation sociétale, a sans nul doute été très propice à la redécouverte de la parole des individus. Sous les discours prométhéens de la révolution ou du changement, perçaient déjà ceux de la rupture patrimoniale, de la nostalgie populaire (littérature-témoignage des humbles et des petits, émissions de télévision) et de tous les revivalismes régionaux, musicaux et linguistique. Au même moment, dans la discipline historique, de véritables renouveaux historiographiques ont fait jour : la naissance de l’histoire du temps présent théorisée et soutenue par l’Institut d’Histoire du Temps Présent (IHTP) créé en 1980, alimentée par des dynamiques croisées avec la sociologie et la science politique ; le développement de la « nouvelle histoire » appuyée sur l’ethnohistoire et l’anthropologie historique, et avec elle, très vite, la mise en lumière d’un riche champ d’investigation, la mémoire…Le terrain était mûr pour que l’ oral history internationale vienne déployer ses influences tant européennes qu’américaines, ravivant ou rhabillant de neuf des expériences françaises qui n’affichaient pas encore le vocable d’histoire orale.

  • 3 Le CREHOP, créé en 1978, aura une postérité institutionnelle de première importance : la Phonothèqu (...)

6Le quatrième congrès international d’histoire orale qui se déroule en 1982 à Aix en Provence sous la direction de JC. Bouvier et de P. Joutard pour le compte de l’Association Internationale d’Histoire Orale (IOHA), là même où vient d’être créé le Centre de Recherches sur les Ethnotextes, l’Histoire Orale et les Parlers régionaux (CREHOP), premier (et dernier) centre d’histoire orale français3, manifeste la vitalité de l’histoire orale en France. Cinq germes, vivaces et durables, sont d’ores et déjà repérables : l’ethnohistoire, l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et notamment de la Résistance, l’histoire sociale d’en bas, l’histoire des femmes et des minorités, et en mineure mais néanmoins présente dès cette époque, l’histoire politique et institutionnelle, avec le Service d’histoire orale de l’armée de l’Air et les enquêtes d’Odile Rudelle à la Fondation Nationale des Sciences Politiques (FNSP).

7Alors, comment expliquer qu’avec de tels atouts la France n’ait pas connu le même développement de l’histoire orale dans les années 1980 que les autres pays limitrophes et plus largement occidentaux ? Les mêmes causes (une volonté de rénovation historiographique, l’existence d’un intérêt spécifique pour les groupes sociaux dominés, les traumatismes de la SGM, de la déportation ou de l’expérience de la dictature) n’auraient-elles pas dû produire les mêmes effets et alimenter une histoire orale dynamique ?

8Les causes de cette acédie française sont bien connues et ont été maintes fois commentées. Citons d’abord, depuis l’établissement à la fin du XIXème siècle de la première école historique méthodique française, le primat de la culture écrite et la domination sans partage de l’archive primaire, le maintien pendant près d’un siècle du discrédit de la source orale et plus largement des sources dites secondaires. Dans la période suivante, on sait que le verrou ne s’est guère desserré, en dépit du dialogue dans l’entre-deux-guerres entretenu par l’école des Annales avec les autres sciences sociales, en dépit des avancées de Marc Bloch quant à « la psychologie du témoignage » et en dépit des initiatives innovantes du Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale décidant de procéder à la collecte de témoignages des témoins de la guerre, de l’Occupation et de la Résistance. Dans les années 1960 et 1970, les « affirmations des témoins », tenues en suspicion par une discipline historique qui se méfie d’un passé trop contemporain qu’elle préfère laisser à Science Po, aux journalistes ou aux autres sciences sociales, se voient également éclipsées par les succès de l’histoire économique et sociale, quantitative et sérielle, toute parée de vertus néo-positivistes que la source orale est bien incapable d’offrir. Enfin, pour l’histoire contemporaine du second XXème siècle, l’abondance des sources d’archives ou de sources imprimées a pu laisser croire à l’inutilité des sources secondaires, a fortiori orales. A ces causes historiographiques et épistémologiques, il faut sans doute ajouter des causes moins avouables telles que l’attachement aux identités disciplinaires (l’oralité relèverait prioritairement de l’ethnographie, de l’ethnologie ou de l’anthropologie), la crainte du rapprochement ou de la confusion avec les autres sciences sociales, la défiance des historiens à l’égard de l’outil technique (le magnétophone) et leur attachement au « goût de l’archive », le mépris académique pour tout ce qui pourrait se rapprocher du journalisme radiophonique ou télévisuel…Enfin, on ne peut exclure qu’il y ait eu en France une hostilité plus fondamentale à l’histoire orale première manière, dans ses contenus comme dans ses finalités, rejetant le projet d’une histoire engagée et militante, politique et contestataire, trop proche des méthodes de la « recherche-action », et refusant de laisser cours à la prétention des acteurs à écrire l’histoire.

9Mais toutes ces raisons n’expliquent pas l’écart de la France par rapport aux autres pays européens, qui tous à des degrés divers ont connu les mêmes réticences méthodologiques ou épistémologiques, les mêmes réflexes positivistes ou les mêmes freins institutionnels et où pourtant s’est développée une communauté d’historiens oralistes. Il faut chercher ailleurs et sans doute dans l’irruption d’un concept alternatif et concurrent, qui a connu un grand succès dans les années 1980 et 1990 : les archives orales.

Un concept alternatif et concurrent : les archives orales

  • 4 D. Schnapper, « Archives orales. Une autre histoire ? », Annales ESC, no 1, janvier-février 1980 et (...)

10C’est Dominique Aron-Schnapper, historienne et sociologue de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), qui en 1980 a forgé et théorisé ce concept à la faveur d’un rapport d’enquête orale sur la genèse historique du système de sécurité sociale en France4. La chose est d’autant plus intéressante qu’elle est allée prendre connaissance de l’histoire orale américaine à l’université de Columbia, mais qu’elle en est revenue en proposant le concept d’archives orales. Ce faisant, elle a opéré dans le champ terminologique et sémantique un déplacement décisif. Ce fut une petite bataille à la fois terminologique, méthodologique, historiographique, institutionnelle, intellectuelle et épistémologique, qui a nourri nombre d’articles de revues, de tables rondes et de colloques tout au long des années 1980 et divisé la petite communauté des historiens oraux de l’époque. Elle a posé de façon nette que les récits enregistrés des individus acteurs ou témoins étaient des données, des matériaux élaborés pour l’historien et non l’histoire elle-même, que les règles de la critique historique devait leur être appliquée comme aux autres documents et qu’une fois déposés et archivés dans des institutions patrimoniales, ces matériaux devenaient des archives et des sources pour l’historien du futur. Tout en introduisant la notion de « points de vue », qui fragmente la perception et la compréhension de la réalité en autant de regards contradictoires ou convergents, elle a affirmé la possibilité pour les archives orales d’atteindre « des petits faits vrais », « l’invisible quotidien », le fonctionnement d’une institution ou d’un système de relations sociales, ainsi que la reconstitution partielle du vécu des acteurs historiques. Ce faisant, non sans emprunter à un certain néo-positivisme, elle a ancré les témoignages oraux dans un référentiel « réaliste » et maintenu solidement arrimés témoignages, réalité et vérité, évitant de ne considérer les récits que comme des représentations subjectives ou des seuls discours (cf. le « linguistic turn »).

11Le fait de qualifier d’archives les récits et les témoignages oraux a constitué un tournant décisif. Cela a entraîné l’irruption de la problématique archivistique : les témoignages oraux étaient certes des documents produits « pas comme les autres », mais ils étaient à traiter comme les autres. Là où l’histoire orale se pensait parfois recherche-action, les archives orales enregistrées ont suscité l’apparition de préoccupations conservatoires (protection, conservation, restauration, reproduction, pérennisation), documentaires (transcription, description, métadonnées, analyse) et patrimoniales (accessibilité, transmission et communication au public, valorisation). Les récits ou les témoignages oraux ont changé de statut ; de propriété d’un chercheur individuel ou d’un laboratoire de recherche, ils sont devenus des sources à partager, accessibles, analysables, comparables, partageables et exploitables par tous. Deuxièmement, en sortant du monde de la recherche en sciences sociales et en se dénommant « archives », les sources orales sont entrées dans un nouvel univers professionnel, celui des archives et de la documentation, mais aussi des bibliothèques, des médiathèques et des musées, et plus largement des institutions patrimoniales, ce qui a permis un élargissement de l’intérêt pour les témoignages oraux, une diversification des acteurs institutionnels impliqués dans cette démarche et une professionnalisation des pratiques. Enfin, le concept d’archives orales, forgé à la faveur d’un projet d’histoire institutionnelle, a fait l’objet d’une adoption extensive par les grandes organisations publiques et privées (administrations, ministères, entreprises, syndicats) qui, à la même époque, se trouvaient confrontées à une forte demande en connaissances historiques, en mémoire, en identité ou en accompagnement des processus de changement dont elles étaient l’objet.

12Il est résulté de cette adoption des archives orales par la « société civile » deux conséquences importantes, mais paradoxales. La création de nombreux corpus de témoignages oraux, thématiques ou institutionnels, rationalisés et mis en série, l’accessibilité, la vérifiabilité et la « recoupabilité » de ces enregistrements, à l’instar des archives écrites, ont progressivement crédibilisé et légitimé le recours aux sources orales, incitant à partir de la fin des années 1990 nombre de jeunes historiens contemporanéistes à recourir à leur tour aux témoignages oraux et pour un petit nombre à déposer leurs propres entretiens de recherche. Cette « archivisation » de l’histoire orale a donc donné une amplification considérable à la prise au sérieux de la parole des individus-acteurs, à la collecte et à l’utilisation des témoignages oraux, mais en refusant de se ranger sous la bannière de l’histoire orale, elle a promu d’autres acteurs, d’autres pratiques, d’autres approches qui ont pu éclipser l’histoire orale en tant que spécialité et affaiblir sa visibilité internationale. En définitive, c’est sans doute l’émergence de deux pôles concurrents et alternatifs en matière de témoignages oraux qui pourrait expliquer l’apparente faiblesse de l’histoire orale en France, mais sur le terrain, en termes de pratiques, de collectes, de collections de témoignages et de travaux historiques, le recours à la source orale n’a fait que croître et embellir.

13En effet, dans les années 1990, un contexte favorable vient encore faciliter l’acclimatation des sources orales en histoire et leur « archivisation ». De façon générale, on constate une diffusion extensive de l’entretien (qualitatif, compréhensif, ethnographique, ethno-méthodologique) en tant que méthode et pratique dans l’ensemble des sciences sociales ; la subjectivité de l’individu-acteur n’est plus un obstacle mais un moyen d’accès à ses représentations, à ses normes et à ses croyances ; et sa parole devient le lieu d’expression d’un acteur-sujet, capable de produire une compréhension et une connaissance de soi, des autres et du monde. A côté de l’entretien thématique semi-directif, la méthode du récit de vie, décliné en récit de carrière ou en récit de pratiques, devient familière aux chercheurs et s’exporte, depuis les enquêtes de sociologie jusque vers les archives orales institutionnelles et prosopographiques, nourrissant de nombreux travaux d’histoire sociale d’en-haut comme d’en-bas. La narrativité, qui se conjugue avec une oralité redécouverte et remise à l’honneur, notamment par les nouvelles technologies et les medias, retrouve progressivement un droit de cité, tandis que la progression des images et des écrans exige, contre toute apparence, plus de paroles et plus de son.

14Mais pour l’histoire orale et les archives orales, c’est l’envahissement du champ de l’histoire du temps présent par les problématiques de mémoire (refoulement, deuil, travail de mémoire, devoir de mémoire, mémoire individuelle et mémoire collective, oubli, repentance etc.), liées aux événements violents ou traumatiques du XXème siècle (Vichy, la Shoah, la guerre d’Algérie) qui constitue un facteur déterminant. Ce sont la pression et l’actualité mémorielles, qui en imposant « la centralité » du témoignage, font de lui un objet renouvelé de recherche et nourrissent en retour la création de nouveaux corpus oraux. En effet, dans les années 1990, se met en place une chaîne qui unit actualité judiciaire, témoignages et témoins, médias, cinéma, éditeurs, pouvoirs publics, législateurs et historiens, et place au centre du débat médiatique mais aussi savant le statut de témoin et la nature du témoignage. Ces questionnements, hantés par la menace d’un négationnisme toujours résurgent, alimentent la création d’archives orales constituées de témoignages historiques, à finalité pédagogique, politique, civique ou éthique, notamment sur la déportation, la Résistance ou la Shoah. Un nouveau terme qui va faire florès dans la « société civile » surgit alors : « mémoire orale », concurrençant à son tour les précédents concepts, histoire orale, archives orales, témoignages oraux, enquêtes orales.

15Au terme de ce long processus qui montre que le recours à la parole des acteurs ne s’est pas tari tout au long du dernier quart du XXème siècle, tout au contraire, à défaut d’une histoire orale française qui se refuse à porter ce nom, ne peut-on pas parler d’une histoire orale à la française ?

Une histoire orale à la française ?

16Comment définir cette histoire orale à la française ? Elle se caractérise, on l’a vu, par une « archivisation » marquée, au point de se désigner elle-même sous le nom d’archives orales. Elle se caractérise aussi par une acceptation bienveillante – parfois suspicieuse - des témoignages oraux dans la boite-à-outils de l’historien, mais à condition que soient respectées les méthodes et les principe de la science historique : le croisement nécessaire et systématique avec les sources primaires et plus particulièrement les archives écrites ; la critique interne et externe des documents ; la contextualisation des conditions de production des témoignages ; la prise en compte de l’interaction intervieweur/interviewé et des « biais » contextuels ; la réflexion sur le statut de témoin et sur l’adéquation de la méthode de questionnement. Sous la menace des accusations négationnistes, cette histoire orale à la française a maintenu son ancrage dans un référentiel réaliste et pose que les discours des acteurs permettent d’accéder au réel, au moins partiellement, ou de s’en rapprocher. Elle entérine des avancées méthodologiques et épistémologiques qui ont été mûries tout au long des deux décennies précédentes et qui sont autant d’acquis : l’étude de l’écart et de la distorsion (ou au contraire de la proximité et de la convergence) entre les faits et la souvenance de ces faits ; la prise en compte et l’étude du travail de remémoration ; l’acceptation de devoir travailler sur « l’erreur et le mensonge » ou mieux encore, en suivant Marc Bloch, le désir de les intégrer dans l’analyse historique et dans le questionnement historien ; l’acceptation d’une relation de coopération intervieweur/interviewé dans la production du témoignage et dans la construction des connaissances ; l’acceptation du partage de « l’auteurité », si l’on nous pardonne ce barbarisme, sur le témoignage produit, ce qui se traduit par la reconnaissance d’un double droit d’auteur pour l’intervieweur et pour le témoin, ainsi que par une exigence éthique de restitution à l’égard de l’interviewé (don et contre-don) ; le maniement de plusieurs postures épistémologiques combinées : l’immersion et la compréhension empathiques, la recherche de « petits faits vrais », la distanciation critique…Elle est aussi transdisciplinaire et affectionne le compagnonnage avec les autres sciences sociales en fonction de ses objets d’étude (anthropologie, sociologie, ethnologie etc.). Elle nourrit enfin une réflexion stimulante sur les usages du témoignage dans le processus de recherche et dans l’écriture de l’histoire ; cet usage est-il heuristique, problématique, hypothétique, exploratoire, compréhensif, confirmatif ou infirmatif, probatoire, illustratif, rhétorique, narratif etc. ?

17De ce processus d’acculturation, même si l’utilisation du témoignage oral reste dans certains champs de recherche assez latérale ou quantitativement minorée, il résulte une progressive normalisation du témoignage oral en histoire contemporaine, ce dont rend compte l’apparition désormais fréquente dans les maquettes de mastère d’enseignements méthodologiques sur les témoignages oraux. A la limite, cette normalisation pourrait même dans certains cas confiner à la banalisation voire à l’approximation, dès que les enjeux et les précautions liées aux témoignages oraux ne sont pas suffisamment explicités. Quoiqu’il en soit, aujourd’hui, les cinq grands axes de l’histoire orale versus archives orales sont toujours ceux des origines, auxquels se sont ajoutées quelques ramifications supplémentaires. L’ethnohistoire se maintient, sous la demande des collectivités locales, des musées de pays, des écomusées, des parcs naturels, du revivalisme linguistique et du patrimoine local (histoire des anciennes communautés villageoises, rurales, montagnardes et agro-pastorales, ethnotextes, langues locales et littérature orale, gestes et métiers, traditions et fêtes etc.). L’histoire sociale dite d’en-bas mobilise plus que jamais, avec la résistance des paysans qui se refusent à disparaître, et avec le délitement ou la transformation sous les coups de la mondialisation du monde ouvrier, industriel, minier ou portuaire. Mais c’est surtout l’histoire de l’immigration qui depuis une dizaine d’années s’est constituée en pôle moteur de la collecte des sources orales, croisant l’histoire des communautés linguistiques et ethniques, l’histoire de l’industrie et de la désindustrialisation, l’histoire du travail, l’histoire de l’urbanisation et des quartiers, l’histoire de l’exil et des migrations...L’histoire des femmes a, quant à elle, pris depuis longtemps son autonomie, soutenue et stimulée par les gender studies. Héritage aussi de la première période de l’histoire orale mais toujours aussi dynamique, l’histoire des guerres civiles ou internationales, des conflits, des dictatures, des crises politiques ou sociales (Mai 68), des événements traumatiques, des violences de masse, de la décolonisation ou du terrorisme, qui substitue à la figure du témoin-héros celle du témoin-victime. Enfin, champ à la fois transverse et spécifique, l’étude de la mémoire et de sa transmission ne tarit pas, tricotant sans cesse ses entrelacements entre mémoire individuelle et mémoire collective, mémoire politique et mémoire sociale, mémoire professionnelle et mémoire institutionnelle, mémoire familiale et mémoire communautaire, mémoire territoriale et mémoire nationale…

18En définitive, les archives orales françaises n’ont pas d’axes d’étude très différents des grands courants de l’histoire orale internationale tels qu’on peut les saisir à travers les listes de diffusion, les colloques ou les appels à contributions dans les revues d’histoire orale étrangères. La véritable exception française réside sans doute dans le dernier axe, à savoir l’étude des grandes organisations publiques et privées, gouvernementales ou associatives, entreprises ou syndicats, et dans l’approche institutionnelle, très nourrie des travaux des politistes, des sociologues et des socio-historiens. Il y a là une dynamique particulière de création d’archives orales qui tient sans doute à l’héritage méthodologique de Dominique Aron-Schnapper, sociologue du système administratifs français et de ses agents et archiviste-orale de la Sécurité sociale française, ainsi qu’à l’action des comités d’histoire ministériels dans le dernier quart du XXème siècle, mais plus encore à la centralité du phénomène de l’Etat en France au XXème siècle, comme en témoigne depuis les années 1990 le regain de travaux sur ce sujet. La présence de cet axe d’histoire de l’Etat et des organisations au sens large donne une physionomie particulière à l’histoire orale à la française, de sorte qu’il est difficile d’associer la collecte de la parole des acteurs à une quelconque option préférentielle pour les pauvres, les humbles ou les dominés comme le fait pourtant majoritairement l’histoire orale étrangère, car l’histoire du pouvoir et des pouvoirs, l’histoire des dominants et des élites font clairement partie du champ de cette histoire orale à la française.

19Alors, face à cette richesse des champs de collecte et d’étude, pourquoi s’obstiner à ne pas utiliser le terme histoire orale, ce qui a pour indéniable inconvénient de mettre la France en retrait du mouvement international ? Le retrait progressif des fondateurs et des premiers militants de l’histoire orale, la faiblesse numérique de la relève, la survivance d’une réserve académique dans l’université à l’égard des objectifs sociaux et politiques de l’histoire orale première manière et en même temps l’affaiblissement des ambitions contestataires et révolutionnaires des historiens, la normalisation de l’utilisation du témoignage oral en histoire contemporaine peuvent expliquer pour partie le refus persistant de cette dénomination. Les autres sciences sociales se refusent elles aussi à adopter ce terme, là où dans d’autres pays, anthropologues, sociologues ou ethnologues consentent avec bienveillance à se ranger derrière la bannière de l’histoire orale. Mais comme nous espérons l’avoir montré ce n’est parce que ce terme demeure peu usité que le recours à la parole des acteurs n’irrigue pas l’ensemble des sciences humaines et sociales. Et de fait, une multitude d’expressions circule désormais pour désigner l’activité d’interview : archives orales, témoignages oraux, récits de vie, enquêtes orales, entretiens, corpus oraux, collections orales, mémoire orale, patrimoine oral, autant de concepts qui disent l’environnement dans lesquels ces documents sont conçus et leur usage futur…

Patrimonialisation de l’oralité et de la mémoire : un processus en cours

20Du fait du détour par les archives orales, on pourrait dire que l’histoire orale est sortie de la discipline historique et même des sciences sociales pour coloniser d’autres secteurs de la vie sociale et culturelle. On constate en effet une explosion des usages sociaux du témoignage oral, face à une demande sociale qui ne tarit pas, qui s’exprime dans la presse, à la télévision, au cinéma, dans la culture, dans les activités de communication, dans la littérature et les arts et qui réclame à la fois de la subjectivité et de l’émotion, de la mémoire et du récit, de la narrativité et de l’intime, de la différenciation et de l’identité, du local et de l’universel... Ces usages sociaux connaissent une vraie diversification et répondent à des finalités dont la scientifique n’est plus qu’une parmi d’autre : reconnaissance, réparation, commémoration, intégration, pédagogie, politique publique de la mémoire, communication, valorisation identitaire, entretien du lien social ou intergénérationnel, transmission de savoir-faire, mise en valeur touristique, patrimoine…

  • 5 Nous empruntons ici le concept de « monument » à Alois Riegl. C’est par exemple le cas des récits d (...)

21De fait, la grande nappe liquide du patrimoine dont les premiers effets se sont fait sentir dès la fin des années 1970 semble recouvrir l’ensemble des activités et des représentations sociales, y compris les événements les plus conflictuels, les expériences les plus négatives ou les plus douloureuses… Pour les témoignages oraux, un processus de patrimonialisation est en cours, dont on peut repérer les différents points d’accroche ici et là, au sein des musées d’histoire ou de société, dans les bibliothèques, au sein des services d’archives, au sein des collectivités locales, des associations, des entreprises, des mémoriaux, des maisons du Patrimoine... Identifier, sélectionner, attribuer de la valeur, conserver, restaurer, recenser, décrire, connaître, diffuser, transmettre, valoriser, permettre une appropriation par les publics, autant d’opérations qui s’appliquent désormais, parfois dans un certain désordre, aux corpus oraux, anciens ou récents. Mieux encore, certaines collections de témoignages sont d’emblée, avant même leur création, conçus pour être des monuments à transmettre aux générations futures5. Là où on collectionnait des œuvres ou des objets, on collectionne désormais des récits, et par là, comme des vies de personnes disparues ! Ce processus de mise en patrimoine ou d’entrée en patrimoine touche ainsi, à côté de la musique ou du chant, l’oralité et ses façons de dire/façons de parler ; il touche les mémoires traumatiques du XXème siècle à travers les récits de la déportation, de la Shoah ou de la Résistance ; il touche l’expérience de l’exil et de l’immigration et s’élargit aux mémoires culturelles des différentes communautés régionales ou ethniques, des minorités et des différents groupes sociaux qui forment la société française…

22Le succès en France du concept de patrimoine culturel immatériel, défini, théorisé et orchestré internationalement par l’UNESCO à partir de la convention de 2003, atteste, en dépit des réserves initiales des autorités patrimoniales et des instances académiques françaises, de l’intensité de la demande sociale. Son appropriation très rapide par « la société civile » (collectivités locales, associations, musées, médiathèques, institutions patrimoniales, institutions pédagogiques, entreprises, syndicats, etc.), à laquelle les institutions savantes ont dû emboîter le pas, rend compte d’un véritable processus de patrimonialisation au ras du terrain… Même s’ils ne répondaient pas à la définition selon l’UNESCO, les corpus d’archives orales y ont trouvé un cadre général dans lequel s’insérer et une sorte de consécration académique. Produits en lien étroit avec les sciences humaines et sociales qui fournissent méthodes, réflexion et main d’œuvre, issus de dynamiques sociales « locales », ils dessinent un patrimoine immatériel en voie de constitution, fragile, volatile et peut-être éphémère, mais bien en harmonie avec les intuitions de l’histoire orale des origines.

23Ce tournant patrimonial n’a cependant été rendu possible pour les sources orales que grâce aux nouvelles technologies et à la combinaison de l’informatique, du numérique et d’internet. Porteuse d’une rénovation des collections orales détenues par les institutions, cette triple révolution technologique est surtout porteuse d’innovations considérables dans le stockage, la conservation, la diffusion et l’appropriation des ressources. De fait, depuis une petite dizaine d’années on observe l’apparition des premières plateformes numériques et des premiers sites de diffusion et de valorisation des sources orales, accessibles depuis n’importe quel point de la terre : dématérialisation, accès libre ou sélectif, mise à disposition des métadonnées, écoute du son, accès à l’image ou à des textes à partir des transcriptions, traduction, web documentaires, « expositions » et musées virtuels, tout semble possible. Là encore, les enjeux pour l’histoire orale à la française ne diffèrent pas de ceux de l’histoire orale internationale : rattraper le retard numérique (numérisation des collections existantes et développement d’applications innovantes pour l’exploitation des données), résoudre la sous-valorisation des collections par des investissements financiers, matériels et intellectuels, accompagner le passage à l’audiovisuel et mettre en place une pratique critique et réflexive de l’entretien filmé/sonore, proposer des solutions juridiques et éthiques pour établir des relations justes et équitables entre producteurs, auteurs, intervieweurs, interviewés et publics, notamment dans le cadre de la publicisation des témoignages sur internet ; stimuler l’appropriation de ce patrimoine oral par la société et faire en sorte que les morts parlent aux vivants et que les vivants questionnent les morts…Autant de défis à relever aujourd’hui et demain.

Conclusion

24Donc, pour répondre à la question de l’introduction : existe-t-il une histoire orale en France ?, nous dirions en définitive que oui, même si elle ne s’affiche pas toujours sous cette étiquette. Nous dirions que sous d’autres catégories terminologiques, tout en gardant la plupart des intuitions premières de l’ oral history des origines, elle s’est développée de façon multiforme au sein de la société, qu’elle a trouvé un accommodement avec la discipline historique et qu’elle excède largement cette dernière en traversant l’ensemble des sciences sociales, y compris par le biais de la « revisite » des corpus anciens de la recherche en sciences humaines et sociales, lorsque ceux-ci ont été conservés et déposés dans des centres patrimoniaux. Cet éclatement de la terminologie et des approches nuit indéniablement à la visibilité de l’histoire orale à la française à l’échelle internationale, alors que pourtant les travaux existent, y compris dans les différentes sous-disciplines de l’histoire contemporaine du second XXème siècle. Une instance francophone regroupant les historiens oraux ou plus largement les chercheurs utilisant la source orale aurait toute sa place et toute sa légitimité à côté des instances anglophones et hispanophones. Il faut souhaiter qu’une telle instance puisse voir le jour au XXIème siècle et qu’elle attestera de la vitalité française dans le domaine des sources orales. Quoiqu’il en soit, sous les étiquettes histoire orale, archives orales, mémoire orale, patrimoine oral ou patrimoine immatériel, « les voix du passé » tentent de se frayer un chemin jusqu’à nous ; il ne tient qu’à nous de décider de les écouter.

Haut de page

Notes

1 P. Joutard, « L’oral comme objet de recherche en histoire », Bulletin de l’AFAS, n° 28/29, 1992, p. 49-56, http://afas.revues.org/2683 ; P. Joutard, introduction aux Actes du colloque de l’Association des Archivistes français, Les archives orales : bilan, enjeux et perspectives, Gazette des archives, no 211, 2008 ; P. Joutard, « Introduction à l’histoire orale. La pratique de l’histoire orale en France », in F. d’Almeida et D. Maréchal (dir.), L’histoire orale en questions, Paris, INA Éditions, 2013, p. 11-17 ; P. Joutard et A.-M. Granet-Abisset, « Histoire de vie, histoire dans la vie », Sociétés et représentations, n° 35, printemps 2013, p. 183-207.

2 F. Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone, De la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, CHEFF, 2001, 2006, disponible sur http://books.openedition.org/igpde/104 ?lang =fr

3 Le CREHOP, créé en 1978, aura une postérité institutionnelle de première importance : la Phonothèque de la MMSH, aujourd’hui principale tête de pont du réseau des archives sonores et orales.

4 D. Schnapper, « Archives orales. Une autre histoire ? », Annales ESC, no 1, janvier-février 1980 et Histoire orale ou archives orales ? Rapport d’activités sur la constitution d’archives orales pour l’histoire de la Sécurité Sociale, Paris, Association pour l’histoire de la Sécurité Sociale, 1980.

5 Nous empruntons ici le concept de « monument » à Alois Riegl. C’est par exemple le cas des récits de la déportation ou de la « survivance » conservés par les Mémoriaux ou les Musées de la Shoah.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Descamps, « En guise de réponse à Giovanni Contini : De l’histoire orale au patrimoine culturel immatériel. Une histoire orale à la française », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 41 | 2015, mis en ligne le 21 décembre 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://afas.revues.org/2948 ; DOI : 10.4000/afas.2948

Haut de page

Auteur

Florence Descamps

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page