Navigation – Plan du site

Sonorités maritimes et portuaires

Laure Bouscasse

Texte intégral

Les archives sonores des compagnies maritimes françaises

1En 1973, la Compagnie Générale Transatlantique et les Messageries Maritimes fusionnent pour devenir la Compagnie Générale Maritime (CGM). La flotte se transforme et les effectifs diminuent. Les paquebots disparaissent au profit des porte-conteneurs car la CGM choisit d’orienter son activité principale vers le fret. Le transport de passagers est totalement abandonné à la fin des années 1970.

2Entre 1989 et 1995, alors que la CGM poursuit ce qui sera appelé la modernisation de la flotte, entraînant la transformation du travail maritime et d’importants mouvements sociaux, la compagnie entreprend de revisiter son passé. Ainsi le journal CGM Panorama, périodique d’information de la CGM diffusé en interne, présente les activités de la compagnie. En décembre 1989, un numéro spécial de CGM Panorama est consacré aux archives historiques. Jean-Paul Herbert, salarié du service de la communication, explique dans une double page la provenance de ces archives et l’importance de celles-ci pour raconter l’histoire de la CGM. A cette même époque, la compagnie réimprime des affiches et reproduit des objets de marketing rappelant le glorieux passé des transatlantiques, reprenant ainsi l’image plus que centenaire de la French Line. Parallèlement à ces initiatives, les demandes extérieures de consultation des archives ainsi que les dons d’archives s’intensifient. En interne comme en externe, le service de la communication de la CGM approfondit son travail de diffusion et d’inventaire des archives de la compagnie. En 1990 le service des archives historiques (sous la direction du service de la communication) est créé. Jean-Paul Herbert en devient le directeur. Pendant près de cinq ans, le travail de pré-inventaire et de classement des fonds est entrepris. Alors que la CGM est privatisée en 1996, les fonds d’archives historiques sortent du patrimoine de la toute nouvelle CMA-CGM (Compagnie Maritime d’Affrètement - Compagnie Générale Maritime) pour devenir propriété de l’association French Lines1 tout juste créée.

3Devenu responsable scientifique à la création de l’association, Jean-Paul Herbert commence à enregistrer les premiers témoignages. La naissance de ce fond d’archives sonores prend forme dès les débuts de l’association, qui est entièrement dédiée à l’accueil de fonds d’archives historiques des compagnies maritimes. La commande d’archives sonores ne vient pas de l’entreprise mais bien d’une demande sociale émanant d’anciens salariés. Cette initiative sera soutenue par la Région Haute-Normandie et dès 2000, un poste d’archiviste en charge des archives sonores est créé. Jean-Paul Herbert a su saisir l’importance du collectage de la parole des anciens salariés à une époque où la transition dans l’organisation et les pratiques des métiers, a provoqué la disparition de certains savoir-faire professionnels.

4En 2000, les grandes lignes sont définies : il s’agira de collecter les témoignages du personnel navigant à bord des paquebots ou des cargos (les officiers de pont, les officiers de la machine, les agents du service général, les mécaniciens, etc.) ainsi que du personnel sédentaire de l’administration centrale et des agences (cadres des compagnies et agents). Une méthodologie d’enquête est mise en place : le travail d’enregistrement de la parole des témoins dresse le portrait des métiers de la marine marchande à travers des entretiens semi-directifs de récit de carrière proposés de façon chronologique.

5Le fond d’archives sonores comprend aujourd’hui prêt de 400 heures d’enregistrements dont 150 heures sont issues des campagnes de témoignages d’anciens navigants et sédentaires, 200 heures sont issues du fond historique (compte-rendu de réunion et assemblées générales des compagnies maritimes, conférences de presse, interventions radiophoniques, etc.) et 50 heures sont issues de la création d’un nouvel ensemble de documents composé des sons du port du Havre (enregistrements contemporains du paysage sonore du port). Tous ces enregistrements sont conservés sur différents supports : bandes magnétiques, cassettes audio, mini disc et fichiers numériques. Un travail de numérisation est en cours afin de faciliter l’accès aux collections pour des travaux de recherche et de diffusion dans le cadre d’expositions. Après plus de dix ans d’expérience dans le collectage de témoignages de récit de carrière maritime, le travail d’enregistrement des témoins s’est redéfini en 2013 et 2014 autour de la problématique de recherche suivante : 1960-2000, la conteneurisation du port du Havre.

Monde de boîtes !

6A l’écoute du port, on évoque souvent les souvenirs nostalgiques des cales aux odeurs de café, les récits de voyages des marins, les marchandises en vrac sur les quais. Cette image fantasmée du port, figée dans l’imaginaire, est aujourd’hui rendue obsolète par les nouvelles infrastructures portuaires. Alignement d’un seul et même quai long de 5 kilomètres, de méga-portiques huilés et de cavaliers sur échasses de plus de 12 mètres de haut, bitume luisant et inscriptions au sol parfaitement claires comme les consignes d’un jeu vidéo en bas à droite de l’écran ; comme le dit le jargon des travailleurs portuaires : il n’y a plus que des missions à tuer. Le port d’aujourd’hui ressemble à un grand jeu de Tetris ; celui qu’on connaît si bien et avec lequel on a grandi sans penser qu’un jour il serait si présent dans notre quotidien.

  • 2 M. Levinson, The Box, comment le conteneur a changé le monde, traduit par P. Buscail et A. Thillier (...)
  • 3 A. Le Marchand, « Les cités en conteneurs », Techniques & Culture 56, 2011, http://tc.revues.org/58 (...)
  • 4 On citera les ensembles de logements à Anvers, les logements et la salle de spectacle Le Tetris au (...)

7Ces petites briques rouges, jaunes, vertes, bleues et oranges, ont imprimé le paysage à l’échelle internationale. De 6 ou 12 m de long sur 2,4 m de large, le conteneur est chargé, déchargé, emboîté, stocké et transporté dans le monde entier ; fabriquant ainsi une chaîne logistique caractéristique de l’activité économique mondiale. Bien trop souvent attribuée au seul Malcom Mc Lean, présenté comme un homme de légende, l’invention du conteneur est à comprendre comme le résultat d’ « un cheminement complexe qui aboutit à une avancée technologique »2. Du milieu des années 1950 au début des années 1970, entrepreneurs et ingénieurs se rencontrent pour imaginer un outil permettant de transporter la marchandise en minimisant les travaux de manutention, réduisant ainsi les coûts. Les biens de consommation commencent à circuler en conteneurs mais c’est véritablement l’invention des fixations de coin qui mettent le monde en boîte. Ces pièces de saisie, permettant le transport multi-modal (terre/mer/fer), se retrouvent à chaque coin de tous les conteneurs. Standardisé, le conteneur s’impose comme l’unité structurante de cette nouvelle économie. Il bouleverse ainsi les modes de production et de consommation. Et plus qu’un simple outil permettant le transport de marchandises d’un point A à un point B, le conteneur a changé les règles du jeu de la vie sociale, devenant un objet culturel à part entière. Il a progressivement acquis « une place culturellement légitimée »3 à travers la construction d’ensembles de logements, de bureaux et de lieux culturels ainsi que la production de films et séries télévisées4. En 2006, Marc Levinson, économiste et journaliste, publie The box, comment le conteneur a changé le monde. Traduit en français en 2011, il est probablement pour beaucoup quant à la popularisation d’un sujet jusque là resté cantonné à l’univers des spécialistes.

Enquête sur la conteneurisation du port du Havre

8En 2013, le siège de l’association French Lines est situé au bord de la Forme 7 sur le quai Joannes Couvert au Havre, dans les anciens locaux d’approvisionnement de la CGM. Les adhérents de l’association ont été nombreux à circuler dans ces bâtiments, pour embarquer, débarquer, charger, décharger ou travailler à l’agence. Il leur arrive encore de revenir sur leur lieu de travail. Alors, de passage au centre de documentation, où ils viennent parfois lire Le Marin, journal d’actualités du monde maritime et portuaire ou consulter des archives, ils commencent à raconter des anecdotes sur les métiers qu’ils ont effectués. Au cœur des discussions, il y a le France, bien-sûr, mais, il y a surtout les années 1970. Cette époque marque l’arrivée massive du conteneur dans tous les ports du monde. Les compagnies maritimes doivent s’en saisir afin de rester dans la compétition internationale du transport de marchandises. Les premières fusions de grandes entreprises voient le jour, les licenciements se multiplient. Le conteneur a littéralement redessiné le paysage maritime et portuaire, impliquant un réajustement des pratiques professionnelles, avec la disparition de métiers et la création de nouveaux métiers.

  • 5 Voir les travaux d’A.Le Marchand, notamment Glocal democracy in embryo, co-écrit avec T. Baudouin e (...)
  • 6 F. Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone, de la constitution de la source orale à (...)

9Face à l’adoption du conteneur par les compagnies maritimes à une échelle mondiale, les places portuaires ont du s’adapter. Jusqu’en 2013, l’association French Lines avait orienté son travail de collectage sur les métiers au sein des compagnies maritimes françaises. Il semblait intéressant que le sujet de l’enquête soit élargi aux métiers portuaires pour comprendre l’impact de cette innovation technique. En effet, le port est à comprendre comme un « système »5 dans lequel les différents acteurs de l’économie portuaire sont en relation étroite. Les métiers en interaction sont nombreux. Ils doivent être analysés si l’on souhaite appréhender le système maritime et portuaire et tenter d’en saisir son fonctionnement. Comme Florence Descamps le souligne dans son ouvrage L’historien, l’archiviste et le magnétophone6 :

  • 7 Op. cit., p. 266.

10« La mémoire individuelle est alors convoquée pour redresser l’écart qui se glisse entre les règles et les pratiques, entre les organigrammes officiels et les pouvoirs réels et pour restituer le fonctionnement concret du système »7.

11C’est pourquoi la collecte d’archives orales est menée à l’échelle de la place portuaire havraise ; un territoire au croisement des métiers du maritime, du portuaire et des auxiliaires du transport maritime.

12Nés dans les années 40, les témoins de l’enquête ont travaillé sur la zone portuaire du Havre des années 1960 aux années 2010. Transitaire, commissionnaire de transport, agent commercial, opératrice de saisie, manutentionnaire, électricien au long cours, inspecteur aux conteneurs, coursier, commis et déclarant en douane, commandant, mécanicien à bord, pilote, capitaine de remorqueur, agent du service informatique du Port Autonome ; la liste des métiers occupés par les premiers témoins enregistrés est longue et ne saurait être exhaustive. Sur les vingt et un entretiens réalisés en 2013, onze témoins sont adhérents de l’association. Archiviste à French Lines de 2012 à 2014, j’ai noué des premiers contacts avec certains adhérents. Nous avons pris le temps de nous rencontrer avant de réaliser un entretien. Puis la publication d’un appel à témoin via la lettre d’informations de l’association relayée par les réseaux d’associations maritimes et le bouche-à-oreille ont permis de rencontrer les dix autres enquêtés. Les rendez-vous pour les entretiens ont été fixés dans les locaux de l’association. Isolés phoniquement, ils se prêtaient particulièrement bien à l’enregistrement sonore. De plus, comme nous l’avons précisé, ce lieu étant chargé d’histoires, il pouvait être pour certains un outil de remémoration. À l’heure actuelle, les témoins n’ont été enregistrés qu’une seule fois chacun et la durée moyenne des enregistrements est de trois heures.

13Parallèlement en 2013, une réflexion est menée au sein de l’association sur les outils et les techniques d’enregistrement. Le recours à la vidéo est rapidement abandonné pour des raisons techniques. Le travail de l’enquêteur se concentre sur l’entretien, sa disponibilité à l’écoute du témoin est capitale et filmer nécessite une attention particulière au cadrage si l’on souhaite réussir les prises de vue. Seule archiviste à réaliser cette enquête, j’ai préféré opter pour un enregistrement uniquement sonore avec du matériel de bonne qualité. Le second volet du travail sur la conteneurisation a conforté ce choix en faveur de l’enregistrement sonore. En effet, le recueil de témoignages a été enrichi de prises de son des gestes du travail sur le territoire portuaire aujourd’hui. Cette réflexion s’est appuyée sur les recherches menées au CRESSON (Centre de recherche sur l’espace sonore de l’école nationale supérieure d’architecture de Grenoble) ; et en particulier, l’étude de Jean-Luc Bardyn intitulée L’appel du port menée en 1993 sur l’ambiance sonore de cinq ports européens (Brest, Anvers, Barcelone, Marseille et Gênes). Les différents sons générés par l’activité professionnelle du port du Havre en 2013 ont été collectés dans plusieurs lieux : à la capitainerie, dans une pilotine, à la passerelle d’un navire Roll-On Roll-Off, à la passerelle et à la machine d’un remorqueur, sur les quais du Terminal de Normandie, à bord d’un cavalier et dans la cabine du portiqueur. Ces enregistrements forment une cartographie du paysage sonore des métiers que certains témoins ont occupés à d’autres époques. Le corpus d’archives sonores Mémoire du port a donc été créé à cette occasion. Il a vocation à être enrichi au fil du temps afin qu’un travail comparatif sur les sons du travail maritime et portuaire à différentes époques puisse être mené. Il a été objet de valorisation dans l’exposition du Port-Musée à Douarnenez, j’y reviendrai par la suite.

  • 8 A plusieurs reprises dans les entretiens, certains témoins m’ont précisé qu’ils occupaient des post (...)

14Il est en général 14 heures quand le témoin arrive à l’association. Nous nous installons au fond du Magasin, là où les précieux ouvrages des bibliothèques maritimes sont en rayon. Une fois les réglages du micro effectués, nous sommes prêts. Une certaine tension est palpable. Se raconter n’est pas chose facile et bien que nous nous soyons parlés à plusieurs reprises auparavant, la situation d’entretien fait apparaître une relation entre l’interviewé et l’interviewer qui relève d’une anomalie. Habituellement, nous ne livrons pas nos expériences, émotions et opinions à quelqu’un qu’on connaît à peine et qui ne se livre pas lui-même. Comment l’archiviste peut-il être identifié comme un interlocuteur potentiel pour que le témoin se dévoile ? Le milieu maritime et portuaire est de surcroît un univers très masculin. Des vingt et un témoins, je n’ai rencontré que deux femmes. Enquêter dans un milieu d’hommes sur des métiers souvent dits réservés aux hommes8 a permis d’amorcer une réflexion sur la situation d’entretien et l’importance du sexe dans l’enquête. Récemment publié, l’ouvrage Le sexe de l’enquête, approches sociologiques et anthropologiques dirigé par Anne Monjaret et Catherine Pugeault, introduit ce questionnement :

15« Nos enquêtes ont-elles un sexe ? [...] De quoi s’agit-il ? Avant tout de prendre au sérieux la catégorie « sexe » pour mesurer les effets des appartenances sexuées sur les situations d’enquête et la construction des objets scientifiques, sans naturaliser le sexe en le renvoyant à une simple appartenance biologique, sans négliger par ailleurs, les autres catégories analytiques (âge, génération, classe, race, etc.) influençant la définition sociale des échanges relationnels de terrain. »

16Dans le cas de cette enquête, bien que je sois allée faire des observations de terrain lors des prises de son sur le port, les récits d’expériences professionnelles des témoins font référence à des périodes révolues. Le terrain se limite donc au seul récit énoncé en quelques heures d’entretien. Identifiée comme archiviste, femme, et jeune de surcroît, il m’a fallu prouver mon engagement dans les questions maritimes et portuaires. Une des particularités du maritime, outre la présence majoritaire d’hommes, est la passion. Les témoins qui ont souhaité répondre à l’enquête se sentaient pleinement concernés par le sujet de la conteneurisation, qu’ils aient été employés du port ou des compagnies maritimes. Mais, bien que les raisons de l’engagement dans le témoignage n’aient pas toujours été abordées pendant l’entretien, en filigrane on retrouve l’attachement à la mer et au port, ainsi qu’une nostalgie d’un monde sur l’eau disparu avec la conteneurisation. Archiviste devenue asexuée grâce à la passion partagée, il était surtout fondamental que je leur démontre mon intérêt et mes connaissances du monde maritime pour qu’ils se racontent.

À l’écoute du port

17Lorsque nous convoquons nos souvenirs, nous réactualisons dans le présent un moment du passé. Ce va-et-vient permanent entre passé et présent au cours de l’entretien fait apparaître cet aspect variable et mouvant de la mémoire qui n’est pas pour autant synonyme de mensonge. Les réalités vécues sont multiples, la manière de les raconter aussi. C’est là toute la singularité de l’archive orale. J’ai souhaité plonger au cœur de la langue et du discours des témoins en présentant ci-dessous trois montages d’extraits issus de cette collecte menée en 2013 et 2014 à l’association French Lines.

La manutention et ses outils

18Écouter (durée : 11’38 min : http://lesporteslogiques.net/audio/sonorites_portuaires_1_manutention_et_outils.mp3

19André, Jean-Pierre, Jean-Louis et Christian connaissent bien le port du Havre, ils y ont travaillé pendant plus de trente ans entre 1960 et 2010. Au son de la manœuvre d’accostage du remorqueur Boluda VB26 et des sons métalliques du Terminal de Normandie, ils témoignent de la transformation du matériel de travail et des gestes techniques qu’ils ont dû acquérir pour s’adapter aux changements. Ils évoquent l’augmentation de la puissance et du tonnage des navires aux Messageries Maritimes, la standardisation et la centralisation des informations à la CGM avec l’arrivée du conteneur à bord et à quai et la nécessité d’adaptation du matériel de manutention portuaire (grues, portiques et outil de suivi du conteneur) à l’heure du gigantisme des navires sur le Terminal de Normandie.

La chaîne administrative du circuit de la marchandise

20Écouter (durée : 11’30 min) : http://lesporteslogiques.net/audio/sonorites_portuaires_2_chaine_administrative.mp3

  • 9 Cette enquête n’a pas exploré les caractéristiques des autres modes de transport adaptés à différen (...)

21Si l’on pense à nos chaussures, pantalons et tee-shirts, si l’on pense à l’électroménager, aux téléviseurs et à de nombreux biens de consommation qui nous entourent, alors on pense indirectement au conteneur9 et au nombre de kilomètres parcourus avant que ces produits n’arrivent en Europe. La localisation des lieux de production et des lieux de consommation a dessiné une géographie des échanges économiques allant principalement d’Asie vers l’Europe et les Etats-Unis. Le protocole de dédouanement de la marchandise transportée s’est adapté à cet afflux massif de marchandises, l’informatique ayant peu à peu remplacé le papier.

De l’échange de marchandises à l’échange d’informations

22Écouter (durée : 10’13 min) : http://lesporteslogiques.net/audio/sonorites_portuaires_3_marchandise_et_information.mp3

23L’univers de l’informatique dans les années 60 ne ressemble en rien à ce que nous connaissons aujourd’hui. Les services informatiques du port et des compagnies maritimes sont d’énormes étagères clignotantes alignées dans de grands bureaux. On est encore loin du discret son des touches du clavier, ce sont de larges cartes perforées qui se glissent sous la machine sur laquelle la perfo-vérif saisit les données. L’informatisation progressive du système portuaire a rendu possible la traçabilité des marchandises en temps réel et la mise en relation des métiers en lien avec cette chaîne logistique. On assiste depuis la massification du conteneur et l’informatisation de tous les ports du monde à une plus grande volatilité du marché favorisant la flexibilité du travail.

  • 10 En 2013, les sons du port du Havre ont été valorisés dans des bornes sonores présentées au Port-Cen (...)

24Ces archives sonores de la conteneurisation du port du Havre ont fait l’objet de valorisation à plusieurs reprises10. En effet, la demande d’archives sur la conteneurisation qu’elle ait concerné les archives iconographiques, écrites ou sonores a véritablement émergé au cours de l’année 2013. Le conteneur a été placé au centre des programmations muséales de trois grandes institutions culturelles et maritimes en France : la base de sous-marins à Saint-Nazaire avec l’exposition Seamen’s Club, le Musée National de la Marine à Paris avec l’exposition De l’amphore au conteneur, 2000 ans de commerce maritime et le Port-Musée de Douarnenez avec l’exposition The Box, la mondialisation a un corps d’acier. Dans chacune de ces trois expositions, on parcourt les océans guidé par la voix des témoins de ces mutations économiques, politiques et sociales. Cette volonté de travailler sur l’histoire du temps présent offre aux visiteurs un accès inédit aux cinquante dernières années d’échanges internationaux. Les trois lieux proposent une mise en valeur de témoignages (dont certains sont issus de la collecte présentée ci-dessus) sous différentes formes et avec des objectifs divergents. Navigants et sédentaires racontent la conteneurisation.

Saint-Nazaire, Paris, Douarnenez...des métiers exposés

  • 11 Pour en savoir plus sur cet auteur ; voir http://marc.picavez.free.fr/.
  • 12 F. Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone, de la constitution de la source orale à (...)

25Au LIFE, dans les alvéoles de la base de sous-marins de Saint-Nazaire, l’entrée de l’exposition Seamen’s Club réalisée par Marc Picavez11 forme un large couloir d’écrans suspendus, diffusant un montage des communications échangées à terre via Skype entre des marins et leur famille. Tout au long du parcours d’exposition, imprimés au sol, une série de chiffres jaunes et noirs présentent des « quantités ». Marchandises, moyens de transport, moyens humains, ces panneaux statistiques réduisent le travail maritime à une économie mondiale de flux et de logistique. Mais l’exposition présente aussi, sur des écrans plats disposés dans un espace dédié, les témoignages filmés de ces marins du XXIe siècle naviguant sur les gigantesques porte-conteneurs. Au casque, face aux visages de ces jeunes, embarqués parfois pour la première fois, on écoute le récit de la dureté du travail à l’heure du tout conteneur. L’installation vidéo réalisée par Marc Picavez est une première étape pour ces documents audiovisuels. Ces témoignages sont des documents contemporains ayant un « faible coefficient de rétrospectivité »12 ; les marins racontent leur quotidien au moment même où ils le vivent. La mondialisation n’est pas qu’une série de chiffres abstraite et éloignée de nos vies, elle est une histoire d’humains. Les témoignages apportent un « visage » aux statistiques jaunes et noires. Et, au son des infrastructures portuaires, filmées dans différents ports du monde, le visiteur termine la découverte de ces réalités sociales et économiques d’un nouveau monde sur l’eau par un triptyque vidéo présentant, sur écran géant, le travail à bord d’un porte-conteneur.

26En 2014, le Musée National de la Marine de Paris13 inaugure son exposition De l’amphore au conteneur, 2000 ans de commerce maritime. Des amphores, des maquettes de cargos, des affiches promotionnelles ainsi que des clichés de différents ports et agences commerciales des compagnies maritimes du monde alimentent une scénographie très didactique sur l’histoire du commerce international. Dans la dernière salle consacrée aux métiers maritimes et portuaires contemporains, le visiteur peut visionner, sur l’écran d’une tablette fixée au mur et entourée de photographies de marins au travail, le propos d’un armateur aujourd’hui en activité. Tout comme dans l’exposition Seamen’s Club à Saint-Nazaire, ce document audiovisuel n’a pas de caractère rétrospectif ; l’armateur interviewé présente les différentes missions et services de son entreprise aujourd’hui. Même anecdotique, le recours au témoignage filmé dans cette dernière partie de l’exposition est un premier pas vers une reconnaissance des témoignages oraux par une institution muséale telle que le Musée National de la Marine, habitué à travailler avec des collections plus classiques (objets, documents iconographiques, etc.).

  • 14 http://www.port-musee.org/, consulté le 15/12/15.
  • 15 K.-Y. Cotto (Dir.), Conteneurs, la mondialisation a un corps d’acier, Le Port-Musée de Douarnenez, (...)
  • 16 Les extraits présentés sont en partie issue du fonds d’archives sonores de l’association French Lin (...)
  • 17 F. Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone, de la constitution de la source orale à (...)

27Cette même année 2014, le Port-musée14 de Douarnenez présente l’exposition The Box, la mondialisation a un corps d’acier. Disposées sur leur coffre de bois, des maquettes de porte-conteneurs créent un parcours de visite ponctué d’archives sonores. Lors de la construction de ce projet d’exposition, Michel Pigenet, Kelig-Yann Cotto et Sophie Desplanques (respectivement historien au Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle et collaborateur scientifique de l’exposition, conservateur du Port-Musée et responsable de la régie des collections du Port-Musée) remarquent l’aspect particulièrement sonore des infrastructures portuaires15. La découverte des archives sonores sur la conteneurisation16 encourage le Port-Musée à structurer son exposition autour de ces témoignages et des archives des sons du port. À plusieurs endroits dans la salle, des bornes avec casques ou douches sonores sont à disposition du visiteur. Des cartels explicatifs donnent quelques éléments biographiques sur les témoins et des conteneurs en bois permettent de s’asseoir pour écouter ces extraits. Sollicités pour raconter une histoire révolue, les témoins ont su mettre à distance leur expérience permettant ainsi une « réflexivité morale »17. La présence du document sonore n’est alors plus anecdotique mais bien constituante des propos de l’exposition. La présentation des témoignages associés aux sons du port contemporain, a permis de sortir d’une approche trop factuelle du sujet et de proposer une scénographie variable ; les visiteurs pouvaient choisir d’approfondir le contenu de l’exposition en écoutant les récits des témoins. Jean-Yves Glémarec, responsable de la régie des équipements du Port-Musée, a travaillé de concert avec Kelig-Yann Cotto pour réaliser les installations audio-visuelles de l’exposition. Attentif à la qualité des enregistrements qu’il diffuse, il a dû harmoniser les différents espaces d’expositions qui présentent tous du son. Matière difficile à travailler, il s’est agit de trouver un juste dosage pour éviter que les sons ne se mélangent. Pour The Box, J.-Y. Glémarec explique :

28« [il y a] des sons de niveau 1 qui vont permettre de sculpter l’espace avec du son et pour ceux qui veulent aller un peu plus loin, on va mettre le système de casque avec des témoignages sonores [des sons de niveau 2] qui viennent compléter le propos. »

  • 18 Les premiers travaux du Port-Musée ayant fait appel aux témoignages oraux remontent à l’exposition (...)

29Il semble que la mise en exposition de l’histoire du temps présent favorise le recours aux témoignages et de préférence aux témoignages filmés comme nous l’avons vu dans les expositions Seamen’s Club et De l’amphore au conteneur. Dans ces trois expositions, chacune a eu recours au témoignage dans la construction d’un récit sur la conteneurisation mais seul le Port-Musée de Douarnenez a créé un espace scénographique pour valoriser des collections principalement sonores et à caractère rétrospectif. Cette institution culturelle n’hésite pas à placer la matière sonore au sein de son projet muséographique18 renouvelant ainsi les scénographies classiques bien trop souvent proposées.

Du son au musée au son en ligne

30La baisse du coût des équipements audiovisuels et leur miniaturisation ont permis aux structures culturelles de s’équiper de matériel de qualité et rendu possible la réalisation de dispositifs audiovisuels plus complexes facilitant ainsi la diffusion des archives sonores. Malgré tout, la valorisation de collections sonores au musée reste anecdotique. Comment encourager la multiplication des points d’écoute d’archives sonores ? Internet, ne serait-ce pas le support privilégié et complémentaire aux expositions pour la diffusion de ce média numérique ?

31Dans l’univers maritime, le site web Métiers Portuaires19 est un bon exemple de valorisation multimédia. Depuis 2010, il donne accès à un riche corpus d’archives sonores et audiovisuelles recueillies par l’ethnologue Karine Le Petit20. Ces archives de la recherche ont été scénographiées dans l’exposition Vivre un port mais seuls six extraits d’à peine plus de trois minutes ont été retenu à l’écoute. Là encore, on se confronte aux frilosités de l’emploi de la source sonore dans le cadre d’exposition. La richesse du matériau collecté allait rester inaccessible si on se contentait de ces six extraits sonores. La décision est prise, le CRéCET21 (Centre Régional de Culture Ethnologique et Technique) crée un site web donnant la possibilité de diffuser autant d’archives que nécessaire à la compréhension du sujet : le travail portuaire mis en perspective dans les ports de Cherbourg et Caen. Documents sonores, extraits vidéo, documents iconographiques et textes structurent ce projet de valorisation. Lionel Mauger, webmaster du CRéCET, crée le site web. Scénarisées, découpées et montées par Karine Le Petit, ces archives sont mises à disposition en accès libre. L’utilisateur du site web peut consulter les documents multimédia dans le lieu de son choix, favorisant ainsi l’écoute. Il peut y revenir, réécouter, prendre le temps. Le recours au site web permet de sortir des modes et lieux traditionnels de présentation de documents historiques et peut laisser espérer que les visiteurs profitent pleinement de la consultation à la demande.

32Comme l’éditorial du Bulletin de l’AFAS numéro 40 le précise, la publication numérique pose de nouvelles questions à la communauté des détenteurs de documents audiovisuels et sonores. A nous de nous saisir des outils numériques pour en maîtriser les usages et favoriser l’émergence d’une culture commune de ces outils.

Sources présentées

33- André B. est officier de marine marchande et navigue au long cours de 1963 à 1977 pour le compte des Messageries Maritimes. En 1977, il devient pilote au Havre. Il termine sa carrière en 2003. Entretien réalisé le 7/10/13, Le Havre, 2h30, cote MO0154BIG01.

34- Christian C. entre à la Compagnie Générale Transatlantique dans les années 60. Il est employé au service fret import. Après quelques années dans différents services commerciaux de la CGM, il travaille au GAMAC (Groupement Havrais de manutention de conteneurs). Il termine sa carrière en 1994 comme juriste au service contentieux de la Générale de Manutention Portuaire. Entretien réalisé le 21/10/14, Le Havre, 2h15, cote MO0150COU01.

35- Gilles P. est actuellement en poste à la SOGET, société chargée de la gestion du système informatique communautaire du port du Havre. Il a travaillé entre 1977 et 1989 au Port Autonome du Havre comme chef de projet puis adjoint au chef de service responsable des études informatiques. Entretien réalisé le 22/01/14, Le Havre, 2h, cote MO0165PAU01.

36- Jean-Louis A. entre comme ouvrier docker sur le port du Havre en 1975. Dans les années 80, il devient conducteur de cavalier. De 2004 à la fin de sa carrière en 2009, il prend des fonctions de délégué-travaillant puis de délégué à la sécurité des ouvriers dockers au CHSP (Comité d’Hygiène Sécurité Portuaire). Entretien réalisé en deux fois les 27/02/14 et 19/03/14, Le Havre, 4h, cote MO0169AFF01.

37- Jean-Pierre B. est cadre dans différents services commerciaux de la compagnie Delmas-Vieljeux de 1975 à 1997. Entre 1997 et 2008, il devient responsable puis directeur du service clients France et des agences Europe au Havre chez Delmas devenue filiale de la CMA-CGM en 2006. Il quitte la CMA-CGM en 2010. Entretien réalisé le 30/09/13, Le Havre, 3h50, cote MO0153BAU01.

38- Josette B. entre à la Compagnie Générale Transatlantique en 1959 au service informatique tout justement créé. Elle y occupe différents postes pendant près de 27 ans. En 1986, elle poursuit sa carrière au service des achats livraison flotte jusqu’en 1996. Entretien réalisé le 21/01/14, Le Havre, 2h50, cote MO0164BOU01.

39- Serge L. travaille à la douane du port du Havre de 1966 à 2000. Il commence en tant qu’agent de surveillance du port et poursuit sa carrière comme inspecteur des douanes. Entretien réalisé le 27/11/13, Le Havre, 2h15, cote MO0159LEM01.

Biblio-filmo-webo-graphie succincte

40- The box, comment le conteneur a changé le monde, M. Levinson, Max Milo, 2011.

41- Soudain, un inconnu vous offre un conteneur, transport maritime et production mondiale, Premier cahier, 2012.

42- Les cités en conteneurs, A. Le Marchand, Techniques & Culture n° 56, 2011.

43- Les Métiers portuaires, http://metiers-portuaires.fr, K. Le Petit et Lionel Mauger, production CRécET, 2010

44- The forgotten space, A. Sekula et N. Burch, production Doc.Eye Film, 2010.

45- The wire, saison 2, D. Simon et E. Burns, production HBO, diffusion à partir de 2002 aux USA, 2004 en France.

46- All is lost, J.-C. Chandor, production Before the Door pictures, 2013.

Haut de page

Notes

1 http://www.frenchlines.com/

2 M. Levinson, The Box, comment le conteneur a changé le monde, traduit par P. Buscail et A. Thillier, Max Milo, Paris, 2011 (première parution The Box - How the shipping container made the world smaller and the world economy bigger, Princeton University Press, 2006), p. 12.

3 A. Le Marchand, « Les cités en conteneurs », Techniques & Culture 56, 2011, http://tc.revues.org/5889, consulté le 15/12/15.

4 On citera les ensembles de logements à Anvers, les logements et la salle de spectacle Le Tetris au Havre, les espaces de bureaux ContainerVille à Londres. Voir aussi la filmographie en fin d’article.

5 Voir les travaux d’A.Le Marchand, notamment Glocal democracy in embryo, co-écrit avec T. Baudouin et M. Collin, http://www.eurozine.com/articles/2012-09-10-marchand-en.html, consulté le 15/12/15.

6 F. Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone, de la constitution de la source orale à son exploitation, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Paris, 2005 (1ère éd. 2001).

7 Op. cit., p. 266.

8 A plusieurs reprises dans les entretiens, certains témoins m’ont précisé qu’ils occupaient des postes que seuls des hommes pouvaient occuper (poste de chef mécanicien à la machine, poste à la manutention portuaire, poste à la passerelle de capitaine au long cours). Sur ce sujet, voir les travaux de Jasmina Stevanovic, notamment : « Les femmes officiers de la marine marchande. Rapports sociaux de sexe, intimité, pouvoir » in Le sexe de l’enquête, approches sociologiques et anthropologiques, Anne Monjaret et Catherine Pugeaut (Dir.), ENS Editions, Lyon, 2014.

9 Cette enquête n’a pas exploré les caractéristiques des autres modes de transport adaptés à différentes marchandises comme les vraquiers pour les marchandises liquides, granulés, pétrole, etc. ; les « RoRo » (Roll-On Roll-Off) pour les marchandises roulantes et les cargos pour les marchandises hors gabarit (billes de bois, etc.).

10 En 2013, les sons du port du Havre ont été valorisés dans des bornes sonores présentées au Port-Center du Havre et dans un parcours pédagogique organisé par la CCI du Havre. Dans le cadre de l’exposition De l’amphore au conteneur, 2000 ans de commerce maritime un article et une conférence ont été donnés. Encouragé par le directeur de publication, l’article place au centre la retranscription des propos des témoins. La conférence, elle, a permis la diffusion de ces extraits d’archives sonores. Référence de l’article : Laure Bouscasse, Le monde en boîte, entretiens sur la conteneurisation du port du Havre, Neptunia 276, déc. 2014.

11 Pour en savoir plus sur cet auteur ; voir http://marc.picavez.free.fr/.

12 F. Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone, de la constitution de la source orale à son exploitation, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Paris, 2005 (1ère éd. 2001), p. 706.

13 http://www.musee-marine.fr/, consulté le 15/12/15.

14 http://www.port-musee.org/, consulté le 15/12/15.

15 K.-Y. Cotto (Dir.), Conteneurs, la mondialisation a un corps d’acier, Le Port-Musée de Douarnenez, Locus Solus, 2015, p. 123.

16 Les extraits présentés sont en partie issue du fonds d’archives sonores de l’association French Lines.

17 F. Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone, de la constitution de la source orale à son exploitation, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Paris, 2005 (1ère éd. 2001) : « Les témoignages rétrospectifs mettent en scène la distance et avouent l’éloignement dans le temps, ils obligent le témoin à se retourner sur sa vie, à relire les expériences qu’il a vécues, à les comparer et à les hiérarchiser, à en évaluer les conséquences, à en dire le sens [...] un homme réfléchit sur son passé et sur ce qu’il est devenu ; en nous [ceux qui écoutent le témoignage], se réfléchit et se prolonge sa propre réflexion ; nous réfléchissons sur cette homme qui réfléchit, nous réfléchissons à ce que nous aurions fait dans ces mêmes conditions, nous réfléchissons à notre propre devenir, passé, présent, futur... », p. 706.

18 Les premiers travaux du Port-Musée ayant fait appel aux témoignages oraux remontent à l’exposition de photographies de Georges Bertré réalisée en 2011. Lors de la découverte de ces clichés de Douarnenez au début du XXe siècle, le Port-Musée entreprend la collecte de témoignages d’anciens de la ville afin d’enrichir le contenu scientifique de l’exposition. La réussite du projet de collecte amène le Port-Musée a poursuivre dans ce sens. Quelques actions sont organisées permettant de créer une passerelle entre les collections du Musée et les témoins de l’histoire de la ville. En 2015, le Port-Musée s’engage dans la création d’un fonds spécifique d’archives sonores.

19 Voir http://metiers-portuaires.fr/.

20 Karine Le Petit est ethnologue, chargée de mission au CRéCET, Centre Régional de Culture Ethnologique et Technique.

21 http://www.crecet.org/, consulté le 15/12/15.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Bouscasse, « Sonorités maritimes et portuaires », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 41 | 2015, mis en ligne le 21 décembre 2015, consulté le 25 mai 2017. URL : http://afas.revues.org/2949 ; DOI : 10.4000/afas.2949

Haut de page

Auteur

Laure Bouscasse

Responsable des archives sonores et audiovisuelles, Les Portes Logiques - laurelesporteslogiques.net

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page